arXiv

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

arXiv (prononcé comme on prononce le « X » dans LaTeX ou TeX, c'est-à-dire comme [k] ou [x]) est une archive de prépublications électroniques d'articles scientifiques dans les domaines de la physique, l'astrophysique, des mathématiques, de l'informatique, des sciences non linéaires et de la biologie quantitative, et qui est accessible gratuitement par Internet[note 1].

Une archive sur Internet[modifier | modifier le code]

Dans de nombreux domaines des mathématiques et de la physique, de nombreux articles sont placés en ébauche ou prépublication par leurs auteurs sur arXiv. Suivant le choix de leurs auteurs, certains, parfois influents, peuvent demeurer sous forme électronique sur arXiv sans faire l'objet d'une publication dans les revues à comités de lecture. Les articles de Grigori Perelman (voir ci-dessous) en sont des exemples. En décembre 2006, arXiv.org contenait près de 400 000 prépublications électroniques (e-prints en anglais), avec en moyenne trois à quatre mille nouveaux articles ajoutés chaque mois[1]. En février 2012, le total des dépôts s'élevait à 732 650 publications.

L'archive arXiv a été originellement développée par Paul Ginsparg (en) en 1991 comme une archive pour les prépublications de physique. Plus tard, l'archive a inclus les mathématiques, l'informatique, l'étude des systèmes non linéaires et chaotiques, et plus récemment la biologie quantitative. Il est apparu assez rapidement qu'il y avait une forte demande pour la préservation à long-terme des articles postés sur arXiv. Le terme « e-print » a été adopté pour décrire les articles disponibles sur arXiv.org.

Le site d'arXiv était hébergé au départ au Los Alamos National Laboratory (à l'adresse xxx.lanl.gov, d'où son premier nom, « the LANL preprint archive »), mais il a été transféré et est maintenant opéré par l'université Cornell, avec différents sites miroirs à travers le monde. Il a changé de nom pour devenir arXiv.org en 1999 afin de gagner en flexibilité. En France l'archive ouverte multidisciplinaire HAL est un point d'entrée vers arXiv. Tout dépôt dans un domaine scientifique existant d'arXiv est automatiquement transféré (sauf opposition du contributeur). L'acceptation est dans ce cas soumise aux modérateurs de HAL.

Diffusion de l'information[modifier | modifier le code]

Le laps de temps s'écoulant entre le moment où un chercheur termine un projet et le moment où son travail est publié dans un journal peut être considérable. La durée est d'autant plus longue lorsque ce projet contient de nouvelles idées importantes. Avant l'ère de l'internet, il était donc pratique courante chez les chercheurs d'envoyer physiquement une copie de leur prépublication à leurs collègues afin que la communauté dans son ensemble soit toujours au courant des dernières évolutions. D'une part le processus était long et fastidieux et, d'autre part, il était très coûteux.

Dans un premier temps, la mise en place d'internet a permis l'envoi par courriel, ou la mise en place sur une page personnelle des prépublications. La création d'arXiv a donc été une façon d'intensifier considérablement cet usage. Beaucoup de scientifiques continuent en parallèle à mettre en ligne leurs travaux récents.

arXiv et l'accès ouvert[modifier | modifier le code]

L'existence d'arXiv a été l'un des facteurs précipitant la révolution actuelle des publications scientifiques, connue comme le mouvement open access, avec la possibilité évoquée qu'à terme, les revues classiques disparaissent. De nombreux chercheurs professionnels mettent en ligne leurs articles sur arXiv.org pour en offrir un accès public[note 2]. La plupart du temps, les articles mis à disposition sur arXiv ne sont pas encore soumis ou acceptés par un journal à comité de lecture. Néanmoins, comme le ou les auteurs peuvent modifier leur texte sur arXiv, il leur arrive souvent d'y stocker la version définitive qui a été acceptée pour publication. Au final, ceci lui donne la même légitimité que l'article publié.

Un exemple fameux de résultat original posté sur arXiv est la démonstration de la conjecture de Thurston, impliquant la conjecture de Poincaré[note 3] comme cas particulier, postée par Grigori Perelman en novembre 2002, travail dont la validité a été officiellement reconnue en 2006 et qui a conduit à l'attribution à Perelman de la médaille Fields (qu'il a cependant refusée).

En novembre 2007, un physicien américain, A. Garrett Lisi, dépose ainsi un article[2] décrivant une « théorie du tout » basée sur le groupe de Lie E8 ; ce travail fut extrêmement médiatisé en novembre et décembre 2007, alors qu'il n'avait encore été accepté par aucune revue.

Contestations[modifier | modifier le code]

Même si ce système permet à des personnes qui ne sont pas des professionnels d'un domaine donné de diffuser un travail, qui n'a aucune raison d'être rejeté a priori, cette situation pose quand même quelques problèmes car un article qui n'a pas été relu par un arbitre (anonyme) peut donc être sujet à des modifications parfois profondes. Cet aspect est néanmoins nuancé par le fait que toutes les versions successives sont accessibles. Il est donc possible de détecter facilement si des corrections majeures ont eu lieu. Un exemple récent est la tentative de démonstration de l'existence globale d'une solution aux équations de Navier-Stokes[note 4] par Penny Smith[3] dont toutes les versions, depuis la soumission initiale jusqu'à sa suppression, sont directement accessibles.

Bien que représentant une barrière plus facile à franchir qu'un comité de lecture, l'acceptation de prépublication sur arXiv n'est pas automatique et il existe une modération par les administrateurs du site. Quelques scientifiques, comme le lauréat du prix Nobel de physique Brian David Josephson, se sont plaints de ce système, car leurs soumissions sont systématiquement reclassées par les administrateurs d'arXiv à cause de leur nature très controversée[note 5]. Ces personnes qualifient la modération des administrateurs d'arXiv de censure[4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « arXiv » (voir la liste des auteurs)

Notes[modifier | modifier le code]

  1. La chimie n'y est cependant pas encore représentée en tant que discipline. Seule une section encore peu développée de physico-chimie présente des articles de physique à l'interface avec la chimie. Le classement donné ici se trouve sur la page d'accueil d'arXiv.
  2. Cette mise en ligne avant publication est également un moyen d'obtenir rapidement des commentaires d'autres scientifiques sur leurs travaux.
  3. Qui constitue l'un des sept problèmes du prix du millénaire.
  4. Qui constitue également l'un des sept problèmes du prix du millénaire.
  5. Dans le cas de Josephson, par exemple, il s'agit de travaux sur la fusion froide.

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Statistiques sur le nombre de soumissions mensuelles depuis la création d'arXiv].
  2. (en) A. Garrett Lisi, An Exceptionally Simple Theory of Everything, 6 novembre 2007 (Texte en accès libre sur arXiv : 0711.0770.).
  3. (en) Penny Smith, Immortal Smooth Solution of the Three Space Dimensional Navier-Stokes System, http://arxiv.org/abs/math/0609740 .
  4. (en) Brian David Josephson, « Covert censorship by the physics preprint archive - A personal perspective from Brian Josephson », http://www.tcm.phy.cam.ac.uk/~bdj10,‎ 2004 (consulté le 13 octobre 2012)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]