Great Balls of Fire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Great Balls of Fire!.

Great Balls of Fire est une chanson de rock 'n' roll écrite par Jack Hammer et Otis Blackwell en 1957. La version originale de Jerry Lee Lewis en est la plus populaire mais plus d'une centaine d'artistes l'ont interprétée[1].

Éditée en single par Sun Records avec la reprise de You Win Again d'Hank Williams en face B, la chanson grimpe à la deuxième place du Billboard Hot 100 en 1958, uniquement devancée par le titre At The Hop (en) de Danny & the Juniors.

Plus d'un million d'exemplaires sont vendus en une dizaine de jours et plus de 5 millions de singles ont été vendus à travers la monde[2]. Entré au Grammy Halll of Fame, il s'agit du plus grand succès de Lewis, dépassant celui de sa sortie précédente Whole Lotta Shakin' Goin' On qui avait plafonné à la troisième place du Billboard Hot 100[3].

Il s'agit du premier titre sorti par Sun Records à atteindre la première place au Royaume-Uni[4]. Il constitue la meilleure vente du label au niveau international[5].

Version de Jerry lee Lewis[modifier | modifier le code]

Composition[modifier | modifier le code]

En 1957, Jack Hammer écrit sa version de la chanson et l'envoie à l'auteur new-yorkais Paul Case, à l'époque consultant musical pour le film Jamboree (en)de Roy Lockwood (en) , film de rock'n roll à petit budget. Case n'aime pas les paroles mais appréciant le titre, il prend contact avec Otis Blackwell. Hammer ne l'a jamais rencontré mais n'y voit pas d'inconvénient, ayant conclu un accord de répartition des droits d'auteur en deux parties égales[6].

Le titre Great Balls of Fire, traduisant une expression de surprise, trouve son origine dans les États du sud des États-Unis vers 1850. Elle dérive de plusieurs références bibliques relatant la présence de Dieu sous la forme du Feu. Hammer, originaire de Géorgie, état du sud et ancré dans la religion (80 % des habitants se disent modérément à très pratiquants[7]), est donc coutumier de l'expression[8].

En plus retravailler la chanson, Case demande à Blackwell de trouver un chanteur pour son film. Blackwell part alors en quête d'un jeune artiste de l'époque et parmi plus de 300 singles, est interpellé par Whole Lotta Shakin' Goin' On qu'il voit interprété par Lewis durant le Steve Allen Show[5]. Il passe deux jours à réécrire le texte tout en conservant le titre de Hammer, lui donnant par la même occasion un tempo plus rapide à ce qui n'était alors qu'une ballade. En plus de répondre à Case, il envoie une démo à Sam Phillips, patron de Sun Records, qui est persuadé qu'il tient là le second tube de Lewis[9],[10].

Le titre est enregistré le 8 octobre 1957 au Sun Studio à Memphis dans le Tennessee[11]. Après quelques verres, Lewis dit qu'il se "sent comme possédé et que l'enregistrement le conduirait en enfer". Phillips parvient à la calmer et la prise retenue se fera avant l'aube[9].

  • Jerry Lee Lewis : piano, voix[12]
  • Sidney Stokes : basse[12]
  • Un anonyme : percussions[12]

Le bassiste et le percussionniste, qui remplacent les habituels Janes et Van Eaton, n'auront plus aucun contact avec Lewis[12],[n 1].

Sam Phillips choisit de ne pas publier le titre immédiatement après son enregistrement, Whole Lotta Shakin' Goin' On étant encore bien classé dans les charts[10].

Le titre sort le 11 novembre 1957, soit un jour avant la sortie du film Jamboree (en) dans lequel Jerry Lee Lewis interprète le morceau, ce qui lui donnera une forte exposition médiatique[13],[4]. Après le succès retentissant de Whole Lotta Shakin' Goin' On, son arrivée de dernière minute au générique du film fait qu'il volera la vedette aux autres acteurs du film pourtant aussi renommés que Carl Perkins, Fats Domino, Connie Francis ou encore Frankie Avalon[10].

