Nuggets de Denver

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Denver Nuggets)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Nuggets de Denver
Logo du Nuggets de Denver

Généralités
Noms précédents Rockets de Denver
1967–1974
Fondation 1967
Couleurs
Salle Pepsi Center
(19 099 places)
Siège Flag of Denver, Colorado.svg Denver
Drapeau du Colorado Colorado
Drapeau des États-Unis États-Unis
Championnat actuel NBA
Manager Vacant
Entraîneur Michael Malone
Palmarès principal
National[1] Néant

Maillots

 
Domicile jersey
Domicile jersey
 
Domicile shorts
 
Domicile
 
Extérieur jersey
Extérieur jersey
 
Extérieur shorts
 
Extérieur

Actualités

Pour la saison en cours, voir :
Saison 2019-2020 des Nuggets de Denver
0

Les Nuggets de Denver (en anglais : Denver Nuggets, « les pépites de Denver ») sont une franchise de basket-ball de la National Basketball Association (NBA). Ils concourent en tant que membre de la conférence Ouest, au sein de la division Nord-Ouest. Les Nuggets jouent leurs matchs à domicile au Pepsi Center, qu’ils partagent avec l’Avalanche du Colorado de la Ligue nationale de hockey (LNH) et le Mammoth du Colorado de la National Lacrosse League (LNL).

L’équipe a été fondée sous le nom de Larks de Denver en 1967 comme une franchise de l’American Basketball Association (ABA), mais a changé son nom pour Rockets de Denver avant la première saison. La franchise a de nouveau changé son nom pour les Nuggets en 1974. Après le changement de nom, les Nuggets ont joué pour le titre ABA en 1976, perdant contre les Nets de New York.

L’équipe a connu quelques périodes de succès, se qualifiant pour les playoffs ABA à chaque saison. L’équipe s’est jointe à la NBA en 1976 après la fusion ABA-NBA et s’est qualifiée pour les séries éliminatoires de la NBA durant neuf saisons consécutives dans les années 1980 et dix saisons consécutives de 2004 à 2013. Cependant, elle n’a pas fait son apparition dans une finale depuis sa dernière année au sein de l’ABA. À ce titre, elle est aussi la seule des quatre anciennes équipes ABA survivantes à n’avoir jamais atteint les finales NBA.

Historique de la franchise[modifier | modifier le code]

La toute première équipe a été fondé dans la National Basketball League (NBL) avant la saison 1948-1949. Après cette saison, la NBL a combiné avec la Basketball Association of America (BAA), avec le circuit nouvellement unifié nommé la National Basketball Association (NBA) pour refléter la fusion.

1967-1976 : Les années ABA[modifier | modifier le code]

Jouant à l’Auditorium Arena de Denver, les Rockets ont connu des succès précoces sur le terrain, développant une solide base de fans. Cependant, l’équipe avait une histoire d'éliminations en séries éliminatoires et n’a pas joué dans une finale ABA.

Au début, Denver avait une solide formation menée par Byron Beck et Larry Jones, puis par Beck et Ralph Simpson. Lonnie Wright des Broncos de Denver de la Ligue américaine de football américain a signé avec les Rockets au cours de cette première saison et est devenu le premier joueur à jouer au football américain professionnel et au basket-ball dans la même saison. Wright a joué quatre saisons avec Denver. La recrue controversée Spencer Haywood s’est jointe à l’équipe pour la saison 1969-1970. Haywood a été l’un des premiers joueurs à devenir professionnel avant d’être diplômé de l’université, et la NBA a d’abord refusé de le laisser jouer dans sa ligue. Haywood a obtenu en moyenne près de 30 points et 19,5 rebonds par match dans sa seule saison ABA, étant nommé MVP de la saison régulière, rookie de l’année, ainsi que MVP All-Star Game. L’équipe a terminé à 51-33, remportant sa division, avant de quitter les playoffs au second tour. Juste avant le début de la saison 1970-1971, Haywood a signé avec les SuperSonics de Seattle, sautant au sein de la NBA. L’équipe est tombée à un bilan de 30-54 et l’assiduité en a souffert.

