Yao Ming

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Yao.
Yao Ming
姚明
Portail du basket-ball
YaoMingonoffense2.jpg
Fiche d’identité
Nationalité Drapeau de la République populaire de Chine Chine
Naissance (36 ans)
Shanghai, Chine
Taille 2,29 m (7 6)
Poids 141 kg (310 lb)
Surnom Ming the Merciless
The Dynasty
Yao
100
The Chino
Le Géant
La Grande Muraille de Chine
Wyoming Big China
Situation en club
Numéro 11
Poste Pivot
Carrière universitaire ou amateur
Sharks Junior Team
Draft de la NBA
Année 2002
Position 1er
Franchise Rockets de Houston
Carrière professionnelle *
Saison Club Moy. pts
1997-1998
1998-1999
1999-2000
2000-2001
2001-2002
2002-2003
2003-2004
2004-2005
2005-2006
2006-2007
2007-2008
2008-2009
2009-2010
2010-2011
Shanghai Sharks
Shanghai Sharks
Shanghai Sharks
Shanghai Sharks
Shanghai Sharks
Houston Rockets
Houston Rockets
Houston Rockets
Houston Rockets
Houston Rockets
Houston Rockets
Houston Rockets
Houston Rockets
Houston Rockets
10,0
20,9
21,2
27,1
32,4
13,5
17,5
18,3
22,3
25,0
22,0
19,7
NPJ
10,2
Sélection en équipe nationale **
1994-2011 Drapeau : République populaire de Chine Chine
Basketball Hall of Fame 2016

* Points marqués dans chaque club dans le cadre des compétitions nationales et continentales.
** Points marqués pour l’équipe nationale en match officiel.

Yao Ming (en chinois : 姚明, en shanghaïen YO Min/jɔ¹³miɲ¹³/), né le à Shanghai (Chine), est un ancien joueur de basket-ball chinois. Évoluant au poste de pivot, il était tout au long de sa carrière le plus grand joueur de la National Basketball Association avec une taille de 2,29 mètres[1].

Yao Ming a joué pendant cinq ans dans la Chinese Basketball Association (CBA) pour les Shanghai Sharks, avec qui il a gagné un championnat la dernière année, avant de rejoindre la NBA. Après neuf saisons aux Rockets de Houston, il prend sa retraite à la fin de la saison 2010-2011 à la suite de plusieurs blessures au pied qui l'ont éloigné des parquets pendant deux saisons.

Le 4 avril 2016, il est introduit au Basketball Hall of Fame, le temple de la renommée du basket-ball aux côtés de Shaquille O'Neal et d'Allen Iverson.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse et carrière en CBA[modifier | modifier le code]

Yao Ming lors d'un match contre les Wizards de Washington.

Selon certaines rumeurs non confirmées, Yao Ming serait né d'une union arrangée par le Parti communiste chinois entre deux basketteurs chinois : sa mère mesure 1,88 m, et son père 2,08 m[2].

Entrée dans la Draft NBA[modifier | modifier le code]

Yao est persuadé par Li Yaomin, le manager général adjoint des Shanghai Sharks, de rejoindre la Draft 1999 de la NBA. Li Yaomin a aussi influencé le joueur quant à la signature du contrat avec Evergreen Sports Inc. afin de servir en tant qu'agent. Cet accord, autorisant Evergreen à récupérer 33% des gains de Yao, a été par la suite invalidé[réf. nécessaire].

Lorsque Yao décide d'entrer dans la Draft 2002 de la NBA, un groupe de conseillers est formé sous le nom de "Team Yao". L'équipe se compose de négociateurs avec Erik Zhang, Bill Duffy son agent NBA, Lu Hao son agent chinois, John Huizinga le professeur d'économie de l'Université de Chicago et Bill Sanders, vice président du service marketing de BDA Sports Management. Il était largement prédit que Yao serait sélectionné globalement comme le numéro 1. Cependant, quelques équipes étaient préoccupées par l'éligibilité du joueur car des doutes subsistaient sur le fait que CBA laisserait Yao jouer aux États-Unis[réf. nécessaire].

Rapidement après que Wang Zhizhi refuse de retourner en Chine pour jouer pour l'équipe nationale et ait interdit de rejouer pour son pays, la CBA stipule que Yao doit revenir en Chine pour jouer pour l'équipe nationale. La CBA stipule aussi que le joueur ne serait pas autorisé à revenir aux États-Unis à moins que les Houston Rockets le prennent en tant que numéro 1 de la draft [réf. nécessaire]. Après que la Team Yao a été assurée par l'équipe qu'elle tiendrait cet engagement, la CBA donne l'autorisation le matin même de la draft de jouer aux États-Unis. Lorsque les Rockets sélectionnent Yao en tant que premier de la draft, Yao est devenu le premier joueur international à être sélectionné en tant que numéro 1 sans avoir joué précédemment en universitaire.