Comme pour son succès précédent, les paroles sont à double sens [8],[5]. La chanson sera boycottée par plusieurs stations de radio car jugée sexuellement trop explicite[14] mais cela n'empêchera pas le succès du titre, aidé par des représentations dans les shows télévisés tels que le Patti Page's Big Record TV, le Howard Miller Show ou un retour au Steve Allen Show, en couleur cette fois[5].

Le succès était tel que Lewis dira qu'il y avait autant de zéros sur ses chèques que de notes "F" sur son bulletin[5].

Construite sous une forme AABA[15], le single est initialement publié sous la référence Sun 281. La pochette du vinyle mentionne simplement "Jerry Lee Lewis" tandis que l'étiquette apposée sur le disque 45 tours précise "Jerry Lee Lewis and his pumping piano"[16].

Commentaires[modifier | modifier le code]

Dave Marsch[9] : Le solo de piano et la manière avec laquelle Lewis effectue le glissé aussi sauvage que ce que pouvait faire Little Richard, combinés aux éclats de rire du dernier complet traduisent ce qu'est Lewis et les problèmes qu'il rencontre.

Eric Clapton[4] : Il s'agit du premier titre rock'n roll que j'ai vu à la télévision. Il m'a frappé, il semblait venir d'une autre galaxie.

Réutilisations du titre liées à Jerry Lee Lewis[modifier | modifier le code]

Ce titre servira à promotionner plusieurs produits en lien avec Jerry Lee Lewis :

  • dès 1957, un album 4 titres intitulé The Great Ball of Fire est édité par Sun[17]. Il ne contient pas le morceau éponyme, mais son succès précédent Whole Lotta Shakin' Goin' On et une reprise de Turn Around de Carl Perkins.
  • une biographie rédigée par son ex-femme Myra Gale en 1982, rééditée en 1989[18].
  • l'adaptation de ce livre au cinéma en 1989 par Jim McBride avec Dennis Quaid dans le rôle du chanteur.
  • un Best of sorti en 2008[19].
  • un Best of sorti en 2009[20].

Classement[modifier | modifier le code]

Entré au Billboard Hot 100 le 25 novembre 1957, le titre atteint la seconde place le 6 janvier 1958 et reste classé 4 semaines à cette position, derrière le titre At The Hop de Danny & the Juniors[21].

Classement (1957-1958) Meilleure
position
Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni (UK Singles charts)[22] 1
Drapeau des États-Unis États-Unis (Billboard Hot 100)[23] 2
Drapeau des États-Unis États-Unis (Billboard Hot Country Singles)[23] 1
Drapeau des États-Unis États-Unis (Billboard R&B Charts)[23] 3

En 1989, le titre est réédité à l'occasion de la sortie du biopic Great Balls of Fire!.

Classement (1989) Meilleure
position
Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas (Top 40)[24] 27
Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas (Dutch Charts)[25] 30
Drapeau de la Nouvelle-Zélande Nouvelle-Zélande (NZ Charts)[26] 8
Drapeau de la Belgique Belgique (Ultratop Vlanderen)[26] 16

En 1998, la chanson entre au Grammy Hall of Fame[27].

La chanson est classée 96e au classement des 500 meilleures chansons du magazine Rolling Stone.

Elle fait partie de la liste de chansons jugées inappropriées par Clear Channel Communications à la suite des attentats du 11 septembre 2001.