Identité des Nuggets de Denver[modifier | modifier le code]

Ringsby a vendu l’équipe aux hommes d’affaires de San Diego, Frank Goldberg et Bud Fischer en 1972. En 1974, en prévision de son entrée dans la NBA et la nouvelle McNichols Arena, la franchise a organisé un concours pour choisir un nouveau surnom d’équipe, car "Rockets" était déjà utilisé par les Rockets de Houston. Le choix final a été "Nuggets", en l’honneur de l’équipe originale de 1948, la dernière année en tant que membre fondateur de la NBA.

Avec la signature du futur Hall of Famer, David Thompson, de Marvin Webster et les acquisitions de Dan Issel et Bobby Jones et avec Larry Brown comme entraîneur, ils ont réalisé leurs meilleures saisons dans l’histoire de l’équipe. Au Denver Auditorium Arena pour la dernière saison, l’équipe de 1974-1975 a fait une saison à 65-16, dont 40-2 à domicile. Cependant, une sortie rapide des playoffs a suivi.

En 1975-1976, dans leur nouvelle arène, les Nuggets ont battu le champion en titre, les Colonels du Kentucky, quatre matchs à trois, pour atteindre la finale 1976 de l’ABA pour la première fois. Finalement, ils ont perdu contre les Nets de New York de Julius Erving. Ils n’ont pas eu de deuxième chance de remporter un titre ABA, car la fusion ABA-NBA a eu lieu après cette saison. Les Nuggets, les Nets, les Pacers de l'Indiana et les Spurs de San Antonio ont fait leur entrée dans la NBA. Les Spirits of St. Louis et les Colonels du Kentucky ont été dissous[2].

1976-1982 : Débuts au sein de la NBA[modifier | modifier le code]

Menés par Dan Issel, Bobby Jones, David Thompson et Larry Brown sur le banc, les Nuggets remportent le titre de la division dans leurs deux premières saisons en NBA, et manquent le troisième titre d'une victoire. Mais à chaque fois, ils sont éliminés en play-offs. Comme les autres nouvelles équipes de la NBA, les Nuggets ont reçu de nombreuses questions financières, y compris un droit d’entrée de 2 millions de dollars. Red McCombs a acheté l’équipe en 1978.

Brown quitte le club en 1979, causant une brève récession sportive. Le club renoue avec le succès en 1981 à la signature de l'entraîneur Doug Moe. Il apporte la stratégie dite « Run and gun », un style de jeu concentré sur l'attaque, mené par Fat Lever et Alex English. Moe était également connu pour ne pas accorder autant d’attention à la défense que ses collègues. L’attaque a aidé l’équipe à devenir très compétitive. Les Nuggets des années 1980 sont une équipe au jeu séduisant, marquant régulièrement plus de 115 points par match. En 1981-1982, la franchise n'est qu'à une reprise sous la barre des 100 points. La série record de la NBA a été stoppée à 136 matchs consécutifs. Au cours de la saison 1981-1982, les Nuggets ont établi le record de la ligue pour la moyenne de points par match à 126,5 points.

1982-1989 : L'ère Alex English[modifier | modifier le code]

Ancré par les scoreurs Alex English et Kiki Vandeweghe aux deux positions d'ailiers, et Dan Issel en pivot, Denver a mené la ligue au scoring, avec Enlish et Vandeweghe ayant plus de 25 points par match chacun. C’était une nouvelle stratégie, permettant aux Nuggets de dominer la division Midwest et de se qualifier pour les playoffs pendant cette période. Le 13 décembre 1983, les Nuggets et les Pistons de Détroit combinent un total de 370 points, avec Détroit victorieux en triple prolongation, 186-184, ce qui constitue un record NBA. À la fin de la saison, Alex English a remporté le titre de meilleur marqueur de la NBA, devenant le seul Nugget à remporter le prix. En 1984-1985, ils se sont rendus en finale de conférence Ouest où ils ont perdu en cinq matchs contre les Lakers de Los Angeles.

