Mulan (film, 2020)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Mulan
Réalisation Niki Caro
Scénario Lauren Hynek
Rick Jaffa
Elizabeth Martin
Amanda Silver
Musique Harry Gregson-Williams
Acteurs principaux
Sociétés de production Walt Disney Pictures
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre aventures, fantastique
Durée 115 minutes
Sortie 2020


Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Mulan est un film américain réalisé par Niki Caro et sorti en 2020. Il s'agit d'un remake du film d'animation du même nom sorti en 1998. Il met en scène le personnage de Mulan inspirée du personnage légendaire et folklorique Hua Mulan.

Le film s'inscrit donc dans une volonté de Walt Disney Pictures d'adapter en prises de vues réelles ses films d’animation, à l'instar du Livre de la jungle (2016), La Belle et la Bête (2017), Aladdin (2019), ou encore Dumbo (2019). Il est ainsi le 17e remake en prise de vues réelles d'un classique d'animation Disney.

Le film permet à Disney d'expérimenter un changement radical de stratégie en annulant, dans un contexte marqué par la pandémie de Covid-19, une sortie en salles pourtant prévue de longue date au profit d'une sortie sur sa plateforme Disney+. Cette décision est inédite pour un film Disney d'un tel budget et crée, dans les pays concernés dont la France, une vive émotion chez les exploitants de salles ainsi que des interrogations sur l'industrie cinématographique.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Lorsque l'Empereur de Chine publie un décret stipulant qu’un homme de chaque famille du pays doit intégrer l'armée impériale pour combattre des envahisseurs venus du nord, Hua Mulan, fille aînée d'un vénérable guerrier désormais atteint par la maladie, décide de prendre sa place au combat. Se faisant passer pour un soldat du nom de Hua Jun, elle se voit mise à l'épreuve à chaque étape du processus d'apprentissage, mobilisant chaque jour un peu plus sa force intérieure pour explorer son véritable potentiel.

Très rapidement, la sorcière Xianniang au service de Böri Khan, le chef des Rouran, dont les généraux méprisent la puissance, et grâce à laquelle pourtant ils volent de victoires en victoires, prend conscience de la valeur réelle de Hua Mulan, au cours d'un combat et s'y attache. La sorcière l'accuse de perdre son Ch'i dans la dissimulation de son identité à se faire passer pour un homme. La magicienne, en fait, se voit en Hua Mulan, comme la jeune fille, qu'elle était, et dont aucun homme ne veut reconnaître les talents. Elle la considère comme une jeune sœur et lui propose de marcher sur ses traces afin d'être reconnue pour ce qu'elle est enfin. Hua Mulan, à l'inverse, lui reproche de servir un chef ignoble en la personne de Böri Khan qui l'exploite comme une esclave et qui ne lui propose qu'une « niche » à côté de son trône.

Hua Mulan choisit donc de continuer son chemin et de défendre l'empereur mais revient au camp pour déclarer enfin sa véritable identité au commandant Tung qui l'expulse dans le déshonneur. Hua Mulan ne désarme pas et continue sa quête seule et contre tous, en tant que femme, quand elle apprend, de la sorcière, que le chef barbare Böri Khan est déjà au palais de l'empereur et qu'il s'apprête à tuer ce dernier. Elle revient au camp immédiatement pour informer le commandant qui l'avait renié et qui décide finalement de lui faire confiance grâce à l'appui de ses compagnons d'arme qui l'ont toujours reconnue pour elle-même afin de former une équipe had hoc et partir sauver l'empereur.

Ce dernier, après un combat acharné, et une victoire éclatante, reconnaît Hua Mulan, dans sa fonction militaire, et lui confit la responsabilité d'une armée d'élite qui récompense son dévouement à l'empire.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Icône signalant une information Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section peuvent être confirmées par la base de données IMDb.

Distribution[modifier | modifier le code]

Version française :
Société de doublage : Dubbing Brothers ; adaptation des dialogues : Houria Belhadji ; direction artistique : Hervé Bellon
Version québécoise :
Société de doublage : Difuze Inc. ; adaptation des dialogues : Thibaud de Courrèges et Bérangère Rouard ; direction artistique : Maël Davan-Soulas

Production[modifier | modifier le code]

Genèse et développement[modifier | modifier le code]

La réalisatrice Niki Caro, ici en 2017

Dès 2010, Walt Disney Pictures exprime son envie de développer une adaptation en prises de vues réelles et en 3D de son film d'animation Mulan (1998), avec l'actrice chinoise Zhang Ziyi dans le rôle-titre et Chuck Russell à la réalisation. Un tournage était alors annoncé pour , mais le projet est repoussé[3]. En , The Hollywood Reporter rapporte que le projet est relancé, avec Chris Bender et J. C. Spink à la production et un scénario écrit par Elizabeth Martin et Lauren Hynek[4]. En , il est annoncé qu'Amanda Silver et Rick Jaffa vont procéder à des réécritures[5]. Alors que le script initial contenant des personnages non-Chinois, Disney révèle que la nouvelle version signée par Amanda Silver et Rick Jaffa ne contient que des Chinois comme personnages principaux[6].

Pour le poste de réalisateur, Disney cherche initialement une personnalité asiatique, notamment le Taïwanais Ang Lee, qui refuse la proposition[7], occupé par la promotion de Un jour dans la vie de Billy Lynn. Le réalisateur explique cependant qu'il apprécie l'idée de voir un Asiatique réaliser un tel film[8]. Disney contacte ensuite le Chinois Jiang Wen, avant qu'en , la Néo-zélandaise Niki Caro soit choisie[6].

Distribution des rôles[modifier | modifier le code]

Alors que plusieurs films hollywoodiens sont accusés de « whitewashing » (littéralement « blanchir à la chaux ») sur Internet, Mulan est scruté avec intérêt. Une pétition en ligne, intitulée « Tell Disney You Don't Want A Whitewashed Mulan! » (« dites à Disney que vous ne voulez pas une Mulan blanchie »), reçoit près de 100 000 signatures[9]. En , Disney annonce un immense casting pour trouver une actrice chinoise pour le rôle-titre[10].

En , Liu Yifei est officiellement choisie pour incarner Mulan parmi près de 1 000 candidates auditionnées à travers le monde[11]. Ce choix est célébré par beaucoup d'internautes, appréciant la diversité dans un film Disney[9].

En , Donnie Yen, Gong Li, Jet Li, Xana Tang rejoignent eux aussi la distribution[12],[13]. En , Utkarsh Ambudkar et Ron Yuan sont officialisés[14], suivis par Yoson An et Chum Ehelepola en [15]. En , c'est au tour de Jason Scott Lee d'obtenir un rôle[16]. En , Tzi Ma, Rosalind Chao, Cheng Pei-Pei, Nelson Lee, Jimmy Wong et Doua Moua rejoignent à leur tour la distribution[17],[18].

Tournage[modifier | modifier le code]

Le tournage débute le et se déroule en Nouvelle-Zélande et en Chine[19],[17].

Musique[modifier | modifier le code]

La musique originale est composée par Harry Gregson-Williams. Le thème principal Loyal Brave True est chanté par Christina Aguilera[20]. Le générique de fin Reflection est interprété en anglais par Christina Aguilera et en mandarin par Liu Yifei.

Sortie et accueil[modifier | modifier le code]

Stratégie de sortie[modifier | modifier le code]

Lors de l'annonce du projet, le film devait sortir le aux États-Unis. Néanmoins, pour laisser plus de temps à la production, il fut repoussé au , Casse-Noisette et les Quatre Royaumes prenant sa place en [21].

L'avant-première mondiale du film s'est déroulée le au Théâtre Dolby. À cause de la pandémie de Covid-19, qui a entraîné la fermeture des salles de cinéma un peu partout dans le monde, le film est repoussé au , prenant la place libérée par Jungle Cruise[22], avant d'être à nouveau repoussé au [23]. Néanmoins, en , Walt Disney Pictures retire totalement le film de son planning de sorties partout dans le monde[24].

