Top Gun : Maverick

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Top Gun : Maverick
Description de l'image Top Gun - Maverick logo.svg.
Réalisation Joseph Kosinski
Scénario Ehren Kruger
Eric Warren Singer
Christopher McQuarrie
Musique Harold Faltermeyer
Hans Zimmer
Lady Gaga
Acteurs principaux
Sociétés de production Paramount Pictures
Skydance Media
Don Simpson/Jerry Bruckheimer Films
Pays de production Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Action
Durée 131 minutes
Sortie 2022

Série

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Top Gun : Maverick est un film américain réalisé par Joseph Kosinski, sorti en 2022.

Instructeur à Top Gun, « Maverick » (Tom Cruise) forme puis dirige des pilotes de chasse en vue d'une mission spéciale, aussi ardue que dangereuse.

Il s’agit de la suite du film Top Gun de Tony Scott, sorti en 1986, dont l'action se déroulait principalement à Topgun, l'école de formation au combat aérien de la marine américaine.

Il est présenté en avant-première au CinemaCon avant une présentation hors compétition au festival de Cannes 2022.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Le pilote de chasse et capitaine de vaisseau Pete « Maverick » Mitchell a ralenti délibérément ses promotions en trente ans de service afin de continuer de voler. Il est aujourd'hui pilote d'essai dans le désert des Mojaves pour le projet d'avion hypersonique nommé The Darkstar. Après un vol à plus de Mach 10, son prototype prend feu et « Maverick » s'éjecte. Le programme d'essai prend fin. L'amiral Cain, en charge du programme, souhaite interdire « Maverick » de vol[réf. nécessaire].

« Maverick » est convoqué à la base aéronavale de North Island pour entraîner un groupe de diplômés de l'école de chasse Top Gun. Pour cette mission spéciale, il est réclamé par son ami et ancien pilote rival, l’amiral Tom « Iceman » Kazansky, devenu le commandant de la Flotte U.S. du Pacifique[réf. nécessaire]. Parmi eux se trouve le lieutenant Bradley « Rooster » Bradshaw, le fils de son défunt meilleur ami et navigateur Nick « Goose » Bradshaw. Le vice-amiral Simpson, qui supervise la mission, signifie à « Maverick » qu'il a le choix de refuser mais qu'il s'agira de son dernier poste comme pilote de chasse, un refus entraînant automatiquement une interdiction définitive de vol.

« Maverick » retrouve son amie Penny, fille d'amiral[1] laquelle tient le bar proche de l'école d'aviation et vit avec sa fille Amelia, adolescente. Lorsque « Maverick » se présente comme instructeur, les officiers supérieurs qui dirigent l'école l’informent de la mission particulière des pilotes réunis à Top Gun : détruire une installation en haute montagne destinée à la fabrication d'uranium enrichi. Une nation hostile, non nommée, développe cette usine avec l’intention de l'utiliser contre les États-Unis ou contre leurs alliés dans la région. L'équipe de pilotes est chargée de détruire cette cible, bien protégée par son emplacement très particulier : un cirque montagneux au fond d’un canyon, défendu par plusieurs batteries de missiles anti-aériens.

« Maverick » fait connaissance avec les pilotes d’élite, lesquels l'accueillent froidement. L'un d'eux, Jake « Hangman » Seresin, garde cyniquement ses distances avec les autres pilotes, « Maverick » inclus. Une forte tension se développe entre « Maverick » et « Rooster » lorsqu’ils se rencontrent, laquelle se transforme en hostilité. Il faut les séparer après un début de bagarre. « Rooster » reproche notamment à « Maverick » d'avoir freiné sa carrière.

Lorsque la formation aérienne commence, les pilotes constatent les grandes compétences de « Maverick » en combat aérien. Aucun d'entre eux ne parvient à le vaincre à l'entraînement. Ceux-ci révisent leur opinion négative à son égard ; certains d'entre eux apprécient la virtuosité et l'expérience aérienne exceptionnelle de « Maverick ». Celui-ci favorise également la création d'un esprit d'équipe, par exemple en organisant une partie de football américain aux règles particulières sur la plage.

« Maverick » revoit une dernière fois Iceman, amiral quatre étoiles, qui affronte une lourde maladie. Il explique à « Maverick » la gravité de la situation et l'importance qu'il attache à la réussite de cette mission. Iceman le conseille sur le comportement à adopter vis-à-vis de Rooster.

Décollage d'un Super Hornet F/A18E de l' USS Theodore Roosevelt (CVN 71)

Prenant les choses à cœur, « Maverick » présente un plan d’attaque aux deux amiraux chargés de superviser la mission. « Maverick » préconise une équipe de deux F/A-18F Super Hornet biplaces, chacun avec une escorte d'un F/A-18E Super Hornet monoplace. Les quatre chasseurs multi-rôles seraient lancés à partir d'un porte-avions et voleraient à très basse altitude et à très grande vitesse dans le canyon pour éviter d'être détectés par les radars des dispositifs anti-aériens SAM, avant d’atteindre les installations atomiques. Les chasseurs feraient alors l’ascension des parois du cirque montagneux, bombarderaient l’installation d’enrichissement d’uranium et la détruiraient avant de se replier. Pour sortir du cirque montagneux, les avions cabreraient suivant une pente dangereusement raide, repoussant les limites des performances des F/A-18. En effet, cette forte montée réclame une accélération de 9,5 G, soit deux G au-dessus des performances maximales spécifiées. Une fois cette manœuvre aérienne dangereuse accomplie, les jets seraient la cible des missiles sol-air ennemis, en entrant dans leur champ de détection par radar. Dans cette optique, « Maverick » évalue et sélectionne, parmi les douze pilotes, ceux capables d'endurer l'approche et les manœuvres à très basse altitude et à très grand facteur de charge requises pour la mission.

« Iceman » meurt. Le vice-amiral Simpson décide aussitôt de retirer ses fonctions à « Maverick » et l'interdit définitivement de vol. Doutant du plan de « Maverick », il préconise un autre schéma d'attaque, en altitude et plus lentement. « Maverick » prend sans autorisation les commandes d'un avion de chasse pour démontrer à tous que son plan est parfaitement opérationnel.

Un Su-57 semblable aux chasseurs ennemis du film.

La date de la mission étant subitement avancée, en raison de l'annonce de l'arrivée imminente dans l'installation ennemie du premier lot d'uranium à enrichir, le vice-amiral Simpson, malgré ses réticences, désigne « Maverick » comme chef de celle-ci. « Maverick » choisit « Phoenix » et son navigateur « Bob » comme ailiers, le second groupe étant composé de « Payback » et de « Fanboy » avec, contre toute attente, « Rooster » affecté à leur escorte. « Hangman » est affecté au groupe de remplacement. Une fois la sélection effectuée, la mission est lancée sous la direction de « Maverick. »

L'approche à basse altitude fonctionne efficacement, empêchant les missiles SAM de déclencher leur tir à leur approche. Le passage à 9,5 G est franchi après la destruction de l'installation atomique par bombardement aérien. Cependant, la destruction de sa piste d'envol par des missiles mer-sol met évidemment l'ennemi en alerte tandis que patrouillent des avions ennemis modernes (ressemblant fortement au Soukhoï Su-57 mais simplement désignés comme étant de cinquième génération) ; ils cherchent à détruire le groupe d’attaque conduit par « Maverick ». Ce dernier voit que Rooster est sur le point d'être abattu par les appareils hostiles ; il s'interpose entre Rooster et un missile pour le sauver au prix de son propre avion. « Maverick » s'éjecte avant que son F/A-18 n'explose en vol. Au sol dans la neige, il est bientôt repéré par un hélicoptère d'attaque (ressemblant au Mi-24 Hind). L’hélicoptère ennemi est détruit par Rooster, de retour pour protéger « Maverick » ; bientôt touché également par un missile sol-air, Rooster s'éjecte à son tour. Le duo au sol explore la zone boisée pour tenter de découvrir un moyen de s'échapper du territoire ennemi.

Un F-14B et un F/A-18F en 2005

En contrebas, ils repèrent la base aérienne ennemie, aux pistes détruites par le bombardement d'appui. En désordre, elle présente des avions de chasse intacts, sans surveillance, dont un F-14 Tomcat reconditionné. Les deux pilotes s'emparent du F-14, et décollent du taxiway intact, avec l'espoir de retourner au porte-avions. Rooster déclenchant sa balise de détresse dans le Tomcat, les contrôleurs aériens du porte-avions américain découvrent qu'il est vivant. La balise se déplaçant à vitesse supersonique, ils en concluent qu'il a dérobé un avion ennemi. En l'air, les deux pilotes américains sont rapidement repérés au radar par deux appareils ennemis de cinquième génération. « Maverick », fin connaisseur des capacités du Tomcat, les engage et les détruit. À court de munitions et désormais sans défense, ils sont interceptés par un troisième appareil ennemi venant de la mer et leur barrant la route. Celui-ci est abattu par Hangman, qui a décollé du porte-avions pour couvrir le F-14 de « Maverick » et Rooster.

Volant en formation, ils s'en retournent vers le porte-avions. « Maverick » apponte avec son F-14 sans train d'atterrissage avant ni crosse d'appontage, la barrière d'arrêt du porte-avions étant déployée pour leur sauver la vie. Le personnel navigant et l'équipage célèbrent le retour de « Maverick » et des autres pilotes[2],[3]. « Maverick » ayant descendu deux avions supplémentaires au cours de la mission, en plus des trois « MiG 28 » qu'il avait abattus en 1986, acquiert le statut d'as de l'aviation.

Un P-51D semblable à celui de Maverick

Penny retrouve « Maverick » dans le hangar où il entretient un P-51 Mustang avec l'aide de Rooster. « Maverick » s'envole en P-51 avec Penny en place arrière [4].

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Icône signalant une information Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section peuvent être confirmées par la base de données IMDb.

Distribution[modifier | modifier le code]

  • Version québécoise
    • Direction artistique : Sébastien Reding
    • Studio de doublage : Cinélume

Production[modifier | modifier le code]

Genèse, développement et distribution des rôles[modifier | modifier le code]

L'idée de donner une suite à Top Gun émerge dès 2010 lorsque Paramount Pictures propose le projet au producteur Jerry Bruckheimer et au réalisateur Tony Scott. Christopher McQuarrie est approché pour écrire le scénario, dans lequel le personnage de Tom Cruise, Maverick, n'aurait qu'un rôle mineur[9]. Le scénario est finalement écrit par Peter Craig[10], Justin Marks[11] et Ashley Miller. La participation de Tom Cruise est ensuite remise en cause[12].

Tony Scott explique alors ses idées pour ce nouveau film Top Gun : « Ce monde me fascine, parce qu'il est si différent que ce qu'il était initialement. Mais je ne veux pas faire un remake. Je ne veux pas faire une réinvention. Je veux faire un nouveau film[13]. » L'intrigue évoque la fin des pilotes de combat aérien[11], remplacés par des drones de combat[14]. Maverick devrait piloter un F/A-18 Super Hornet[15].

Après le suicide de Tony Scott en , le projet de suite est remis en question. Jerry Bruckheimer souhaite cependant le relancer, notamment grâce à l'intérêt des acteurs Tom Cruise et Val Kilmer[16],[17]. De plus, le producteur, qui était anciennement lié aux Walt Disney Studios, collabore à nouveau avec Paramount Pictures, qui avait produit Top Gun[18].

Le projet est relancé en 2014. Le producteur Jerry Bruckheimer déclare à The Hollywood Reporter que la suite est toujours d'actualité et évoque même une idée de départ : « Les pilotes sont devenus obsolètes à cause des drones. Tom Cruise va leur montrer qu'ils ne sont pas obsolètes. Ils sont là pour rester »[19]. Quelques mois plus tard, le nom de Justin Marks est évoqué pour écrire le scénario[20]. En , Val Kilmer évoque son envie de revenir pour une suite[21].

En , Tom Cruise révèle le titre du film, Top Gun: Maverick[22]. Joseph Kosinski est ensuite confirmé comme réalisateur[23]. Val Kilmer fait quant à lui « campagne » sur sa page Facebook pour apparaitre dans le film. Sa présence est confirmée en [8].

En , Nicholas Hoult, Miles Teller et Glen Powell sont évoqués pour interpréter le fils de Goose, le personnage campé par Anthony Edwards dans le premier film[24]. Finalement, Miles Teller est engagé pour l'incarner[25]. Le réalisateur Joseph Kosinski l'avait déjà dirigé dans son précédent film, Line of Fire (2017).

Tournage[modifier | modifier le code]

Le tournage débute le à San Diego en Californie[26],[27],[28].

Les prises de vues ont notamment lieu à South Lake Tahoe, Naval Air Station Lemoore, Naval Air Station Whidbey Island à Oak Harbor, Naval Air Station Patuxent River, Los Angeles, comté d'El Dorado, forêt nationale d'Eldorado et Lake Tahoe Basin Management Unit[29].

Musique[modifier | modifier le code]

Top Gun: Maverick
Music From the Motion Picture

Bande originale de Harold Faltermeyer, Lady Gaga et Hans Zimmer et divers artistes
Sortie
Durée 43:35
Genre musique de film
Compositeur
Producteur Lorne Balfe
Label Interscope

La musique du film est composée par Harold Faltermeyer, déjà à l'œuvre sur le premier film[30], Hans Zimmer et Lady Gaga. Cette dernière est la coauteure et l'interprète de la chanson originale Hold my hand[31]. Lorne Balfe est le producteur musical du film.

Le CD de la bande originale du film est annoncé pour une sortie le 27 mai 2022 chez le label Interscope Records. Il contient huit compositions instrumentales totalisant une durée d'un peu plus de 30 minutes ainsi que quatre chansons : Hold My Hand par Lady Gaga, le titre phare du premier film Danger Zone par Kenny Loggins, une reprise live du standard Great Balls of Fire par l'acteur Miles Teller ainsi que la chanson originale I Ain't Worried du groupe One Republic.

Liste des titres[modifier | modifier le code]

Toutes les chansons sont écrites et composées par et interprétés par Harold Faltermeyer, Lady Gaga, et Hans Zimmer sauf pour les exceptions notées.

No TitreAuteurInterprètes Durée
1. Main Titles (You've Been Called Back to Top Gun)Harold Faltermeyer 2:30
2. Danger ZoneKenny Loggins 3:36
3. DarkstarFaltermeyer, Lorne Balfe 3:01
4. Great Balls of Fire (live)Miles Teller 1:55
5. You're Where You Belong / Give 'Em HellBloodPop, Hans Zimmer, Lady Gaga 5:46
6. I Ain't WorriedOneRepublic 2:28
7. Dagger One is Hit / Time to Let GoFaltermeyer, Zimmer, Balfe, Max Aruj 5:06
8. Tally Two / What's the Plan / F-14Andrew Kawczynski, Zimmer, Balfe 4:34
9. The Man, The Legend / Touch DownZimmer, Faltermeyer, Tucker, Lady Gaga 3:54
10. Penny Returns (interlude)Zimmer, Tucker, Lady Gaga 2:47
11. Hold My Hand
  • Gaga
  • Michael Tucker
Gaga 3:45
12. Top Gun Anthem 4:13
43:35

Accueil[modifier | modifier le code]

Dates de sortie[modifier | modifier le code]

Le film devait initialement sortir aux États-Unis le et en France le . Cependant, en , il est annoncé que le film est repoussé à l'été 2020, pour peaufiner davantage les scènes aériennes[32]. La première bande-annonce est dévoilée le au Comic-Con de San Diego[33]. Le film devait donc sortir aux États-Unis le et en France le . Cependant, à la suite de la pandémie de Covid-19, la sortie est à nouveau repoussée en 2021. En , Paramount a annoncé que le film sortira à la fois au cinéma et sur Paramount+ après 45 jours de sortie cinéma. En , le film est une nouvelle fois repoussé au pour éviter la concurrence avec Mission impossible 7[réf. nécessaire]. En , la sortie américaine est une nouvelle fois repoussée au car Paramount pense que la pandémie menace toujours le succès d'une sortie en salles. Paramount Pictures France annonce ensuite la date française pour le [34].

En mars 2022, il est annoncé que le film sera présenté lors du festival de Cannes 2022 le 18 mai 2022[35]. Avant cela, il est projeté en avant-première au CinemaCon le [36].

Critique[modifier | modifier le code]

Le film reçoit des critiques très positives. Sur l'agrégateur américain Rotten Tomatoes, il récolte 97 % d'opinions favorables pour 315 critiques et une note moyenne de 8,210. Le consensus suivant résume les critiques compilées par le site : « Top Gun: Maverick réussit un exploit encore plus délicat qu'une plongée inversée 4G, livrant une suite tardive qui surpasse son prédécesseur dans un style extrêmement divertissant[37] ». Sur Metacritic, il obtient une note moyenne de 78100 pour 60 critiques[38].

En France, le film obtient une note moyenne de 3,65 sur le site AlloCiné, qui recense 31 titres de presse[39]. Du côté des avis positifs, on peut notamment lire dans CinemaTeaser : « Dans ce spectacle virtuose, taillé évidemment sur mesure pour le (très) grand écran, la licence Top Gun se trouve une légitimité presque inédite et retrouve une nouvelle jeunesse : son dernier tiers joue habilement avec ses recettes pour les faire muter, comme si subsistait toujours en Tom Cruise une petite part d’Ethan Hunt. » Josué Morel du site Critikat.com écrit notamment « Top Gun : Maverick prouve que Hollywood peut encore produire de singuliers blockbusters et, bonne nouvelle, qu’on n’en a pas fini avec Tom Cruise ». Pour Dernières Nouvelles d'Alsace, le film propose « de l’action de haut vol, avec des scènes de combat aérien inégalées et inoubliables ». Pour Antoine Desrues du site Écran Large, cette suite surpasse le premier film « avec ses séquences de vol diablement spectaculaires » et « permet à Tom Cruise d'interroger sa propre légende pour mieux affirmer qu'il est le meilleur ». Adam Sanchez du magazine GQ écrit notamment : « À ceux qui se demandaient si ce nouvel opus parviendrait à reproduire la magie du film original, le spectacle n’a besoin que de quelques minutes pour le prouver, et ce même s’il joue une partition connue par avance[39]. »

Du côté des avis négatifs, Mathieu Macheret du Monde reproche au film sa nostalgie : « sur un registre fétichiste, les scènes, lieux et personnages de son modèle, érigé ici en référence indépassable, et dupliqué mécaniquement sans une once de créativité ». Dans Libération, Marius Chapuis écrit : « Il n’y a que l’action pour sauver Maverick du désastre. Sans être d’une bouleversante nouveauté, les scènes d’entraînement et de combat aérien travaillent joliment le rythme, accélérant sans virer au frénétique et ralentissant quand il le faut pour redonner de l’air et de l’importance au mouvement. » Pour Olivier De Bruyn des Échos le film, « du premier au dernier plan, coche toutes les cases du blockbuster certifié conforme : scènes d'action évidemment spectaculaires, musique évidemment assourdissante (Hans Zimmer dirige la partition), héros évidemment super-héroïque et histoire évidemment prévisible[39] ».

Box-office[modifier | modifier le code]

Pays ou région Box-office Date d'arrêt du box-office Nombre de semaines
Drapeau des États-Unis États-Unis
Drapeau du Canada Canada
525 444 936 $[40] 4 (en cours)
Drapeau de la France France 4 255 825 entrées[41] 5 (en cours)
Monde Total hors États-Unis 486 100 000 $[40] 5 (en cours)
Monde Total mondial 1 011 544 936 $[40] 5 (en cours)

En France, le jour de sa sortie, le film se classe en première position du box-office des nouveautés avec ses 320 887 entrées, dont 120 473 en avant-première, pour 790 copies. Il devance largement la comédie franco-belge Hommes au bord de la crise de nerfs et ses 16 391 entrées[42]. Après son premier week-end d'exploitation, la suite de Top Gun supplante déjà son rival Doctor Strange in the Multiverse of Madness pour le record 2022 du démarrage au box-office, en réalisant 1 529 608 d'entrées[43]. La semaine suivante, la première du mois de juin 2022, Top Gun : Maverick reste en haut du box-office en engrangeant plus d'un million d'entrées (1 188 176) et frôlant les 3 millions d'entrées cumulées (2 717 784)[44].

Aux États-Unis, Top Gun : Maverick signe le meilleur démarrage d'un long-métrage dans la carrière de Tom Cruise, ainsi que le meilleur démarrage pour un week-end de Memorial Day, en engrangeant 156 millions de dollars[45]. La deuxième semaine de son exploitation en Amérique du Nord, le film engrange 86 millions de dollars pour atteindre les 291 millions de dollars cumulées. Tom Cruise bat ici son précédent records d'exploitation pour une seconde semaine, jusque-là détenu par son film La guerre des mondes, en 2005, qui avait cumulé 243 millions de dollars[46].

Distinction[modifier | modifier le code]

Autour du film[modifier | modifier le code]

  • Le film est dédié à Tony Scott, mort en 2012, réalisateur du premier film Top Gun et qui avait envisagé la réalisation de cette suite[48].
  • Le Darkstar que pilote Maverick au début du film, inspiré du SR-71 Blackbird, porte le logo de la division Skunk Works de la société Lockheed, laissant supposer que la base du Désert des Mojaves est celle de Groom Lake (connue sous le nom de Zone 51).
  • Jennifer Connelly conduit une Porsche 911 S de 1973, en hommage au personnage de Charlotte « Charlie » Blackwood qui conduisait une Porsche 356 Spider. Tom Cruise pilote de nouveau la même Kawasaki GPZ 900R présente dans le premier film, ainsi qu'une Kawasaki Ninja H2R.
  • Le F-14 présent dans le film est réalisé en images de synthèse, le dernier F-14 américain ayant volé pour la dernière fois en 2006[49].
  • Comme dans le premier film, le pays ennemi n'est pas nommé, les visages des pilotes n'apparaissent pas et ils ne prononcent aucune parole. La présence d'avions de cinquième génération, de F-14 Tomcat[50], la cocarde évoquant le Simorgh, l'environnement montagneux et la cible de la mission (un site d'enrichissement de combustible nucléaire) suggèrent fortement l'Iran à certains commentateurs[51].
  • Dans la version originale, la voix de Val Kilmer, alias Tom « Iceman » Kazansky, a été recréée grâce aux algorithmes d'une société spécialisée. L'acteur a dû fournir quarante années d'archives audio[52].
  • Le P-51D Mustang de Maverick appartient à Tom Cruise depuis 2001. Il le pilote dans les scènes de vol[53].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Personnage évoqué dans un dialogue du premier film voir lien
  2. (en) « Top Gun: Maverick (2020) – New Trailer - Paramount Pictures » [archive du ] (consulté le )
  3. (en) « New Poster from Top Gun: Maverick Available Now » [archive du ], Filmoria.co.uk (consulté le )
  4. https://worldwarwings.com/tom-cruises-p-51-mustang-startup-and-take-off/
  5. (en) « Film and Television Tax Credit Program Program 2.0 », sur California Film Commission (consulté le ), p. 9.
  6. (en) Release info sur l’Internet Movie Database.
  7. Streaming sur Paramount+ après 45 jours de sortie cinéma.
  8. a et b « Top Gun 2 : Val Kilmer de retour aux côtés Tom Cruise ! », sur Allociné, (consulté le ).
  9. (en) Claude Brodesser-Akner, « Top Gun 2 is Heading to the Runway », sur New York magazine, (consulté le ).
  10. (en) Ben Fritz, « Tony Scott dead: Director was set for 'Top Gun 2' », sur Los Angeles Times, (consulté le ).
  11. a et b (en) Marianne Zumberge, « ‘Top Gun 2′ to Feature Maverick, Drone Warfare », Variety, (consulté le ).
  12. « Tony Scott aux commandes de “Top Gun 2” ? », sur Allociné, (consulté le ).
  13. (en) Gregory Ellwood, « Exclusive: Tony Scott Doesn't Want a Remake or Reinvention for Top Gun 2 », sur HitFix, (consulté le ).
  14. (en) Ben Fritz, « Tony Scott dead: Director was set for 'Top Gun 2' », sur Los Angeles Times, (consulté le ).
  15. (en) Gillian Rich, « Boeing Super Hornet Appears To Be In 'Top Gun' Sequel Not Lockheed F-35 », sur Investor's Business Daily, (consulté le ).
  16. (en) « 'Top Gun' producer Jerry Bruckheimer reveals how he won over Tom Cruise », sur Yahoo!, (consulté le ).
  17. (en) « Jerry Bruckheimer says Top Gun 2 is still on the cards », sur Flickering Myth, (consulté le ).
  18. « "Le Flic de Beverly Hills" et "Top Gun 2" relancés par Jerry Bruckheimer », sur Allociné, (consulté le ).
  19. « Top Gun 2 : Tom Cruise face à des drones ? », sur Allociné, .
  20. « Ça se précise pour Top Gun 2 ! », sur Allociné, .
  21. « Top Gun 2 : Val Kilmer est prêt à redécoller », sur Allociné, .
  22. (en) « In Which Tom Cruise Reveals The Title Of The TOP GUN Sequel », (consulté le ).
  23. (en) Mike Fleming Jr, « Paramount Sets ‘Top Gun 2’ For July 2019; Joseph Kosinski Firmed For Tom Cruise Pic », sur Deadline, (consulté le ).
  24. « Top Gun 2 : Nicholas Hoult, Miles Teller et Glen Powell en lice pour jouer un rôle majeur dans la suite », sur Allociné, (consulté le ).
  25. « Après Les 4 Fantastiques, Miles Teller arrive dans Top Gun : Maverick - Actualité Film », sur ÉcranLarge.com, (consulté le ).
  26. (en) Robert Mitchell, « Tom Cruise Shares First Look Photo as ‘Top Gun 2’ Begins Production », sur Variety, (consulté le ).
  27. (en) Jermaine Ong, « Top Gun 2: Tom Cruise shares photo on first day of production on 'Top Gun' sequel », sur 10News, (consulté le ).
  28. « Top Gun 2 : Tom Cruise annonce le début du tournage en photo ! », sur Allociné, .
  29. (en) Locations sur l’Internet Movie Database
  30. (en) « Harold Faltermeyer to Return for ‘Top Gun: Maverick’ », sur FilmMusicReporter, (consulté le ).
  31. « Lady Gaga : le single "Hold My Hand" pour le film "Top Gun : Maverick" le 3 mai », sur chartsinfrance.net (consulté le )
  32. « Top Gun 2 repoussé d'une année », sur Allociné, (consulté le ).
  33. (en) Matt Patches, « Tom Cruise surprises Comic-Con with first footage from Top Gun 2 », sur Polygon, (consulté le ).
  34. « https://www.allocine.fr/article/fichearticle_gen_carticle=18702363.html », sur Allociné, (consulté le ).
  35. « Tom Cruise viendra présenter le nouveau et très attendu "Top Gun" au prochain Festival de Cannes », sur Franceinfo, (consulté le )
  36. « Top Gun avec Tom Cruise : applaudissement, émotion, hommage et fan service... les premières critiques de Maverick sont tombées et elles sont très enthousiastes ! », sur Allociné, (consulté le ).
  37. (en) « Top Gun: Maverick (2022) », sur Rotten Tomatoes, Fandango Media (consulté le )
  38. (en) « Top Gun: Maverick Reviews », sur Metacritic, CBS Interactive (consulté le )
  39. a b et c « Top Gun : Maverick - critiques presse », sur AlloCiné (consulté le )
  40. a b et c (en) « Top Gun: Maverick », sur Box Office Mojo (consulté le )
  41. « Top Gun: Maverick », sur JP's Box-Office (consulté le )
  42. Laëtitia Forhan, « Box-Office France : Top Gun Maverick poursuit son irrésistible ascension », sur allocine.fr, (consulté le )
  43. Maximilien Pierrette, « Top Gun Maverick meilleur démarrage de Tom Cruise au box-office France ? », sur allocine.fr, (consulté le )
  44. Brigitte Baronnet, « Top Gun Maverick : déjà 2,7 millions d'entrées en France! », sur allocine.fr, (consulté le )
  45. Renaud Baronian, « «Top Gun : Maverick» signe le meilleur démarrage de l’année avec plus de 1 million de spectateurs », sur leparisien.fr, (consulté le )
  46. Charles Martin, « Top Gun 2 continue son carton mondial et bat un nouveau record au box-office US », sur premiere.fr, (consulté le )
  47. [NLculture-20220317-[content1] Tom Cruise viendra présenter le nouveau et très attendu "Top Gun" au prochain Festival de Cannes], sur francetvinfo.fr, consulté le 17 mars 2022
  48. « Top Gun 2 : à qui Maverick est-il dédié ? », sur Allociné, (consulté le ).
  49. « Le F-14 TOMCAT, avion de Top Gun », sur aviateur-solitaire.com, (consulté le ).
  50. https://www.vol-avion-chasse.com/liran-a-restaure-un-f-14/
  51. « Top Gun Maverick : ces détails qui révèlent l'identité de l'ennemi », sur cineserie, (consulté le ).
  52. Sophie Baudouard, « Top Gun Maverick : comment a été recréée la voix de Val Kilmer », sur premiere.fr, (consulté le ).
  53. (en-US) « Tom Cruise's $4 Million Dollar American WWII Fighter Will Make You Jealous », sur World War Wings (consulté le ).

Liens externes[modifier | modifier le code]