Jean Guéhenno

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Jean Guéhenno
Jean Guéhenno (1).png
Fonction
Fauteuil 9 de l'Académie française
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 88 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Conjointe
Autres informations
A travaillé pour
Membre de
Distinctions

Jean Guéhenno (pour l'état civil Marcel-Jules-Marie Guéhenno), né le à Fougères (Ille-et-Vilaine) et mort le à Paris, est un écrivain et critique littéraire français.

Marqué profondément par son enrôlement durant la première guerre mondiale, il est par la suite une des figures du pacifisme. Il participe à la mise en place des Mouvements de jeunesse à la libération.

Biographie[modifier | modifier le code]

Enfance, famille, études[modifier | modifier le code]

Fils de Jean-Marie Guéhenno, cordonnier, et de Jeanne Girou, piqueuse de chaussures, il naît dans une petite ville industrielle de Bretagne. Son père étant gravement malade, il est contraint d’abandonner l’école à quatorze ans pour s’engager comme employé dans une usine de galoches, mais continue à étudier seul, après ses journées de travail.

Il réussit à obtenir le baccalauréat en 1907.

L'historien et membre de l'association « Les Amis de Jean Guéhenno », Florent Le Bot, en fait l'une de ses sources pour son histoire industrielle de la chaussure en France[1].

Jean Guéhenno a raconté son enfance dans son livre Changer la vie, ou il se remémore ses souvenirs de son enfance ouvrière, évoquant l’image de sa mère qui ne quittait guère de la journée sa machine à piquer, et la figure de son père, compagnon du Tour de France. Il reste profondément marqué par la pauvreté voire la misère dans laquelle la famille vivait.

La longue grève qui éclata à Fougères durant l’hiver 1906-1907 le marqua pour toujours. Il écrivit plus tard dans Changer la vie qu’elle « reste en moi comme la plus grande épreuve humaine à laquelle j’aie assisté ». Cette grève dura 98 jours : « C’était une affaire de pain, bien sûr, mais autant une affaire d’honneur, un dur combat »[2].

Son père Jean-Marie, qui avait fondé à Fougères un des premiers syndicats en France, décède en 1910.

Première guerre mondiale et carrière d'enseignant[modifier | modifier le code]

A la mort de son père, il monte à Paris au lycée Louis-le-Grand grâce à une bourse d'externat. Jean Guéhenno passe avec succès en 1911 le concours d’entrée à l’École normale supérieure, mais la Première Guerre mondiale, va interrompre sa carrière universitaire.

Il est mobilisé dans le 77ème régiment d'infanterie dans lequel il sert comme officier d’infanterie.

Le 15 mars 1915, il est blessé grièvement d'une balle en plein front à Ypres, en Belgique. Il est décoré par la Croix de Guerre.

Cependant, il refuse d’être réformé et travaille à la censure postale de Lyon, puis dans un centre de rééducation d'officiers et de soldats devenus aveugles à Tours.

« La jeunesse morte », achevé en 1920 est son premier ouvrage, roman autobiographique. « La jeunesse morte » est également le titre d'un chapitre du « Journal d'un homme de 40 ans » (1934) dans lequel Jean Guéhenno ose « dire la seule chose qu'on n'ose jamais dire, parce qu'elle fait crier d'horreur les mères, les épouses, les enfants, les amis... Je dirai donc que cette mort innombrable fut inutile. Je dirai donc que j'ai conscience que mes amis sont morts pour rien. Douze millions de morts pour rien ». En 1968, dans la « La Mort des autres », il parle encore de 14-18 comme de « cette grande erreur où nous avons gaspillé notre jeunesse et perdu nos amis ».

Guéhenno sortit de la guerre avec cette conviction pacifiste qui le guidera par la suite.

Il se maria le 17 avril 1916 avec Jeanne Maurel (décédée en 1933), agrégée d’Histoire et de Géographie, et dont il eut un enfant, Louise.

