Stéfanos Tsitsipás

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Stéfanos Tsitsipás
Image illustrative de l’article Stéfanos Tsitsipás
Tsitsipás à l'Open de Washington en 2018.
Carrière professionnelle
2015
Nationalité Drapeau de la Grèce Grèce
Naissance (20 ans)
Athènes
Taille 1,93 m (6 4)
Prise de raquette Droitier, revers à une main
Entraîneur Apóstolos Tsitsipás
Gains en tournois 4 100 513 $
Palmarès
En simple
Titres 2
Finales perdues 3
Meilleur classement 10e (04/03/2019)
En double
Titres 0
Finales perdues 0
Meilleur classement 210e (14/01/2019)
Meilleurs résultats en Grand Chelem
Aust. R-G. Wim. US.
Simple 1/2 1/32 1/8 1/32
Double 1/32 1/16

Stéfanos Tsitsipás (grec moderne : Στέφανος Τσιτσιπάς), né le à Athènes, est un joueur de tennis grec, professionnel depuis 2015.

Grand espoir du tennis, il devient en 2017, à 19 ans, le premier joueur de son pays à entrer dans le top 100, puis dans le top 10, en 2019.

Biographie[modifier | modifier le code]

2017-fr.wp-orange-source.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (février 2019)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Son père, Apóstolos Tsitsipás, est grec et sa mère est la joueuse de tennis russe Julia Salnikova, fille du joueur de foot Sergueï Salnikov. Ses parents travaillent toute son enfance comme professeurs de tennis au Palace Astir, un hotel de luxe situé à Vouliagmeni. Stéfanos Tsitsipás a deux frères, Pétros et Pávlos, et une sœur, Elisávet.

Grâce à ses parents, Stéfanos Tsitsipás commence le tennis très tôt. Il dit lui-même : « Mon premier souvenir remonte à trois ans et je tapais des balles avec mon père entre deux cours de tennis. Je me souviens de moi bébé regardant des matchs à la télévision. Je ne peux pas vous dire qui jouait mais je me souviens que je regardais. ». Enfant, il pratique aussi d'autres sports comme le football ou la natation. Son père se souvient que c'est Stéfanos lui-même qui a choisi le tennis, rappelant que son fils, après un tournoi en France à l'âge de 9 ans, s'est réveillé au milieu la nuit avant de venir le voir pour lui dire qu'aimant la compétition et les défis, il voulait devenir joueur de tennis.

Stéfanos Tsitsipás parle couramment grec, russe et anglais. Il supporte l'équipe de football du AEK Athènes FC. Il a créé une chaine YouTube pour mettre en ligne des vidéos de ses voyages.

Carrière[modifier | modifier le code]

Classements ATP en fin de saison[modifier | modifier le code]

Année 2013 2014 2015 2016 2017 2018
Rang en simple 2015 en augmentation 1271 en augmentation 572 en augmentation 209 en augmentation 91 en augmentation 15
Rang en double - 1686 en augmentation 503 en augmentation 364 en diminution 565 en augmentation 223

Source : (en) Classements de Stéfanos Tsitsipás sur le site officiel de la Fédération internationale de tennis

Parcours junior[modifier | modifier le code]

Stéfanos Tsitsipás commence à prendre des cours de tennis à l'âge de six ans au Tennis club de Glyfáda, près d'Athènes. Il est à ses débuts coaché par son père.

2014-2015 : Double finaliste à l'Orange Bowl

Stéfanos Tsitsipás est repéré par Patrick Mouratoglou et intègre son académie de tennis en 2015[1].

Chez les juniors, il s'illustre dans un premier temps en atteignant la finale de l'Orange Bowl en 2014 et 2015.

2016 : N°1 mondial junior, Wimbledon en double garçons

Il remporte plusieurs tournois tels que le trophée Bonfiglio qui lui permet de devenir no 1 mondial, puis le tournoi de Wimbledon en double, où il est demi-finaliste en simple, et enfin les Championnats d'Europe à Klosters en 2016.

Sur le circuit professionnel, il a gagné 5 tournois Future en simple et 6 en double. Il termine l'année 2016 à la 209e place avec 2 finales perdues en Challenger.

2017. Premiers tournois ATP, un titre en Challenger et entrée dans le top 100[modifier | modifier le code]

En septembre 2017, Stéfanos Tsitsipás remporte son premier tournoi Challenger à Gênes contre Guillermo García-López après avoir écarté Jan-Lennard Struff en quart. Il joue plusieurs tournois ATP à partir du mois de septembre et sort à chaque fois des qualifications. Il perd à trois reprises d'entrée puis atteint le deuxième tour du Masters de Shanghai après avoir éliminé Karen Khachanov, 40e mondial. Il se révèle lors du tournoi d'Anvers où il écarte successivement Pablo Cuevas (33e), Ivo Karlović (51e) et David Goffin (10e)[2], atteignant ainsi les demi-finales. À la suite de ce résultat, il devient le premier joueur grec à faire son entrée dans le top 100 du classement ATP.

2018. Premiers titres ATP à Stockholm et aux Next Gen ATP Finals, première finale en Masters 1000 et top 15 mondial[modifier | modifier le code]

Tsitsipás au service lors du tournoi de Washington en 2018.

Stéfanos Tsitsipás débute sa saison 2018 par le tournoi de Doha. Il sort des qualifications puis atteint les quarts de finale après avoir éliminé Florian Mayer et Richard Gasquet. Il atteint encore les quarts de finale au tournoi ATP 500 de Dubaï après avoir notamment battu Philipp Kohlschreiber.

Sur terre battue, au tournoi ATP 500 de Barcelone, il bat Diego Schwartzman (6-2, 6-1), Albert Ramos-Viñolas (6-4, 7-5), puis le 7e mondial Dominic Thiem (6-3, 6-2) en 1 h 22[3] et Pablo Carreño Busta (7-5, 6-3) au bout d'1 h 35 de jeu pour se qualifier pour sa première finale ATP à 19 ans[4]. Il devient le premier joueur grec en finale d'un tournoi ATP depuis Nicky Kalogeropoulos en 1973[5]. Épuisé de sa semaine, il s'incline (2-6, 1-6) en 1 h 18 contre le no 1 mondial, Rafael Nadal[6]. Cette performance le fait rentrer dans le top 50 à la 44e place[7].

Il enchaîne au tournoi ATP 250 d'Estoril avec une demi-finale en battant la tête de série no 1 Kevin Anderson au second tour (63-7, 6-3, 6-3) alors 8e mondial[8], avant de chuter face au futur vainqueur du tournoi João Sousa. Puis il perd d'entrée au Masters 1000 de Madrid face à Evgeny Donskoy. La semaine suivante, il passe un tour au Masters 1000 de Rome avant de perdre face à Juan Martín del Potro (5-7, 3-6).

Il débute Roland-Garros par une victoire face au qualifié espagnol Carlos Taberner (7-5, 65-7, 6-4, 6-3) puis perd face au futur finaliste de l'épreuve, le 8e mondial Dominic Thiem (2-6, 6-2, 3-6, 2-6)[9].

Sur gazon, il commence par le tournoi de Bois-le-Duc où il est tête de série no 5. Il bat successivement John-Patrick Smith puis Malek Jaziri avant de perdre face à Richard Gasquet futur vainqueur du tournoi (62-7, 64-7). Il passe un tour à Halle où il bat la tête de série no 5 Lucas Pouille.

À Wimbledon, il est tête de série no 31 et il bat le qualifié Grégoire Barrère (6-3, 6-4, 63-7, 7-5), Jared Donaldson (6-3, 6-2, 3-6, 4-6, 6-3) et Thomas Fabbiano (6-2, 6-1, 6-4)[10], avant de chuter en huitième de finale face au 10e mondial, John Isner futur demi-finaliste du tournoi (4-6, 68-7, 64-7)[11]. C'est la première fois qu'il atteint la seconde semaine d'un tournoi du Grand Chelem.

Il commence la tournée américaine à l'Open de Washington. Tête de série no 10, il élimine Jared Donaldson, James Duckworth avant de battre David Goffin tête de série no 3 en deux sets (6-3, 6-4) en quart de finale. Il est battu par la tête de série no 1, 3e mondial, et futur vainqueur du tournoi Alexander Zverev en demi-finale (2-6, 4-6)[12].

Il enchaîne au Masters 1000 du Canada où il bat au premier tour Damir Džumhur (6-3, 7-63). Il bat ensuite le 8e mondial, Dominic Thiem (6-3, 7-66)[13] et le 10e mondial, Novak Djokovic (récent vainqueur de Wimbledon) en huitièmes de finale (6-3, 65-7, 6-3) après 2 h 17 de jeu[14]. En quart de finale, il affronte à nouveau Alexander Zverev (3e mondial) qu'il bat pour accéder pour la première fois en demi-finale d'un Masters 1000 (3-6, 7-611, 6-4) après 2 h 27 d'une rencontre à rebondissements[15]. C'est également la première fois qu'un joueur aussi jeune bat trois membres du top 10 dans un même tournoi depuis Rafael Nadal en 2006[16]. Il accède ensuite à la finale en battant le 6e mondial, Kevin Anderson en 3 sets accrochés (64-7, 6-4, 7-67) après 2 h 47 de jeu, ce qui lui vaut de faire aussi bien que Jo-Wilfried Tsonga qui avait éliminé 4 membres du top 10 lors de ce même tournoi en 2014[17]. Le 12 août, il perd en finale contre le no 1 mondial, Rafael Nadal en deux sets (2-6, 64-7) au bout d'1 h 43 d'une rencontre commencée qu'à partir du 2e set[18],[19]. Au classement ATP du 13 août, Tsitsipás entre pour la première fois dans le top 15 et en l'espace d'un an, est passé de la 159e à la 15e place mondiale[20].

Après une baisse de régime dans les tournois suivants, il réagit au Masters de Shanghai en octobre. Venant à bout sur le fil de Gaël Monfils (7-64, 4-6, 6-4) et du Russe Karen Khachanov (6-4, 7-68), il s'incline (4-6, 61-7) en 1/8 de finale contre le 8e mondial, Kevin Anderson.

En indoor au tournoi de Stockholm, il atteint sa 3e finale de la saison après des victoires sur John Millman en trois sets, puis Philipp Kohlschreiber et Fabio Fognini (6-3, 6-2)[21]. Il remporte son 1er titre en carrière face au qualifié Ernests Gulbis (6-4, 6-4) en 1 h 21[22]. À l'Open de Bâle, il atteint les quarts de finale où il retrouve Daniil Medvedev, contre qui il s'incline (4-6, 6-3, 3-6). Il enchaîne avec le dernier Masters 1000 de la saison à Paris-Bercy mais s'incline dès son entrée en lice contre le Bosniaque Damir Džumhur (3-6, 3-6).

Il dispute son dernier tournoi aux Next Gen ATP Finals à Milan réunissant, sous le format du Masters de Londres, les sept meilleurs espoirs du tennis mondial ainsi qu'un invité de 21 ans et moins. En tant que tête de série numéro 1 du tournoi, il finit premier de sa poule en battant Jaume Munar en quatre sets, Frances Tiafoe et Hubert Hurkacz sans en perdre. En demi-finale, il vient à bout difficilement (4-33, 35-4, 4-0, 2-4, 4-32) d'Andrey Rublev après 2 h 10 de jeu[23]. Il remporte cette 2e édition en battant la tête de série numéro 2, Alex De Minaur (2-4, 4-1, 4-33, 4-33) en 1 h 40[24].

2019. 1/2 finale à l'Open d'Australie, second titre ATP 250 et entrée dans le top 10[modifier | modifier le code]

Stéfanos Tsitsipás débute sa saison en représentant la Grèce lors de la dernière Hopman Cup (remplacée dès 2020 par la World Team Cup[25]) associé à María Sákkari. Après une défaite et une victoire en simple, respectivement face à la Grande-Bretagne (68-7, 4-6 contre Cameron Norrie) et les États-Unis (6-3, 63-7, 6-3 contre Frances Tiafoe), il rencontre pour la première fois Roger Federer (qui remportera d'ailleurs sa troisième Hopman Cup à l'occasion) face à la Suisse. Dans un match de haute qualité, il finit par perdre sur le fil (65-7, 64-7). Il enchaîne avec le tournoi de Sydney en pointant à la 15e place mondiale. Exempté de premier tour en tant que tête de série numéro 1, il bat facilement l'Argentin Guido Andreozzi (6-3, 6-4) mais chute en quart de finale (6-4, 4-6, 4-6) contre la tête de série no 8, Andreas Seppi, 37e mondial, qui, malgré ses 34 ans, a été plus efficace au service.

Pour son deuxième Open d'Australie, il est tête de série no 14. Il bat l'Italien Matteo Berrettini (63-7, 6-4, 6-3, 7-64), Viktor Troicki (6-3, 2-6, 6-2, 7-5) et Nikoloz Basilashvili (6-3, 3-6, 7-67, 6-4) et se hisse en huitième de finale pour la deuxième fois en Grand Chelem, après Wimbledon en 2018[26]. Il y retrouve Roger Federer, pour une revanche de la Hopman Cup et réalise un exploit en le battant (611-7, 7-63, 7-5, 7-65). Il confirme en quart de finale, et se défait de l'Espagnol Roberto Bautista-Agut en quatre sets (7-5, 4-6, 6-4, 7-62) pour aller défier Rafael Nadal pour sa première demi-finale en Grand Chelem. Il s'incline largement face à l'Espagnol (2-6, 4-6, 0-6) mais profite de son beau parcours pour monter à la 12e place mondiale la semaine suivante.

Il reprend début février à l'ATP 250 de Sofia en indoor où il est tête de série no 2. Exempté du premier tour, il bat en huitième de finale Jan-Lennard Struff (7-65, 6-4) mais s'incline au tour suivant contre Gaël Monfils en 1 h 30 (3-6, 65-7). Il enchaîne avec l'ATP 500 de Rotterdam. Tête de série no 3, il affronte au premier tour le Bosniaque Damir Džumhur, 52e mondial contre lequel il perd une nouvelle fois (4-6, 6-1, 5-7) en montrant des signes de lassitude[27]. À Marseille, un autre ATP 250, tête de série no 1, exempté de premier tour, il bat en huitième de finale le Polonais Hubert Hurkacz en deux sets (6-4, 6-2). En quart de finale, il fait de même avec l'Ukrainien Serhiy Stakhovsky (6-4, 6-3) et rencontre en demi-finale la tête de série no 3 David Goffin, qu'il bat (7-61, 6-2) en 1 h 09. En finale, il conclut le tournoi sans perdre un set face au Kazakh Mikhail Kukushkin (7-5, 7-65), remportant son second titre ATP 250. Ce trophée lui permet d'atteindre la 11e place mondiale à l'issue du tournoi. Le 26 février il est tête de série no 5 au tournoi de Dubaï, un ATP 500 où il affronte au premier tour l'Australien Matthew Ebden qu'il domine en cédant un set (6-4, 3-6, 6-3). Au second tour, il bat facilement le qualifié biélorusse Egor Gerasimov, 155e mondial (6-3, 6-1) pour atteindre les quarts de finale où il rencontre le Polonais Hubert Hurkacz, 77e mondial, tombeur de Kei Nishikori. Il parvient à le battre au terme de trois sets accrochés (7-64, 61-7, 6-1). En demi-finale, il vainc le Français Gaël Monfils, récent vainqueur de l'ATP 500 de Rotterdam, en trois sets très serrés (4-6, 7-6,4, 7-64), s'offrant sa seconde finale en ATP 500, ce qui lui assure de faire son entrée dans le top 10 à l'issue du tournoi. Il est le premier joueur grec de l'histoire à réussir une telle performance[28]. Il s'incline en finale face à Roger Federer (4-6, 4-6).

