Cancer du larynx

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cancer du larynx
Description de cette image, également commentée ci-après
Cancer du larynx vu lors d'une endoscopie
Spécialité OncologieVoir et modifier les données sur Wikidata
CIM-10 C32
CIM-9 161
MeSH D007822

Wikipédia ne donne pas de conseils médicaux Mise en garde médicale

Le cancer du larynx, qui touche souvent des fumeurs[1] et autres personnes ayant contact avec des substances cancérogènes dans l'air respiré[2]. Il est un cancer se développant généralement au niveau des cordes vocales, dans une partie appelée glotte. Il fait partie des cancers des voies aérodigestives supérieures.

Épidémiologie[modifier | modifier le code]

Incidence[modifier | modifier le code]

2 753 nouveaux cas chaque année en France[3].

Facteurs de risque[modifier | modifier le code]

Les facteurs de risque sont le tabagisme et surmenage vocal associe au tabagisme, l'alcoolisme souvent en combinaison, des infections à papillomavirus (HPV 16)[4],[5] Aussi des lésions pré cancéreuses : laryngites chroniques, l'exposition à l'amiante (iarc, 2012)[6],[7], ou une irritation cervicale antérieure sont des dangers possibles. Tous ces causes peuvent etre renforcés par un facteur génétique.

Symptômes[modifier | modifier le code]

Parmi les symptômes lors du développement d'un cancer de la gorge, on peut citer un mal de gorge, une voix enrouée, une douleur irradiant jusqu'à l'oreille et/ou une difficulté lors de la déglutition, une toux, une gêne respiratoire, une douleur d'oreille unilatérale. La douleur d'oreille est souvent liée à la présence d'un ganglion au cou douloureux, dur et persistant plus de 3 semaines[8].

Diagnostic[modifier | modifier le code]

Des proliférations de la muqueuse du larynx, en particulier des cordes vocales sont visibles.

Le diagnostic commence au médecine générale ou le médecin spécialiste, lequel, par palper et laryngoscope examine le lieu des symptômes. En suite, par tomodensitométrie, imagerie par résonance magnétique, tomographie par émission de positons et/ ou échographie lieu et grade de la tumeur sont déterminés. Par biopsie la validation finale du diagnostic et l'espèce de la tumeur sont trouvées[9].

Anatomopathologie[modifier | modifier le code]

Comme les autres cancers de la sphère ORL, le cancer du larynx est un carcinome épidermoïde dans la très grande majorité des cas un carcinome epidermoide (90 % des cas), des tumeurs glandulaires, qui sont rares (adénocarcinome et cylindrome), les sarcomes et lymphomes, qui sont des cancers exceptionnels.

Étude clinique[modifier | modifier le code]

Un cancer du larynx peut etre découvert en cours d'une consultation en cas de dysphonie, dyspnée, dysphagie, adénopathie cervicale métastatique, otalgie reflexe, crachat hemorragique ou toux irritative.

L'interrogatoire recherche des signes d'appel (par exemple dyspnée persistante évoluant de plus de trois semaines chez un malade de plus de quarante ans fumeur).

L examen clinique du larynx se fait par laryngoscopie indirecte (miroir laryngé) ou fibroscope laryngé selon l'aspect macroscopique, siège et extension de la tumeur et mobilité des cordes vocales et des arytenoides. En outre, la palpation de la région cervicale, la palpation des aires ganglionnaires et du larynx (extension tumorale) a lieu.

Un examen paraclinique, la laryngoscopie directe en suspension[10] permet de visualiser la tumeur de préciser son aspect, siège et de réaliser la biopsie.

Un bilan radiologique par TDM (siège et extension de la tumeur, les lésions et adénopathies métastatiques), IRM fournissent un bilan biologique d'extension et permettent la recherche de métastases. Une échographie abdomino-pelvienne et pan-endoscopie donnent des indications supplémentaires.

En cas d'un résultat positif, une laryngoscopie directe permet de préciser l'envahissement local et de pratiquer la biopsie qui pose le diagnostic de certitude et la nature de cette néoformation.

L'évaluation de la tomodensitométrie et de l'imagerie par résonance magnétique fournissent un bilan d'extension.

Diagnostic différentiel[modifier | modifier le code]

Le diagnostic différentiel permet de différencier TBC laryngée[11], syphilis laryngées, paralysie laryngée ou des tumeurs bénignes du larynx.

Résultat[modifier | modifier le code]

Le résultat est classifie selon les critères de classification TNM et discuté par des réunions multidisciplinaires d'oncologie[12]

Évolution[modifier | modifier le code]

L'évolution d'un cancer du larynx sous traitement, dont le but est l'éradication de la tumeur, permettant d'améliorer le pronostic, dépend du choix du traitement.

Sans traitement, le cancer du larynx est létal.

Complications[modifier | modifier le code]

Des complications connues sont œdème du larynx, infection broncho-pulmonaires, perichondrites, extension tumorale cutanées, hémorragie (rupture du gros vaisseau du cou) et métastases ganglionnaires ou à distance (´pulmonaire, hépatique, osseuse)

Traitement[modifier | modifier le code]

Le but du traitement est d'éradiquer la lésion, d'éviter les complications et les récidives, de restaurer si possible les trois fonctions du larynx et d'augmenter la longévité.

Les moyens sont d'une part chirurgicales, la laryngectomie totale ou partielle, d'autre part médicales, la chimiothérapie, chimiothérapie adjuvante ou néo-adjuvante, la radiothérapie[13] ou une polythérapie en combinaison de ces méthodes[14].

La méthode indiquée dépend du type histologique, l'aspect macroscopique, le stade de la tumeur et l'état général du malade.

Pronostic[modifier | modifier le code]

Le cancer du larynx présente un pronostic dit intermédiaire. La survie relative à 5 ans est de 60 %[15] à 70 %[3] homme et femme. Il existe de fortes variations en fonction du stade de la maladie en fonction du stade et du type de l’atteinte (locale pure, ganglionnaire et/ou métastatique)[16].

Suivi des patients[modifier | modifier le code]

Le suivi après le traitement est une composante importante des soins apportés aux personnes atteintes de cancer[17].

Des visites de suivi sont recommandées tous les un à trois mois, les deux premières années, tous les trois mois pendant la 3e année et tous les six mois pendant les 4e et 5e années. Ultérieurement, la visite une fois par an est la règle générale.

Les laryngectomisés et leur entourage se sont eux-mêmes organisés. Ces contacts sont aussi importants que le suivi médical, la perte de la voix étant un grave problème psychosocial[18].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Autres projèts[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Vidéos[modifier | modifier le code]

Autres iiens[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Gerard J. Tortora, Bryan Derrickson, Principes d'anatomie et de physiologie, Édition de boeck, , 922 p. (ISBN 978-2-8041-5379-3)
  2. « Cancers professionnelles », Institut national de recherche et de sécurité
  3. a et b Gautier Defossez, Sandra Le Guyader-Peyrou, Zoé Uhry, Pascale Grosclaude, Laurent Remontet, Marc Colonna, Emmanuelle Dantony, Patricia Delafosse, Florence Molinié, Anne-Sophie Woronoff, Anne-Marie Bouvier, Nadine Bossard, Alain Monnereau, Estimations nationales de l’incidence et de la mortalité par cancer en France métropolitaine entre 1990 et 2018, 10 p. (lire en ligne)
  4. « Evaluation of Human Papillomavirus Antibodies and Risk of Subsequent Head and Neck Cancer ».
  5. (en) Xiangwei Li, Lei Gao, Hhuijun Li, Jing Gao, Yu Yang, Feng Zhou, Cong Gao, Mufei Li et Qi Jin, « Human papillomavirus infection and laryngeal cancer risk: a systematic review and meta-analysis », J Infect Dis., vol. 207, no 3,‎ , p. 479-88. (PMID 23175764, DOI 10.1093/infdis/jis698, lire en ligne)
  6. (en) « Hazardous Chemicals », WHO
  7. (en) A Prüss-Ustün, J Wolf, C Corvalán, R Bos, M Neira, Preventing disease through healthy environments A global assessment of the burden of disease from environmental risks, Paris, World Health Organization 2016, (ISBN 978-92-4-156519-6, lire en ligne)
  8. « Douleur d'oreille : quels cancers possibles ? », Medisite,‎ (lire en ligne, consulté le 10 juillet 2018)
  9. (en) American Cancer Society, « Tests to Find and Diagnose Cancer » (consulté le 30 mars 2019)
  10. « ORL - laryngoscopie en suspension », 22 juillet2011 (consulté le 1er avril 2019)
  11. Madiha Mahfoudhi, Khaled Khamassi, Sami Turki, Adel Kheder, « Difficulté diagnostique d'une tuberculose laryngée isolée chez une femme diabétique » (consulté le 1er avril 2019)
  12. Stéphanie Lavaud, « L'utilité des réunions pluridisciplinaires en oncologie remise en cause », (consulté le 1er avril 2019)
  13. « Radiothérapie », Fondation contre le Cancer (consulté le 9 avril 2019)
  14. « Des chercheurs d’Ottawa découvrent une nouvelle polythérapie contre le cancer », Ottawa, (consulté le 9 avril 2019)
  15. (de) « Krebsregister Saarland », Ministerium für Soziales, Gesundheit, Frauen und Familie (consulté le 1er avril 2019)
  16. « InfoCancer - ARCAGY - GINECO - Localisations - Voies aériennes - Cancer de la gorge (larynx) - Maladie - Avant propos », sur www.arcagy.org (consulté le 10 juillet 2018)
  17. « Suivi après un traitement du cancer du larynx », Société canadienne du cancer (consulté le 31 mars 2019)
  18. « Union des associations françaises de laryngectomisés et mutilés de la voix » (consulté le 31 mars 2019)