Il est reçu 3e en 1920[3] à l’agrégation des Lettres. Jean Guéhenno commença sa carrière de professeur de lettres au lycée de Douai, puis à celui de Lille où il inaugura la première khâgne. Puis il est nommé professeur de première supérieure au Lycée Lakanal et, par la suite, aux lycées Henri-IV et Louis-le-Grand à Paris.

C’est à cet humanisme que ressortit son engagement politique entre les deux guerres.

En juillet 1919, il signa la « Déclaration d’indépendance de l’esprit ».

En 1927, il signe, avec notamment Alain, Lucien Descaves, Louis Guilloux, Henry Poulaille, Jules Romains et Séverine, la pétition contre la loi sur l’organisation générale de la nation pour le temps de guerre, loi qui abroge, selon les signataires, toute indépendance intellectuelle et toute liberté d’opinion[4]. Cette pétition paraît dans le numéro du de la revue Europe.

Guéhenno devient le directeur de la publication de la revue Europe en 1929. Il assure cette fonction jusqu'en . Sous sa responsabilité, la revue est devenue un acteur majeur de la vie culturelle française, de nombreux écrivains d’horizons très divers pouvant alors s’y exprimer librement. Il en démissionne lors de la prise de contrôle par les communistes.

Il participe en 1930 au troisième cours universitaire de Davos, avec de nombreux autres intellectuels français et allemands.

Jeanne Guéhenno meurt de maladie le 24 avril 1933.

En 1935, il fonde l’hebdomadaire Vendredi. Il dirige cet hebdomadaire au service du Front populaire, qui s’est voulu indépendant des pouvoirs financiers et des partis politiques, de 1935 à 1938.

Seconde guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Pendant l’Occupation, il s’engage dans la Résistance intellectuelle : membre fondateur du Comité national des Écrivains et du groupe des Lettres Françaises, il est proche de Jean Paulhan, Jacques Decour, Jean Blanzat, Édith Thomas.

Refusant de publier en se soumettant à la censure de l’Occupant, il commence une biographie de Jean-Jacques Rousseau. Sous le pseudonyme de « Cévennes », il transmet donne un ouvrage aux Éditions de Minuit clandestines : Dans la prison.

À la rentrée de 1943-1944, le régime de Vichy le rétrograde en classe de 4ème au lycée Buffon.

Libération[modifier | modifier le code]

Après la Libération, Jean Guéhenno fut nommé inspecteur général de l’Éducation nationale.

En 1944, le gouvernement provisoire de la France le charge d’organiser la Direction de la Culture populaire et des Mouvements de jeunesse nouvellement crée au sein du Ministère de l'Éducation Nationale dont René Capitant était alors Ministre.

Reprenant des idées élaborées dans la clandestinité, il met en place avec Christiane Faure les premiers instructeurs d'animateurs de jeunesse[5]. Avec André Philip et des responsables clandestins d'associations de jeunesse, de partis et de syndicats, il crée la République des jeunes[6]. Cette association réfléchit à la transformation des maisons des jeunes du régime de Vichy en Maisons de la jeunesse et de la culture (MJC) affiliées aux mouvements d'Éducation populaire. En 1948, après la fusion de la Direction de la Culture populaire et des Mouvements de jeunesse avec la Direction de l'Éducation physique et des activités sportives, Guéhenno se rend compte qu'il n'aura pas suffisamment d'autonomie et démissionne de son poste.

Suite à sa démission, il exerça son métier d’Inspecteur général de l’Éducation nationale, jusqu’en septembre 1961.

En juin 1949, l’UNESCO le chargea de parler de l’éducation populaire à la Conférence internationale de l’éducation des adultes à Elseneur.

Le 31 mars 1947, Jean Guéhenno reçoit la médaille de la Résistance.

Il collabore au journal Figaro de 1944 à 1977 puis au journal Le Monde de 1977 à 1978 ou il écrivit ses derniers articles.

Il épouse Annie Rospabé, résistante sauvée par un arrêt forcé du train qui l’emmenait vers les camps de la mort, le 20 décembre 1946[7]. Leur fils, Jean-Marie, naît en 1949.

Paris, 35-37 rue Pierre Nicole. Plaque au domicile de Jean Guéhenno.

Jean Guéhenno est élu à l’Académie française le avec 15 voix au fauteuil d’Émile Henriot, et reçu le par Jacques Chastenet [8](c’était la première cérémonie de réception à se tenir dans l’Académie rénovée), suscitant cet hommage de François Mauriac dans son Bloc-notes : « Quelque mal que vous pensiez de l’Académie, dans une vie exemplaire comme celle de Guéhenno, elle apporte une consécration irremplaçable. Le petit ouvrier breton qui, par la puissance de son esprit et par sa persévérance, est devenu ce maître éminent, ce haut fonctionnaire, et surtout cet écrivain, dessine sous nos yeux une image d’Épinal où la Coupole doit apparaître dans la dernière case. »

Jean Guéhenno est mort à Paris le . Ses cendres sont dispersées en mer au large des Sept-Îles, en Bretagne.

Œuvre littéraire[modifier | modifier le code]

Une partie de son œuvre est autobiographique : Journal d'un homme de 40 ans (1934), Journal des années noires, 1940-1944 (1947), Carnets du vieil écrivain (1971).

Il se consacre par ailleurs à la critique littéraire, en particulier à une étude approfondie de l’œuvre de Jean-Jacques Rousseau, à qui il consacre les livres suivants : Jean-Jacques en marge des « Confessions » (1948), Jean-Jacques : roman et vérité (1950), Jean-Jacques : grandeur et misère d’un esprit (1952) et Jean-Jacques : histoire d’une conscience (1962).

Il est par ailleurs l'auteur de nombreux autres ouvrages dans lesquels il propose un humanisme original, notamment L’Évangile éternel (1927), Caliban parle (1928), La Foi difficile (1957) et Caliban et Prospero (1969).

On retrouve l’écho des préoccupations culturelles de Guéhenno dans Sur le chemin des hommes où il revient sur la querelle des humanités et sur l’éducation populaire.

En 1979, le recueil Entre le passé et l’avenir, rassemble des chroniques littéraires et politiques publiées initialement dans la Revue Europe.

L’œuvre de Jean Guéhenno a été récompensée par de nombreux prix : le Prix des Ambassadeurs en 1953, le Grand Prix de la Ville de Paris en 1955, le Prix Ève Delacroix en 1960, le Prix de la Littérature pour la Jeunesse en 1961 et le Prix mondial Cino Del Duca en 1973.

Extraits[modifier | modifier le code]

Le livre est un « outil de liberté » comme indiqué sur la plaque commémorative de la rue Pierre Nicole où habitait Guéhenno.

Écrire est une « manière de vivre », c’est pour « apprendre aux hommes à espérer ».

« Nous aurions fait tout notre devoir de pédagogues, si nous avions donné aux jeunes gens quelques clés de la vie ; la curiosité est la principale, celle qui ouvre le plus de portes. » (Sur le chemin des Hommes, p. 137).

Décorations[modifier | modifier le code]

Œuvres[modifier | modifier le code]

Livres[modifier | modifier le code]

  • 1927 : L’Évangile éternel, Étude sur Michelet (Grasset)
  • 1928 : Caliban parle (Grasset)
  • 1931 : Conversion à l’humain (Grasset)
  • 1931 : Simon Mondzain (Nouvelle Revue française)
  • 1934 : Journal d'un homme de 40 ans (Grasset)
  • 1936 : Jeunesse de la France (Grasset)
  • 1939 : Voltaire, Bernard Palissy, Renan (en collaboration) (Gallimard)
  • 1939 : Journal d’une “Révolution” 1937-1938 (Grasset)
  • 1939 : Hommage à Dabit (en collaboration) (Nouvelle Revue française)
  • 1944 : Dans la prison (sous le pseudonyme de Cévennes) (Minuit)
  • 1945 : L’Université dans la Résistance et dans la France nouvelle (Office français d’édition)
  • 1946 : La France dans le monde (La Liberté)
  • 1947 : Journal des années noires (1940-1944) (Gallimard)
  • 1948 : Jean-Jacques en marge des “Confessions”. T.I. 1712-1750 (Grasset)
  • 1949 : La part de la France (Le Mont-Blanc)
  • 1950 : Jean-Jacques en marge des “Confessions”. T.II. 1750-1758 (Grasset)
  • 1952 : Voyages : tournée américaine, tournée africaine (Gallimard)
  • 1952 : Jean-Jacques en marge des “Confessions”. T.III. 1758-1778 (Gallimard)
  • 1954 : Aventures de l’esprit (Gallimard)
  • 1954 : La France et les Noirs (Gallimard)
  • 1957 : La foi difficile (Grasset)
  • 1959 : Sur le chemin des hommes (Grasset)
  • 1961 : Changer la vie, Mon enfance et ma jeunesse (Grasset)
  • 1964 : Ce que je crois (Grasset)
  • 1968 : La mort des autres (Grasset)
  • 1969 : Caliban et Prospero (Gallimard)
  • 1971 : Carnets du vieil écrivain (Grasset)
  • 1977 : Dernières lumières, derniers plaisirs (Grasset)
Posthumes
  • Entre le passé et l'avenir, Grasset, 1978 (textes réunis par Annie Guéhenno)
  • La Jeunesse morte, Éditions Claire Paulhan, 2008 (ce roman a été écrit entre et )
  • Je vous écris d'Europe, L'OURS, 2019 (chroniques européennes publiées dans Le Figaro entre 1946 et 1977)

Correspondance[modifier | modifier le code]

Hommages[modifier | modifier le code]

  • La Poste française a émis un timbre à son effigie le [9].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Guéhenno, « mémorialiste » des chaussonniers. Info », sur fougeres.maville.com (consulté le 7 décembre 2017).
  2. « notice GUÉHENNO Jean [GUÉHENNO Marcel, Jules, Marie dit Jean] », sur Le Maitron, (consulté le 29 mars 2020)
  3. André Chervel, « Les agrégés de l'enseignement secondaire. Répertoire 1809-1960 », sur Ressources numériques en histoire de l'éducation, Laboratoire de recherche historique Rhône-Alpes, (consulté le 13 mars 2015). Le répertoire indique : « Guéhenno Marcel, dit Jean ».
  4. Texte de la loi sur le site Legifrance. Elle a été votée en 1938, après plus de dix ans de débats.
  5. « Jean Guéhenno », sur amisdeguehenno.monsite-orange.fr (consulté le 14 janvier 2018).
  6. FFMJC, « République des Jeunes », sur www.60ansdesmjc.fr, (consulté le 14 janvier 2018)
  7. Claire Paulhan, « Annie Guéhenno, résistante et écrivain », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne, consulté le 7 décembre 2017).
  8. « Discours pour la réception de M. Jean Guéhenno... le 6 décembre 1962 », sur BnF catalogue général, (consulté le 29 mars 2020)
  9. « Timbre: 1990 Jean Guéhenno 1890-1978 »

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Denise Bourdet, « Jean Guéhenno », dans : Encre sympathique, Paris, Grasset, 1966, 302 p. [entretien avec Jean Guéhenno]
  • Paul Phocas, Gide et Guéhenno polémiquent, Rennes, Presses universitaires de Rennes-2, 1987, 102 p.
  • Philippe Niogret, La revue « Europe » et les romans de l'entre-deux-guerres, Paris, L'Harmattan, 2004, 318 p. (ISBN 2-7475-6553-X)
  • Patrick Bachelier et Alain-Gabriel Monot, Jean Guéhenno, Rennes, La Part Commune, 2007, 157 p. (ISBN 978-2-84418-129-9)
  • Jeanyves Guérin, Jean-Kély Paulhan, Jean-Pierre Rioux (éd.), Jean Guéhenno : guerres et paix, Villeneuve d'Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2009, 226 p. (ISBN 978-2-7574-0131-6) [actes du colloque organisé les 13 et par l'Université Paris III et les Amis de Jean Guéhenno]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]