Le 9 mars, exempté du premier tour au Master 1000 d'Indian Wells, il débute le tournoi en étant opposé au jeune prodige canadien Félix Auger-Aliassime, récent finaliste de l'ATP 500 de Rio. Commettant un trop grand nombre de fautes directes, il est sèchement battu (4-6, 2-6). Le 24 mars, pour son premier match au Masters 1000 de Miami en tant que tête de série n°8, il bat l'Américain lucky-loser Mackenzie McDonald (7-64, 6-1). Au tour suivant il sera opposa à l'Argentin Leonardo Mayer.

Palmarès[modifier | modifier le code]

Titres en simple messieurs[modifier | modifier le code]

No Date Nom et lieu du tournoi Catégorie Dotation Surface Finaliste Score
1 15-10-2018 Drapeau : Suède Intrum Stockholm OpenStockholm ATP 250 612 755  Dur (int.) Drapeau : Lettonie Ernests Gulbis 6-4, 6-4 Parcours
- 06-11-2018 Drapeau : Italie Next Gen ATP FinalsMilan Next Gen Finals 1 275 000 $ Dur (int.) Drapeau : Australie Alex De Minaur 2-4, 4-1, 4-33, 4-33 Parcours
2 18-02-2019 Drapeau : France Open 13 ProvenceMarseille ATP 250 668 485  Dur (int.) Drapeau : Kazakhstan Mikhail Kukushkin 7-5, 7-65 Parcours

Finales en simple messieurs[modifier | modifier le code]

No Date Nom et lieu du tournoi Catégorie Dotation Surface Vainqueur Score
1 23-04-2018 Drapeau : Espagne Barcelona Open Banc SabadellBarcelone ATP 500 2 510 900  Terre (ext.) Drapeau : Espagne Rafael Nadal 6-2, 6-1 Parcours
2 06-08-2018 Drapeau : Canada Rogers Cup presented by National BankToronto Masters 1000 5 315 025 $ Dur (ext.) Drapeau : Espagne Rafael Nadal 6-2, 7-64 Parcours
3 25-02-2019 Drapeau : Émirats arabes unis Dubai Duty Free Tennis ChampionshipsDubaï ATP 500 2 736 845 $ Dur (ext.) Drapeau : Suisse Roger Federer 6-4, 6-4 Parcours

Palmarès hors du circuit principal[modifier | modifier le code]

En simple[modifier | modifier le code]

Parcours dans les tournois du Grand Chelem[modifier | modifier le code]

En simple[modifier | modifier le code]

Année Open d'Australie Internationaux de France Wimbledon US Open
2017 Q2 Drapeau : États-Unis Bjorn Fratangelo 1er tour (1/64) Drapeau : Croatie Ivo Karlović 1er tour (1/64) Drapeau : Serbie Dušan Lajović Q3 Drapeau : France Nicolas Mahut
2018 1er tour (1/64) Drapeau : Canada Denis Shapovalov 2e tour (1/32) Drapeau : Autriche Dominic Thiem 1/8 de finale Drapeau : États-Unis John Isner 2e tour (1/32) Drapeau : Russie Daniil Medvedev
2019 1/2 finale Drapeau : Espagne Rafael Nadal

N.B. : à droite du résultat, se trouve le nom de l'ultime adversaire.

En double[modifier | modifier le code]

Année Open d'Australie Internationaux de France Wimbledon US Open
2018 1er tour (1/32)
Drapeau : Roumanie Marius Copil
Drapeau : Brésil M. Demoliner
Drapeau : Mexique S. González
2e tour (1/16)
Drapeau : Serbie Dušan Lajović
Drapeau : Royaume-Uni Dominic Inglot
Drapeau : Croatie Franko Škugor

N.B. : le nom du partenaire se trouve sous le résultat, tandis que le nom des ultimes adversaires se trouve à droite.

Parcours dans les Masters 1000[modifier | modifier le code]

Année Indian Wells Miami Monte-Carlo Madrid Rome Canada Cincinnati Shanghai Paris
2017 2e tour
Drapeau : États-Unis John Isner
2018 2e tour
Drapeau : Autriche D. Thiem
1er tour
Drapeau : Russie D. Medvedev
2e tour
Drapeau : Belgique D. Goffin
1er tour
Drapeau : Russie E. Donskoy
2e tour
Drapeau : Argentine J. M. del Potro
Finale
Drapeau : Espagne R. Nadal
1er tour
Drapeau : Belgique D. Goffin
1/8 de finale
Drapeau : Afrique du Sud K. Anderson
2e tour
Drapeau : Bosnie-Herzégovine D. Džumhur
2019 2e tour
Drapeau : Canada Félix Auger

N.B. : sous le résultat, se trouve le nom de l'ultime adversaire.

Victoires sur le top 10[modifier | modifier le code]

Toutes ses victoires sur des joueurs classés dans le top 10 de l'ATP lors de la rencontre.

Légende
Grand Chelem
Masters
Jeux olympiques
Masters 1000
500 Series
250 Series
Coupe Davis
# S.T. Tournoi Année Surface Adversaire Rang Tour Score
1 no 122 Drapeau : Belgique Anvers 2017 Dur (int.) Drapeau : Belgique David Goffin no 10 1/4 2-6, 7-61, 7-64
2 no 63 Drapeau : Espagne Barcelone 2018 Terre battue Drapeau : Autriche Dominic Thiem no 7 1/4 6-3, 6-2
3 no 44 Drapeau : Portugal Estoril 2018 Terre battue Drapeau : Afrique du Sud Kevin Anderson no 8 1/8 63-7, 6-3, 6-3
4 no 27 Drapeau : Canada Toronto 2018 Dur Drapeau : Autriche Dominic Thiem no 8 1/16 6-3, 7-66
5 Drapeau : Serbie Novak Djokovic no 10 1/8 6-3, 65-7, 6-3
6 Drapeau : Allemagne Alexander Zverev no 3 1/4 3-6, 7-611, 6-4
7 Drapeau : Afrique du Sud Kevin Anderson no 6 1/2 64-7, 6-4, 7-67
8 no 15 Drapeau : Australie Open d'Australie 2019 Dur Drapeau : Suisse Roger Federer no 3 1/8 611-7, 7-63, 7-5, 7-65

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Qui est Stefanos Tsitsipas, le tombeur de Roger Federer ? »,
  2. Tsitsipas surprend Goffin sur ses terres et file en 1/2 à Anvers, rtbf.be, 20 octobre 2017
  3. « Stefanos Tsitsipas ne laisse que cinq jeux à Dominic Thiem en quart de finale », sur Eurosport,
  4. « Vainqueur de Carreno Busta en demie, Tsitsipas poursuit sa grande semaine et s'offre une première », sur Eurosport,
  5. (en) « Stefanos Tsitsipas Becomes the First Greek Player to Reach an ATP Tour Final in 45 Years », sur The National Herald,
  6. « Rafael Nadal s'impose face à Stefanos Tsitsipas (6-2, 6-1) et remporte le tournoi pour la 11e fois », sur Eurosport,
  7. « Un bond de 33 places pour Cecchinato, le "lucky loser" italien », sur Eurosport,
  8. « Stefanos Tsitsipas élimine Kevin Anderson en huitièmes de finale du tournoi d'Estoril », sur L'Équipe,
  9. « Thiem boucle l'affaire face à Tsitsipas », sur lequipe.fr,
  10. « Stefanos Tsitsipas s'impose au 3e tour de Wimbledon face à Thomas Fabbiano », sur eurosport.fr,
  11. « John Isner domine Stefanos Tsitsipas en huitièmes », sur lequipe.fr,
  12. « ATP Washington : Alexander Zverev en finale après sa victoire contre Stefanos Tsitsipas (6-2, 6-4) », sur Eurosport,
  13. « Toronto : Milos Raonic et Dominic Thiem éliminés dès le deuxième tour », sur L'Équipe,
  14. « Masters Toronto : Novak Djokovic éliminé au 3e tour par Stefanos Tsitsipas », sur Eurosport,
  15. « Masters Toronto : Stefanos Tsitsipas fait tomber Alexander Zverev en quart de finale », sur Eurosport,
  16. « Tsitsipas : "J'ai toujours pensé que ça me prendrait plus de temps pour y arriver" », sur Eurosport,
  17. « Masters Toronto : Stefanos Tsitsipas élimine Kevin Anderson et rejoint la finale », sur Eurosport,
  18. « Masters Toronto : Rafael Nadal prend le meilleur sur Tsitsipas et s'offre un nouveau titre », sur Eurosport,
  19. « Stefanos Tsitsipas après sa folle semaine à Toronto : "C’est moins compliqué qu’il n’y paraît" », sur Eurosport,
  20. « Classement ATP : Stefanos Tsitsipas déboule dans le top 15, le top 3 pour Juan Martin Del Potro pour la 1re fois », sur L'Équipe,
  21. « ATP Stockholm : Stefanos Tsitsipas affrontera Ernests Gulbis en finale », sur Eurosport,
  22. « ATP Stockholm - Stefanos Tsitsipas bat Ernests Gulbis (6-4, 6-4) et remporte son premier titre », sur Eurosport,
  23. « Les joueurs invités à s'occuper de leurs serviettes au Next Gen », sur Eurosport,
  24. « Stefanos Tsitsipas remporte le Masters Next Gen après sa victoire face à Alex De Minaur », sur Eurosport,
  25. « Tennis – ATP : La « World Team Cup » officiellement lancée sous le nom « ATP Cup » », sur sport365.fr,
  26. « Open d'Australie: premier huitième de finale à Melbourne pour Tsitsipas », sur Le Point,
  27. « Stefanos Tsitsipas sûrement forfait à Marseille », sur L'Equipe,
  28. « Dubaï : Gaël Monfils cède face à Stefanos Tsitsipas au terme d'un grand combat », sur L'Equipe,

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Classements ATP (au 18 mars 2019)
Simple
Rang Évolution Nom Points
1 en stagnation Drapeau : Serbie Novak Djokovic 10 990
2 en stagnation Drapeau : Espagne Rafael Nadal 8 725
3 en stagnation Drapeau : Allemagne Alexander Zverev 6 630
4 en augmentation Drapeau : Autriche Dominic Thiem 4 755
5 en diminution Drapeau : Suisse Roger Federer 4 600
6 en augmentation Drapeau : Japon Kei Nishikori 4 235
7 en diminution Drapeau : Afrique du Sud Kevin Anderson 4 115
8 en diminution Drapeau : Argentine Juan Martín del Potro 3 585
9 en stagnation Drapeau : États-Unis John Isner 3 485
10 en stagnation Drapeau : Grèce Stéfanos Tsitsipás 3 160
Double
Rang Évolution Nom Points
1 en stagnation Drapeau : États-Unis Mike Bryan 9 920
2 en stagnation Drapeau : États-Unis Jack Sock 6 675
3 en stagnation Drapeau : France Nicolas Mahut 6 200
4 en stagnation Drapeau : France Pierre-Hugues Herbert 5 950
5 en augmentation Drapeau : Pologne Łukasz Kubot 5 710
6 en augmentation Drapeau : Croatie Nikola Mektić 5 470
7 en augmentation Drapeau : Brésil Marcelo Melo 5 440
8 en diminution Drapeau : Royaume-Uni Jamie Murray 5 265
9 en diminution Drapeau : Brésil Bruno Soares 5 230
10 en stagnation Drapeau : Colombie Juan Sebastián Cabal 5 210
en stagnation Drapeau : Colombie Robert Farah