Jean de Fabrègues

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Fabrègues (homonymie).
Jean de Fabrègues
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 77 ans)
Nationalité
Activité
Autres informations
Parti politique

Jean d'Azémar de Fabrègues est un intellectuel et journaliste catholique, né le 8 janvier 1906 à Paris et mort en 1983.

Biographie[modifier | modifier le code]

Membre très jeune du mouvement l'Action française, sa formation le situe au carrefour du maurrassisme sur le plan politique, du néothomisme sur le plan philosophique, du catholicisme social sur le plan économique et social. Quelques semaines secrétaire de Charles Maurras, il s'éloigne de l'Action Française en prenant la tête de plusieurs revues intellectuelles, Réaction pour l'ordre, La Revue du siècle, La Revue du XXe siècle qui l'amènent à se situer, entre 1930 et 1935, dans la mouvance du personnalisme des non-conformistes des années 30.

Troublé par la condamnation de l'Action française, Jean de Fabrègue tente souhaite alors développer une pensée conjuguant l’antidémocratisme et la christianisme et fonder une nouvelle revue pour la diffuser ; Charles Maurras s'y oppose et cherche à le convaincre à renoncer car selon lui « la droite française a été vaincue parce qu’elle s’est toujours divisée[1]... ». Néanmoins, Réaction pour l'ordre voit le jour et attire de nombreuses plumes comme celles de Georges Bernanos, Maurice Blanchot, André Maurois... « Charles Maurras ou la Beauté de l’Ordre » qui montre que la séparation avec le théoricien de l'Action française ménage l'amitié et l'admiration[1].

En 1936, il crée et codirige avec Thierry Maulnier la revue mensuelle Combat, puis, en 1939, avec le patronage de Gabriel Marcel, la revue Civilisation. Il participe en 1937 au banquet de l'association corporatiste Métiers français, proche du « comte de Paris »[2]. Prisonnier en 1940, il est appelé, après sa libération en 1941, à participer à diverses activités en relation avec la politique de la jeunesse du régime de Vichy, au mouvement culturel Jeune France, à la revue Idées. Il anime un Comité d'aide aux prisonniers, au sein duquel François Mitterrand, qui était alors un de ses familiers, va créer et recruter une partie des cadres du Mouvement national des prisonniers de guerre et déportés. Jusqu'à la Libération, il dirige l'hebdomadaire catholique Demain qu'il a fondé au début de 1943.

Après 1945, il devient rédacteur en chef de l'hebdomadaire France catholique, dont il est ensuite le directeur de 1957[3] à 1969. Il participe aussi, dès sa création en 1945, aux activités du groupe de La Fédération d'André Voisin ( croisé au banquet de Métiers français de 1937 ) qui va être l'une des expressions du fédéralisme européen et crée des rencontres réunissant journalistes catholiques allemands et français. Il a aussi été brièvement le cogérant en 1951 d'une revue trimestrielle de laïcs catholiques, Sources[4]. Il collabore irrégulièrement à Itinéraires[5] de Jean Madiran et on le trouve au premier congrès de l'Office international des œuvres de formations civiques et d'action doctrinale selon le droit naturel et chrétien (avatar de la Cité catholique) de Jean Ousset, à Sion en 1964[6].

Il est également l'auteur de plusieurs essais, notamment sur François Mauriac et Georges Bernanos dont il avait été proche dans l'entre-deux-guerres. Il meurt d'un accident de la circulation en novembre 1983[7].

Les œuvres de Jean de Fabrègues[modifier | modifier le code]

  • La Cité Antique, Union des corporations françaises, 1927
  • L'erreur communiste, Union des corporations françaises, 1929
  • Raison de craindre, raison d'espérer, Le Portulan, ????
  • Le problème du mal dans la littérature contemporaine, in Le Mal est parmi nous, ouvrage collectif, Plon, 1948
  • Les catholiques et la révolution de 1848, in L'esprit de 1848, ouvrage collectif, Bader Dufour, 1948
  • Avec notre temps, oui, mais pour le sauver, Alsatia, 1951
  • La tyrannie ou la paix, Calmann-Lévy, 1953
  • L'apôtre du siècle désespéré, Jean-Marie Vianney, Curé d'Ars, Amiot Dumont, 1956
  • La révolution ou la foi, Desclée, 1957
  • Le mariage chrétien, Fayard, 1958
  • La femme pauvre de Léon Bloy, Club du livre du mois, 1957
  • La conversion d'Edith Stein, patronne de l'existentialisme, Wësmael-Charlier, 1963
  • Bernanos tel qu'il était, Mame, 1963
  • Le sillon de Marc Sangnier, Perrin, 1964
  • Chrétiens de droite ou de gauche, Dialogue entre Jean de Fabrègues et Jacques Madaule, Beauchesnes, 1966
  • Charles Maurras et son Action française, Perrin, 1966
  • Christianisme et civilisation, Gigord, 1966
  • L'église, esclave ou espoir du monde ?, Aubier-Montaigne, 1971
  • Mauriac, Plon, 1971
  • L'apôtre du siècle désespéré, Jean-Marie Vianney, Curé d'Ars, ré-édition France catholique, 2010

