La Nation française

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
La Nation française
Pays Drapeau de la France France
Langue Français
Périodicité Hebdomadaire
Genre Politique, Royaliste
Date de fondation 1955
Date du dernier numéro 1967
Ville d’édition Paris

Directeur de publication Pierre Boutang

La Nation française (1955-1967) est un hebdomadaire royaliste français dirigé par le journaliste et philosophe Pierre Boutang.

Historique[modifier | modifier le code]

Après avoir collaboré à l'hebdomadaire Aspects de la France (qui prend la succession de L'Action française à partir de 1947), Pierre Boutang, accompagné du journaliste Michel Vivier et d'un groupe de jeunes rédacteurs, fait scission en novembre 1954. L'équipe reproche aux héritiers orthodoxes du maurrassisme de fossiliser le royalisme, de renoncer à toute attitude offensive et critique vis-à-vis du passé, de ne pas œuvrer pour la réconciliation entre les deux France, celle de la Résistance et celle, qui tout en rejetant la collaboration, est restée fidèle au maréchal Pétain.

Ils décident alors de fonder un nouvel hebdomadaire royaliste : La Nation française dont le premier numéro paraît le 12 octobre 1955. L'équipe du journal se propose de rajeunir et de rénover le royalisme, de défendre un nationalisme moderne, en s'appuyant sur les faits du temps présent, en appelant de ses vœux la constitution d'un nouvel esprit public et d'un « parti des politiques », en accueillant sans ostracisme les Français de droite et de gauche qui souhaitent agir selon le seul intérêt national. Sans renier sa filiation aux idées de Charles Maurras, la Nation française exerce un droit d'inventaire sur la pensée du vieux maître, rejette clairement tout antisémitisme, s'adjoint le concours et ouvre le dialogue avec d'autres traditions politiques (personnalisme chrétien, gaullisme, socialisme…). Elle attache une grande importance aux questions sociales et plaide pour une modernisation en profondeur de l'organisation économique du pays.

Violemment opposé aux institutions et aux hommes de la IVe République et ardent défendeur de l'Algérie française, l'hebdomadaire se rallie au général de Gaulle à partir de 1958 et appuie les initiatives en direction du nouveau régime prises par le Comte de Paris, prétendant au trône de France. La Nation française interrompt sa publication en 1967.

Malgré son existence éphémère, cet hebdomadaire royaliste aura une influence réelle sur les milieux intellectuels attachés à la modernisation de la France, la préservation de ses valeurs et de son influence dans le monde. Il exercera également une action bénéfique sur le royalisme français, en rénovant ses bases et en rejetant toutes ses dérives vichystes, antisémites ou intégristes. Elle permettra ainsi l'aggiornamento auquel procédera quelques années plus tard la jeune équipe de journalistes, d'écrivains et de philosophes qui fondera, autour de Bertrand Renouvin, Gérard Leclerc et Yvan Aumont, la Nouvelle Action royaliste. À Lucien Rebatet, pour une collaboration active, Boutang répond : « Je préfère le pire des juifs à n’importe quel honnête père de famille allemand occupant mon pays ! »[1]. Il se veut « être à l’abri de Sartre » et des « entrepreneurs en nihilisme »[2].

Collaborateurs de la revue[modifier | modifier le code]

Parmi les rédacteurs de La Nation française on peut mentionner : Jean de La Varende, René Gillouin, François Léger, Henri Massis, Louis Pauwels, Pierre Nord, Roland Laudenbach, Jean Brune, Jacques Despuech, Michel de Saint-Pierre, Gabriel Marcel, Gilbert Comte, Pierre Fresnay, Marcel de Corte, le duc Antoine de Lévis-Mirepoix, Emmanuel Beau de Loménie, Antoine Blondin, Roger Nimier, Philippe Ariès, Pierre Andreu, Jules Monnerot, Raoul Girardet, Daniel Halévy, Gustave Thibon, Étienne Bordagain, Pierre Varillon, Colonel Rémy, Vladimir Volkoff, Michel Chrestien, Georges Laffly, Philippe de Saint Robert, Claude Bruaire, Abel Pomarède ou encore Gabriel Matzneff.

Références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Patrick Louis, Histoire des Royalistes, de la libération à nos jours, Jacques Grancher Éditeur, 1994.

Lien externe[modifier | modifier le code]

  • Un site qui entend reprendre l'esprit de La Nation française. Il souhaite contribuer au débat d'idées en livrant des chroniques, des articles d'actualité et de réflexion rédigés par des journalistes professionnels et des militants attachés à la défense de l'indépendance nationale. Depuis septembre 2008, le site milite pour l'organisation "d'assises du royalisme" ouvertes à l'ensemble des sensibilités du royalisme français.