Par la suite, le studio dévoile que la sortie du film au cinéma est annulée aux États-Unis et dans une grande partie du monde. Dans les pays concernés, le film sera diffusé sur le service Disney+ : Il sera dans un premier temps disponible en achat digital, dit Accès premium, en plus du prix de l'abonnement au service à partir du  ; puis en accès classique, inclut dans le prix de l'abonnement sans frais supplémentaire, à partir du [25]. En France, le service ne proposera pas l'accès premium et ajoutera le film en ligne en accès classique le [26].

Dans les pays n'ayant pas accès à Disney+, comme la Chine, le film conserve sa sortie en salles[27],[28].

Appels au boycott[modifier | modifier le code]

Le hashtag « BoycottMulan » s'est rapidement répandu pendant l'été 2019 après les déclarations de l'actrice principale, Liu Yifei, soutenant le gouvernement de Pékin lors des émeutes de Hong Kong (2019)[29] : « Je soutiens la police de Hong Kong. Vous pouvez tous m’attaquer maintenant. Quelle honte pour Hong Kong »[30]. Le militant pro-démocratie Joshua Wong déclare notamment : « j’appelle tous ceux qui croient dans les droits de l’Homme à boycotter Mulan »[31], et la militante pro-démocratie Agnes Chow est érigée par certains comme la vraie figure de Mulan[32].

Le film crée à nouveau la polémique lors de sa sortie, remerciant au générique de fin la province chinoise du Xinjiang où quatre journées de tournage ont eu lieu, cette province étant à l’origine de l’internement forcé de la minorité musulmane ouïghoure[33].

Critique[modifier | modifier le code]

L'agrégateur d'avis Rotten Tomatoes rapporte que 72 % des 307 avis critiques étaient positifs, avec une note moyenne de 6,70 / 10. Le consensus critique du site disait : « Il aurait pu raconter son histoire classique avec plus de profondeur, mais le live-action Mulan est une merveille visuelle qui sert de mise à jour émouvante à son prédécesseur animé. ». Sur Metacritic, le film a un note moyenne pondérée de 66 sur 100 sur la base de 52 critiques, indiquant « des avis généralement favorables ».

Richard Roeper du Chicago Sun-Times a attribué au film trois étoiles et demie sur quatre, louant « la distribution fine, l'action passionnante et les visuels spectaculaires » et l'écriture : « C'est un film tellement beau, avec un incroyable des décors et une action éblouissante et des couleurs si vives qu'elles éblouiraient une usine Crayola, elle jouera toujours bien sur votre moniteur domestique. Il y a tellement de superbes nuances d'orange et de magenta, de bleu et de jaune, c'est comme si nous voyions ces couleurs pour la première fois ». Kate Erbland d'IndieWire a donné au film un « B + », l'appelant une « épopée d'action remarquable qui trace son propre chemin » et a écrit : « Mulan est peut-être le meilleur exemple de la façon d'épouser l'original. « La ballade de Mulan » a toujours été une histoire épique sur le pouvoir d'être soi-même dans un monde qui n'est pas prêt à accepter cela, une histoire qui aura probablement toujours une résonance. »

Leah Greenblatt de Entertainment Weekly a donné au film un B + et l'a décrit comme « le conte d'un héros classique (ine), exaltant dans ses décors élaborés et ses ambitions à grande échelle, même lorsque la petite histoire humaine qui s'y trouve échoue parfois. ». Écrivant pour Variety, Peter Debruge a déclaré : « D'une part, le résultat n'est pas immédiatement reconnaissable comme « un film de Disney », mais il n'établit pas non plus sa propre signature narrative ou visuelle, comme Tarantino l'a fait lors du remixage d'influences asiatiques pour Kill Bill. C'est du pur pastiche, car Caro et son équipe volent sans vergogne des films d'action de kung-fu, de cinquième génération et de Hong Kong, incorporant également des touches d'anime et de Bollywood ». Mick LaSalle du San Francisco Chronicle a écrit : « Mulan est un esprit lifter, et bien qu'il n'arrive pas comme prévu, il ne pourrait pas arriver à un meilleur moment », en disant « Partout dans Mulan, il y a des plans d'une telle splendeur visuelle que les téléspectateurs reprendront leur souffle. En un, la brume matinale se dissipe et révèle une armée au loin, avec ses drapeaux et ses couleurs, un spectacle effrayant mais étrangement beau. ». Justin Chang du Los Angeles Times a écrit : « Mulan est un confusion héroïque, qui suscite à la fois un soupir déçu et un signe de tête appréciateur. Il pose un jalon des progrès accomplis et des progrès à venir. ». Aja Romano de Vox a écrit : « Le remake de Mulan jette tout ce qui est génial dans le classique animé de Disney et ne livre rien de nouveau. » et « les quelques points lumineux de Mulan ne peuvent pas le sauver d'une écriture maladroite ». Anupama Chopra, rédacteur en chef de Film Companion, a écrit : « Mulan aurait dû être un bien meilleur film. J'ai adoré l'original animé de 1998. La version en direct n'a pas de chansons ou le dragon impertinent et parlant Mushu. Les rythmes sont prévisibles et il est décidément étrange de voir des Chinois parler avec des accents américains. Mais je suis un amateur d'histoires père-fille. »

Critique du public chinois[modifier | modifier le code]

Mulan a été mal accueilli par la critique et le public chinois. Le film a obtenu 4,7 sur 10 sur le site de notation Douban après ses débuts, mais en décembre 2020, 5,0. Les critiques de Douban ont soutenu que le film avait des personnages plats et une histoire fade avec des détails qui n'avaient pas de sens. De nombreuses personnes semblaient également insatisfaites de la manière dont le film traite certains éléments culturels chinois. L'une des plaintes les plus courantes concernant le film est son traitement du Qi. Le Qi est une idée traditionnelle des arts martiaux et de la médecine chinoise concernant le flux d'énergie d'une personne. Mais dans Mulan, le qi devient un pouvoir magique que possède l'héroïne éponyme. Ce pouvoir est cependant limité par la malhonnêteté, empêchant Mulan de réaliser son plein potentiel jusqu'à ce qu'elle se dépouille de son déguisement d'homme. D'autres téléspectateurs chinois se sont plaints de la composition de certains personnages, affirmant qu'elle reflétait les stéréotypes occidentaux de la Chine, plutôt que d'être le reflet de la culture chinoise réelle.

Yanni Chow et Carol Mang de Reuters ont écrit que le film avait reçu « un accueil terne à Hong Kong » au milieu des appels des militants pro-démocratie pour un boycott.

Suite[modifier | modifier le code]

En avril 2020, il a été annoncé qu'une suite de Mulan était en développement avec Chris Bender, Jason T.Reed et Jake Weiner de retour en tant que producteurs.

Distinctions[modifier | modifier le code]