Avant la saison 1984-1985, Vandeweghe a été échangé aux Trail Blazers de Portland contre Fat Lever, Calvin Natt et Wayne Cooper. Menée par Alex English et soutenue par les trois nouvelles acquisitions, et en défense Bill Hanzlik et T. R. Dunn, l’équipe a continué son succès dans la conférence Ouest malgré la perte de Vandeweghe. Ils ont même réussi à remporter 54 matchs au cours de la saison 1987-1988, le plus grand nombre qu’ils aient jamais remporté en tant qu’équipe de la NBA. Cependant, les Mavericks de Dallas ont éliminé les Nuggets au second tour des playoffs 1988. McCombs a vendu l’équipe à Sidney Shlenker en 1985, qui à son tour, a vendu l’équipe à COMSAT en 1989.

1989-1991 : Période de déclin[modifier | modifier le code]

Doug Moe quitte l’équipe en 1990 et est remplacé par Paul Westhead. Westhead a également cru en un style de jeu « Run and gun », et a donné le feu vert pour des joueurs comme Michael Adams et Chris Jackson pour tirer rapidement au panier après quelques secondes de possession.

Cependant, Westhead se souciait encore moins de la défense que Moe. En conséquence, les Nuggets ont encaissé des points si rapidement que même leur jeu offensif prolifique ne pouvait pas suivre. Ils ont terminé avec le pire bilan de la ligue au cours de la saison 1990-1991, même s’ils ont établi de nombreux records. Comme une insulte, de nombreux journalistes sportifs surnommé l’équipe à l’époque comme les "Enver Nuggets" (enlevant le "D", signifiant aucune défense).

1991-1996 : L'ère de Dikembe Mutombo[modifier | modifier le code]

Denver a franchi une étape positive dans la reconstruction en sélectionnant le pivot de Georgetown, Dikembe Mutombo en 1991. Mutombo a terminé deuxième derrière Larry Johnson pour le titre de rookie de l’année de la NBA cette saison-là. Denver a terminé avec un bilan de 24-58 cette année-là.

Denver a congédié Westhead avant la saison 1992-1993 et a embauché l’ancien joueur vedette Dan Issel comme successeur. Les Nuggets ont eu deux choix de draft cette année-là et ont sélectionné LaPhonso Ellis et Bryant Stith. Denver est passé à 36-46, ratant les playoffs.

Dikembe Mutombo sous les couleurs arc-en-ciel des Nuggets.

Denver a abandonné ses couleurs arc-en-ciel pour un marine foncé, or métallique et vin à partir de la saison 1993-1994. Mené par Mutombo, Mahmoud Abdul-Rauf (qui a changé son nom de Chris Jackson avant la saison), et Ellis, Denver a terminé avec sa première saison positive depuis l’ère Doug Moe, à 42-40. Denver a décroché la 8e place pour les playoffs, jouant le leader de la conférence Ouest, les SuperSonics de Seattle. Denver était un outsider lourd, ayant seulement un duo de joueurs avec une réelle expérience des séries éliminatoires de la NBA. Après avoir perdu les deux premiers matchs à Seattle, la série est revenue à Denver. Denver a remporté les deux matchs et égalé la série à 2. Les Nuggets ont fait l’histoire de la NBA dans le match 5, renversant Seattle en prolongation 98-94. Ils sont devenus la première équipe, classée 8e à vaincre une équipe classée 1re dans les playoffs NBA[3]. Denver a presque répété l’exploit avant de tomber face au Jazz de l'Utah en 7 matchs au second tour.

Denver a acquis Dale Ellis durant l'intersaison et sélectionné Jalen Rose lors de la draft 1995. Denver a lutté, provoquant Issel à démissionner comme entraîneur en cours de saison. L’entraîneur adjoint Gene Littles a pris le contrôle pendant une courte période avant de céder le poste au manager général, Bernie Bickerstaff. Denver a rebondi et a atteint la 8e place, qualificative en playoffs, terminant à l'équilibre, 41-41. Les Nuggets ont été balayés par les Spurs de San Antonio lors du premier tour.

Après cette saison, Denver a acquis Antonio McDyess dans un échange avec les Clippers de Los Angeles. McDyess a été le visage de la franchise pour les prochaines années, puisque Mutombo a quitté l'équipe après la saison 1995-1996 pour les Hawks d'Atlanta, Ellis manque la majorité des prochaines saisons en raison de blessures récurrentes au genou et à la jambe, Rose a été échangé aux Pacers de l'Indiana pour Mark Jackson, Abdul-Rauf a été échangé aux Kings de Sacramento avant la saison 1996-1997.

