Le Veurdre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le Veurdre
Clocher de l'église Saint-Hippolyte
Clocher de l'église Saint-Hippolyte
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Allier
Arrondissement Moulins
Canton Bourbon-l'Archambault[1]
Intercommunalité Moulins Communauté
Maire
Mandat
Ghislain Collas de Chatelperron
2014-2020
Code postal 03320
Code commune 03309
Démographie
Population
municipale
466 hab. (2014)
Densité 22 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 45′ 25″ nord, 3° 02′ 26″ est
Altitude Min. 182 m – Max. 241 m
Superficie 21,16 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Allier

Voir sur la carte administrative de l'Allier
City locator 14.svg
Le Veurdre

Géolocalisation sur la carte : Allier

Voir sur la carte topographique de l'Allier
City locator 14.svg
Le Veurdre

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Le Veurdre

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Le Veurdre

Le Veurdre est une commune française, située dans le département de l'Allier en région Auvergne-Rhône-Alpes.

C'est une petite commune située en bordure de l'Allier. À son niveau se trouve le dernier pont du département sur la rivière.

Un projet de barrage (dit écréteur de crues) avait été programmé (un peu en amont du pont actuel), puis abandonné en raison d'une forte mobilisation des riverains de la Loire et Allier organisés en association Loire vivante.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le Veurdre est situé au nord du département de l'Allier, sur la rive gauche de l'Allier. La commune est arrosée aussi par la Bieudre, qui se jette dans l'Allier au nord de la commune. L'Île du Veurdre, au nord de la commune, est une île assez vaste qui s'est formée entre le cours principal de l'Allier, à l'est, et un bras de la rivière, à l'ouest, dans lequel aboutit la Bieudre ; elle est reliée au rivage par un gué.

Ses communes limitrophes sont[2] :

Communes limitrophes du Veurdre
Château-sur-Allier Livry (Nièvre)
Neure Veurdre
Pouzy-Mésangy Limoise Saint-Léopardin-d'Augy

Toponymie[modifier | modifier le code]

D'après Paul Dufieux, partant de la forme moyenâgeuse Avuldria le nom du village, signifierait « pommeraie », par le bas allemand apuldr (= pommier)[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le Veurdre se trouvait sur la branche sud de la voie de Vézelay, un des quatre itinéraires principaux des chemins de Compostelle en France ; cet itinéraire, parti de Vézelay, traversait la Loire à Nevers, et continuait ensuite vers Lurcy-Lévis, le Berry et le Limousin.

Dès le XIIIe siècle, Le Veurdre disposa d'un port important sur l'Allier, qui déclina avec le développement du chemin de fer. On y embarquait le bois, les céréales et les vins à destination de la région parisienne.

En juin 1940, une petite troupe française tenta de bloquer le passage des troupes allemandes sur l'Allier. Après avoir arrêté une colonne allemande de 1 500 hommes grâce à un canon de 75 prenant le pont en enfilade, elle fut finalement contournée et prise à revers par un détachement de side-caristes ennemis. Une stèle rappelle le courage des hommes qui la composaient. Sous l'occupation allemande, la ligne de démarcation passait au Veurdre.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1860 1866 Elphège Jourdier    
1870 1871 Elphège Jourdier    
Les données manquantes sont à compléter.
         
 ?  ? Michel Clavelier PCF  
mars 2001 mars 2008 Alain Lochon    
mars 2008 avril 2014 Jacqueline Berthet    
avril 2014 en cours Ghislain Collas de Chatelperron[4]   Agent d'assurances

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[5]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[6],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 466 habitants, en diminution de -13,06 % par rapport à 2009 (Allier : 0 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
901 880 867 849 1 049 1 173 1 278 1 338 1 120
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 170 1 180 1 209 1 222 1 235 1 206 1 215 1 204 1 137
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 105 980 965 790 776 719 698 792 689
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2014
698 717 699 604 595 578 550 497 466
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2006[8].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Pont sur l'Allier : les premiers ponts au Veurdre sont très anciens ; des traces remontant au moins au XVe siècle ont été retrouvées. En 1834 est mis en service un pont suspendu à péage ne comportant qu'une seule voie de circulation. En 1910-1911, Eugène Freyssinet construit un nouveau pont, en béton armé, premier d'une série de trois (avec le pont Boutiron et le pont de Châtel-de-Neuvre). Ce pont a été dynamité le 7 septembre 1944. Les piles ont pu être réutilisées pour le pont actuel à cinq travées, également construit en béton armé[9].
  • Stèle des défenseurs du pont : une stèle rappelle le courage d'un groupe d'une quarantaine d'officiers et soldats français (dont sept furent tués) qui retardèrent la traversée du pont par une colonne allemande de 1 500 hommes le 18 juin 1940.
  • Château de La Baume
  • Château de La Charnée : fief attesté dès le XIIIe siècle. Il est acquis en 1667 par Gilbert Alarose et passe par mariage à la famille Jourdier au XVIIIe siècle. Joseph Jourdier fait construire le château actuel, complété au XIXe siècle par des ailes en retour.
  • Église Saint-Hippolyte : église du XIe siècle remaniée à plusieurs reprises. Chapelle gothique, clocher du XVe siècle, maître-autel baroque du XVIIe siècle. Statue de sainte Anne du XVIe siècle.
  • Maison de la batellerie. Elle est installée dans l'ancien quartier des mariniers et présente la vie et l'habitat des mariniers et des charpentiers de bateaux, ainsi que des exemples des embarcations qui ont navigué sur la rivière d'Allier au cours des siècles. Elle est l'œuvre d'une association locale, La Chavanée, qui s'est donné pour mission de conserver les arts et traditions populaires des bords d'Allier[10].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Tourisme[modifier | modifier le code]

Le GR 300 (aussi appelé chemin de Saint-Jacques en Bourbonnais), traverse Le Veurdre. Il s'inscrit dans la tradition des chemins de Compostelle, dont il reproduit à peu près l'un des itinéraires secondaires. Venant de Sancoins, il croise au Veurdre un autre itinéraire ancien, la variante méridionale de l'ancienne voie de Vézelay, l'un des principaux chemins de Compostelle en France. Vers le sud, il suit en gros l'itinéraire qui menait les pèlerins vers Clermont-Ferrand (Notre-Dame-du-Port), d'où ils gagnaient Le Puy-en-Velay.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Décret no 2014-265 du 27 février 2014 portant délimitation des cantons dans le département de l'Allier.
  2. Géoportail (consulté le 24 mai 2017).
  3. Paul Dupieux, « Les traces germaniques dans la toponymie bourbonnaise », Bulletin de la section de géographie, t. LXI et LXII,‎ 1946, 1947 et 1948 ; Ministère de l'éducation nationale, Comité des travaux historiques et scientifiques; Imprimerie nationale, Presses universitaires de France, MDCCCCLIII (1953), p. 24 (lire en ligne).
  4. Liste des maires de l'Allier [PDF], sur le site de l'association des maires et présidents de communautés de l'Allier, 8 avril 2014 (consulté le 4 juin 2014).
  5. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  6. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  9. Jean-Michel Delaveau, Franchir l'Allier : à la découverte de 130 ponts, Champetières, Éditions de la Montmarie, (ISBN 9782915841381). Pierre Bordes, « Le pont du Veurdre, plus d'un siècle de vicissitudes (1836-1949) », Cahiers bourbonnais, n° 222, hiver 2012-2013, pp. 70-73.
  10. La Batellerie d'Allier.