Nominations[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Exclusive: Disney Goes Big With $290M Plus Budget For ‘Mulan’ Reboot », sur Pursue News, (consulté le )
  2. (en) Release info sur l’Internet Movie Database
  3. (en) « Zhang Ziyi to produce and star in 3D Mulan film » [archive du ], sur Channel NewsAsia,
  4. (en) Rebecca Ford, « Disney Developing Live-Action 'Mulan' (Exclusive) », The Hollywood Reporter, (consulté le )
  5. (en) Justin Kroll, « Disney’s Live-Action ‘Mulan’ to Hit Theaters in November 2018; Rick Jaffa and Amanda Silver Rewriting », sur Variety, (consulté le )
  6. a et b (en) « Disney's Live-Action 'Mulan' Finds Director (Exclusive) », sur The Hollywood Reporter (consulté le )
  7. (en) « 'Mulan' Mania: Disney, Sony Hunt for Asian Directors to Helm Rival Action Pics », sur The Hollywood Reporter,
  8. (en) « Ang Lee on Disney's Live-Action 'Mulan': "It'd Be Great to See an Asian" Director », sur The Hollywood Reporter,
  9. a et b (en) « Mulan: Disney casts Chinese actress Liu Yifei in lead role », sur BBC,
  10. (en) « Disney's Live-Action 'Mulan' Gets Winter 2018 Release Date », sur The Hollywood Reporter,
  11. (en) Rebecca Sun et Rebecca Ford, « Disney's 'Mulan' Finds Its Star (Exclusive) », sur The Hollywood Reporter, (consulté le )
  12. (en) Mike Fleming Jr, « Donnie Yen To Star In Disney’s Live Action ‘Mulan’ », Deadline, (consulté le )
  13. (en) Rebecca Sun, « Disney's Live-Action 'Mulan' Lands Gong Li, Jet Li (Exclusive) », sur The Hollywood Reporter, (consulté le )
  14. (en) Amanda N'Duka, « ‘Mulan’: Utkarsh Ambudkar & Ron Yuan Added To Disney’s Live-Action Adaptation », Deadline, (consulté le )
  15. (en) Rebecca Ford, « Disney Casts 'Mulan' Love Interest (Exclusive) », sur The Hollywood Reporter, (consulté le )
  16. (en) « Disney's 'Mulan' Adds Jason Scott Lee », sur The Hollywood Reporter,
  17. a et b ‘Mulan’ Rounds Out Cast As Filming Underway On Live-Action Movie
  18. Disney’s ‘Mulan’ Casts Jimmy Wong & Doua Moua
  19. (en) Christopher Marc, « UPDATE: Disney To Begin Shooting 'Mulan' This August In New Zealand and China - Omega Underground », omegaunderground.com, (consulté le )
  20. Christina Aguilera - Loyal Brave True (From "Mulan") : Vidéo youtube
  21. (en) Pamela McClintock, « Disney's Live-Action Mulan Gets Winter 2018 Release Date », sur hollywoodreporter.com, (consulté le )
  22. (en) Pamela McClintock, « Black Widow, Mulan Land New 2020 Release Dates, Jungle Cruise Delayed a Year », sur hollywoodreporter.com, (consulté le )
  23. (en) Kate Erbland, « Disney Postpones Mulan Theatrical Opening Again to August 21 », sur indiewire.com, (consulté le )
  24. (en) Rebecca Rubin, « Mulan Release Date Postponed Again », sur variety.com, (consulté le )
  25. Marjorie Le Meur, « Privé de sortie en salles, « Mulan » sera disponible sur Disney+ », sur www.20minutes.fr, (consulté le )
  26. Laëtitia Forhan, « Mulan sur Disney + : la nouvelle date de sortie française du film-live », sur allocine.fr, (consulté le )
  27. (en) Anthony d'Alessandro, « Mulan Going On Disney+ & Theaters In September; CEO Bob Chapek Says Decision Is “One-Off”, Not New Windows Model », sur deadline.com, (consulté le )
  28. Philippe Escande, « Avec « Mulan », « non seulement Disney s’affranchit de la sortie en salle, mais il fait payer le prix fort à ses fans » », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  29. Ouest-France, « L'actrice de « Mulan » fait polémique en affichant son soutien à la police de Hong-Kong », sur Ouest-France, (consulté le )
  30. « Les appels au boycott de la superproduction de Disney se propagent en Asie », sur www.20minutes.fr (consulté le )
  31. Chine: des militants pro-démocratie appellent au boycott du film «Mulan» RFI, 4 septembre 2020
  32. Elaine Yu, « After Agnes Chow Is Arrested in Hong Kong, a ‘Mulan’ Meme Is Born », sur The New-York Times, (consulté le ).
  33. Élise Delève, « La sortie de Mulan, le nouveau film de Disney, suscite l'indignation des défenseurs des Ouïghours », sur France Tv Info, (consulté en ).

Liens externes[modifier | modifier le code]