1997-2003 : Nouvelle période de déclin[modifier | modifier le code]

Après avoir terminé la saison 1996-1997 avec le quatrième pire bilan de la ligue (21-61), les Nuggets ont envoyé Antonio McDyess aux Suns de Phoenix, et Dale Ellis est retourné à Seattle. Denver a flirté avec l’histoire en 1997-1998, en établissant presque le plus petit nombre de victoires dans une saison régulière de 82 matchs, avec 11 victoires. Ils ont réalisé une série de 23 défaites de suite au cours de cette saison, soit un seul match de moins que les 24 défaites des Cavaliers de Cleveland au début des années 1980. La série de défaites a ensuite été brisée par les Cavaliers en 2011 et les 76ers de Philadelphie en 2014 avec 26 défaites consécutives. Plusieurs années plus tard, les Nuggets ont égalé le pire bilan de la NBA en 2002-2003, également avec les Cavaliers.

2003-2011 : L’ère Carmelo Anthony[modifier | modifier le code]

La renaissance des Nuggets de Denver semble s'amorcer en 2003 avec la draft qui leur apporte Carmelo Anthony. Ils signent également Earl Boykins, un petit meneur. Les Nuggets remportent en deux mois autant de matchs que la saison précédente ; et deviennent en avril la première équipe à atteindre les play-offs après une saison à moins de 20 victoires. Les Nuggets se qualifient lors du dernier match à la 8e et dernière place qualificative. Ils sont éliminés au premier tour par les Timberwolves du Minnesota.

Durant l'intersaison, Anthony participe aux Jeux olympiques et rapporte la médaille de bronze. Les Nuggets récupèrent Kenyon Martin des Nets du New Jersey contre quelques tours de draft pour former une équipe jeune et prometteuse qui semble en mesure de jouer dans les avant-postes de la ligue pour les saisons à venir.

L'équipe rencontre néanmoins des difficultés au démarrage de la saison 2004-05, l'entraîneur Jeff Bzdelik est limogé par le General Manager Kiki Vandeweghe, qui nomme à sa place George Karl à la fin janvier. Karl réalise une fin de saison extraordinaire avec 28 victoires pour 6 défaites et qualifie les Nuggets en 7e position dans la Conférence Ouest. Ils sont battus au premier tour par les Spurs de San Antonio.

L'été 2005 est calme pour les Nuggets qui n'enregistrent des mouvements d'importance qu'en février 2006 : un échange incluant 4 franchises envoie notamment les ailiers Ruben Patterson et Reggie Evans à Denver. Ces deux joueurs participent activement aux côtés de Carmelo Anthony, Earl Boykins, Marcus Camby, Andre Miller et Kenyon Martin à la conquête du premier titre de la division Northwest depuis 1988 avec 44 victoires pour 38 défaites. Les Nuggets sont éliminés dès le premier tour par les Clippers de Los Angeles en 5 matchs.

Pendant l'intersaison, J. R. Smith et le Français Yakhouba Diawara sont les deux seuls transferts importants, la franchise repart sur les mêmes bases que la saison précédente, les Nuggets sont un candidat sérieux au titre de champion de division.