Carrière en NBA[modifier | modifier le code]

Débuts avec les Rockets de Houston (2002–2005)[modifier | modifier le code]

Yao ne participe pas à la pré-saison des Rockets de Houston car il joue avec l'équipe nationale chinoise lors du Championnat du monde de 2002. Avant le début de la saison, plusieurs commentateurs, dont Bill Simmons et Dick Vitale, prédisent que Yao échouera en NBA. Charles Barkley prend le pari d'embrasser les fesses ("kiss his ass") de Kenny Smith si Yao marquait plus de 19 points lors de l'un de ses premiers matchs.

Yao joue son tout premier match de NBA contre les Indiana Pacers, ne marquant aucun point mais s’emparant de deux rebonds ; il marque ses premiers points lors de la rencontre face aux Denver Nuggets. Ainsi lors de ses premiers apparitions, il cumule 14 minutes de jeu et 4 points ; cependant le 17 novembre, Yao marque 20 points avec un parfait 9/9 dans la zone des deux points. Charles Barkley respecte les termes de son pari en embrassant les fesses d'un âne ("ass", en anglais) acheté par Kenny Smith pour l'occasion[3].

Sa taille (2,29 m selon les données de la NBA[1]) a participé grandement à sa notoriété dans le monde du basket-ball. En effet, il est depuis ses débuts le plus grand joueur de la Ligue. C'est d'ailleurs l'un des plus grands de toute l'histoire aux côtés de Gheorghe Muresan (2,31 m), Manute Bol (2,31 m), Shawn Bradley (2,29 m) et Giant Gonzales (2,29 m).

Yao Ming est une véritable icône dans son pays, où sa réussite en Amérique du Nord fait figure d'exemple. Le 1er mai 2005[4], la République populaire de Chine l'a d'ailleurs décoré du titre de « travailleur modèle » (laomo). Grâce à ses performances et au fait que tout le monde peut voter à travers le monde, Ming, pouvant compter notamment sur ses compatriotes, a toujours fait partie des joueurs récoltant le plus de votes pour participer au All-Star Game.

En 2005, un documentaire lui est consacré : The Year of the Yao, qui retrace sa première saison en NBA[5]. Faute de promotion suffisante (la NBA, qui a produit le documentaire, n'a utilisé que ses propres supports pour promouvoir le documentaire), le distributeur New Line Cinema a annulé la sortie nationale pour sortir le film directement en DVD.

En , Yao Ming resigne pour cinq saisons avec les Rockets de Houston pour la somme de 75 millions de dollars. Ce renouvellement montre l'attachement de la franchise texane pour son « géant chinois », grand vecteur promotionnel en plus de son jeu.

Tourmenté par ses blessures (2005–2011)[modifier | modifier le code]

Lors de la saison 2005-2006, Yao Ming compile une moyenne par match de vingt-deux points et plus de dix rebonds en cinquante-sept matchs avec les Rockets de Houston. Il est de nouveau sélectionné pour le All-Star Game 2006, avec 2 342 738 voix. Ses statistiques en quatre années de carrière sont alors de dix-huit points et neuf rebonds en moyenne, en 301 matchs de saison régulière, dont 291 comme titulaire au sein des Rockets de Houston.

Une blessure au gros orteil l'écarte des terrains en fin de saison, et il ne peut aider son équipe à se qualifier pour les playoffs NBA. En revanche, il se rétablit à temps pour participer aux championnats du monde de basket-ball avec l'équipe de Chine, qui a lieu au Japon à l'été 2006. Avec l'aide de Yao, l'équipe de Chine se qualifie pour les huitièmes de finale et s'incline face à la Grèce malgré une belle entame de jeu.

La saison 2006-2007 voit la confirmation de Yao Ming comme l'un des meilleurs pivots de la NBA. Il est nommé meilleur joueur du mois de novembre de la NBA, juste avant d'être blessé au tibia. Il revient dans l'effectif des Rockets au début du mois de mars 2007, et son équipe finit quatrième de la conférence Ouest. Après avoir mené 2-0 face au Jazz de l'Utah, les Rockets perdent de nouveau un premier tour de play-offs au terme de 7 matchs.