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Michel Bergès, Vichy contre Mounier. Les non-conformistes face aux années 40, Economica
  • Véronique Chavagnac, Jean de Fabrègues et la Jeune Droite catholique, Éditions du Septentrion, 2000
  • Nicolas Kessler, Histoire politique de la Jeune Droite (1929-1942), L'Harmattan, 2001.
  • Jean-Louis Loubet del Bayle, Les non-conformistes des années 30, Point-Seuil, 2001
  • Jean-Louis Loubet del Bayle, "Une dissidence de l'Action Française", in Histoire et Littérature au XXe Siècle, Presses du Mirail, 2003.
  • "Chrétien de droite ou de gauche" Dialogue entre Jean de Fabregues et Jacques Madaule, Dialogues dirigés par Jean-Marie Aubert et Christian Chabanis, Collection Verse et controverse Cahier 2, Beauchesne, 1966

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Stéphane Giocanti, Maurras – Le chaos et l'ordre, éd. Flammarion, 2006, p. 365.
  2. L'Express du Midi, 1/7/1937, p. 2
  3. Le Monde, 13/3/1957
  4. Revue fondée en 1950, par une équipe de catholiques « unis par le travail et l'amitié et désireux de faire passer leur foi dans leurs actes" comme le négociant rémois Jacques Warnier, président du Centre des jeunes patrons ( CJP ) et ancien militant du corporatisme chrétien - il l'avait croisé au banquet de Métiers français en 1937 -, Henri Migeon, secrétaire général de la Télémécanique et dirigeant du CARHEC, l'économiste Louis Salleron, ancien des revues de la "jeune droite catholique" et rédacteur en chef de Fédération, Jean Predseil, secrétaire général du CJP, Jean Daujat, Pierre Loyer, André Romieu, qui fut le second directeur de l'Office des comités sociaux fondé par Warnier en 1941, Pierre Pasquet, de la Confédération nationale de la famille rurale, le polytechnicien Yvan Téqui, futur DG de la SCAC. C'est une énième revue de la troisième voie, entre communisme et capitalisme. Le premier gérant a été Pierre Pasquet. Warnier, Migeon, Raymond Dreux, DG de la SCAC, futur vice-président du Centre français du patronat chrétien, et Jean de Fabrègues en deviennent les gérants à partir de novembre 1951 : cf. Sources, n° 1, juillet 1950, n°5, novembre 1951. Leur revue, qui s'achève avec son dernier numéro 9 en 1953, accueille comme collaborateurs Jean Daniélou, Jean Guitton, Hyacinthe Dubreuil, Bernard Jousset (président du CFPC, futur Entrepreneurs et dirigeants chrétiens), Jean-Louis Lagor ( alias Jean Madiran ), le R.P. Chenu, l'abbé Pierre Leisnay, Henri Pourrat
  5. Itinéraires, n° 1, 1956 : Jean de Fabrègues n'a «consenti que le principe d’une collaboration occasionnelle ». Fabrègues avait promis un article mais s’est ravisé, protestant contre une critique de Xavier Vallat adressée à son ami Rollet, président de la Fédération nationale catholique. Ce qui amena Louis Salleron, collaborateur de La France catholique et d'Itinéraires à adresser à la revue la lettre suivante : « Fabrègues est un vieil ami à moi. Nous sommes à moitié brouillés la moitié du temps. Mais je l’aime bien tout de même et c’est pourquoi je veux le défendre contre lui-même. » Et de moquer sa modération, les « choix qu’il hésite à faire, les décisions qu’il hésite à prendre ». (Itinéraires, juin 1956). Toutefois, Fabrègues donne par la suite des articles à la revue, par exemple à l’occasion du numéro 49 de janvier 1961 consacré à célébrer les louanges d’Henri Massis, qui venait d’être élu à l’Académie française (« Massis ou l’amour de la vérité », par J. de Fabrègues)
  6. Feuille d'avis du Valais, 5/5/1964, p. 11
  7. Cf. Jean Guitton, « Jean de Fabrègues », Le Figaro, no 12222,‎

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notices d'autoritéVoir et modifier les données sur Wikidata : Fichier d’autorité international virtuel • Bibliothèque nationale de France (données) • Système universitaire de documentation