Le , lors de la rencontre Knicks de New York face aux Nuggets de Denver au Madison Square Garden une bagarre générale éclate alors qu'il restait moins de deux minutes de jeu et que le sort de la partie était déjà joué (119 à 100 pour Denver). L'altercation intervient à la suite d'une faute grossière de Mardy Collins sur J. R. Smith parti en contre-attaque, les deux joueurs en viennent aux mains, puis le reste des joueurs, Nate Robinson et J. R. Smith se battent même dans les tribunes. La tension retombe après l'intervention de la sécurité et de certains joueurs qui tentent de calmer les esprits, c'est alors que Carmelo Anthony assène un coup de poing au visage de Mardy Collins, son coéquier Jared Jeffries tente de faire justice lui-même, mais les joueurs et la sécurité l'en empêchent, évitant ainsi que la situation ne dégénère davantage. On soupçonne Isiah Thomas entraîneur des Knicks d'avoir demandé à ses joueurs de durcir la fin de match, car les Nuggets ont conservé leur cinq majeur jusqu'à la fin pour humilier son équipe.[réf. nécessaire] Finalement dix joueurs sont expulsés par les arbitres, cette affaire rappelle une autre rixe entre Ron Artest et Ben Wallace. À l'époque Artest avait été suspendu pour le reste de la saison. Quelques jours plus tard, la NBA sanctionne Carmelo Anthony (qui tournait jusque-la à 33,8 points 7,7 rebonds 5,8 passes décisives, 1,8 interceptions et 1,2 contres par matchs) à 15 matchs de suspension, Nate Robinson et J. R. Smith écopent de 10 matchs, ainsi que 6 et 4 respectivement pour Mardy Collins et Jared Jeffries.

Allen Iverson rejoint les Nuggets le ainsi que Ivan McFarlin en échange de Joe Smith et André Miller. Pour ne pas payer la luxury tax, le la franchise de Denver échange Earl Boykins et Julius Hodge contre Steve Blake des Bucks de Milwaukee et ainsi réduit sa masse salariale.

Une série de 12 victoires consécutives en fin de saison, permet aux Nuggets, emmenés par Anthony, joueur du mois d'avril, de prendre la sixième place de la conférence ouest pour les playoffs 2007.

Lors des playoffs 2007, Denver est éliminé par les Spurs de San Antonio (futur champion) dès le premier tour : 4-1.

La saison 2007-2008 est décevante et l'entente Carmelo Anthony-Allen Iverson (malgré leur sélection pour le 5 de départ pour le All-Star Game) ne porte pas ses fruits et la déception se confirme en playoffs avec une élimination 4-0 au premier tour contre les Lakers, futur finalistes.

Lors de la saison 2008-2009, Marcus Camby est échangé contre des tours de drafts, puis Allen Iverson est échangé contre Chauncey Billups, le meneur vétéran des Pistons de Détroit. Billups est élu au All-Star Game par les entraîneurs mais David West l'ailier des Hornets de la Nouvelle Orléans est préféré à Carmelo Anthony. Les intérieurs Nenê et Chris Andersen s'affirment lors de la saison. Denver finit deuxième dans la conférence Ouest derrière les Lakers.

Lors des playoffs 2009, Denver élimine les Hornets 4-1 avec un match 4 où Denver égalise le record du plus large écart lors d'une victoire en playoffs 123-65 soit 58 points d'écart. Cela faisait 15 ans que l'équipe n'avait plus passé un tour en playoffs. Ils continuent d'ailleurs sur leur lancée en éliminant les Mavericks de Dallas en 5 matches, pour rejoindre leur première finale de conférence depuis 1985.

Lors des playoffs 2010, Denver se fait éliminer dès le premier tour par les Jazz de l'Utah (4-2).

La saison 2010-2011 démarre, avec les Rumeurs persistantes d'un transfert de la star, Carmelo Anthony. Malgré cela et la blessure de Kenyon Martin, les Nuggets bien renforcés par l'arrivée de Al Harrington et celle du rookie Gary Forbes, parviennent à rester dans le top 8 de la conférence.

Depuis 2011 : Reconstruction[modifier | modifier le code]

Devant le refus de Carmelo Anthony de prolonger avec Denver avec la possibilité de devenir agent libre au terme de la saison[4], Denver doit réaliser un échange avant la fin de celle-ci afin de pouvoir obtenir une compensation à son départ. À l'approche du All-Star Game, les rumeurs de son départ pour les Nets du New Jersey ou les Knicks de New York s’intensifient. Un accord est finalement conclu entre trois équipes, Denver, New-York et les Timberwolves du Minnesota[5]. Dans cette transaction, les Nuggets reçoivent Danilo Gallinari, Wilson Chandler, Raymond Felton, Kosta Koufos et Timofeï Mozgov et se séparent de Carmelo Anthony, Chauncey Billups, Anthony Carter, Renaldo Balkman et Shelden Wiliams[5].

Denver se fait éliminer au premier tour contre le Thunder d'Oklahoma City, sur le score de 4 à 1. Les Nuggets font un nouvel échange lors de la draft 2011 : Raymond Felton est échangé contre Andre Miller, un ancien Nugget. Lors de celle-ci, ils sélectionnent avec le vingt-deuxième choix l'ailier fort Kenneth Faried en provenance de l'université de Morehead State et l'arrière de l'université de Texas, Jordan Hamilton avec le vingt-sixième choix.

La franchise, privée de star avec également la décision de J.R. Smith de rejoindre Carmelo Anthony aux Knicks de New York à son retour de Chine, compte lors de la saison 2011-2012 principalement sur son duo de meneurs avec l'expérimenté André Miller et le jeune prometteur Ty Lawson ainsi que sur l'Italien Danilo Gallinari. Pour cette nouvelle saison Aaron Afflalo et André Miller sont nommés capitaine et vice capitaine des Denver Nuggets.

Le début de saison des Nuggets est meilleur que prévu, les Nuggets luttant pour une place en play-off. Grâce notamment à l'avènement de Kenneth Faried, qui prend la place de titulaire au poste 4, et de Danilo Gallinari, qui n'est pas étranger au bons résultats de la formation du Colorado.

Le , l'équipe se sépare de son pivot titulaire Néné, l'envoyant à Washington, en échange de JaVale McGee et Ronny Turiaf. Ce dernier est laissé libre par Denver quelques jours plus tard.

Lors de la draft 2012, ils choisissent l'arrière français Evan Fournier, en provenance de Poitiers Basket 86, avec leur vingtième choix, ainsi que Quincy Miller, choisi en trente-huitième position, ailier des Bears de Baylor.

En , l'ailier star des 76ers de Philadelphie Andre Iguodala débarque à Denver, impliqué dans l'échange impliquant quatre franchises et dont le transfert le plus important est le passage de Dwight Howard du Magic d'Orlando aux Lakers de Los Angeles[6]. Dans cette transaction, Aaron Afflalo et Al Harrington rejoignent le Magic d'Orlando[6].

Après une saison 2013 marquée par le meilleur bilan de son histoire, Denver est éliminé à la surprise générale au premier tour des playoffs par les Warriors de Golden State. Les Nuggets perdent leur manager général Masai Ujiri, fraîchement élu dirigeant de l'année et qui rejoint les Raptors de Toronto[7], et limogent leur entraîneur George Karl, lui aussi récompensé du titre d'entraîneur de l'année[8]. Ils engagent Brian Shaw quelques semaines après, au poste d'entraîneur[9]. Le 21 juin 2013, Tim Connelly a été annoncé comme nouveau manager général[10]. Andre Iguodala a été envoyé aux Warriors de Golden State dans un échange dans lequel ils ont acquis Randy Foye. Ils ont également signé le pivot J. J. Hickson, qui était auparavant avec les Trail Blazers de Portland et Nate Robinson, qui a joué pour les Bulls de Chicago. Ils ont également acquis Darrell Arthur des Grizzlies de Memphis et Joffrey Lauvergne en échange de Kosta Koufos.

La saison 2013-2014 fut difficile puisqu'elle a vu de nombreuses blessures touchées des joueurs clés. Les Nuggets ont terminé avec 36 victoires, leur pire bilan de victoires en 11 ans, et ont manqué les playoffs. Au cours de l’intersaison 2014, les Nuggets ont ramené Arron Afflalo en échange du français, Evan Fournier. Denver a également échangé leur premier choix de draft (#11) à Chicago pour acquérir deux choix de premier tour ultérieurs, qui ont été utilisés pour sélectionner Jusuf Nurkić et Gary Harris. Le 3 mars 2015, le manager général Tim Connelly a annoncé que l’entraîneur, Brian Shaw, avait été congédié[11]. Melvin Hunt prit l'intérim pour le reste de la saison[12].

En , Michael Malone est nommé au poste d'entraîneur, assisté de Jordi Fernández à partir de [13]. Lors de la draft NBA 2015, les Nuggets ont sélectionné Emmanuel Mudiay avec le 7e choix, qui était largement considéré comme le meilleur meneur de la cuvée. Le 14 juillet 2015, Ty Lawson a été arrêté à Los Angeles pour conduite sous stupéfiants, pour la deuxième fois en six mois[14]. Les Nuggets ont échangé Lawson une semaine plus tard aux Rockets de Houston avec un premier tour de draft qui a été utilisé pour sélectionner Juan Hernangómez[15].

Sous la direction de Michael Malone, les Nuggets de Denver ont commencé à s’améliorer tout en comptant principalement sur des jeunes joueurs composés d’Emmanuel Mudiay, Nikola Jokić, Gary Harris et Jusuf Nurkić. Le 27 janvier 2016, il a été annoncé que Mudiay et Jokić participeraient au Rising Stars Challenge au NBA All-Star Game 2016[16]. Ils terminent la saison 2015-2016 à la onzième place du classement, ratant les playoffs.

Au de la draft NBA 2016, les Nuggets ont ajouté le meneur de Kentucky, Jamal Murray ainsi que Juan Hernangómez, Malik Beasley et Petr Cornelie[17].

Logos successifs[modifier | modifier le code]

Effectif[modifier | modifier le code]

Nuggets de Denver
Effectif actuel
Entraîneur : Drapeau des États-Unis Michael Malone
Arrière / Ailier 5 Drapeau des États-Unis Will Barton Memphis
Ailier 6 Drapeau des États-Unis Keita Bates-Diop Ohio State
Pivot 10 Drapeau du Soudan / Drapeau des États-Unis Bol Bol (R) (TW) Oregon
Ailier 31 Drapeau de la Slovénie Vlatko Čančar (R) San Pablo Burgos
Ailier fort - Drapeau des États-Unis Tyler Cook (R) (TW) Iowa
Arrière / Ailier 3 Drapeau des États-Unis Torrey Craig USC Upstate
Arrière 30 Drapeau des États-Unis Troy Daniels VCU
Arrière 35 Drapeau des États-Unis P. J. Dozier South Carolina
Ailier / Ailier fort 9 Drapeau des États-Unis Jerami Grant Syracuse
Arrière 14 Drapeau des États-Unis Gary Harris Michigan State
Pivot 15 Drapeau de la Serbie Nikola Jokić (C) KK Mega Leks
Ailier fort 4 Drapeau des États-Unis Paul Millsap Louisiana Tech
Meneur 11 Drapeau des États-Unis Monte Morris Iowa State
Meneur / Arrière 27 Drapeau du Canada Jamal Murray Kentucky
Ailier fort / Pivot 7 Drapeau des États-Unis Mason Plumlee Duke
Ailier 1 Drapeau des États-Unis Michael Porter Jr. (R) Missouri
Ailier fort 32 Drapeau des États-Unis Noah Vonleh Indiana
(C) - Capitaine, (R) - Rookie, (TW) - Two-way contract, Injured Blessé

Palmarès[modifier | modifier le code]

En ABA[modifier | modifier le code]

  • Finaliste de l'ABA (1) : 1976.
  • Champion de Conférence (1) : 1976.
  • Champion de division (3) : 1970, 1975 et 1976.

En NBA[modifier | modifier le code]

Champion de division (1) : 2019

Meilleurs marqueurs de l'histoire de la franchise[modifier | modifier le code]

Place Nom du joueur Pays Points
1er Alex English 1980 - 1990 Drapeau des États-Unis États-Unis 21 645
2e Dan Issel 1975 - 1985 Drapeau des États-Unis États-Unis 14 659
3e Carmelo Anthony 2003 - 2011 Drapeau des États-Unis États-Unis 13 970
4e David Thompson 1975 - 1982 Drapeau des États-Unis États-Unis 9 834
5e Lafayette Lever 1984 - 1990 Drapeau des États-Unis États-Unis 8 081
6e Mahmoud Abdul-Rauf 1990 - 1996 Drapeau des États-Unis États-Unis 7 029
7e Nenê 2002 - 2012 Drapeau du Brésil Brésil 6 868
8e Kiki Vandeweghe 1980 - 1984 Drapeau des États-Unis États-Unis 6 829
9e Antonio McDyess 1995 - 1997 / 1998 - 2002 Drapeau des États-Unis États-Unis 6 555
10e Reggie Williams 1990 - 1996 Drapeau des États-Unis États-Unis 5 934
Dernière mise à jour :
En gras : Joueurs évoluant toujours dans la franchise

