Alain Calmat

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Alain Calmat
Fonctions
Député
1986-1993
1997-2002
Gouvernement Ve République
Groupe politique PS
Ministre de la Jeunesse et des sports
Président François Mitterrand
Gouvernement Fabius
Prédécesseur Edwige Avice
Successeur Christian Bergelin
Biographie
Date de naissance (77 ans)
Résidence Cher
puis Seine-Saint-Denis

Alain Calmat, né le à Paris (Seine), est un ancien patineur artistique, médecin et homme politique français. Ancien ministre de la Jeunesse et des Sports, il est actuellement membre de l'Académie des sports et président du comité français Pierre-de-Coubertin.

Parmi ses meilleurs résultats, il a été vice-champion olympique en 1964 à Innsbruck, champion du monde en 1965, deux fois vice-champion du monde (1963-1964), trois fois champion d'Europe (1962-1963-1964) et cinq fois champion de France (1958-1962-1963-1964-1965).

Patinage artistique[modifier | modifier le code]

Alain Calmat
image illustrative de l’article Alain Calmat
Alain Calmat en 1964
Biographie
Nom complet Alain Calmat
Nationalité Drapeau de la France France
Date de naissance (77 ans)
Lieu de naissance Paris (France)
Parcours
Entraineur Jacqueline Vaudecrane
Retraite 1965

Il fait ses débuts à 9 ans. Il s'entraînera sous les ordres de Jacqueline Vaudecrane à Boulogne-Billancourt, avec pour compagnon Alain Giletti. Il s'entraînera aussi avec Pierre Brunet à New York. Il prendra sa retraite sportive à 24 ans, et deviendra par la suite président du Comité de patinage à la Fédération.

  • Champion du monde (à Colorado Springs) : en 1965
  • Champion d'Europe : en 1962, 1963 et 1964
  • Champion de France : en 1958, 1962, 1963, 1964 et 1965
  • médaille d'argent aux Jeux olympiques : en 1964 (à Innsbruck)

Il était considéré comme un patineur d'une grande élégance, doté d'un sens artistique inné, mais aussi d'une très vive sensibilité, laquelle a pu, à certains moments, le desservir, en raison d'une grande émotivité lors des grands rendez-vous olympiques. Il fut aussi un exemple de volonté et de courage ; né dans un milieu modeste (ses parents étaient teinturiers), il fut, grâce à un travail acharné (il s'entraînait tous les matins à partir de 5 h) l'un des premiers sportifs à allier réussite professionnelle et réussite sportive[réf. nécessaire].

Palmarès[modifier | modifier le code]

Alain Calmat, brandissant la torche, s'apprête à allumer la vasque de la flamme olympique, lors de la cérémonie d'ouverture des Jeux olympiques d'hiver de 1968, à Grenoble.
Compétitions / Années 1954 1955 1956 1957 1958 1959 1960 1961 1962 1963 1964 1965
Jeux olympiques d'hiver 9e 6e 2e
Championnats du monde 11e 9e 7e 9e 5e 7e 3e CA 3e 2e 2e 1er
Championnats d’Europe 5e 5e 4e 4e 3e 4e 4e 2e 1er 1er 1er 2e
Championnats de France 2e 2e 2e 2e 1er 2e 2e 2e 1er 1er 1er 1er
Légende : CA = Championnats du monde 1961 annulés à cause de la catastrophe aérienne du vol 548 Sabena

Lors de la cérémonie d'ouverture des Jeux olympiques d'hiver de 1968, organisée le 6 février, en présence de soixante mille spectateurs, dans le stade olympique provisoire de Grenoble et télédiffusée en direct en mondovision, Calmat, en tant que dernier relayeur, allume la vasque de la flamme olympique au sommet d'une haute tour d'échafaudage. Alors qu'il n'a plus sur ses épaules le poids de la compétition, durant ces Jeux il contribue à créer au sein de l'équipe de France, un climat de détente, de convivialité, de fête, grâce à ses talents de chanteur amateur : il connaît parfaitement le répertoire de Georges Brassens, et s'accompagne à la guitare (selon des confidences faites par lui ultérieurement, au cours de l'émission de radio de France Inter L'Oreille en coin).

Le 6 février 2018, lors de la célébration du cinquantième anniversaire des Jeux olympiques d'hiver de 1968, la chaine TéléGrenoble Isère réalise sur l'anneau de vitesse de Grenoble, une soirée spéciale de 75 minutes contenant un spectacle chorégraphique et pyrotechnique en l'honneur de ces Jeux et dans lequel Alain Calmat rallume une vasque olympique[1]. Les sportifs Jean-Claude Killy et Marielle Goitschel participent également au spectacle.

Médecine[modifier | modifier le code]

  • Interne des hôpitaux de Paris (concours 1967) ; à ce titre il participa à l'équipe qui réalisa les premières greffes cardiaques en France ;
  • Chef de clinique, puis chef de service de chirurgie digestive au centre hospitalier intercommunal Le Raincy-Montfermeil ;
  • Anatomiste (chef de travaux de 1968 à 1976 dans le département d'anatomie du Pr Christian Cabrol) ;
  • Professeur au Collège hospitalier Pitié-Salpêtrière (1983).

Politique[modifier | modifier le code]

Fonctions nationales[modifier | modifier le code]

  • Ministre (1984-1986)
Alain Calmat a été ministre délégué à la Jeunesse et aux Sports du 23 juillet 1984 au 20 mars 1986, sous le gouvernement Laurent Fabius, mettant notamment en place les ATS (sport à l'école primaire) par la circulaire du 13/12/1984 (dite Calmat-Chevènement)
  • Député du Cher (1986-1993) (divers gauche, apparenté socialiste)
1986-1988 : député de la VIIIe législature de la Ve République, élu au suffrage proportionnel pour le département du Cher.
1988 à 1993 : député de la IXe législature de la Ve République, élu de la 3e circonscription du Cher, il battit le RPR Serge Vinçon, maire de Saint-Amand-Montrond. En 1993, il est battu par le RPR Serge Lepeltier, maire de Bourges.
  • Député de Seine-Saint-Denis (1997-2002)
Député de la XIe législature de la Ve République, élu de la 12e circonscription de la Seine-Saint-Denis. En 2002, il est battu par l'UMP Éric Raoult.

Fonctions régionales et locales[modifier | modifier le code]

Élu maire en 1995, il a été réélu en 2001 et 2008, mais battu aux municipales de mars 2014 il démissionne de son poste de conseiller municipal après sa défaite.

Divers[modifier | modifier le code]

Récompenses et décorations[modifier | modifier le code]

Alain Calmat est :

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Notoriété[modifier | modifier le code]

Il lui a également été attribué :

Un gymnase portant son nom a été inauguré à Sausset-les-Pins en mars 1991.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • 1981 : Vivre mieux avec le sport, en collaboration avec Dr Michel Baulac, champion de France de squash et avec Dr Michel Sportiche, aux éditions Olivier Orban.
  • 2003 : La diététique du sportif, en collaboration avec Jean-Loup Dervaux, aux éditions De Vecchi.

Références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]