Autres versions[modifier | modifier le code]

Reprises[modifier | modifier le code]

De très nombreux artistes ont repris cette chanson[1], notamment :

en single :

  • En 1969, Tiny Tim classe sa version (RS 20802) en 45ème position de classement du Royaume-Uni[28] et en 85ème position au Billboard[29]. Le titre ressortira en face B en 1972, accompagnant un de ses autres succès Tiptoe Through the Tulips (en)[30],
  • Les Hassles (en), dont fait alors partie Billy Joel, sortent leur version en single en 1969[31],
  • Michel Polnareff en 1972[32],
  • En 1980, le groupe Nightmare[33] place sa reprise durant 11 semaines au classement sud-africain sur Springbok Radio. Ils atteindront le 7ème place[34].

dans un medley :

sur un album :

en live :

  • En 1969, Tom Jones interprète ce titre en compagnie de Lewis lui-même lors d'un medley télévisé[37]. Durant la saison 2017 de The Voice UK, il reprend à nouveau le titre entre deux auditions à l'aveugle[38].
  • Au début des années 1970, Aerosmith a interprété le titre à plusieurs reprises en concert[39],
  • Take That durant leur Everything Changes Tour de 1993 à 1994 dans leur Rock'n Roll Medley[40], présent sur la Special Live Edition du single Love ain't here anymore[41], dans lequel Gary Barlow reprend Jerry Lee Lewis[42].
  • Bruce Springsteen reprend le titre à quelques reprises entre 1993 et 2014[43],
  • Elton John durant The Big Picture World Tour en 1998[44],

Adaptations en langue étrangère[modifier | modifier le code]

Année Langue Titre Adaptation Interprète(s)
1961 Français Tu mets le feu Pierre Saka Les Rats[45], Les Pirates[46]
1965 Français J'ai tout mon temps Eddy Mitchell[47] Eddy Mitchell (album Du rock 'n' roll au rhythm 'n' blues)
1977 Danois Stik mig en bajer Torben Eschen Rock Nalle & The Flames, The Rockabilly's
1978 Finnois Suuret pallit tulessa Moog Konttinen Kontra
1978 Philipin Nagantso Judas[48]
1984 Norvégien Gamle gronne boller Eldar Vagan Vazelina Bilopphoggers
1989 Espagnol Grandes luces de fuego Julissa[49] OV7 (en)
2010 Allemand Great Balls of Fire Bart Herman Wim Leys

Références et apparitions dans les médias[modifier | modifier le code]

  • Le catcheur Ric Flair explique qu'en 1974, il créa sa phrase d'accroche "Wooo!" en s'inspirant des paroles "Goodness gracious, great balls of fire, woo!" entendues dans la chanson de Jerry Lee Lewis [50].
  • En 1982, les Monty Python font une référence au titre dans leur sketch Le forum du monde (World Forum) lors de leur spectacle au Hollywood Bowl[51]. Mao Zedong, joué par Terry Gilliam, identifie cette chanson comme le plus grand succès de Jerry Lee Lewis. remplaçant le titre Sing, Little Birdie cité dans la version originale de la séquence[52].
  • En 1986, dans le film Top Gun[4], chanté par Goose (Anthony Edwards) et Maverick (Tom Cruise). Le titre est présent dans l'édition spéciale de la bande originale sortie en 1999[53].
  • Le titre est utilisé dans la série animée américaine Madballs (en) en tant que thème récurrent[54], interprétée par Cree Summer[55].
  • En 1988, on entend une reprise du titre dans l'épisode "The Amazing Chipmunks" de la série Alvin et les Chipmunks.
  • Scott Bakula interprète la chanson en 1990 dans l'épisode 6 de la saison 3 de Code Quantum[56].
  • En 2010, Levi Kreis (en) interprète Jerry Lee Lewis dans la comédie musicale Million Dollar Quartet (en) et y reprend Great Balls of Fire. En 2011, il est remplacé par Jared Mason[57].
  • La version des Jolly Boys est utilisée pour une publicité de soda au gingembre en 2010.
  • Le pirate Seamus chante le titre dans l'épisode Boys Do Cry de la saison 5 de la série Family Guy (Les Griffins).
  • On entend le titre dans l'épisode 14 de la première saison de la série Vegas[58].
  • En 2017, la World Wrestling Entertainment crée un Pay-Per-View à ce nom. La WWE sera contrainte d'utiliser la chanson comme générique, conséquence d'une plainte, Lewis possédant tous les droits d'utilisation de son titre[59].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes

  1. Il est à remarquer que les musiciens diffèrent selon les sources : dans une interview accordée à Ken Burke (Making sure the beat goes on : The J.M. Van Eaton Interview), Van Eaton s'inclura dans les membres présents lors de l'enregistrement. Les noms repris l'article sont issus d'un ouvrage où Lewis est lui-même interviewé.

Références

  1. a et b Second Hand Songs
  2. https://musicians.allaboutjazz.com/jerryleelewis
  3. http://www.musicvf.com/Jerry+Lee+Lewis.art
  4. a, b, c et d (en) « Great Balls of Fire by Jerry Lee Lewis Songfacts », sur www.songfacts.com (consulté le 30 octobre 2017)
  5. a, b, c, d et e (en) Glenn C. Altschuler, All Shook Up: How Rock 'n' Roll Changed America, Oxford University Press, (ISBN 9780199839575, lire en ligne)
  6. « JACK HAMMER », sur www.rockabilly.nl (consulté le 30 octobre 2017)
  7. (en) Gallup, Inc., « State of the States », Gallup.com,‎ (lire en ligne)
  8. a et b (en) Gary Martin, « 'Great balls of fire' - the meaning and origin of this phrase », sur Phrasefinder (consulté le 3 novembre 2017)
  9. a, b et c (en) Steve Sullivan, Encyclopedia of Great Popular Song Recordings, Scarecrow Press, (ISBN 9780810882966, lire en ligne)
  10. a, b et c (en) Rick Bragg, Jerry Lee Lewis: His Own Story, Canongate Books, (ISBN 9780857861603, lire en ligne)
  11. https://digital.library.unt.edu/ark:/67531/metadc19756/m1/#track/4
  12. a, b, c et d (en) Rick Bragg, Jerry Lee Lewis: His Own Story, Canongate Books, (ISBN 9780857861603, lire en ligne)
  13. Philippe Auclair, Dictionnaire du Rock, sous la direction de Michka Assayas, Robert Laffont, 2000, p.1010
  14. (en) Grant Oster, « Goodness, Gracious, Great Balls of Fire! - Hankering for History », Hankering for History,‎ (lire en ligne)
  15. « Musical Form », sur www.lipscomb.umn.edu (consulté le 30 octobre 2017)
  16. Jerry Lee Lewis And His Pumping Piano - Great Balls Of Fire (lire en ligne)
  17. https://www.discogs.com/fr/Jerry-Lee-Lewis-The-Great-Ball-Of-Fire/release/3099513
  18. https://openlibrary.org/works/OL5901127W/Great_balls_of_fire
  19. https://www.muziekweb.nl/Link/HDX8549/Great-balls-of-fire-1956-1957
  20. https://www.discogs.com/fr/Jerry-Lee-Lewis-Great-Balls-Of-Fire/release/5574979
  21. « Song-Database : Jerry Lee Lewis chart history »
  22. (en) « JERRY LEE LEWIS | full Official Chart History | Official Charts Company », sur www.officialcharts.com (consulté le 30 octobre 2017)
  23. a, b et c « Great Balls of Fire (song by Jerry Lee Lewis) ••• Music VF, US & UK hits charts », sur www.musicvf.com (consulté le 30 octobre 2017)
  24. https://www.top40.nl/top40-artiesten/jerry-lee-lewis
  25. http://dutchcharts.nl/showitem.asp?interpret=Jerry+Lee+Lewis&titel=Great+Balls+Of+Fire&cat=s
  26. a et b http://www.charts.org.nz/showitem.asp?interpret=Jerry+Lee+Lewis&titel=Great+Balls+Of+Fire&cat=s
  27. (en) Melissa U. D. Goldsmith, Paige A. Willson et Anthony J. Fonseca, The Encyclopedia of Musicians and Bands on Film, Rowman & Littlefield, (ISBN 9781442269873, lire en ligne)
  28. « great-balls-of-fire | full Official Chart History | Official Charts Company » (consulté le 30 octobre 2017)
  29. « MusicVF » (consulté le 30 octobre 2017)
  30. « Tiny Tim - Tip-Toe Thru' The Tulips With Me », sur Discogs (consulté le 11 novembre 2017)
  31. « The Hassles - Great Balls Of Fire », sur Discogs (consulté le 11 novembre 2017)
  32. « Michel Polnareff - Great Balls of Fire », sur Discogs (consulté le 11 novembre 2017)
  33. (en) « Nightmare (8) - Great Balls Of Fire », sur Discogs (consulté le 12 novembre 2017)
  34. Brian Currin, « South African Rock Lists Website - SA Charts 1965 - 1989 Songs (E-G) », sur www.rock.co.za (consulté le 30 octobre 2017)
  35. « The Night the Light Went On (In Long Beach) - Electric Light Orchestra | Songs, Reviews, Credits | AllMusic », sur AllMusic (consulté le 11 novembre 2017)
  36. « Otis Blackwell - These Are My Songs! », sur Discogs (consulté le 11 novembre 2017)
  37. Hanc69, « Tom Jones, Jerry Lee Lewis Rockin´ Medley 1969 », (consulté le 3 novembre 2017)
  38. The Voice UK, « Tom Jones performs 'Great Balls of Fire' | The Voice UK 2017 », (consulté le 30 octobre 2017)
  39. http://www.rockthisway.de/discography/uncovers.htm
  40. « Take That Tour Statistics: Everything Changes | setlist.fm », sur www.setlist.fm (consulté le 12 novembre 2017)
  41. « Take That - Love Ain't Here Anymore (Special Live Edition) », sur Discogs (consulté le 12 novembre 2017)
  42. (en) Sean Smith, Gary: The Definitive Biography of Gary Barlow, Simon and Schuster, (ISBN 9781471102219, lire en ligne)
  43. « Bruce Springsteen Tour Statistics | setlist.fm », sur www.setlist.fm (consulté le 12 novembre 2017)
  44. Live At The Nynex Arena, Manchester, UK - The Big Picture World Tour - 27-11-1998
  45. « Les Rats (2) - Tu Mets Le Feu / Fiche-moi La Paix », sur Discogs (consulté le 3 novembre 2017)
  46. « Les Pirates Avec Dany Logan - Oublie Larry », sur Discogs (consulté le 3 novembre 2017)
  47. « Eddy Mitchell - Du Rock 'n' Roll Au Rhythm 'n' Blues », sur Discogs (consulté le 3 novembre 2017)
  48. « Nagantso by Judas (Filipino Band) on WhoSampled », sur WhoSampled (consulté le 1er novembre 2017)
  49. https://articulo.mercadolibre.com.mx/MLM-551478713-rock-mexicano-la-onda-vaselina-lp-12-_JM
  50. https://www.providr.com/ric-flair-woo/2/
  51. https://www.youtube.com/watch?v=K7fwCk0I6c4
  52. https://www.youtube.com/watch?v=XMnx8bffbcI
  53. https://www.discogs.com/fr/Various-Top-Gun-Special-Expanded-Edition/release/8640601
  54. Casey Florig, « Madballs Intro », (consulté le 12 novembre 2017)
  55. (en) « Great Balls of Fire », Madballs Wiki (consulté le 12 novembre 2017)
  56. « Quantum Leap - Great balls of Fire by Scott bakula », sur YouTube (consulté le 11 novembre 2017)
  57. (en) « Jared Mason to Replace Levi Kreis as Jerry Lee Lewis in Million Dollar Quartet », Broadway.com (consulté le 12 novembre 2017)
  58. (en) « Music from Vegas S1E14 », sur Tunefind (consulté le 11 novembre 2017)
  59. http://www.wrestlinginc.com/wi/news/2017/0607/626919/wwe-reportedly-received-copyright-complaint-over-great-balls-of/