Lors de la Saison NBA 2007-2008, Yao Ming peut compter sur le renfort de joueurs comme Luis Scola. Après avoir réalisé l'un des meilleurs débuts de saison de la franchise (6-1), l'équipe enregistre 6 défaites consécutives par manque d'organisation dans son jeu. Jusqu'à début janvier, l'équipe n'arrive plus à gagner malgré une bonne performance de Yao, mais Tracy McGrady, l'autre star de l'équipe, est irrégulier et l'entraîneur change régulièrement la rotation de l'équipe[Quoi ?] ; la perspective de play-offs s'éloigne. L'année 2008 voit la renaissance des Rockets malgré la blessure de McGrady ; Yao et ses équipiers parviennent à hausser leur niveau de jeu, et l'équipe remonte dans le classement. Le retour de McGrady ne fait que renforcer le jeu des Rockets, et ces derniers réalisent un record de victoires consécutives de la franchise. Malheureusement, au moment où les Rockets semblent retrouver un niveau digne d'un prétendant au titre, Yao est victime d'une fracture de fatigue du pied et est contraint de rater la fin de la saison.

Yao est absent toute la saison 2009-2010 pour soigner sa blessure au pied. De retour sur les parquets en octobre 2010 (début de la saison 2010-2011), son rendement est très faible (10,2 points et 5,4 rebonds en 18 minutes). L'une des raisons de ce retour mitigé est que son temps de jeu est limité à 24 minutes maximum par match par l'encadrement médical des Rockets ; il a en outre une interdiction de jouer deux soirs de suite.

Il se blesse de nouveau le 10 novembre 2010 lors d'un match contre Washington, seulement son cinquième de la saison.

Son retour annoncé à plusieurs reprises n'aura pas lieu. Le 16 décembre 2010, le diagnostic d'une fracture de fatigue met fin à sa saison. Son retour à la compétition prendra entre 7 et 10 mois, selon le médecin de l'équipe de Houston.

Retraite sportive[modifier | modifier le code]

Le 8 juillet 2011, le pivot des Rockets annonce sa retraite après 9 saisons en NBA[6] lors d'une conférence à Shanghai. Il évoque des blessures au pied et à la cheville, notamment sa troisième fracture du pied gauche à la fin de l'année 2010, mais c'est certainement la sensation d'être fatigué par les incessantes périodes de rééducation qui sous-tend sa décision. Sa retraite sportive déclenche plus de 1.2 million de réactions sur le réseau social chinois Sina Weibo[réf. nécessaire]. En réaction à cette annonce, le commissaire de la NBA David Stern déclare à propos de l'athlète que "Yao était un pont entre les supporteurs chinois et américains, disposant d'un merveilleux mélange de talent, de dévouement, d'aspirations humaines et un sens de l'humour."[réf. nécessaire] Shaquille O'Neal dit que "Yao était très agile. Il pouvait être intérieur, il pouvait être extérieur, et s'il n'avait pas eu ces blessures il aurait pu être dans les cinq meilleurs pivots de tous les temps."[réf. nécessaire][7]

Yao a été nommé par un média chinois pour le Basketball Hall of Fame en tant que grand contributeur à ce sport. L'athlète était éligible à son intronisation au début de l'année 2012, mais pensait que c'était trop tôt pour lui, et il demanda à repousser sa nomination. Son inscription au Basketball Hall of Fame aux côtés de Shaquille O'Neal ainsi que de Allen Iverson se produit finalement en 2016[8].

Le 26 décembre 2016, les Rockets annoncent qu'ils retireront le maillot de Yao Ming le 3 février 2017.

Équipes[modifier | modifier le code]

Palmarès[modifier | modifier le code]

Récompenses personnelles[modifier | modifier le code]

Filmographie[modifier | modifier le code]

Vie privée[modifier | modifier le code]

Il s'engage contre la pêche intensive du requin dans le Pacifique[9].

Anecdote[modifier | modifier le code]

Une photographie le représentant en train de rire aux éclats est devenue la source d'inspiration de nombreux mèmes sur internet.

Sources et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) « Fiche de Yao Ming », sur NBA.com (consulté le 5 février 2009)
  2. « Le sportif chinois, triste gagnant », sur Site internet du journal Le Monde (consulté le 11 août 2012)
  3. Marc fayad, « Charles Barkley, le pire exemple pour vos enfants », sur Le Point,
  4. Maik Grossekathöfer, « Yao Ming, joueur modèle », sur Courrier international (reprise du Spiegel).
  5. (de) Fiche sur Imdb
  6. Dimitri Kucharczyk, « Officiel : Yao Ming prend sa retraite ! », sur basketusa.com,
  7. TheNBAIndia, « Shaquille O'Neal on Yao Ming », (consulté le 6 mars 2017)
  8. Dimitri Kucharczyk, « Shaquille O'Neal, Allen Iverson et Yao Ming intronisés au Hall of Fame », sur Sport24.com,
  9. voir l'Équipe Magazine no 1507 du 04/06/2011

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :