Pat Riley

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Riley.
Pat Riley Portail du basket-ball
Pat Riley.jpg
Fiche d’identité
Nationalité Drapeau des États-Unis États-Unis
Naissance (72 ans)
Rome, État de New York
Taille 1,93 m
Situation en club
Numéro 42, 12
Poste Arrière-ailier
Carrière universitaire ou amateur
1963-1967 Wildcats du Kentucky
Draft de la NBA
Année 1967
Position 7e
Franchise Rockets de San Diego
Carrière professionnelle *
Saison Club Moy. pts
1967-1968
1968-1969
1969-1970
1971-1972
1972-1973
1973-1974
1974-1975
1975-1976
1976
Rockets de San Diego
Rockets de San Diego
Rockets de San Diego
Lakers de Los Angeles
Lakers de Los Angeles
Lakers de Los Angeles
Lakers de Los Angeles
Lakers de Los Angeles
Suns de Phoenix
Carrière d’entraîneur
1981-1990
1991-1995
1995-2003
2005-2008
Lakers de Los Angeles
Knicks de New York
Heat de Miami
Heat de Miami
Basketball Hall of Fame 2008

* Points marqués dans chaque club dans le cadre des compétitions nationales et continentales.

Patrick James Riley, dit Pat Riley (né le à Rome, dans l'État de New York), est un ancien entraîneur de basket-ball américain qui a remporté cinq titres NBA en tant qu'entraîneur, en plus d’un autre titre en tant que joueur et un en tant qu'entraîneur-adjoint. Il est actuellement président du Heat de Miami[1], équipe avec laquelle il obtient deux nouveaux titres en 2012 et 2013.

Riley est réputé comme un entraîneur très dur envers ses joueurs, à qui il faisait subir des entraînements très physiques. Il fut également l'un des principaux utilisateurs de la stratégie dite du run and gun.

Biographie[modifier | modifier le code]

Pat Riley est un joueur athlétique et polyvalent, ailier réputé à l’université de Kentucky qui perd le titre NCAA en 1966 face à Texas Western (maintenant connue sous le nom de UTEP - University Texas El Paso). Riley a été drafté par l’équipe NFL (football américain) des Cowboys de Dallas au 11e tour de la draft 1967, mais il se lance dans le basket-ball. Il débute en 1967 en intégrant la nouvelle franchise des San Diego Rockets, où il restera trois saisons, avant d'être transféré aux Lakers de Los Angeles.

Riley est un joueur de banc au début des années 1970, avec les Lakers, avec qui il remporte le titre de champion en 1972. Il ne perce jamais réellement en tant que joueur, et prend rapidement sa retraite. Il retourne néanmoins en NBA au début des années 1980, en tant qu’entraîneur-assistant aux Lakers.

Riley accède au poste d’entraîneur en 1982, il remporte le titre dès sa première année en battant en finales les Sixers de Philadelphie, grâce au duo Magic Johnson - Kareem Abdul-Jabbar. Les deux équipes se retrouvent en finales l’année suivante, mais les Lakers sont balayés en 4 manches.

De retour en finales NBA en 1984, les Lakers perdent cette fois ci-contre les Celtics de Boston de Larry Bird. Cependant, Riley remporte son second titre en tant qu’entraîneur en 1985 quand les Lakers battent les Celtics en six manches lors des finales.

En 1986, les Lakers sont battus en 5 manches en finales de Conférence Ouest par les Rockets de Houston d’Hakeem Olajuwon et Ralph Sampson.

L’équipe des Lakers 1987 pilotée par Riley est considérée comme l’une des meilleures de l’histoire de la NBA. Grâce à Magic Johnson, James Worthy, Kareem Abdul-Jabbar, et des role players tels que Michael Cooper et Byron Scott, les Lakers retrouvent le titre de champion, une nouvelle fois face aux Celtics.

Un des plus célèbres moments de la carrière de Riley eut lieu pendant la célébration du titre, quand il promit à la foule de réaliser le doublé lors de la parade à Los Angeles. Bien que les Lakers version 1988 ne remportèrent pas autant de matchs que l’année précédente, ils deviennent la première équipe en 20 ans à réaliser le doublé face aux Pistons de Détroit.

En 1989, handicapés par les blessures, les Lakers se font balayer en 4 manches dans un remake des finales face aux Pistons.

Riley démissionne de son poste après une défaite en 5 manches face aux Suns de Phoenix durant les play-offs1990. Des rumeurs circulent sur son compte, le disant colérique et dur envers ses joueurs.

Malgré les rumeurs et la démission, il est nommé entraîneur de l’année pour la première fois à la fin de cette saison.

Il entame alors une carrière de commentateur télévisé qui ne dure qu’un an, après sa signature avec les Knicks de New York en 1991. Il remporte son second titre d’entraineur de l’année en 1993, et Riley retrouve les finales en 1994, où les Knicks sont battus au bout de 7 manches par les Houston Rockets.

Après la saison 1995, Riley démissionne des Knicks pour signer au Heat de Miami. Sa décision se fait aussi discrètement que rapidement, de nombreux fans se sentent trahis. Le pari de Riley s’avère d’autant plus risqué qu’il quitte une équipe encore finaliste il y a deux ans pour une nouvelle franchise qui n’a jamais passé un tour des play-offs en 8 ans d’existence.

Il reconstruit totalement la franchise en acquérant un des meilleurs pivots de la ligue, Alonzo Mourning, pour construire l’équipe autour d’un pivot prestigieux, comme du temps des Lakers avec Abdul-Jabbar, et des Knicks avec Patrick Ewing. Il fait également venir Tim Hardaway, pari risqué au regard des nombreuses blessures qui ont entaché la carrière du joueur. Dès sa première saison, il permet au Heat d’égaliser son record historique avec 42 victoires.

La progression continue en 1996-97, avec 61 victoires. Riley est alors nommé pour la troisième fois entraîneur de l’année. Le Heat parvient jusqu’en finales de Conférence mais est battu par les Bulls de Michael Jordan.

Les saisons suivantes sont victorieuses, mais le Heat ne perce pas en play-offs, en étant éliminé deux fois de suite par les rivaux new yorkais.

Au fil des années la franchise vieillit et le Heat n’arrive pas à trouver de remplaçants efficaces au duo Mourning (qui souffre de problèmes rénaux) / Hardaway. En 2001-02, pour la première fois de sa carrière, Pat Riley n’emmène pas son équipe en play-offs. Il est tellement dégouté de la performance du Heat en 2001-02 qu’il a déclaré avoir failli se limoger lui-même durant cette saison. Il réalise néanmoins une dernière saison en tant qu’entraîneur du Heat où une nouvelle fois l’équipe n’atteint pas les play-offs.

Au début de la saison 2003-04, il abandonne le poste d’entraîneur pour se consacrer à plein temps à son rôle de general manager.

Il revient sur le banc durant la saison 2005-2006 devant les résultats moyens de la franchise. Retour réussi pour l'un des meilleurs coachs de l'histoire du basket-ball puisqu'il mène Miami au titre suprême, Champion NBA, face aux Mavericks de Dallas d'Avery Johnson lors des finales 2006.

En dehors des terrains de basket-ball, Riley est connu pour son amitié avec Giorgio Armani, et pour son goût prononcé pour les costumes qu’il porte pendant les matchs.

Riley est le deuxième entraîneur le plus victorieux de l’histoire de la NBA, derrière Lenny Wilkens.

En avril 2008, il est introduit au Hall of Fame. La promotion 2008 comprend également entre autres Patrick Ewing et Hakeem Olajuwon.

En 2011, il est élu dirigeant de l'année pour avoir réussi à réunir LeBron James, Chris Bosh et Dwyane Wade sous le maillot du Heat de Miami.

En 2012 puis en 2013, il remporte le titre NBA en tant que dirigeant du Heat de Miami.

Palmarès[modifier | modifier le code]

Joueur[modifier | modifier le code]

Entraîneur[modifier | modifier le code]

Dirigeant[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Références[modifier | modifier le code]