Vienne (Seine-Maritime)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Vienne.
Vienne
La Vienne à Lammerville.
La Vienne à Lammerville.
Caractéristiques
Longueur 15 km
Bassin 88 km2
Bassin collecteur Saâne
Débit moyen 0,42 m3/s (Gueures)
Régime pluvial océanique
Cours
Se jette dans la Saâne
Géographie
Pays traversés France

La Vienne est une rivière de Seine-Maritime, affluent de la Saâne.

Géographie[modifier | modifier le code]

Elle naît sur le territoire de Beauval-en-Caux, suit une direction presque parallèle à la Saâne durant la première partie de sa course, avant de s'orienter vers le nord-ouest et de confluer avec le fleuve côtier à Gueures, au terme d'un parcours de 15 kilomètres[1]. La Vienne apporte 0,42 m³/s à la Saâne lors de sa confluence à Gueures (pour un bassin versant de 88 km²)[2].

La Vienne traverse Beauval-en-Caux, Saint-Mards, Bacqueville-en-Caux, Lammerville, Hermanville, Gueures.

Histoire[modifier | modifier le code]

La vallée de la Vienne est fortement marquée par l'époque médiévale et l'originalité des églises de ses villages. A Beauval-en-Caux, une motte castrale rappelle que la région fut gouvernée par Ansgoth, un compagnon de Rollon; à Lammerville fut édifiée, au XIIe siècle, une forteresse dont il reste peu de vestiges[3]. Nombreux sont les édifices religieux qui se singularisent par des caractéristiques rares dans le pays de Caux; l'église romane de Beauval-en-Caux possède un clocher à bulbe, celle de Sainte-Geneviève-de-Beaunay un clocher-mur, celle de Saint-Mards revêt l'aspect d'une grange dîmière[3]. Seul bourg important arrosé par la Vienne, Bacqueville-en-Caux porte le souvenir d'une des plus illustres familles de Normandie, les Martel, qui se maintinrent dans ce fief de 1033 à 1694.

Pour soutenir l'activité économique (une quinzaine de moulins étaient établis sur son cours comme le moulin Marquet à Lamberville[3] (vers 1740, Michel PARMENTIER est établi en tant que meunier à Lamberville)) d'une vallée délaissée par les modes de transport modernes et assurer le désenclavement de sa population, une ligne de chemin de fer à voie métrique (connue sous le nom de tortillard) fut construite, au début du XXe siècle, reliant la gare de Clères sur l'axe Rouen - Dieppe à celle de Gueures, desservie par la voie ferrée départementale, elle aussi à écartement réduit, de la vallée de la Saâne[4]. Cet itinéraire, ouvert en 1913, ne résista pas à la concurrence routière et fut fermé en 1946[4]; de nombreux habitants, ainsi que le paysage, à travers quelques ponts et d'anciennes petites gares perdues dans la campagne, en gardent le souvenir.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Fiche de la Vienne sur le site du SANDRE.
  2. Informations de la DIREN, Estimation des débits de références des rivières de Haute-Normandie, 2006, p. 14. Lire en ligne.
  3. a, b et c Albert Hennetier, Aux sources normandes: Promenade au fil des rivières en Seine-Maritime, Ed. Bertout, Luneray, 2006 (ISBN 2867436230), article pp. 48-49.
  4. a et b Hervé Bertin, Petits Trains et Tramways haut-normands, Cénomane/La Vie du Rail, Le Mans, 1994 (ISBN 2-905596-48-1 et 2-902808-52-6), pp. 59-63 et p. 221.