Daniel Halévy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Daniel Halévy
Description de cette image, également commentée ci-après

Daniel Halévy adolescent, vers 1885.

Naissance
Paris 9e, Drapeau de la France France
Décès
Paris 1er, Drapeau de la France France
Nationalité Française
Pays de résidence France
Profession
historien, essayiste
Ascendants
Descendants
beau-père de Louis Joxe, grand-père de Pierre Joxe
Famille
frère cadet de Élie Halévy

Daniel Halévy, né le à Paris 9e et mort le à Paris 1er, est un historien et essayiste français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils de l'académicien français Ludovic Halévy, appartenant à une lignée d'hommes de lettres, et de Louise Breguet, issue d'une dynastie d'horlogers protestants, il est baptisé et élevé dans la religion protestante. Il étudie au lycée Condorcet, comme son frère ainé Élie Halévy et il se lie d'amitié avec Marcel Proust, son condisciple[1]; puis à l'École des langues orientales. Il collabore aux Cahiers de la Quinzaine de Charles Péguy entre 1898 et 1914, et à la revue Pages libres de 1901 à 1909 aux côtés de Charles Guieysse. Il est directeur de la collection des Cahiers verts aux Éditions Grasset de 1921 à 1937. Il est élu membre de l'Académie des sciences morales et politiques en 1949. Daniel Halévy était le beau-père et le grand-père des hommes politiques Louis Joxe et Pierre Joxe et l'oncle du marxiste libertaire et défenseur de la cause homosexuelle Daniel Guérin. Membre de l'Association pour défendre la mémoire du maréchal Pétain, il fut membre du comité de direction de l'Association du foyer de l’abbaye de Royaumont.

Il est l'auteur entre autres de La Fin des notables (1930), de Décadence de la liberté (1931), de La République des ducs (1937), d'un Essai sur l'accélération de l'histoire (1948) et d'études sur Nietzsche, Péguy, Michelet, Proudhon, Vauban. Il a été proche de Georges Sorel et c'est grâce à son insistance que ce dernier se décida à éditer sous forme de livre ses célèbres Réflexions sur la violence (1908).

Il collabore occasionnellement au Courrier français (1948-1950).

Thèses[modifier | modifier le code]

Dans son essai, Pour l'étude de la Troisième République, il s'interrogea sur les accointances maçonniques du régime républicain, affirmant que les agissements occultes, par définition non documentés, passaient outre l'analyse de l'historien[2].

Œuvres[modifier | modifier le code]

Envoi sur La République des ducs
  • La Fin des notables, Grasset (1930) - Réédition Hachette, collection Pluriel (1995
  • Décadence de la liberté, (1931)
  • La République des Comités, essai d'Histoire contemporaine (1895-1934), Grasset, La Cité française (1934).
  • Visites aux paysans du Centre, Grasset (1935) ; réédition dirigée par Marie-Paule Caire-Jabinet, préface de Pierre Joxe, postface de François Colcombet (coll. « D'un regard l'autre »), Saint-Pourçain-sur-Sioule, Bleu autour, 2012, 416 p. (ISBN 9782358480437) (Présentation).
  • La République des Ducs - Grasset (1937) - Réédition Hachette, collection Pluriel (1995)
  • Pour l'étude de la Troisième République, Grasset (1937)
  • Trois épreuves : 1814 - 1871 - 1940, Plon (1941)
  • Essai sur l'accélération de l'histoire, Paris, éditions Self (1948)
  • Vauban, Grasset (1923)
  • Pays parisiens
  • Péguy
  • Charles Péguy et les Cahiers de la Quinzaine, Payot & Cie, Paris, 1918 ; réédition plus ample chez Bernard Grasset en 1941.
  • Essai sur le mouvement ouvrier en France, Société nouvelle de Librairie et d'Edition, Paris, 1901.
  • Histoire de quatre ans, 1997-2001 (roman d'anticipation), Cahiers de la Quinzaine (1903), réédité en 1997 aux éditions Kimé, avec une préface de Frédéric Rouvillois.
  • La Vie de Friedrich Nietzsche, Calmann-Lévy éditeur, Paris, 1909 ; réédité en 1944 sous le titre Nietzsche et dans lequel les aspects biographiques sont moins présents selon l'avant-propos de Georges-Arthur Goldschmidt.
  • Luttes et problèmes - (Apologie pour notre passé - Un épisode - Histoire de quatre ans), Paris, Rivière, 1912.
  • La Jeunesse de Proudhon, Cahiers du Centre, Moulins, 1912.
  • Quelques nouveaux Maîtres, Cahiers du Centre, Moulins, 1914.
  • Le Président Wilson. Étude sur la démocratie américaine, Payot & Cie, Paris, 1918.

Sources[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Marcel Proust, Correspondance avec Daniel Halévy, Paris, Éd. de Fallois, , 249 p.
  2. Enquête sur l'histoire, no 6, printemps 1993, rubrique Histoire des droites, p. 21