Records individuels de la franchise[modifier | modifier le code]

Records individuels
Statistique Nom du joueur Nombre
Meilleur marqueur Alex English 21 645 points
Meilleure moyenne Points/Match Alex English 25.9 points / match
Meilleur passeur Alex English 3 679 passes
Meilleure moyenne Passes/Match Nick Van Exel 8.4 passes / match
Meilleur rebondeur Dan Issel 5 707 rebonds
Meilleure moyenne Rebonds/Match Dikembe Mutombo 12.3 rebonds / match
Meilleur contreur Dikembe Mutombo 1 486 contres
Meilleur intercepteur Lafayette Lever 1 167 interceptions
Meilleur pourcentage au tir Mason Plumlee 59.5 %
3 points marqués J. R. Smith 768 tirs marqués
Meilleur pourcentage à 3 points Malik Beasley 40.5 %
Lancers-francs marqués Dan Issel 3 792 tirs marqués
Meilleur pourcentage au lancer-franc Mahmoud Abdul-Rauf 91.6 %
Matchs joués Alex English 837 matchs
Dernière mise à jour :
En gras : Joueurs évoluant toujours dans la franchise

Maillots retirés[modifier | modifier le code]

Sept membres des Nuggets ont vu leur numéro mis de côté, en hommage à leur impact sur la franchise, dans le cadre des maillots retirés [18] :

Références[modifier | modifier le code]

  1. Seuls les principaux titres en compétitions officielles sont indiqués ici.
  2. « Remember the ABA: Spirits of St. Louis », sur web.archive.org, (consulté le 23 mai 2020)
  3. « NBA - 7 mai 1994 : Denver réalise le premier upset 1-8 de l'histoire », sur Parlons Basket, (consulté le 23 mai 2020)
  4. (en) « Carmelo Anthony Says He'd Only Sign An Extension With The Knicks », sur huffingtonpost.com,
  5. a et b Julien Bordet, « Carmelo Anthony aux Knicks : les secrets d’un échange complexe »,
  6. a et b « Officiel : Dwight Howard aux Lakers », sur eurosport.fr,
  7. Antoine Pimmel, « Le GM des Nuggets, Masai Ujiri va être nommé dirigeant de l’année », sur basketsession.com,
  8. Syra Sylla, « Les Denver Nuggets se séparent de George Karl », sur basketsession.com,
  9. Antoine Pimmel, « Officiel : Brian Shaw est le nouveau coach des Denver Nuggets », sur basketsession.com,
  10. « Denver : Tim Connelly nouveau GM ? », sur Sport 365 (consulté le 27 mars 2020)
  11. « Les Nuggets de Denver limogent l'entraîneur Brian Shaw; Melvin Hunt assumera l'intérim (NBA) », sur RDS.ca, (consulté le 27 mars 2020)
  12. (en-US) « Melvin Hunt reportedly in the lead for Denver Nuggets' head coaching vacancy », sur DNVR, (consulté le 27 mars 2020)
  13. « Mike Malone prend la tête des Denver Nuggets », sur Francetvsport (consulté le 27 mars 2020)
  14. (en-US) « Ty Lawson Arrested For DUI For Second Time In Six Months », sur Deadspin (consulté le 27 mars 2020)
  15. (en) « Rockets Acquire Ty Lawson and Second-Round Pick from Denver », sur Houston Rockets (consulté le 27 mars 2020)
  16. (en) « Emmanuel Mudiay and Nikola Jokić Named to Rising Stars Challenge World Team », sur Denver Nuggets (consulté le 27 mars 2020)
  17. (en) « Denver Nuggets Select Murray, Hernangomez and Beasley in First Round of 2016 NBA Draft », sur Denver Nuggets (consulté le 27 mars 2020)
  18. « Retired or Honored Numbers », sur basketball-reference.com

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]