René Gillouin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
René Gillouin
Biographie
Naissance
Décès
Nom de naissance
Charles Auguste René GillouinVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Parti politique
Distinction

René Gillouin, né à Aouste-sur-Sye (Drôme) le et mort le 2 avril 1971, est un intellectuel de droite, traditionaliste et pétainiste, écrivain, critique littéraire, journaliste et homme politique français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Milieu social et formation[modifier | modifier le code]

René Gillouin est protestant, fils d'un pasteur de province, de l’Église réformée de la Drôme, Émile Gillouin[1]. Il est élève du lycée lycée de Tournon, Ampère à Lyon puis Henri-IV à Paris en 1900. Il intègre l'École normale supérieure en 1902[2]. Il découvre alors Henri Bergson et Maurice Barrès, avec qui il correspond[3], fréquente les cercles d’écrivains du quartier latin, ceux du café Vachette, autour de Jean Moréas, puis de la taverne du Panthéon, où il croise le jeune Bernard Grasset, qui va devenir son éditeur. Il est membre du comité de rédaction de la revue littéraire Le Parthénon, aux côtés notamment de Guillaume Apollinaire, Georges Duhamel, Jean Giraudoux, Jules Romains, Henri Massis[4]. Admissible à l’agrégation de philosophie, il abandonne l’Université, pour une carrière de fonctionnaire, de critique littéraire, d'essayiste et de conférencier.

Fonctionnaire, intellectuel et homme politique dans l'entre-deux-guerres[modifier | modifier le code]

Il est fonctionnaire à la préfecture de la Seine à partir de 1905. Il fait carrière dans les bureaux du conseil municipal de Paris. Reçu premier au concours de secrétariat du conseil municipal, il est attaché à partir de 1912 au cabinet de la présidence du conseil municipal, puis directeur de cabinet jusqu’à sa démission en 1931, une place de choix pour se faire des relations, se présenter aux élections locales, et qui lui permit d’obtenir la Légion d’honneur en 1924[5].

Membre de la société des gens de lettres depuis 1924[6], il fréquente des salons mondains qui entendent « faire renaitre l’esprit de conversation dans les salons français », ceux du comité des Amies de la revue des lettres, à la fin des années 1920[7], et participe à la vie mondaine de la capitale, aux goûters, aux salons, aux réceptions donnés par des aristocrates, des associations ou des bourgeoises, et aux funérailles d'artistes, celles de Marcel Proust par exemple.

Ses livres sont pour la plupart des recueils d’études et d’articles publiés auparavant dans les journaux et les revues auxquels il collabore, comme La Revue de Paris, Le Mercure de France, l’hebdomadaire L’Europe nouvelle, La Revue hebdomadaire, la revue protestante Foi et vie, la Semaine littéraire en Suisse – il y tint la rubrique des livres français dans les années 1920 –, l’hebdomadaire les Nouvelles littéraires, artistiques et scientifiques, dans lequel il publie en 1931, en plusieurs articles, ses « réflexions sur l’humanisme » confronté à la « crise de civilisation » et à ses avatars « dégénérés » : « le bolchevisme, l’américanisme, le fascisme, (…) autant de triomphes du matérialisme moderne ou de l’antique idolâtrie » et où il apparaît comme un penseur chrétien à la recherche d’un « humanisme nouveau », respectueux de Dieu et du passé.

Il participe aux débats de l’époque, sur la question religieuse ( conférences de Foi et vie, de l’École des hautes études sociales en 1926-27 ), et sur des questions politiques, à propos du « malaise alsacien », de la politique pontificale et de la rupture entre Rome et l’Action française, des démocrates-chrétiens et des syndicats de cultivateurs cultivants des abbés Mancel et Trochu[8], . Aux débats politico-artistiques aussi. En janvier 1935, il prend la parole lors d’un débat organisé par l’Union pour la vérité sur « André Gide et son temps », en présence de Gide et aux côtés de François Mauriac, Gabriel Marcel, Jacques Maritain, Daniel Halévy, Jean Guéhenno et Thierry Maulnier[9]. Il critique aussi les peintres étrangers de l’École de Paris, qui sont pour lui des « métèques accourus de leur Lituanie, de leur Podolie, de leur Tchécoslovaquie natales, (…) et qui, une fois chez nous, ont réussi en un tournemain, par la grâce de la trinité réclame, combine et galette, aidés parfois de divinités plus sombres encore, à décrocher la notoriété, la Légion d’honneur et les commandes officielles », alors que « des centaines d’artistes de bonne race française (…) végéteront ». Parmi lesquels, peut-être, sa propre épouse, Laure Bruni, artiste peintre, qui n’aura pas la renommée d’un Chagall ou d’un Soutine…[10].

Il est enfin membre du jury du prix littéraire de la ville de Paris, aux côtés d’Académiciens ( Bonnard, Mauriac, Valéry, Madelin ) et d’écrivains comme Paul Chack, Giraudoux ou André Thérive. C’est à la demande du président de la société des gens de lettres et sur la proposition de Gillouin, en tant que président du groupe dé défense des travailleurs intellectuels du conseil municipal, qu’il a fondé en décembre 1935 et qu’il préside, que ce prix a été institué en 1937[11].

Il est souvent présenté comme un intellectuel maurrassien. L’itinéraire intellectuel de ce protestant est en fait plus complexe. Lui-même affirme en 1963 qu’il n’était « pas maurrassien orthodoxe, et même à certains égards (…) pas maurrassien du tout. Je n’admettais en effet ni le politique d’abord, ni le mathématisme qui inspirait le « preuve par neuf » de la monarchie, ni l’idolâtrie de la déesse France, ni le par tous les moyens même légaux, ni la théorie des quatre États confédérés, ni la réduction de l’individu à une abstraction »[12]. Avant la Grand Guerre, il défend Bergson contre Maurras, qui a « parlé en fait misérablement » du premier, et pour des raisons « erronées » : « La première de ces raisons, c’est que M. Bergson est juif. Mais précisément, s’il y a jamais eu un Juif à propos duquel la question juive ne se pose pas, c’est M. Bergson. Car enfin – à moins de professer je ne sais quel barbare fétichisme du sang -, on ne saurait définir un juif uniquement par ( sa naissance ). Français, M. Bergson l’est plus pleinement qu’aucun de ceux qui lui jettent ses origines à la face. Il est Français comme le furent nos pères du XVIIe et XVIIIe siècles qui imposaient la civilisation française à l’Europe ». « En ce qui nous concerne, nous avons beaucoup lu et médité M. Charles Maurras et nous estimons que là où il est bon, il est excellent, mais que là où il est mauvais, il est exécrable », décrète-t-il en 1920. Il lui reproche ses « fureurs partisanes », un « certain fanatisme helléno-latin », sa philosophie de l’histoire, qui « dresse l’une contre l’autre deux France », et est la « semence d’inexpiables guerres civiles ». Et il s’en prend au « mysticisme » « d’un certain nationalisme, celui d’un Maurras, (…) proposant aux esprits détachés de Dieu le culte de la déesse France". Mais dans le même temps, il lui sait gré d’avoir « rendu au pays ce service inestimable de restaurer à la fois dans sa plénitude et de circonscrire dans ses bornes légitimes l’idée de l’État »[13]. Deux raisons personnelles l’empêchèrent d’être un maurrassien orthodoxe. « Les infâmes procédés dont l’Action française a usé à ( son ) égard » durant la guerre d’abord. L’Action française l’accusa en effet d’être un « embusqué », ce qui est selon lui « complètement faux »[14]. Ensuite et surtout son protestantisme, qui l’amena souvent à critiquer l’antiprotestantisme de l’école du nationalisme intégral. Ainsi cet article de 1916, dans lequel il reproche à Maurras sa « passion antiprotestante » qui fait « peu honneur à l’intelligence française », à propos de l’accusation selon laquelle Luther serait l’un des responsables, directement et indirectement, via Kant et Fichte, de la guerre et du pangermanisme impérialiste. Il dénonce les « divagations » de l’école de l’Action française qui colporte « d’indignes ragots » à propos de Luther et de Kant, et présente Maurras comme l’un de ces hommes « qui ont toujours l’union sacrée à la bouche et que l’on voit si chatouilleux sur l’article du catholicisme ( qui ) n’hésitent pas à blesser gravement, sans ombre de raison, par passion toute pure, leurs compatriotes luthériens ». Maurras est même présenté comme « un furieux » et un « amateur (qui) joint une folle présomption à une extrême ignorance ». Ces arguments seront repris contre Jacques Maritain[15] ou en 1927 dans sa critique du livre de Massis, La défense de l’Occident. S’il partage le diagnostic de Massis, son « réquisitoire contre la « civilisation moderne et son insatiable et stupide appétit de puissance matérielle, son machinisme sans âme » et sa critique de l’individualisme, il dénonce son « étroitesse de pensée sur l’esprit protestant en général, sur Luther et sur Kant en particulier », sa « choquante et scandaleuse incompréhension » à l’égard de la Réforme : « Ce n’est pas l’aversion de ces nouveaux catholiques pour le protestantisme qui m’offusque, c’est la faiblesse et la légèreté qu’ils invoquent pour la justifier »[16]. Gillouin, en outre, signala aussi, dès 1916, que Maurras, « catholique athée », et son apologétique « procatholique », ébranlent « d’une main l’édifice ( catholique ) qu’ils soutiennent de l’autre ». Sa pensée rationaliste est « en hostilité réelle et profonde avec le catholicisme » : « Fils de la Révolution, M. Charles Maurras prétend instaurer toutes choses, non pas, comme le voulait Pie X, dans le Christ, mais sans le Christ »[17]. Ce sont les thèses qui furent mises en avant par l’Église lors de la condamnation de l’Action française en 1926. Il est aussi moins convaincu que Maurras et ses partisans des bienfaits passés de la monarchie[18].

Malgré ses vives critiques, Gillouin donne le 22 décembre 1928 une conférence à l’Institut d’Action française, sur le malaise alsacien. L’amiral Schwerer l’a présenté ainsi : « Si quelque dissentiments le séparent de l’Action française, nous pouvons dire cependant qu’il est des nôtres ». Il participe au débat sur la rupture entre Rome et l'Action française, par plusieurs articles donnés à L’Europe nouvelle en 1927-28. S'il se présente en analyste impartial - « Notre position de protestant et de philosophe est étrangère aux deux partis, nourrissant pour toutes deux une sympathie nuancée de réserve »-, il récuse les jugements « extrêmement faibles » du Pape et du cardinal Andreu, souligne les malentendus à propos du « Politique d’abord » et note non sans perfidie que si Rome critique la violence prêchée et préconisée, elle « s’accommode assez aisément de la violence accomplie » : « Si Napoléon III s’était amusé à parler, pendant vingt ans, du 2 décembre, l’Église n’aurait pas eu pour lui assez de foudres. Comme il s’est contenté de l’exécuter, il a eu dès le 3 au matin toute l’Église avec lui. Et Mussolini… ». Il souligne aussi, comme le quotidien de Maurras, que la « politique pontificale n’était guère favorable aux intérêts français et même formellement contraire ». Il écrit même que « la politique de Pie XI est plus dangereuse encore que la politique de guerre de Benoit XV », car, outre que le Pape serait « intellectuellement d’affinités et de culture germaniques », sa philosophie est celle « d’un idéologue » ; c’est « une philosophie pacifiste plutôt que pacifique, humanitaire plus qu’humaine, dont les postulats essentiels, désarmement sans sécurité, (…), confiance aveugle dans la bonne foi des agresseurs d’hier, internationalisme, anticolonialisme, principe de l’égalité des races, sentent à plein nez l’utopie et la chimère ». Ce qui lui vaut la protestation indignée du rédacteur en chef de La Croix, qui le taxe « d’auxiliaire de l’Action française » : « En opposant ainsi la politique pontificale à la France, M. Gillouin réédite en termes modérés mais aussi péremptoires, l’abominable dilemme de l’Action française, assimilant le Pape dressé contre la France à un père qui ordonnerait à ses enfants – les catholiques de France – de tuer leur mère ! »[19]. En 1937, s’il s’excuse de son absence lors de la journée d’hommage à Maurras au Vélodrome d’hiver pour fêter sa sortie de prison, il s’associe au jubilé littéraire du directeur de l’Action française fêté par la Revue universelle d'Henri Massis. Son article ne comporte aucune réserve vis-à-vis du maître du nationalisme intégral ; il vante au contraire « la magnifique virilité du génie maurrassien » et présente Maurras comme « un héros de l’intelligence (…) et de la volonté », doté d’un « sens historique et politique d’une sûreté presque infaillible ». C’est que la pensée maurrassienne est « à l’origine (…) de cette magnifique résurrection des idées d’ordre, de hiérarchie, de discipline, qui étaient le fondement même de notre civilisation occidentale (…) et dont la restauration est seule capable de la sauver ». Et de souhaiter que la France « entre enfin dans ce mouvement de renaissance qui emporte tant d’autres pays vers de nouveaux destins ». Allusion aux fascismes voisins, qu’il nuance en affirmant que la France doit y entrer « avant toute chose avec la qualité particulière de son patriotisme, pur de tout particularisme étroit ou hostile, à la fois passionnément national et généreusement humain ». Un patriotisme consubstantiel à « un certain esprit de liberté » et une France qui « ne saurait concevoir d’ordre que volontairement consenti, de hiérarchie rationnellement justifiée ». En 1939, on le trouve encore à la table d’honneur lors d’une réunion organisée par Trochu salle Wagram pour célébrer l’élection de Maurras à l’Académie française, en présence du « maître » évidemment, aux côtés de Le Provost de Launay, Abel Bonnard, Lémery, Georges Claude, Firmin Roz, etc.[20].

Gillouin est un intellectuel antimoderne, hostile à l’égard de l’égalité démocratique, très critique vis-à-vis des valeurs et des principes de 1789 et de l’idéologie démocratique et républicaine. Cet intellectuel protestant écrit en 1921 à propos de « l’attitude politique du protestantisme français » : « Si la France, à l’époque de la Réforme, fût devenue en majorité ou en totalité protestante, elle eût évolué vers une forme de démocratie différente de celle que nous voyons se réaliser sous nos yeux, vers ce que nous avons appelé une aristo-démocratie. (…) Le protestantisme étant demeuré une minorité, il eût encore suffi, à notre avis, que Louis XIV évitât l’insigne folie de la révocation de l’Edit de Nantes pour que la Révolution rousseauiste fût épargnée à la monarchie. (…) Le protestantisme eût dû, selon nous, se resserrer sur lui-même, au lieu de se diluer et de se perdre dans la nation (…). Nous estimons que nos coreligionnaires, dans leur ensemble, ont commis plus qu’une imprudence (…) en répondant sans restrictions d’aucune sorte aux avances dont ils ont été l’objet de la part des fondateurs de la IIIe République, et en paraissant considérer comme un triomphe personnel l’avènement d’une démocratie de type rousseauiste, optimiste et égalitaire. Nous estimons que certains d’entre eux, arrivés aux premiers rôles de la politique, ont commis plus qu’une faute, en couvrant de leur autorité intellectuelle et morale les chimères et les excès du pseudo-rationalisme jacobin, notamment en matière d’éducation. Si la France, à l’époque de la Réforme, fût devenue en totalité ou en majorité protestante, elle eut évolué vers une forme de démocratie différente (…), vers ce que nous avons appelé une aristodémocratie ». De même, en 1928 : « C’est un grave sujet de méditation (…) pour la politique française d’avoir chassé le protestantisme de France sous la forme virile, rationnelle, authentiquement spirituelle du Calvinisme (…) pour l’accueillir deux siècles plus tard sous sa forme féminisée, purement affective, corrompue et corruptrice du Rousseauisme ». En février 1942, dans les colonnes de la Revue des deux Mondes, il s’en prend encore à Rousseau, accusé d’être à l’origine d’une « religion nouvelle » qui a perverti le dogme chrétien traditionnel[21].

Après avoir été candidat « d’union républicaine, démocratique et sociale », sans succès, aux élections municipales de 1925 ( 5e arrondissement, quartier de la Sorbonne ) - il était alors proche de la Ligue républicaine nationale[22] -, il est élu en décembre 1931, à la faveur d'une élection partielle, conseiller municipal de la capitale, dans le VIe arrondissement, avec l’investiture de l’Alliance démocratique et de la Fédération républicaine[23], réélu en avril 1934, après que sa première élection a été invalidée[24], en mai 1935, puis devient vice-président du conseil municipal de Paris en juin 1937[25].

Il s’est présenté aux législatives à Paris en 1932 contre le sortant Marcel Héraud, en vain[26]. Il est alors un « républicain national indépendant »[27]. Il lui a été demandé de se présenter dans la Drôme aux législatives de 1936[28].

Il a fait partie des conseillers municipaux signataires de deux affiches, celle du 5 février 1934 protestant contre l’éviction du préfet de police Jean Chiappe, et celle protestant contre les conclusions de la commission parlementaire sur la Crise du 6 février 1934. Gillouin a été légèrement blessé lors de l’émeute parisienne du 6 février[29]. Il fait alors partie des Jeunesses patriotes[30]. Il appuie en 1934-35 comme d’autres conseillers municipaux le Front national (années 1930), l’union des ligues mise en place au lendemain du 6 février. Il prend part ainsi en mars à une réunion à Paris aux côtés de représentants de l’Action française, de la Solidarité française et des Jeunesses patriotes. La réunion rendit hommage aux morts, « victimes d’un gouvernement criminel» et appela à la résistance contre « les forces antifrançaises »[31]. Il participe à un banquet de la section du 6e arrondissement de l’Action française en juin 1935, et y prend la parole, aux côtés d’autres conseillers municipaux ( Trochu, le secrétaire général du Front national, des Isnards, Darquier de Pellepoix ): « Nous en avons assez de voir un grand et noble pays comme la France avoir un gouvernement indigne de lui. Il n’y a pas de crise financière. Il n’y a qu’une crise politique »[32].

Au conseil municipal de Paris, en juillet 1936, il dénonce « la venue de véritables hordes venues des quartiers éloignés de Paris ( envahissant ) le quartier latin criant ou plutôt hurlant les journaux d’extrême gauche, narguant ou insultant la paisible population bourgeoise ( sic ) ». Cette situation revêt selon lui « depuis le triomphe électoral du Front populaire une acuité toute nouvelle » : « Les provocations aux nationaux se font de jour en jour plus violentes, plus insultantes ». Ce qui l’indigne, ce n’est pas « la substance même des événements », c’est le fait « qu’ils portent, avec une criante évidence, la marque de l’étranger ». Il accuse alors les communistes « de rejeter sur les nationaux tous les incidents et attentats (…) que provoquent sournoisement les communistes », il voit la main de Moscou dans le déclenchement des grèves, tout en reconnaissant « le pitoyable sort de certaines catégories de travailleurs des deux sexes en effet réduits à des salaires de famine ». Il souligne « l’immensité, la diversité, la puissance des moyens mis en œuvre pour bolcheviser notre pays », analysant longuement un à un, les films diffusés par le PCF, « véritables brûlots de guerre civile » car « destinés spécialement à exaspérer les ouvriers contre le patronat ». Il déplore l’absence « d’un État fort et véritablement national »[33]. En 1934, il a proposé un projet de vœu xénophobe relatif aux commerçants étrangers[34]. Lors d’une séance du conseil municipal en décembre 1938, il demande l’interdiction de la pièce de Jean Cocteau, Les Parents terribles, , qu'il qualifie « d'immorale, d'antifamiliale et d'antisociale" et déclarant que sa pièce « relève moralement de l’excitation des majeurs à la débauche »»[35].

Dans les années 1930, René Gillouin fréquente les cercles parisiens des "nationaux". Il fréquente les banquets du Cercle Fustel de Coulanges[36] ainsi que le salon politico-mondain parisien et royaliste de la comtesse Gérard de Rohan-Chabot, où il rencontre Charles Maurras[37]. En 1936, il signe l’hommage des conseillers municipaux parisiens de droite à Charles Maurras, « dont la pensée honore la France », au lendemain de la condamnation de Maurras pour provocation au meurtre qui lui valut un séjour en prison, et devient membre du comité d'honneur du Cercle Jacques Bainville de Paris, aux côtés de Bonnard, Maurras, Georges Claude, Daudet notamment[38].

Il fréquente également les dîners de la Revue de Paris[39] -, et ceux des Affinités françaises[40]. Il est aussi lié à la Fédération républicaine – il a été secrétaire du groupe municipal de la Fédération républicaine et de l’Action nationale et sociale, constitué en 1935, en tant que membre du parti de Louis Marin. On le trouve au déjeuner du comité de patronage de la Fédération républicaine de la Seine en 1932, aux côtés de parlementaires de ce parti, ainsi qu'au banquet de clôture du congrès du parti en 1937[41].

Dans les années 1934-35, il réunit à son domicile un petit groupe de personnalités rencontrées à ces dîners, comme le juriste Raphaël Alibert, futur garde des sceaux de Vichy, Henri Massis, le directeur de la Revue hebdomadaire François Le Grix et des professeurs de droit comme Achille Mestre[42]. Il fréquente aussi l’association protestante la Cause, lorsque cette association se politisa de plus en plus, dans un sens anticommuniste[43]. Il fréquente les divers groupes fondés par Jean Coutrot ( le groupe X-Crise, le Centre d’études des problèmes humains, les entretiens de Pontigny ) aussi[44]. Il est membre du Centre d'études des problèmes humains, fondé en 1936 par Alexis Carrel, qui devient sous Vichy la Fondation française pour l'étude des problèmes humains, instituée par la Loi du 17 novembre 1941, revue le 14 janvier 1942. Il est alors membre de son Comité exécutif. En 1936, il est membre du comité directeur du Rassemblement national, fondé en réaction au Front populaire, aux côtés du général Maxime Weygand, d'Abel Bonnard, de Gaston Le Provost de Launay, Bernard Faÿ notamment[45]. On le trouve en mai 1938 parmi les nouveaux membres du comité directeur de la Société des Amis de la Russie nationale, récemment fondée pour contrecarrer l’action de la société des Amis de l’union soviétique et soutenir les « Russes blancs », présidée par le sénateur Henry Lémery[46]. Il fréquente aussi les réseaux de la "jeune droite" : les dîners de la Revue du XXe siècle organisés par son directeur Jean de Fabrègues, tel celui de février 1935 présidé par Abel Bonnard, ou des conférences de la revue Combat, comme en 1936 sur le thème "Tradition et révolution en Art": il préside cette conférence et discourt sur "l'art devant les masses et les dictatures totalitaires" et "le principe de la personne humaine et les dictatures totalitaires"[47].

Gillouin, qui tint une conférence aux Affinités françaises en janvier 1933 à propos de trois théoriciens allemands du troisième Reich, soulignant que la « pensée des théoriciens du troisième Reich conduit par toutes ses avenues à la guerre, ou à la révolution ou à l’une ou l’autre » d’autant que l’Europe est entrée dans « l’ère des folies collectives, des crimes passionnels collectifs », condamne les revendications germano-italiennes sur l’empire français lors d’une réunion du Parti républicain national et social à Lyon, aux côtés de Xavier Vallat[48]. En 1939, dans la revue Notre combat fondée par l’éditeur Robert Denoël, il publie en décembre « Hitler peint par lui-même »[49].

En 1939-40, il fait partie du cabinet de son condisciple de l'École normale supérieure Jean Giraudoux, commissaire à l'information[50].

Sous l'Occupation: de Vichy à l'exil en Suisse[modifier | modifier le code]

Gillouin a accueilli avec ferveur l’État français du maréchal Pétain, alors qu’il a perdu son fils unique, Marc, décédé dans les combats de la « bataille de France », en mai 1940[51]. Il est de l'été 1940 jusqu'en 1942 l'un des intimes et l'un des conseillers de Pétain, pour lequel il aurait rédigé plusieurs discours radiodiffusés et des articles parus dans la Revue des deux Mondes[52]. Gillouin a été brièvement secrétaire général à l’instruction publique au ministère de l’Éducation nationale à l’été 1940[53].

Il se fait le thuriféraire et le doctrinaire de la Révolution nationale[54], il dénonce les « responsabilités des écrivains et des artistes » dans la défaite, s’en prenant à leur immoralité : Léon Blum pour son livre sur le mariage, Cocteau, Gide[55]. Selon lui, le nouvel État français se devait de « bannir de son sein, et de dépouiller de toute influence dirigeante, les individus et les groupes qui pour des questions de race ou de convictions, ne pouvaient ou ne voulaient souscrire au primat de la patrie française », aux premiers rangs desquels il plaçait les Juifs[56]. En janvier 1942, lors d’une conférence devant les Amis de l’Université, sur la démocratie et l’État, il souligne l’opposition entre « les conditions indispensables à la conduite de l’État, gardien vigilant de l’intérêt général » et « le principe même de la démocratie, qui délègue le pouvoir au nombre ». Il en conclut que « seule une aristocratie d’esprit, dotée d’une noblesse morale et ayant conscience de ses hautes responsabilités, peut remplir la mission de gouverner[57] ». Dans la Revue des deux Mondes du 15 février 1942, il publie un article intitulé « La démocratie contre l'État » dans lequel il en appelle à la constitution d'une « aristocratie d'État », définie comme « une élite d'hommes capables de penser et d'œuvrer individuellement ou en équipes et qui aient le sens, l'amour, le culte de l'État »[58].Sa réflexion, dans ses articles et ses conférences[59] sur la nature du nouvel État français l’amène à le distinguer à la fois du « 'égime démocratique et libéral de la IIIe République », de la conception « démolibérale », et des « régimes autoritaires », de la « conception fasciste ou naziste ( sic ) ». Ce nouvel État « se distingue du régime ancien par quatre caractéristiques: il est national, autoritaire, hiérarchique et social » et son pouvoir est « à la fois absolu et limité ». Limité car il « rend tout son sens à cette distinction du spirituel et du temporel, (…) caractéristique de la civilisation chrétienne », « s’incline devant les valeurs spirituelles de la religion, reconnait comme un autre absolu la dignité de la personne humaine » car « l’Homme vient de plus profond que l’État ». « Nous n’abjurons pas le libéralisme pour un caporalisme », ajoute-t-il. Limité aussi car il « reconnaît le droit des groupes naturels tel que la famille, la région, la profession, (…) les communautés de tout genre qui lui préexistent ». Quant à l’égalité, notion chrétienne selon lui, s’il reconnaît que les hommes sont égaux à la fois devant Dieu et devant la loi, l’égalité « doit s’encadrer dans une hiérarchie rationnelle fondée sur la diversité des fonctions et mérites et ordonnée au bien commun ». Car « la liberté-principe entraine inévitablement le triomphe des forts et l’écrasement des faibles » et explique « le scandale d’une monstrueuse inégalité des conditions ». Ses réflexions visent moins à définir le nouvel État qu’à préciser ses conceptions sur la nature du pouvoir et à souligner la nécessité d’opérer « une indispensable conciliation entre l’égalité et la hiérarchie » de même que « l’indispensable conciliation de l’autorité avec ( …) les libertés concrètes, seules véritables » car « l’autorité est indispensable à la liberté elle-même »[60]. Dans son ouvrage Problèmes humains, problèmes français, c’est la « notion même de démocratie ( qui est ) soumise à une critique sévère » selon ses propres mots. Il y dénonce « la corruption de l’État par la démocratie »,'responsable du « désastre de 1940 », il y critique « la démocratie telle que la France l’a comprise et pratiquée » jusqu’en 1940 : « l’omnipotence du nombre, l’empire de la bureaucratie (…) et de la centralisation étouffante, la compétence du suffrage étendue à tout », l’individualisme et le rationalisme « érigés en dogmes et dressés en ennemis contre les sociétés naturelles (…) et les mœurs et croyances traditionnelles ». Emigré en Suisse, il valorise la démocratie de ce pays : « Rien de pareil en Suisse, où le bienfait du fédéralisme permet à la qualité de tempérer la quantité, à la décentralisation de limiter la bureaucratie ; où la discussion, même dans le domaine politique, s’arrête devant certains principes incontestés, tels que la religion, la société, l’armée, la patrie, (…) où la liberté de l’individu se définit par l’obéissance à la loi, où la raison et la foi font bon ménage, où l’esprit de progrès prend son point d’appui non pas dans le mépris mais dans le respect du passé ». « Et c’est pourquoi, conclut-il, démocrate pour la Suisse, je ne saurais l’être pour la France, tant qu’on ne m’aura pas indiqué les moyens de transfuser à la démocratie française (… ) les vertus ( de la démocratie helvétique ) », qu’il qualifie d’« aristarchi' »[61].

Toutefois, si un des articles de Gillouin, en 1942, consacré à « l’utopie pacifiste ou humanitaire » se caractérise par des attaques contre les « chimères'» qui enivrent les Français depuis le XVIIIe siècle, des « saturnales de 1789 jusqu’aux folies du Front populaire », et dénonce la franc-maçonnerie, il rappelle pour s’en moquer les généraux inconscients en 1940 de « l’existence à nos frontières de peuples armés jusqu’aux dents et prêts, et décidés à se servir contre nous de leurs armes », l’absence « d’esprit guerrier » chez les chefs de guerre, ce qui mena à « la servitude par le détour de la défaite »[62]. Et publiquement, dans une conférence qu’il préside en l’honneur d'Henri Bergson, il souligne avec malice le fait qu’elle est tenue « par un jésuite sur un philosophe israélite étant présidée par un protestant »[63]. Son ami Marc Boegner le décrit comme un partisan de la fermeté face aux Allemands, et un opposant de l’amiral François Darlan – « l’amiral Darlan mérite la Haute Cour », lui aurait-il confié en janvier 1942. Et peut-être aussi de Laval et d’autres ministres, selon un témoignage indirect de Paul Claudel. Des journaux collaborationnistes comme L’Œuvre l’ont attaqué, et le fasciste autoproclamé Lucien Rebatet écrit dans son pamphlet Les décombres que Gillouin était convaincu dès l’automne 1940 de « l’aide imminente et formidable de l’Amérique » et de « l’invincibilité des Anglais ». Il le dépeint ainsi : « Des quasi-ministres comme le sieur René Gillouin, petit pion sinistrement ouaté, l'œil en biais derrière les lunettes, cafard protestant - espèce pire encore que la papiste - familier néanmoins de tous les évêchés, éminence grise du nouvel État, ayant toutes ses entrées au pavillon de Sévigné[64]».

Il est l’un des rares hommes d’extrême droite dans l’entourage de Pétain à dénoncer les mesures prises à l’encontre des Juifs, note Marc Ferro dans sa biographie consacrée à Pétain[65]. Il s'est opposé au statut des juifs et aux rafles antisémites à partir de l'été 1941, comme son ami le pasteur Marc Boegner qui, par l'entremise de Gillouin, a envoyé au maréchal une lettre de protestation[66]. Il écrit lui aussi à Pétain une lettre de protestation après le message du 10 octobre, lui qui avoue avoir jusqu’alors professé l’antisémitisme d’État: « La révocation de l’édit de Nantes, qui est restée comme une tache sur la gloire de Louis XIV apparaitra, Monsieur le Maréchal, comme une bergerie à côté de vos lois juives. (…) Je le dis, monsieur le Maréchal, en pesant mes mots, que la France se déshonore par la législation juive dont votre radio vient d’annoncer la dernière étape »[67]. D’autres lettres suivront en 1942, aussi acerbes : « Le gouvernement français, incapable de s’arrêter sur la pente des concessions, des soumissions et des démissions, a fait un pas de plus dans la honte. Non content de persécuter des hommes au-delà de toute humanité, il a consenti à se faire bourreau de femmes, tortionnaire d’enfants. (…) Par la voix de ses prêtres et de ses pasteurs, par sa résistance spontanée à l’exécution de consignes atroces, elle a signifié à votre gouvernement qu’il avait outrepassé ses droits et manqué à ses devoirs. Ce gouvernement qui n’avait jamais été aimé ni respecté par personne est aujourd’hui exécré et méprisé par l’immense majorité des Français »[68].

En décembre 1941, les Allemands et le ministre de l'intérieur Pierre Pucheu s'opposent à sa nomination comme conseiller municipal de Paris et il est révoqué. Il se retire de la vie politique en 1942 après le retour de Pierre Laval, se réfugiant dans sa maison de Vaison-la-Romaine puis il passe en Suisse et échappe ainsi à l'Épuration. Gillouin vécut en Suisse de 1943 à 1948, où il fréquenta les émigrés vichystes[69].

Gillouin a publié à Genève deux ouvrages. Le premier en 1944, dans lequel il ne renie rien de ses convictions favorables à la Révolution nationale, bien au contraire. Aucune allusion dans cet ouvrage à l’antisémitisme de Vichy, qu’il a pourtant condamné en privé, ou à la Milice. Pour lui, Pétain « a été désigné et en quelque sorte suscité par la ferveur populaire » en juin 1940, il a eu « un sentiment juste et profond du problème français et l’a abordé avec les vues les plus saines, les plus fermes et les plus pertinentes » et ses réalisations, « inégalement heureuses ( sic ), n’en eussent pas moins engagé la France dans les voies de son salut et de son relèvement ». Révolution nationale qu’il définit par le « primat de la patrie sur les partis, de l’autorité sur la liberté, de la hiérarchie sur l’égalité », par la « défense de la race par l’hygiène (…), la réglementation sévère de l’immigration et des naturalisations », par « l’esprit de discipline », le « sentiment communautaire » et le « culte de l’abnégation et du sacrifice ». Et surtout, il espère que « ce programme gardera ou gagnera l’assentiment des élites françaises »[70]. En 1946, dans Aristarchie : ou recherche d’un gouvernement, il se déclare hostile à la Constitution de la IVe République : « Elle durera dix ans ou moins, et elle laissera la France un peu ou beaucoup plus bas qu’elle ne l’aura trouvée »[71]. Il y souligne les protestations « religieuses, catholiques et protestantes, contre le racisme, l’antisémitisme, le nazisme » ( mais aussi le communisme ) ainsi que « la résistance héroïque opposée par d’innombrables prêtres, pasteurs et fidèles aux abdications et aux reniements ». Il donne en Suisse des conférences[72], dès 1942, publie dans des journaux suisses ( La Gazette de Lausanne, La vie protestante[73] )et ses ouvrages sont prisés par des journalistes du Canton du Valais comme le maurrassien René Braichet[74]. Il a fréquenté en Suisse le penseur libéral-conservateur Wilhelm Röpke, qui va devenir son ami; la pensée de Gillouin va l'inspirer[75]. Il l'accompagne à la réunion annuelle de 1957 de la Société du Mont-Pèlerin, à Saint-Moritz[76]. En Suisse, Gillouin a aussi publié en 1947, avec Jacques Ellul et Paul Tournier, L’Homme, mesure de toute chose, édité par le Centre protestant d’études à Genève. Il prend part en 1946, 1947 et 1949 aux rencontres internationales de Genève, pour répondre en 1946 à Julien Benda sur le rôle des intellectuels, notant « l’avilissement des valeurs dans le monde moderne » et « le manichéisme stupide en vertu duquel, dans un conflit, chaque adversaire s’attribue le monopole de la vérité » et souligner les effets néfastes de la « civilisation industrielle », qui déshumanise l’homme et le pousse en compensation au nationalisme, au chauvinisme et au racisme, pour discourir en 1947 sur la question « progrès technique et progrès moral », soulignant la « libido déchaînée » de la civilisation moderne et le risque de « destruction de tout ce qui reste de civilisation, l’anéantissement de toutes nos raisons de vivre », et pour déplorer en 1949 la « mort de Dieu »[77].

En juin 1967, Gillouin s’élève contre un article de Jean-François Revel dans L’Express ( no 829 ), lui imputant « une action criminelle et déshonorante », l’arrestation de juifs lors des rafles du Vel d’Hiv qu’il aurait dirigée. La rectification, postérieure de trois semaines à l’article incriminé, et jugée « sèche et impersonnelle et n’exprimant ni regrets, ni excuses » le pousse à aller en justice, pour propos calomnieux : Jean-Jacques Servan-Schreiber fut condamné à 1 000 francs d’amende, Revel à 500 francs et le jugement dut être publié par L’Express.

L'après-guerre[modifier | modifier le code]

De retour en France, Gillouin figure lors des législatives de 1951 sur une liste nationale d’action démocratique et sociale, dans la première circonscription de la Seine, dans le contexte de l’offensive électorale de la mouvance néo-vichyste, à l’initiative de l’avocat de Pétain, Me Jacques Isorni[78].

Jusqu'à sa mort, Gillouin compte parmi les sympathisants de l'Action française demeurés nostalgiques du régime de Vichy et du maréchal[79]. Gillouin a d’ailleurs donné une conférence en mars 1951 dans le cadre des conférences du vendredi organisées par les Écrits de Paris, intitulée « Le maréchal Pétain tel que je l’ai connu ». Lors du procès de Pétain en 1945, il a envoyé de Suisse une lettre aux avocats du maréchal, lue par Me Payen. Selon lui, le maréchal était victime d’un « détournement de vieillard » et n’était pas informé des agissements de Darlan et de l’aide apportée aux Allemands en Syrie. Selon André Thérive, la paternité du terme polémique de « résistantialiste » lui revient, dans un article de la Gazette de Lausanne, en 1947, pour « désigner l’imposture des faux résistants », un an avant le chanoine Jean-Marie Desgranges et son livre Les crimes masqués du résistantialisme[80].

En France, après la Libération, Gillouin collabore à Paroles françaises, au Courrier français (1948-1950), aux Écrits de Paris, à L'Ordre français, à La Nation française de Pierre Boutang, dès son premier numéro en 1955 jusqu'en 1967[81], à la vénérable Revue des deux Mondes, fief de la droite académique. Ses opinions sont parfois publiées dans Le Monde, jusqu'en 1968[82].

Il est membre du conseil d'administration d’un club de réflexion international, conservateur et chrétien, fondé à Munich en 1951, la Abendländische Akademie ( Académie occidentale ) aux côtés de personnalités surtout allemandes liées à la CDU/CSU[83]. Après avoir signé un article dans le numéro du 1er juillet 1951 des Ecrits de Paris intitulé « Elites françaises, occupez-vous de politique », il lance un appel lors d’une conférence organisée sous les auspices de cette revue : « Producteurs français, la politique vous appelle ». Lors de cette conférence qui eut lieu le 23 novembre 1951, il invitait à « défendre la liberté d’entreprise (…) contre l’emprise sans cesse croissante du dirigisme économique et du planisme systématique » et demandait à la bourgeoisie de remédier à « sa déficience politique » car elle s’était bornée jusqu’alors à « faire de la politique la servante des affaires, de ses affaires (…) au lieu de devenir la « classe dirigeante ». Il a alors le projet de constituer un Centre de hautes études politiques. Il obtient l’accord du général Maxime Weygand, du banquier Alfred Pose, d'un patron, Georges Laederich « et de son groupe d’industriels d’avant-garde ». Ce qui mène à la fondation en 1954 du Centre d'études politiques et civiques ( CEPEC ), club de réflexion patronal dont il est l'un des vice-présidents fondateurs et l'un des principaux animateurs avec l'économiste Louis Salleron[84].

Durant la guerre d'Algérie, il signe en octobre 1960 le Manifeste des intellectuels français pour la résistance à l'abandon, en réaction au Manifeste des 121[85].

Gillouin fréquente l’Institut et l’Académie française depuis l’avant guerre et Vichy[86]. Mais ses tentatives pour se faire élire ont toutes échoué[87]. Il a donné trois communications à l’Académie des sciences morales et politiques, en 1939, 1957 et 1959. La deuxième sur le thème « gouvernement et représentation », au cours de laquelle il déclare que la « sacralisation du principe majoritaire conférant à la moitié plus une du suffrage universel une valeur morale (…) est une mystification » - André Siegfried, Jacques Bardoux et Gabriel Marcel présentèrent des observations – et la seconde sur les « aspects moraux et spirituels de la civilisation du travail », à laquelle répondirent Marc Boegner et Gabriel Marcel. Il y est présenté comme vice-président du CEPEC[88].

Publications[modifier | modifier le code]

  • La Comtesse Mathieu de Noailles : biographie critique, E. Sansot et cie, 1908[89]
  • Henri Bergson. Choix de textes avec études du système philosophique, Paris, Denis Michaud, 1910, 220 p. (Compte rendu dans la Revue néo-scolastique de philosophie), rééd. 1928, Rasmussen
  • La Philosophie de Henri Bergson, Grasset, 1911
  • Idées et figures d'aujourd'hui, 1919
  • Questions politiques et religieuses, B. Grasset, 1925
  • Esquisses littéraires et morales, B. Grasset, 1926 (recueil d'articles parus dans la Semaine littéraire de Genève)
  • Le Destin de l'Occident, 1929
  • Hitler peint par lui-même, Imp. La Technique du Livre, 1939
  • Problèmes français, problèmes humains, Genève, Ed. du milieu du monde, 1944
  • Aristarchie : ou recherche d’un gouvernement, Genève, Éditions du cheval ailé[90], 1946
  • L'Homme moderne bourreau de lui-même, Le Portulan, 1951 (recueil d'études; compte-rendu dans le journal suisse "Feuille d'avis de Neuchâtel", 3 septembre 1951 ) )
  • Trois études politiques : La constitution qu'il faudrait à la France : Les quatre principes de la légitimité démocratique. Le problème social et le communisme, Collection Écrits politiques, Écrits de Paris, 1951
  • J'étais l'ami du maréchal Pétain, Plon, 1966 (préface du pasteur Boegner)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Bachelier es lettres, Emile Gillouin (1846-1898) a soutenu en décembre 1870 une thèse, devant la Faculté de théologie protestante de Montauban Idées dogmatiques et morales du siracide. Il est nommé pasteur par décret en date du 10 août 1871. C’est lui qui a formé René et son frère cadet Charles (1882-1922) jusqu’à la classe de 3e : cf. la préface de Gillouin au Journal d’un chrétien philosophe, qui évoque son père « bon chrétien » et humaniste. René Gillouin écrit l'introduction de cet ouvrage posthume de Charles Gillouin, médecin (Nouvelle librairie française, 1932) : Cf Yves-Marie Hilaire, Jean-Marie Mayeur, André Encrevé, Dictionnaire du monde religieux dans la France contemporaine, vol. 5, Éditions Beauchesne, 1993, p. 220.
  2. Le Figaro, 31/7/1902
  3. Cf. sa correspondance avec Barrès dans la Revue des deux Mondes, René Gillouin, « Autour de quelques lettres de Maurice Barrès », 15-5-1955 et 1-6-1955
  4. Cf. Antoine Albalat, Souvenirs de la vie littéraire, G. Grès et Cie, 1924, et Trente ans de quartier latin, nouveaux souvenirs de la vie littéraire, société française d’éditions littéraires et techniques, 1930 (en ligne sur BNF/gallica), Gil Blas, 17/11/1911, Paris-Soir, 6/8/1924. Durant la Grande Guerre, il fait partie de l'équipe qui se réunit à la taverne du Panthéon, autour d'Albalat : "Le Mercure de France", 1/1/1916. Il irrite son éditeur Grasset lorsqu’il lui réclame durant la Grande Guerre des droits d’auteur sur la vente de ses livres depuis la déclaration de guerre et insiste pour connaître l’état des ventes de ses ouvrages : Gabriel Boillat, La Librairie Bernard Grasset et les lettres françaises. Le temps des incertitudes ( 1914-1919 ), H Champion, 1988, p. 77 et 196. Il a dirigé chez Grasset, en 1922-23, l’éphémère collection « Politeia », qui compta huit titres. Un duel au pistolet l’oppose en 1907 à un autre homme de lettres, pour des motifs d’ordre privé (Gil Blas, 28-4-1907, Le Temps, 28/4/1907 )
  5. "Paris-Soir", 2/3/1924
  6. "Paris-Soir", 6/7/1924. Ce qui lui vaut d'être promu officier de la Légion d'honneur en 1939, pour le centenaire de cette société: Paris-Soir, 9/8/1939
  7. Le Gaulois, 28-1-1929, 9-3-1929, L'Œil de Paris pénètre partout, 21/3/1931 : il participe aux thés littéraires mondains organisés par les dames de ce comité
  8. qu’il critique car ils « procèdent de l’esprit antisocial, antichrétien, anticatholique de la lutte des classes (…) et excluent toutes les autorités naturelles de la profession »: "Syndicats bretons de cultivateurs-cultivants" dans Le mouvement social, avril-juin 1969, p. 155
  9. Débat concernant Gide publié par La Revue universelle : cf. gidiana.net, "Marianne", 6/2/1935, "Le Temps", 14/7/1935
  10. La Revue hebdomadaire, R. Gillouin, « La farce de l’Art vivant », 15-1-1938, Le Temps, 19/12/1937, intervention de Gillouin au conseil municipal, Ce Soir, 5/1/1938, Ibid., 16/1/1938, James D. Herbert, Paris 1937 : worlds on exhibition, Cornell University press, 1998: il les évoque à l’occasion de leur présence à l’exposition des « maîtres de l’Art indépendant » au Petit palais en 1937. Gillouin a été marié à trois reprises : veuf ( ou divorcé ? ), il a épousé en 1927 ( "Le Temps", 8/8/1927 ) Laure Bruni, artiste peintre née en 1886, dont il divorce en 1958, puis il épouse en 1963 Hélène Colomb, ancienne épouse de Jean-Pierre Maxence et comme ce-dernier ancienne de la revue de la jeune droite l’Insurgé avant la guerre ( cf. son ouvrage La Danse des fous, éd. Caractères, 1974 )
  11. "Le Temps", 19/12/1935, Le Temps, 21/3/1937, "Paris-Soir", 21/3/1937, "Le Matin, " 23/10/1937, "Le Temps", 27/3/1939, "Ce Soir", 4/10/1938, Conseil municipal de Paris, rapports et documents, no 30, 1937 : le prix s’élève à 25 000 francs et fait partie d’une action en faveur des écrivains ( élévation de la subvention attribuée à la société des gens de lettres ) ; il a été menacé en 1938-39 et le prix n’est plus que de 10 000 francs en 1939, pour des raisons budgétaires. Les auteurs récompensés ont été Roger Martin du Gard en 1937, André Dumas en 1938 et l’essayiste Henri Petit en 1939 ( attribué en avril 1940 avec retard, en raison de la guerre ). Le prix n’a pas été décerné durant l’Occupation.
  12. René Gillouin, « Souvenirs sur Charles Maurras », in Cahiers Charles Maurras, 1963
  13. "L'Europe nouvelle", René Gillouin, « Les idées de Charles Maurras (à propos d’un ouvrage de M. Thibaudet) », 30-5-1920. Sa conclusion se termine ainsi : Maurras est « un beau monstre, mais un monstre »
  14. Ibidem. Il a été pris à partie par l’Action française durant la guerre, dans la rubrique « Revue de la presse », qualifié par exemple de protestant relevant « bon gré mal gré de la mystique boche », d’« esprit sans information, comme sans critique, livré à l’impulsion d’intérêts ou de sentiments très personnels, parmi lesquels la bonne foi ne brille que par son absence » (L’Action française, 28-9-1915, 2-10-1915). Ce à quoi il rétorque dans La Lanterne, organe attitré de « l’anticléricalisme démocratique » selon le journal de Maurras : « Je me soucie d’autant moins des injures de ( l’Action française ) que d’une manière générale, il est patent qu’elles honorent celui qui en est l’objet », signalant cependant « une petite infamie qui ne dépare point une collection dès longtemps incomparable » (La Lanterne, 5-10-1915).
  15. Jacques Maritain, alors proche de l’Action française, évoquant l’un des ouvrages de Gillouin, s’interrogea perfidement: « Pourquoi faut-il que le phantasme obsédant de M. Charles Maurras hante la pensée de M. Gillouin ? (…) Est-ce que c’est parce qu’il se rapproche en maintes occasions des jugements historiques portés par l’école nationaliste, qu’il tient à manifester quelque amertume à l’égard de celle-ci ? Il n’est pas bon, en tout cas, de mêler les soucis du penseur et ceux du journaliste » : Jacques et Raissa Maritain, Œuvres complètes. Vol. 2 1920-1923, Saint-Paul, 1987, p. 1160 : La polémique porte sur « les courants d’idées issus de la Réforme et de Jean-Jacques Rousseau », que Gillouin refuse de considérer comme « d’importation étrangère ».
  16. La Semaine littéraire de Genève, 28-5-1927. Cf. aussi son Destin de l’Occident paru en 1929 : il n’y cache pas son « impatience contre tous ceux qui prétendent « défendre » ce même Occident par un retour au catholicisme et par un appel à la philosophie thomiste », et ne voulant pas « qu’on accuse la Réforme », note la revue Études ( janvier 1930, p. 240 ). C’est la mystique de Rousseau qu’il accuse. Cf. aussi L’Europe nouvelle, 6-4-1918, 30-5--1920. Il revient encore sur ces questions dans un article des Nouvelles littéraires du 4 juillet 1931, mais se montre plus mesuré à l’égard de Maurras et Massis.
  17. R. Gillouin, "Le Mercure de France", "Maurras, Lemaître, Barrès, apologètes ", novembre 1916
  18. "L'Europe nouvelle", 18/7/1920, R. Gillouin, "La politique du maréchal Lyautey"
  19. "L'Europe nouvelle", 8/1/1927, 5-2-1927, 12-3-1927, La Croix, 4-3-1927. Ses analyses sont étudiées dans les actes du cinquième colloque Maurras Maurras : Non possumus, la crise religieuse de l’Action française, vol. 1, Centre Maurras, 1986
  20. L’Action française, 9-7-1937, 5-3-1939, La Revue universelle, René Gillouin, « La vie héroïque et féconde de Charles Maurras, 1-1-1937, p. 63-66 (cf. l’étude de ce numéro de la revue par Michel Leymarie, « Trois enquêtes et un hommage », in Olivier Dard, Michel Leymarie, Neil McWilliam, Le maurrassisme et la culture. L’Action française, Culture, société, politique (III ), Presses univ. du Septentrion, 2010, et en particulier les pages 259-266 ), "Le Temps", 6/3/1939
  21. René Gillouin, Une nouvelle philosophie de l’histoire, p. 256, cité dans Foi et vie, 16-10-1924, La renaissance religieuse, Alcan, 1928, p. 76, citée dans La revue belge de philosophie et d’histoire, 1930/9, no 3, p. 978 ; La Revue des deux Mondes, 15-2-1942, René Gillouin, « La démocratie contre l’État », cité par Pascale Pellerin, Les philosophes des Lumières dans la France des années noires, L’Harmattan, 2009, p. 74.
  22. Paris-Soir, 7/5/1925, Ibid., 24/4/1925: Cette année-là, il avait pris la parole à une réunion de section universitaire de cette Ligue, réunion présidée par Louis Marin et destinée à combattre le cartel des gauches: Le Temps, 26-3-1925,
  23. Le Temps, 12 décembre 1931, L'Echo de Paris, 14 décembre 1931 ( photographie de Gillouin )
  24. "Le Temps", 15/1/1932, lettre de Gillouin, Le Temps, 21/2/1934, lettre de Gillouin à ce sujet, Le Temps, 17/4/1934, Paris-Soir, 20/1/1932, Le Populaire, 14/1/1932, Arrêt du Conseil d'État, 1934. À cette époque, un conseiller municipal de Paris est en même temps conseiller général de la Seine. Son élection de conseiller général a été annulée par un arrêté du conseil de préfecture de la Seine le 3 janvier 1932, car il n’avait pas démissionné à temps de ses fonctions au cabinet du président du oonseil municipal, mais Gillouin a fait appel devant le Conseil d’État, un appel suspensif. Il a été réélu au premier tour en avril 1934
  25. "Paris-Soir", 17/4/1934, Le Populaire, 12/4/1934, Paris-Soir, 7/5/1935, Paris-Soir, 29/6/1937
  26. "Paris-Soir", 6/5/1932
  27. Le Figaro, 5/4/1932, Le Figaro, 22/4/1932, Le Figaro, 14/41932. Des journaux satiriques moquent alors ses contradictions: « Pour philosophe qu’il se flatte d’être, pour méprisant qu’il se montre à l’égard de la politique et des politiciens (...) n'avait pas craint de solliciter le suffrage universel ». Et ses ambitions : « Ne pas se montrer dans les antichambres ministérielles, c’est un reproche que l’on ne pourra pas faire à ( Gillouin ), qui (…) voudrait déjà être député »: "L'Œil de Paris pénètre partout", 19-9-1931, "Bec et ongles", 12/3/1932
  28. Paris-Soir, 8/4/1936, Le Populaire, 24/1/1936: Selon le quotidien de la SFIO Le Populaire, il aurait envisagé de se présenter aux législatives de 1936 dans la Drôme, dans la circonscription de Die ; un hebdomadaire, La Gazette de la Drôme a été fondé début 1936 pour soutenir sa candidature et Gillouin aurait été le président du conseil d’administration de la société éditrice, aux côtés de militants des Croix de feu locaux. Quoi qu’il en soit, le candidat sortant, un radical partisan du Front populaire, a été élu dès le premier tour
  29. "Le Journal", 8/2/1934
  30. Interrogé par la commission d’enquête parlementaire sur le 6 février, Pierre Taittinger précisa qu’il « donna le bras » pendant la manifestation à deux conseillers municipaux, dont Gillouin à sa droite, et que ces deux conseillers étaient membres des Jeunesses patriotes: "Le Temps", 19/4/1934 : témoignages de Taittinger et du lieutenant-colonel Ferrandi à la commission d’enquête. Selon Ferrandi, Gillouin fut réélu en 1934 en proclamant: « Je suis le candidat du 6 février »
  31. "Le Figaro", 5/3/1934
  32. "L'Express du Midi", 4/6/1935, "L'Action française", 3/6/1935, "Le Temps", 4/6/1935
  33. BNF/gallica : Bulletin municipal officiel de la ville de Paris, 7-7-1936. Il est resté assis selon Le Populaire lors de l'hommage à Roger Salengro: "Le Populaire", 19/11/1936
  34. "Le Matin", 12/12/1934
  35. Francine Muel-Dreyfus, Vichy et l'éternel féminin : contribution à une sociologie politique de l'ordre des corps, Éditions du Seuil, 1996, p. 47-48, Gillouin est l’un des trois conseillers municipaux qui ont le plus critiqué Cocteau. Le conseil municipal a invité l’administration préfectorale à mettre fin à la convention passée entre Cocteau et le théâtre des Ambassadeurs, propriété de la ville de Paris. Son directeur annonçant alors son intention de poursuivre en diffamation devant le tribunal correctionnel les trois conseillers municipaux, dont Gillouin, qui se « sont montrés le plus injustement violents contre notre spectacle » lors de la séance du conseil municipal du 20 décembre 1938. Mais il a finalement retiré sa plainte en 1939: Le Nouvelliste d’Indochine, 8-1-1939, Le Journal, 25/12/1938, Le Populaire, 10/3/1939, Le Temps, 10/3/1939, Paris-Soir, 20/1/1939
  36. On le trouve aux banquets annuels du cercle en 1929 ( présidé par Maurras: L'Action française, 20 juin 1929, "Le banquet du cercle Fustel de Coulanges"), 1930 , aux côtés de Maurras, Léon Bérard, Louis Bertrand, Achille Mestre ( Le Temps, 20/6/1930 ), et en 1934 ( Journal des débats, 15/6/1934 ), aux côtés notamment de Charles Maurras ou Albert Rivaud
  37. René Gillouin, Cahiers Charles Maurras, "Souvenirs sur Charles Maurras", no 8-16, 1963<
  38. Le Temps, 1/11/1936, Le Figaro, 29/7/937, Eugen Weber, L'Action française, Stock, 1962, p. 458
  39. Il y côtoya Weygand et Bernard Faÿ à la fin des années 1920: La revue de Paris, mai-juin 1928, La Revue de Paris, juillet-août 1929
  40. Il a pu y rencontrer Bonnard, Faÿ, Le Provost de Launay, Weygand. Le cercle des affinités françaises est présidé par le marquis Louis de Fraguier. Gillouin a présidé le dîner de décembre 1930 ( Le Figaro, 3/12/1930 ), a été conférencier en janvier 1933 ( avec Faÿ: Le Figaro, 25/1/1933 ), et assista à ceux de mars 1929, mars 1931 (avec Faÿ comme orateur: Le Figaro, 21/3/1931), décembre 1932 ( aux côtés de Le Provost de Launay, Bonnard et Xavier Vallat notamment: "Le Figaro", 15/12/1932 ), février 1933 ( conférence de Raphaël Alibert: "Le Figaro", 23/2/1933, décembre 1933: "Journal des débats", 9/12/1933 ) notamment
  41. Journal des débats, 25/2/1936 ,Le Temps, 26/5/1935, Le Temps, 4/3/1932, Le Temps, 7/6/1937
  42. cf. Jérôme Cotillon ( dir. ), Raphaël Alibert, juriste engagé et homme d’influence à Vichy, Economica, 2009, p. 45
  43. cf. Robert Mandrou, Histoire des protestants en France , Privat, 1977, p. 381, Michèle Merger, Dominique Barjot, ( dir. ), Les entreprises et leurs réseaux, Presses de l’Université de Paris Sorbonne, 1998, p. 86-88, Le Temps, 19/2/1934, Le Journal des débats, 16-4-1935 ( il préside un de ses déjeuners mensuels en 1934 où fut décidé l’envoi d’une adresse de soutien à Doumergue et il fut l’un des orateurs à son congrès de décembre 1936, sur le thème « Le communisme contre la chrétienté, la Chrétienté contre le communisme »: Stéphanie Roulin, Un credo anticommuniste, Lausanne, éd. Antipodes, 2010 p. 247. Il donne une conférence intitulée « christianisme, capitalisme, marxisme » le 18 janvier 1935, au grand amphithéâtre de la faculté de Lausanne: "La Revue hebdomadaire", R. Gillouin, avril 1935: texte de la conférence. En 1938, il participe encore au congrès de "La Cause", où il livre une étude du fascisme, aux côtés d'Abel Bonnard et d'Albert Rivaud notamment: "Ambassades et consulats", février 1938, p. 43.
  44. cf. Olivier Dard, Jean Coutrot, de l’ingénieur au prophète, Presses univ. de Franche-Comté, 1999.
  45. "Le Temps", 30/5/1936, "Le Journal", 24/9/1936, "Paris-Soir", 15/2/1937, Antoine Compagnon, Le cas Bernard Faÿ : du Collège de France à l’indignité nationale, Gallimard, 2009
  46. BNF/gallica : Le Nouvelliste d’Indochine, 4-9-1938, Le Journal des débats, 19-5-1938
  47. Sur ses liens avec la revue Combat : Coemedia, 7/7/1936, R. Gillouin, "L'art devant les masses et les dictatures totalitaires", Coemedia, 8/7/1936, R. Gillouin, "Tradition et révolution en Art: le principe de la personne humaine et les dictatures totalitaires", Mark Antliff, Avant-garde fascism : the mobilisation of myth, art and culture in France, 1909-1939, Duke University Press, 2007 : conférence organisée par la revue en juin 1936 ( « tradition et révolution » ), avec Abel Bonnard, Robert Brasillach, André Arbus, Marcel Delannoy, Paul Perret et le critique d’art de Combat Jean Loisy. Sur les dîners de la Revue du XXe siècle : cf. Sébastien Laurent, Daniel Halévy, Grasset, 2001, Le Temps, 21/2/1935, Journal des débats, 21/2/1935
  48. La Revue hebdomadaire, « A la veille des élections hitlériennes », 4-3-1933, Le Figaro, 25/1/1933, Le Temps, 16/1/1939
  49. Cf. le site thyssens.com, consacré à l’éditeur Robert Denoël. « Mon activité de guerre est entièrement consacrée à servir la cause des alliés et de la France », écrit alors l’éditeur
  50. "Giraudoux devant les portes de la guerre", "Revue d'histoire littéraire de la France", septembre-décembre 1983, p. 757
  51. "Le Figaro", 30/1/1942, Journal officiel, 13 juin 1942 : Marc Gillouin, né en 1910, est décédé le 29 mai 1940, alors maréchal des logis, lors d’une opération militaire qui lui valut une citation à l’ordre de sa division. Il est le fils de Gillouin et de sa première épouse, Suzanne Berret, normalienne ( reçue 17e en 1908, démissionnaire ), fille d’un professeur de lettres au lycée Louis-le-Grand.
  52. «La politique sociale de l'avenir», 15 septembre 1940, p. 113-117; 13 août 1940 et du 18 juillet 1941 selon Henry du Moulin de Labarthète, chef du cabinet civil de Pétain (Henry du Moulin de Labarthète, Le temps des illusions. Souvenirs. juillet 1940-avril 1942, À l'enseigne du cheval ailé, 1947, p. 155), "Paris-Soir", 20/9/1940
  53. "Le Temps", 25/8/1940, "Le Temps", 14/9/1940. Décrets du 23 août 1940 ( nomination ) et du 11 septembre ( nomination de Jacques Chevalier en remplacement de Gillouin )
  54. Ferro dans sa biographie de Pétain, a cité le panégyrique écrit par Gillouin, paru dans France 1941 (M. Ferro, Pétain, Fayard, 1987, p. 146-148 ). Cf. aussi Le Journal, 14/11/1941
  55. Supplément littéraire du Journal de Genève, 7/8-2-1942 : cf. Francine Muel-Dreyfus, op. cit , journal de Gide du 15 février 1942 ( Journal 1926-1950, Gallimard, 1997 ).
  56. Norbert Bel-Ange, Quand Vichy internait ses soldats juifs d'Algérie: Bedeau, sud oranais, 1941-1943, L'Harmattan, 2006, p. 31.
  57. "Le Figaro", 20/1/1942
  58. «Les Résistances, miroirs des régimes d'oppression, Allemagne, France, Italie», dans Annales littéraires de l'Université de Franche-Comté, volume 794, p. 294.
  59. La Revue Universelle, juillet 1941, Monique Luirard, Le Forez et la Revolution Nationale, Université de Saint-Étienne, 1972, p. 79 ' conférence à Saint-Étienne )
  60. Article de R. Gillouin dans La Tribune de Genève, 7/2/1942, dans Informations générales, 16/2/1942
  61. René Gillouin, Problèmes français, problèmes humains, op. cit., p. 9-10, 18
  62. Le Journal des débats, 24-2-1942. La censure a laissé passer cet article qui ne reprend pas le mythe de la guerre voulue par le « camp belliciste » français et évoque la « servitude » au lieu de l’autre mythe d’une Europe nouvelle.
  63. "Le Figaro", 5/1/1942
  64. Carnets du pasteur Boegner 1940-1945, Fayard, 1992, p. 72 et p. 161 ; Paul Claudel, Journal, vol. 2, Gallimard, 1969, p. 358 ( « Vichy : vu Gillouin. Le pauvre maréchal entouré de crapules : P. Laval, Beaudouin, Bouthillier, Achard, etc. » : rapporte-t-il les propos de Gillouin ? ), Lucien Rebatet, Les décombres, p. 308. Cf. aussi le témoignage de Maurice Martin du Gard, La Chronique de Vichy, Flammarion, 1948, p. 209
  65. Marc Ferro, Pétain, Fayard, 1987, p. 145, et p. 245-246
  66. Carnets du pasteur Boegner, p. 131 et 137
  67. Lettres des 23 et 29 août 1941, citées par Maurice Rajsfus, N’oublie pas le petit Jésus, Manya, 1994, p. 234, Jacques Poujol, Protestants dans la France en guerre: 1939-1945. Dictionnaire thématique et biographique, Éditions de Paris, 2000, Georges Wellers, André Kaspi, Serge Klarsfeld, La France et la question juive : 1940-1944, Centre de documentation juive contemporaine, S. Messinger, 1981
  68. cité par Philippe Valode, Les hommes de Pétain, Nouveau monde, 2011
  69. Cf. Luc van Dongen, Un purgatoire très discret, Perrin-Société d’histoire de la Suisse romande, 2008
  70. René Gillouin, Problèmes français, problèmes humains, Genève, Ed. du milieu du monde, 1944, p. 17-18. Le bon à tirer est du 6 juin 1944.
  71. René Gillouin, Aristarchie ou recherche d’un gouvernement, Genève, 1946, p, 209 : le premier tirage a été de 4 830 exemplaires
  72. Sur Bergson en 1942 et 1947, et trois conférences à Payerne ( canton de Vaud ), à l’invitation du délégué local de la Ligue vaudoise Roger Pache, comme aussi Gustave Thibon ou Bertrand de Jouvenel: cf. "La Nation", 5/11/2010, p. 2
  73. Article « christianisme et démocratie » en janvier 1945
  74. Collectif, La province n'est plus la province: les relations culturelles franco-suisses à l'épreuve de la Seconde Guerre mondiale, 1935-1950, Antipodes, 2003, "Feuille d'avis de Neuchâtel", 6/2/1942, p. 6, "Feuille d'avis de Neuchâtel", 28/7/1944: "Dans le très beau livre qu'il vient de publier (...), le grand philosophe protestant René Gillouin montre notamment que les idées générales préconisées dans ses discours par le maréchal Pétain restent valables dans toutes les circonstances", "Feuille d'avis de Neuchâtel", 15/11/1944, "Feuille d'avis de Neuchâtel", 3 septembre 1951 ), "Feuille d'avis de Neuchâtel", 11/8/1962. Il avait été invité par de jeunes universitaires du Valaisan à participer en 1934 à « la semaine de la pensée chrétienne de Neuchâtel »: "Feuille d'avis de Neuchâtel", 20/11/1934, p. 7
  75. Serge Audier, Néolibéralisme(s), Grasset, 2012
  76. La Nation française, 30/6/1966, R. Gillouin, "Wilhelm Röpke". Il vante sa pensée qui a su rompre avec « la philosophie hédoniste, matérialiste et utilitariste de l'ancien libéralisme ». Il participe à la discussion du 3 septembre sur "libéralisme et colonialisme": Inventaire des réunions de la société du Mont-Pèlerin, 1947-98
  77. cf. le site [rencontres-int-geneve.ch].
  78. Jérôme Cotillon, Ce qu’il reste de Vichy, Armand Colin, 2003, p. 203
  79. J'étais l'ami du maréchal Pétain..., Paris, Plon, 1966.
  80. Écrits de Paris, février 1951, Le Nouvelliste valaisan, 15-8-1945, André Thérive, Procès de langage, Stock, 1962, p. 106
  81. Le Monde, 19/10/1955, La Nation française, 23/2/1967, R. Gillouin, "Naissance d'un mythe"
  82. Le Monde, 20/7/1953, 23/10/1954, 12/4/1968
  83. Guido Müller, Vanessa Plichta, « Zwischen Rhein und Donau. Abendländisches Denken zwischen deutsch-französischen Verständigungsinitiativen und konservativ-katholischen Integrationsmodellen 1923-1957“, in Revue d’histoire de l’intégration européenne, 1999, vol. 5, no 2, p. 35-36 ( en ligne sur ceru.public.lu ): Autres personnalités françaises: Robert d'Harcourt, Paul Lesourd, professeur à l’Institut catholique, Gabriel Marcel. Gillouin fréquente les milieux allemands chrétiens-conservateurs depuis au moins 1953: il a été invité cette année-là à donner une conférence à une Tagung de l’Académie évangélique du pays de Bade ( Fédération, no 102-103, juillet-août 1953 )
  84. Les Cahiers du CEPEC, n° 20, allocution de René Gillouin pour le 10e anniversaire du CEPEC ; Les Dossiers du CEPEC, « L’action civique en France », n° 22, 1968
  85. Feuille d'avis de Neuchatel, 27/10/1960
  86. Il participa au dîner de 1935 donné par le conseil municipal de Paris en l’honneur du 3e centenaire de l’Académie française et en 1939 au jubilé du baron Ernest Seillière, secrétaire perpétuel de l’Académie des sciences sociales ( "Le Journal", 28/5/1939 ) , et il installa officiellement l’Académie de France repliée à Nice en novembre 1941, avec Louis Hautecoeur notamment
  87. En mai 1952, il « prenait contact pour la première fois avec l’Académie » et réunissait 5 voix sur son nom au premier tour lors de l’élection qui devait désigner un titulaire au fauteuil devenu vacant du fait de la mort du maréchal Pétain ( La Revue des deux Mondes, 1/6/1952 ). Il avait déjà tenté de succéder à Henri Chardon à la section de morale de l’Académie des sciences morales et politiques, en avril 1940, mais il fut battu au second tour, avec sept voix contre douze pour Marcel Bouteron: "Le Temps", 19/5/1940. Il pose à nouveau sa candidature en 1955-56, puis en 1959-60, dans la section de Morale et sociologie, à la suite du décès d’André Siegfried, mais là-aussi sans succès : il n'obtient qu'une seule voix ! cf. Le Monde, 7/5/1955, 19/5/1956, 29/10/1958, 11/11/1959, 2/12/1959, 14/12/1960
  88. La Croix, 11-11-1941, Le Journal des débats, 22/23-4-1940, 20/21-5-1940 ; la Revue des deux Mondes, juin 1952, La Revue des travaux de l’Académie des sciences morales et politiques, 1958, 2e semestre, p. 54-73, 1959, p. 198. Un de ses ouvrages avait été couronné par l’Académie française en 1927. Notons que Gillouin n’est pas membre de l’Institut, contrairement à ce qu’écrit Jean-Pierre Azéma dans 1940, l’année noire, Fayard, 2010
  89. En ligne sur BNF/gallica
  90. Sur cette maison d'édition fondée en 1944 par Constant Bourquin et qui diffuse plus ou moins clandestinement en France les ouvrages de pétainistes réfugiés en Suisse, cf. Histoire des droites en France, T. II, cultures, Gallimard. Gillouin a aussi publié un article, « dialectique de la liberté », dans l’Almanach 1947 des éditions du Cheval ailé

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Angelo Tasca, La France de Vichy, Archives inédits d'Angelo Tasca, sous la direction de David Bidussa et de Denis Peschanski, 1995
  • Yvan Combeau, Philippe Nivet, Histoire politique de Paris au XXe siècle: une histoire locale et nationale, Presses Universitaires de France, 2000
  • Pierre-André Taguieff, Grégoire Kauffmann, Michaël Lenoire, L'antisémitisme de plume: 1940-1944, Berg, 1999, p. 58-59
  • Michel Leymarie, Jacques Prévotat, L'Action française: culture, société, politique, Presses Univ. Septentrion, 2008
  • Gabriel Boillat, La Librairie Bernard Grasset et les lettres françaises, Volume 3, Librairie H. Champion, 1988
  • Louise Weiss, La Résurrection du chevalier: juin 1940-août 1944, vol. 2, A. Michel, 1974
  • Jeanne Merle d'Aubigné, Violette Mouchon, Emile C Fabre, Les Clandestins de Dieu: CIMADE 1939-1945, Genève, Labor et Fides, 1989, p. 16
  • Raymond Brugère, Veni, vidi Vichy ... et la suite : Témoignagnes, 1940-1945, Deux-Rives, 1953
  • Jean-Michel Barreau, Vichy, contre l'école de la République: théoriciens et théories scolaires de la «Révolution nationale», Flammarion, 2001
  • Francis Bergeron, Philippe Vilgier, De Le Pen à Le Pen: une histoire des nationaux et des nationalistes sous la Ve République, D.M. Morin, 1986

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :