Marc Bellemare

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bellemare.

Marc Bellemare (né le 3 mai 1956 à Saint-Hyacinthe) est un homme politique et un avocat québécois.

Il est élu député du Parti libéral du Québec dans Vanier en 2003. Il devient Ministre de la Justice et Procureur général et ministre responsable de l'application des lois professionnelles dans le Gouvernement Jean Charest du 29 avril 2003 au 27 avril 2004. Il est chef du parti Vision Québec du 11 mars 2005 au 26 décembre 2007 et se présente sans succès à la mairie de Québec aux élections de 2005 et 2007.

À la suite des allégations formulées par Marc Bellemare qui laissent croire que le processus de nomination des juges de la Cour du Québec a pu faire l’objet d’un trafic d’influence, une commission d’enquête publique, connue sous le nom de Commission Bastarache, a été créée en avril 2010[1],[2].

Biographie[modifier | modifier le code]

Natif de Saint-Hyacinthe au Québec, il étudie le droit à l'Université de Montréal, obtenant sa licence en 1978 en entrant au Barreau du Québec en 1979.

S'étant spécialisé en droit social, il s'intéresse au problème des accidents de la route et vient à exiger une modification du système No Fault pour permettre aux victimes de poursuivre les chauffards devant un tribunal civil et réclamer des indemnités non couvertes par la Société de l'assurance automobile du Québec (SAAQ).

Bellemare est animateur de radio à CKRL et membre de plusieurs conseils d'administration communautaires et gérant dans une équipe de hockey. Élu député libéral de Vanier le 14 avril 2003, il tente de réformer les indemnisations, mais échoue.

Bellemare est ministre de la Justice lorsque le juge Jean-Guy Boilard se retire d'un procès des Hells Angels à Montréal. Il porte alors plainte contre le juge au conseil canadien de la magistrature qui blanchit le magistrat.

Quelques mois plus tard, Marc Bellemare, déçu par le Gouvernement Jean Charest qui, malgré la promesse faite avant son engagement en politique (celle de modifier une clause bien précise du No Fault), n'a pas su tenir parole, décide de démissionner le 27 avril 2004 de son poste de ministre, et le lendemain, de son poste de député de Vanier. Il affirma aussi au printemps 2010 avoir démissionné parce qu'il a subi des pressions de personnes proches du Parti libéral du Québec lors de la nomination de juges.

En 2005, Bellemare annonce sa candidature à la mairie de Québec et termine en troisième place avec 11 % des suffrages exprimés, derrière Andrée P. Boucher (46,3 %) et Claude Larose, chef du Renouveau municipal de Québec.

Marc Bellemare retourne ensuite à la pratique privée et travaille à Québec. Il continue de se porter à la défense des victimes accidentées de la route et du travail. Il devient chef du parti Vision Québec (dont il est le fondateur), et se bat toujours pour modifier une clause du No Fault.

En 2007, il annonce la tenue de conférences portant sur des projets de grandes envergures visant le développement économique de Québec (possibilité de Jeux olympiques, établissement d'une équipe professionnelle de football, etc.). En outre, il lance une pétition en ligne pour encourager la venue du pape Benoît XVI à Québec en juin 2008[3].

Cette même année, il se présente à nouveau à la mairie de Québec à la suite du décès en fonction de la mairesse Boucher. Lors de la campagne, il juge qu'afin de rajeunir la population de Québec, on doit veiller à une meilleure rétention à Québec des étudiants étrangers à l'Université Laval, à attirer des événements et des franchises sportives par des investissements dans de meilleures installations et par une diversification de l'économie vers l'industrie manufacturière[4]. Lors du scrutin du 2 décembre 2007, il obtient 3,8 % des voix, derrière Régis Labeaume, élu maire (59 %) et Ann Bourget (32,7 %)[5].

Marc Bellemare est un amateur d'art visuel, il est l'un des fondateurs du Club des collectionneurs de Québec[6]. Il est marié et père de cinq enfants.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]