Phil Jackson

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Phil Jackson
Image illustrative de l’article Phil Jackson
Fiche d’identité
Nom complet Philip Douglas Jackson
Nationalité Drapeau des États-Unis États-Unis
Naissance (75 ans)
Deer Lodge, Montana
Taille 2,03 m (6 8)
Poids 100 kg (220 lb)
Surnom Zen Master
Situation en club
Numéro 17, 18
Poste Ailier fort
Carrière universitaire ou amateur
1981-1984 Fighting Sioux du Dakota du Nord
Draft de la NBA
Année 1967
Position 17e
Franchise Knicks de New York
Carrière professionnelle *
SaisonClubMoy. pts
1967-1968
1968-1969
1969-1970
1970-1971
1971-1972
1972-1973
1973-1974
1974-1975
1975-1976
1976-1977
1977-1978
1978-1979
1979-1980
Knicks de New York
Knicks de New York
Knicks de New York
Knicks de New York
Knicks de New York
Knicks de New York
Knicks de New York
Knicks de New York
Knicks de New York
Knicks de New York
Knicks de New York
Nets du New Jersey
Nets du New Jersey
6,1
6,3
3,7
5,8
6,9
9,2
9,1
4.8
3,1
1,8
5,1
2,9
8,6
Carrière d’entraîneur
1978-1981
1982-1987
1987-1989
1989-1998
1999-2004
2005-2011
Nets de Brooklyn (assi.)
Patroons d'Albany
Bulls de Chicago (assi.)
Bulls de Chicago
Lakers de Los Angeles
Lakers de Los Angeles
Basketball Hall of Fame 2007
* Points marqués dans chaque club dans le cadre de la saison régulière du championnat national.

Philip Douglas Jackson (né le à Deer Lodge dans le Montana) est un ancien joueur, entraîneur et manager général de basket-ball. Il est, en tant qu'entraîneur, six fois champion NBA avec les Bulls de Chicago et cinq fois avec les Lakers de Los Angeles. Il détient le record de titres NBA (11 titres), de finales disputées (13 finales), de victoires en playoffs (229 victoires), de pourcentage de victoires en saison régulière (70,4 %) et en playoffs (68,8 %), ainsi que le deuxième meilleur bilan sur une saison régulière (72-10) en 1995-1996 derrière les Warriors de Golden State (73-9) en 2015-2016.

Il a entrainé durant sa longue carrière des joueurs d'exception, tels que Michael Jordan, Scottie Pippen, Kobe Bryant ou Shaquille O'Neal. Il est connu pour son utilisation de l’attaque en triangle de Tex Winter ainsi qu'une approche holistique de l’entraînement, qui a été influencée par la philosophie orientale, lui obtenant le surnom "Zen Master"[1].

En tant que joueur, Phil Jackson a joué 12 saisons en NBA, remportant deux titres de champion avec les Knicks de New York en 1970 et 1973.

En 2007, Jackson a été intronisé au Hall of Fame[2]. En 1996, dans le cadre des célébrations du 50e anniversaire de la NBA, Jackson a été nommé comme étant l’un des 10 plus grands entraîneurs de l’histoire de la ligue[3].

Jackson a pris sa retraite en tant qu'entraîneur en 2011 et a rejoint les Knicks en tant que manager général en mars 2014[4]. Il a été démis de ses fonctions le 28 juin 2017[5].

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Ses deux parents, Charles et Elisabeth Funk Jackson, étaient ministres des Assemblées de Dieu[6]. Elisabeth venait d’une longue lignée de mennonites allemands avant sa conversion aux Assemblées de Dieu. Dans les églises qu’ils desservaient, son père prêchait généralement le dimanche matin et sa mère le dimanche soir. Finalement, son père est devenu superviseur ministériel[6]. Phil, ses deux frères et sa demi-sœur ont grandi dans une région reculée du Montana, dans un environnement austère, dans lequel aucune danse ou télévision n’était autorisée. Jackson n’a pas vu son premier film jusqu’à ce qu’il soit en terminale au lycée, et est allé à une danse pour la première fois à l’université[6].

Au lycée[modifier | modifier le code]

Jackson a fréquenté l’école secondaire à Williston, dans le Dakota du Nord, où il a joué au basket-ball et a mené l’équipe à un titre d'État. Il a aussi joué au football américain, a été lanceur dans l’équipe de baseball et lanceur de disque dans des compétitions d’athlétisme[6]. Jackson a attiré l’attention de plusieurs scouts de baseball. Leurs notes ont trouvé leur chemin vers le futur entraîneur de la NBA, Bill Fitch, qui avait déjà été entraîneur de baseball, et avait fait un peu de scoutisme pour les Braves d'Atlanta. Fitch est devenu entraîneur de l'équipe de basket-ball à l’Université du Dakota du Nord au printemps 1962, pendant la première année d’études secondaires de Jackson[6].

À l'université[modifier | modifier le code]

Bill Fitch a réussi à recruter Jackson à l’Université du Dakota du Nord, où il était membre de la fraternité Sigma Alpha Epsilon[6]. Jackson a bien réussi là-bas, aidant les Fighting Hawks à la troisième et quatrième place dans le tournoi de la division II de la NCAA dans ses deux premières années (1965 et 1966). Ils ont été battus par les Salukis ces deux années[6]. Le futur coéquipier de Jackson aux Knicks, Walt Frazier, était la star des Salukis à l'époque, mais les deux ne se sont rencontrés qu'en 1965, car Frazier n’était pas admissible sur le plan scolaire en 1966.

Carrière de joueur[modifier | modifier le code]

Lors de la draft 1967 de la NBA, il est choisi par les Knicks de New York au second tour, en 17e position. Bien qu'étant un athlète complet, avec des bras longs, Jackson est un tireur limité et relativement lent. Il compense ses faiblesses par son analyse du jeu et énormément de travail, spécialement en défense (il est d'ailleurs le joueur de la ligue commettant le plus de fautes en 1974-1975, titre qu'il partage avec Bob Dandridge[7]). Jackson s’est finalement imposé comme un favori des fans et l’un des principaux remplaçants de la NBA, bien qu’il ait eu très peu de temps de jeu. Il fait partie durant sa première saison en NBA de la NBA All Rookie team[8]. Remplaçant clé de l'équipe des Knicks championne en 1973, il devient titulaire peu de temps après le départ de nombreux joueurs à la retraite. Jackson prend sa retraite en 1980 après deux dernières saisons pour les Nets du New Jersey.

Carrière d'entraîneur[modifier | modifier le code]

Durant les années suivantes, Jackson entraîne principalement des équipes de ligues mineures, notamment en CBA avec le club des Patroons d'Albany (il y remporte un titre en 1984). Il recherche activement un emploi en NBA sans succès, peut-être à cause de son penchant connu pour les contre-cultures (notamment le mouvement hippie).

Bulls de Chicago (1987-1998)[modifier | modifier le code]

Il est finalement nommé en 1987 entraîneur-assistant aux Bulls de Chicago sous Doug Collins. Deux ans plus tard, il est nommé entraîneur. C'est là qu'il installe la fameuse attaque en triangle, développée par Tex Winter et permet aux Bulls de remporter six titres en neuf ans, dont deux three-peat. Jackson est aussi réputé pour son approche « zen » de l'entraînement qui lui permet de gérer des joueurs au caractère difficile, notamment Dennis Rodman, qu'il parvient à canaliser, réussissant l'un des plus grands paris du second three-peat des Bulls.

Michael Jordan (à gauche) et Jackson en 1997

Rodman a ainsi été échangé peu avant la saison 1995-1996 par les Spurs de San Antonio. Le meilleur rebondeur de la ligue ne s'adapte pas au caractère strict de l'entraîneur Brian Hill, qui le transfère aux Bulls contre Will Perdue. Si sur le plan statistique les Bulls sont largement gagnants, de nombreux analystes craignent sur le moment que Rodman ne mette en péril l'équilibre des Bulls. Il n'en sera rien, Rodman sera un membre important de l'équipe triple-championne, défenseur hors pair et à chaque année meilleur rebondeur de la ligue.

Jackson est aussi réputé pour sa manière spéciale de faire passer ses messages aux joueurs : à l'entraînement, durant les séances de visionnage, il entrecoupe les analyses par des séquences de films. Il recommande régulièrement à ses joueurs de lire certains livres.

Mais les relations entre Phil Jackson et le general manager Jerry Krause empirent avec le temps. Après le titre de 1998, Jackson quitte l'équipe et prend une année sabbatique. Il apparaît que le départ de Jackson ait conditionné le départ à la retraite de Michael Jordan, qui paraissait pourtant désireux de continuer une année supplémentaire. Mais Krause semblait manifestement trop pressé de saborder son équipe vieillissante pour mieux la reconstruire.

Lakers de Los Angeles (1999-2004)[modifier | modifier le code]

Jackson a repris une équipe talentueuse des Lakers de Los Angeles et a immédiatement produit des résultats comme il l’a fait à Chicago. Lors de sa première année à Los Angeles, l'équipe a établi un bilan de 67-15 en saison régulière. Atteignant la finale de la conférence Ouest, ils ont éliminé les Trail Blazers de Portland dans une série de sept matchs difficiles et ont ensuite remporté le titre NBA en 2000 en battant les Pacers de l'Indiana[9].

Avec le talentueux duo de superstars Shaquille O'Neal et Kobe Bryant, accompagnés de bons joueurs tels que Glen Rice, Derek Fisher, Rick Fox, Devean George, A.C. Green, Robert Horry et Brian Shaw, avec l’aide des anciens Bulls Horace Grant, Ron Harper et John Salley, Jackson a mené les Lakers à deux titres supplémentaires en 2001 et 2002, contre les 76ers de Philadelphie et les Nets du New Jersey, ajoutant à son troisième three-peat en tant qu'entraîneur[10].

Sur le banc des Lakers

Cependant, avec les blessures, le faible jeu du banc, et la tension publique entre Bryant et O’Neal, l'équipe perd de son aura, et ils ont été battus au second tour des playoffs 2003 par les futurs champions NBA, les Spurs de San Antonio[11]. Bien que remarquablement efficace dans le jeu de Jackson, Kobe Bryant avait un dégoût personnel pour le style de basket-ball proposé par Jackson et l'a même qualifié d'ennuyeux. Dans les matchs, Bryant négligeait souvent la mise en place tactique pour expérimenter ses propres mouvements en un-contre-un, exaspérant Jackson normalement calme. Bryant a réussi à faire perdre patience au coach, et ce dernier a même exigé que Bryant soit échangé, bien que la direction des Lakers ait rejeté la demande.

Avant la saison 2003-2004, les Lakers ont signé des vétérans, Karl Malone et Gary Payton, qui avaient été des superstars pour le Jazz de l'Utah et les SuperSonics de Seattle, respectivement, ce qui a permis à l'équipe d'avoir l'étiquette d'ultra favoris. Mais dès le premier jour du camp d’entraînement, les Lakers ont été assaillis par des distractions. Le procès de Bryant pour agression sexuelle, la discorde entre O’Neal et Bryant, et les disputes répétées entre Jackson et Bryant ont affecté toute l’équipe pendant la saison. Malgré ces distractions, les Lakers ont battu les Spurs pour rejoindre les Finales NBA 2004. Cependant, ils ont été contrariés par les Pistons de Detroit, qui ont utilisé leur défense forte pour dominer les Lakers, remportant le titre 4-1[12]. C’était la première fois en dix finales, en tant qu’entraîneur, que Jackson perdait le titre NBA.

Année sabbatique (2004-2005)[modifier | modifier le code]

Le 18 juin 2004, trois jours après la défaite face aux Pistons, les Lakers ont annoncé que Jackson a quitté son poste d’entraîneur des Lakers. Jackson avait cherché à doubler son salaire de 6 millions de dollars à 12 millions de dollars à l’expiration de son contrat. Il avait une offre de contrat des Lakers, mais il n’y avait pas donné suite. De nombreux fans ont attribué le départ de Jackson directement aux souhaits de Bryant, alors que le propriétaire des Lakers, Jerry Buss, aurait pris le parti de Bryant. Jackson, Bryant et Buss ont tous nié que Bryant avait fait une demande explicite concernant Jackson. Cependant, O’Neal a indiqué qu’il estimait que la franchise était effectivement en train de satisfaire les souhaits de Bryant avec le départ de Jackson.

Cet automne-là, Jackson a publié "The Last Season", un livre qui décrit son point de vue sur les tensions qui ont entouré l’équipe des Lakers de 2003-2004. Le livre était pointilleusement critique de Kobe Bryant.

Durant la saison 2004-2005, Phil Jackson est pressenti comme remplaçant de Lenny Wilkens aux Knicks de New York. C'est finalement Herb Williams qui prendra la position.

Retour aux Lakers (2005-2011)[modifier | modifier le code]

Le , il retourne en tant qu'entraîneur aux Lakers de Los Angeles[13], ammenant les Lakers à une septième place pour accéder aux playoffs. Une fois de plus, promouvant la notion de jeu d’équipe désintéressé incarnée par l'attaque en triangle, l’équipe a obtenu des résultats substantiels, en particulier dans le dernier mois de la saison. Cependant, les Lakers ont fait face à une série difficile au premier tour des playoffs 2006 contre les Suns de Phoenix, menés par MVP en titre, Steve Nash. C’était la première fois que l’équipe de Jackson n’atteignait pas le second tour des séries éliminatoires. Les Lakers ont pris une avance de 3-1, mais les Suns ont remporté les trois derniers pour l'emporter dans la série[14].

Le 7 janvier 2007, Jackson a remporté son 900e match, le plaçant 9e sur la liste du plus grand nombre de victoires pour les entraîneurs de la NBA. Avec cette victoire, il est devenu l'entraineur à atteindre 900 victoires le plus rapidement en carrière, le faisant en seulement 1 264 matchs, battant le précédent record de Pat Riley avec 1 278 matchs.

Phil Jackson chez les Lakers

Au cours de la saison 2007-2008, les Lakers ont pu obtenir Pau Gasol dans un échange avec les Grizzlies de Memphis. Avec une autre star à jumeler avec Bryant, Jackson a mené les Lakers à une apparition dans les finales 2008 de la NBA contre les Celtics de Boston. Boston a remporté la série 4-2[15]. C’était seulement la deuxième fois en 11 apparitions que Jackson perd une finale NBA.

Le 25 décembre 2008, Jackson est devenu le sixième entraîneur à gagner 1000 matchs, où les Lakers ont battu les Celtics dans leur premier match depuis la finale de l’année dernière. Il était encore une fois l'entraîneur ayant remporté 1 000 matchs le plus rapidement, surpassant Pat Riley, qui avait eu besoin de 11 matchs de plus que Jackson.

Jackson a de nouveau mené les Lakers à la finale NBA en 2009, battant le Jazz de l'Utah, les Rockets de Houston et les Nuggets de Denver dans la campagne de playoffs. Les Lakers remportent la finale 4-1 face au Magic d'Orlando et Phil Jackson devient l'entraîneur le plus titré de l'histoire de la NBA avec dix titres de champion devant Red Auerbach, l'entraîneur des Celtics de Boston dans les années 1960.

Le 3 février 2010, Jackson a enregistré sa 534e victoire comme entraîneur des Lakers, surpassant Pat Riley pour devenir l’entraîneur ayant le plus de victoires dans l'histoire de la franchise. Lors des playoffs 2010, ils ont défait le Thunder d'Oklahoma City, le Jazz de l'Utah et les Suns de Phoenix, avant de battre les Celtics de Boston dans les finales NBA 2010, ce qui lui a valu son 11e titre de la NBA en tant qu’entraîneur et son cinquième avec les Lakers[16].

Il annonce le qu'il rempile avec les californiens pour une dernière saison qu'il espère "grande", après avoir longuement réfléchi à la question et consulté ses médecins au sujet de ses problèmes de santé. Il déclare alors que la saison 2010-2011 serait sa dernière. Il a pris sa retraite après que les Lakers aient été balayés des playoffs en demi-finale de conférence par les futurs champions de la NBA, les Mavericks de Dallas.

Carrière de direction[modifier | modifier le code]

En 2014, Jackson a discuté pendant des mois avec les Knicks de New York au sujet d’un poste de direction avec l’équipe. Le 18 mars, il a été présenté comme président des Knicks après avoir signé un contrat de 60 millions de dollars d’une durée de cinq ans[4]. Le 21 avril 2014, plus d’une semaine après la fin de la saison, Mike Woodson et tout son personnel ont été congédiés par Jackson[17]. Les Knicks ont terminé la saison avec un bilan de 37-45 et ont terminé 9e dans la conférence Est.

Le 9 juin 2014, les Knicks ont embauché Derek Fisher comme entraîneur. Ce dernier a joué sous Phil Jackson aux Lakers et ont remporté cinq titres ensemble[18]. Le 7 janvier 2015, les Knicks ont établi un record de franchise avec 13 défaites consécutives. Ce record a été prolongé à 16 défaites consécutives après la défaite contre les Bucks de Milwaukee à Londres[19]. Ils ont terminé la saison avec le pire bilan de l'histoire de la franchise, avec seulement 17 victoires.

Le 28 juin 2017, les Knicks ont annoncé officiellement une décision mutuelle de se séparer de Jackson. Le raisonnement spéculé pour la séparation, était la tentative de Jackson de rachat de Carmelo Anthony et sa querelle publique avec Kristaps Porziņģis[5]. Le poste de Jackson est remplacé par son ancien subordonné, Steve Mills[20].

Palmarès[modifier | modifier le code]

En tant que joueur[modifier | modifier le code]

En tant qu'entraîneur[modifier | modifier le code]

Équipe Année Saison régulière Playoffs
Victoires Défaites % Classement Victoires Défaites % Résultat
Chicago 1989-1990 55 27 67,1 2e en division Centrale 10 6 62,5 Défaite contre les Pistons de Détroit en finale de Conférence
Chicago 1990-1991 61 21 74,4 1er en division Centrale 15 2 88,2 Champion NBA
Chicago 1991-1992 67 15 81,7 1er en division Centrale 15 7 68,2 Champion NBA
Chicago 1992-1993 57 25 69,5 1er en division Centrale 15 4 78,9 Champion NBA
Chicago 1993-1994 55 27 67,1 2e en division Centrale 6 4 60,0 Défaite contre les Knicks de New York en demi-finale de Conférence
Chicago 1994-1995 47 35 57,3 3e en division Centrale 5 5 50,0 Défaite contre le Magic d'Orlando en demi-finale de Conférence
Chicago 1995-1996 72 10 87,8 1er en division Centrale 15 3 83,3 Champion NBA
Chicago 1996-1997 69 13 84,1 1er en division Centrale 15 4 78,9 Champion NBA
Chicago 1997-1998 62 20 75,6 1er en division Centrale 15 6 71,4 Champion NBA
L.A. Lakers 1999-2000 67 15 81,7 1er en division Pacifique 15 8 65,2 Champion NBA
L.A. Lakers 2000-2001 56 26 68,3 1er en division Pacifique 15 1 93,8 Champion NBA
L.A. Lakers 2001-2002 58 24 70,7 2e en division Pacifique 15 4 78,9 Champion NBA
L.A. Lakers 2002-2003 50 32 61,0 2e en division Pacifique 6 6 50,0 Défaite contre les Spurs de San Antonio en demi-finale de Conférence
L.A. Lakers 2003-2004 56 26 68,3 1er en division Pacifique 13 9 59,1 Défaite contre les Pistons de Détroit en finale
L.A. Lakers 2005-2006 45 37 54,9 3e en division Pacifique 3 4 42,9 Défaite contre les Suns de Phoenix au premier tour
L.A. Lakers 2006-2007 42 40 51,2 2e en division Pacifique 1 4 20,0 Défaite contre les Suns de Phoenix au premier tour
L.A. Lakers 2007-2008 57 25 69,5 1er en division Pacifique 14 7 66,7 Défaite contre les Celtics de Boston en finale
L.A. Lakers 2008-2009 65 17 79,3 1er en division Pacifique 16 7 69,6 Champion NBA
L.A. Lakers 2009-2010 57 25 69,5 1er en division Pacifique 16 7 69,6 Champion NBA
L.A. Lakers 2010-2011 57 25 69,5 1er en division Pacifique 4 6 40,0 Défaite contre les Mavericks de Dallas en demi-finale de Conférence
Total 1155 485 70,4 229 104 68,8 11 Championnats NBA

NBA[modifier | modifier le code]

  • 11 titres NBA : Record NBA.
  • 13 finales disputées : Record NBA.
  • 1 155 victoires et 485 défaites en 20 saisons.
  • 229 victoires et 104 défaites en 20 campagnes de playoffs.
  • Record NBA du nombre de victoires en playoffs.
  • 70,5% de victoires en saison régulière : Record NBA.
  • 69,7% de victoires en playoffs : Record NBA.
  • 20 participations en playoffs en 20 ans de carrière d'entraîneur. Jackson n'a jamais manqué la qualification pour les playoffs : Record NBA.
  • 5e coach ayant le plus grand nombre de victoires en saison régulière.
  • Entraîneur des Bulls de Chicago en 1995-1996 ayant réalisé un bilan de 72 victoires et 10 défaites : 2e meilleur bilan de l'histoire NBA.
  • NBA Coach of the Year (Entraîneur de l'année) en 1996.
  • Best Coach/Manager ESPY Award en 2002, 2009 et 2010.
  • En 48 séries de playoffs où l'équipe de Phil Jackson a gagné le premier match de la série, Jackson s'est imposé 48 fois.

CBA[modifier | modifier le code]

Vie personnelle[modifier | modifier le code]

Jackson a cinq enfants (Brooke, Chelsea, Elizabeth, Ben et Charlie) et huit petits-enfants[21]. Il a épousé sa première femme, Maxine, en 1967. Ils ont divorcé en 1972. Il a épousé sa deuxième épouse, June, en 1974, mais ils ont aussi divorcé. Il est sorti avec Jeanie Buss, la fille du propriétaire des Lakers, Jerry Buss, qu’il a rencontré en 1999[22]. Les deux se sont fiancés en 2013[23]. Le 27 décembre 2016, ils ont annoncé la fin de leur engagement dans une déclaration conjointe sur Twitter.

Jackson a admis avoir consommé de la marijuana et du LSD dans le passé. En 2010, il a dit qu’il ne croyait pas que les prisons devraient être remplies de personnes poursuivies pour marijuana, mais il a dit que la Proposition 19 de la Californie, qui aurait légalisé la marijuana, était mal rédigée[24].

Jackson a reçu un diagnostic de cancer de la prostate en mars 2011. Il l'a annoncé aux joueurs des Lakers en mai 2011, quand ils ont été impliqués dans le second tour des playoffs contre les Mavericks de Dallas. Jackson a décidé de retarder son intervention chirurgicale après les séries éliminatoires[25].

En 2020, il joue dans la mini-série "The Last Dance" de Netflix et ESPN aux côtés de Michael Jordan, Scottie Pippen, Steve Kerr et Dennis Rodman.

Livres[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Théophile Haumesser, « Vidéo : Phil Jackson explique l'attaque en triangle », sur Basketsession.com (consulté le 13 mars 2016)
  2. Le Figaro, « Phil Jackson au Hall of Fame », sur Le Figaro.fr, (consulté le 5 juin 2020)
  3. (en) « Top 10 Coaches in NBA History », sur Basketball-Reference.com (consulté le 5 juin 2020)
  4. a et b « Avec Phil Jackson, nouveau président des Knicks, New York s'offre un avenir », sur Eurosport, (consulté le 5 juin 2020)
  5. a et b Bastien Fontanieu, « Phil Jackson est les Knicks, c'est terminé : le miracle s'est enfin produit dans New York City », sur TrashTalk, (consulté le 5 juin 2020)
  6. a b c d e f et g David Halberstam, Playing for Keeps: Michael Jordan and the World He Made, New York, Random House, , 252–53 p. (ISBN 0-679-41562-9, lire en ligne)
  7. (en) « 1974-75 NBA Leaders », sur basketball-reference.com (consulté le 16 décembre 2014).
  8. (en) « NBA & ABA All-Rookie Teams », sur basketball-reference.com (consulté le 16 décembre 2014).
  9. « NBA Finals 2000 – La rétrospective! Enfin une bagouze pour le Shaq! », sur Basket Retro, (consulté le 5 juin 2020)
  10. « NBA Finals 2002 – Le triplé des Lakers et le coup de balai des Nets », sur Basket Retro, (consulté le 5 juin 2020)
  11. « Le 15 mai 2003, les Spurs mettent fin au rêve de quadruplé des Lakers », sur Basket USA (consulté le 5 juin 2020)
  12. DavidKalmes1, « Les Detroit Pistons version 2003-2004, bourreaux des Lakers », sur Inside Basket (consulté le 5 juin 2020)
  13. (en-US) Howard Beck, « Phil Jackson and Lakers to Reunite 361 Days After Break-up », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le 5 juin 2020)
  14. (en) « 2006 NBA Western Conference First Round - Los Angeles Lakers vs. Phoenix Suns », sur Basketball-Reference.com (consulté le 5 juin 2020)
  15. Yanis Majri, « 2008 : Quand les Celtics étaient sur le toit de la NBA ! » (consulté le 5 juin 2020)
  16. « BUSSY BASKET CLUB | NBA FINALS 2010 : LES LAKERS CONSERVENT LEUR TITRE », sur bussybasketclub.com (consulté le 5 juin 2020)
  17. « NBA: l'entraîneur des Knicks, Mike Woodson, démis de ses fonctions », sur LExpress.fr, (consulté le 5 juin 2020)
  18. « NBA - New York Knicks : le nouvel entraîneur Derek Fisher veut "ramener un titre à New York" », sur Eurosport, (consulté le 5 juin 2020)
  19. « Pas de miracle à Londres pour les Knicks », sur Basket Infos (consulté le 5 juin 2020)
  20. (en) Official release, « Steve Mills named president, Scott Perry named general manager of New York Knicks », sur NBA.com (consulté le 5 juin 2020)
  21. (en) Jenna Goudreau, « LA Lakers' Jeanie Buss Doesn't Play By The Rules », sur Forbes (consulté le 5 juin 2020)
  22. (en-US) USA TODAY Sports, « Phil Jackson and Jeanie Buss getting married? », sur USA TODAY (consulté le 5 juin 2020)
  23. (en-US) « Phil Jackson Has Put A Ginormous Diamond Engagement Ring On Jeanie Buss' Hand », sur Deadspin (consulté le 5 juin 2020)
  24. (en) « Phil Jackson on Prop. 19: Legislation 'Poorly Written' », sur SLAM, (consulté le 5 juin 2020)
  25. « Phil Jackson : la révélation de son cancer lors des playoffs 2011 », sur BasketSession.com, (consulté le 5 juin 2020)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :