Jane Luu

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Jane X. Luu

Jane X. Luu est une astronome américano-vietnamienne.

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Luu est née en 1963 au Sud-Vietnam d'un père qui travailla comme traducteur pour l'armée U.S. Son père lui apprit le français dès l'enfance, amorçant son amour des langues.

Luu immigra aux États-Unis comme réfugiée en 1975, lors de la chute du gouvernement sud-vietnamien. Elle et sa famille s'installèrent dans le Kentucky, où ils avaient des parents. Une visite au Jet Propulsion Laboratory lui donna l'envie d'étudier l'astronomie[1]. Elle étudia à l'université Stanford, où elle obtint son diplôme de bachelor en 1984[2].

Étudiante en thèse et codécouverte de la ceinture de Kuiper[modifier | modifier le code]

En tant qu'étudiante en thèse à l'université de Californie à Berkeley[3] et au Massachusetts Institute of Technology, elle travailla avec David Jewitt dans le but de découvrir la ceinture de Kuiper[1]. En 1992, après cinq années d'observation, ils trouvèrent le premier objet de la ceinture de Kuiper connu, à l'aide du télescope de 2,2 m de l'université d'Hawaï sur le Mauna Kea[4]. Cet objet est (15760) 1992 QB1, qu'elle et Jewitt surnommèrent "Smiley"[2]. L'American Astronomical Society lui attribua le Prix d'astronomie Annie J. Cannon en 1991. En 1992, Luu reçut un Hubble Fellowship de l'université de Californie à Berkeley. L'astéroïde (5430) Luu est nommé en son honneur[5].

Carrière professionnelle[modifier | modifier le code]

Après avoir obtenu son doctorat, Luu travailla comme professeur à l'université Harvard[2]. Luu enseigna également à l'université de Leyde aux Pays-Bas[1]. Après son séjour en Europe, Luu retourna aux États-Unis et travaille désormais sur l'instrumentation comme membre de l'équipe technique du Lincoln Laboratory au MIT.

En décembre 2004, Luu et Jewitt annoncèrent la découverte de glace cristalline sur Quaoar, qui était à l'époque le plus grand objet connu de la ceinture de Kuiper. Ils ont aussi trouvé des traces d'ammoniaque. Leur rapport fait l'hypothèse que la glace s'est très probablement formée sous le sol, devenant exposée suite à une collision avec un autre objet de la ceinture de Kuiper il y a quelques millions d'années[6].

Astéroïdes codécouverts par Luu[modifier | modifier le code]

Luu a codécouvert plusieurs astéroïdes :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Jane Luu
  2. a, b et c May/June 1998 Feature Alum, Jane Luu, '84
  3. http://swiss.csail.mit.edu/users/wisdom/extrasolar/Brown.pdf
  4. University of Hawaii 2.2-meter telescope - Public Information
  5. Marquis Who's Who,‎ 2006
  6. Kenneth Chang, « Astronomers Entertain Visions of Icy Volcanoes in Faraway Places », The New York Times,‎ 9 décembre 2004, A33
  • (en) Jane Luu, D.C. Jewitt et C. Trujillo, « Water ice in 2060 Chiron and its implications for Centaurs and Kuiper Belt objects », Astrophysical Journal, vol. 531,‎ 2000, p. L151–L154 (DOI 10.1086/312536)
  • (en) Jane Luu et D.C. Jewitt, « Deep Imaging of the Kuiper Belt with the Keck 10-Meter Telescope », Astrophysical Journal, vol. 502,‎ 1998, p. L91–L94 (DOI 10.1086/311490)
  • (en) Jane Luu, B. Marsden, D.C. Jewitt, C. Trujillo, C. Hegenrother, J. Chen et W. Offutt, « A New Dynamical Class of Object in the Outer Solar System », Nature, vol. 387,‎ 1997, p. 573 (DOI 10.1038/42413)
  • (en) Jane Luu et D.C. Jewitt, « Color Diversity among the Centaurs and Kuiper Belt Objects », Astronomical Journal, vol. 112,‎ 1996, p. 2310–2318 (DOI 10.1086/118184)
  • (en) Marcia Bartusiak, « The Remarkable Odyssey of Jane Luu », Astronomy,‎ février 1996, p. 46
  • (en) Jane Luu et D.C. Jewitt, « High Resolution Surface Brightness Profiles of Near-Earth Asteroids », Icarus, vol. 97,‎ 1992, p. 276–287 (DOI 10.1016/0019-1035(92)90134-S)
  • (en) Jane Luu, « CCD Photometry and Spectroscopy of Outer Jovian Satellites », Astronomical Journal, vol. 102,‎ 1991, p. 1213–1225 (DOI 10.1086/115949)