Lycée Hoche

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Hoche.
Lycée Hoche
Image illustrative de l'article Lycée Hoche
La chapelle du lycée avant sa rénovation (dessinée par Richard Mique, anciennement église du Couvent de la Reine)
Généralités
Création 1807
Pays France
Académie Versailles
Coordonnées 48° 48′ 25″ nord, 2° 08′ 14″ est
Adresse 73, av. de Saint-Cloud,
78000 Versailles
Site internet http://www.lyc-hoche-versailles.ac-versailles.fr
Cadre éducatif
Type École publique
Pouvoir organisateur Île-de-France
Proviseur Stéphane François
Niveau Bac, post-Bac
Formation Bac ES et S ; CPGE
Protection Logo monument historique Classé MH (1926)
 Inscrit MH (1969)
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Yvelines

(Voir situation sur carte : Yvelines)
Point carte.svg

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Point carte.svg

Le lycée Hoche est un établissement public français d'enseignement secondaire et supérieur, situé au 73 avenue de Saint-Cloud dans le quartier Notre-Dame à Versailles, dans les Yvelines. Lycée napoléonien créé en 1803, il a été nommé lycée Hoche en 1888 en hommage à Lazare Hoche, général français né à Versailles. La chapelle est classée monument historique depuis 1926, le reste des bâtiments est inscrit monument historique depuis 1969[1]. Le proviseur actuel est Stéphane François.

Il est réputé pour ses résultats au baccalauréat et aux concours d'entrée aux grandes écoles, plus particulièrement scientifiques (Polytechnique, Mines de Paris, CentraleSupélec) et commerciales (HEC Paris).

Histoire du lycée Hoche[modifier | modifier le code]

Le lycée s'est vu attribuer, après la nationalisation des biens du clergé au cours de la Révolution française, les bâtiments du Couvent de la Reine à Versailles.

Construit entre 1767 et 1772 sous la direction de l’architecte Richard Mique, ce couvent de chanoinesses de Saint-Augustin avait déjà une mission d’enseignement, puisque les religieuses y prenaient en charge l’éducation des jeunes filles issues des familles des serviteurs de la cour.

La rentrée des premières pensionnaires s’effectue le 1er janvier 1773. Le couvent héberge en permanence 80 pensionnaires, 383 pensionnaires passeront par l’institution de 1772 à 1789. La qualité de l’enseignement en fait pour l’époque un succès considérable. Les religieuses devront cependant constamment résister pour conserver la volonté de la fondatrice et accueilleront peu de jeunes filles de la grande noblesse.

Le succès de l’établissement prend fin après vingt années, avec le départ de Versailles de la famille royale en octobre 1789.

Article connexe : Couvent de la Reine.
  • Un inventaire des biens est ordonné en 1790, après la mise à disposition de la Nation des biens du clergé.
  • La congrégation abandonne définitivement le Couvent en 1792.
  • En 1793, la chapelle est occupée par la 2e section de la section versaillaise de la Société des Droits de l’Homme.
  • En 1794, elle devient hôpital militaire.
  • De 1795 à 1800, l’établissement reste inoccupé et sert d’entrepôt à grains et à fourrages.
  • En 1800, elle redevient un hôpital militaire succursale des Invalides.
  • En 1801, après la fermeture de l’École centrale du département, la ville de Versailles souhaite la création d’un lycée pour offrir des facilités scolaires aux riches familles étrangères habitantes.
  • Le consulat crée 30 lycées en France le 22 novembre 1802.
  • Par décret consulaire du 1er vendémiaire an XII (24 septembre 1803), l’ancien couvent devient un lycée.
  • Le 23 octobre 1804, le préfet de Versailles obtient l’ouverture du lycée.
  • Son premier proviseur, Dieudonné Thiébault, est chargé de remettre en état les bâtiments dévastés. Trois années sont nécessaires pour mener à bien cette tâche.
  • Par décret impérial de Posen (aujourd’hui Poznań, en Pologne) du 7 mai 1806, le lycée devient lycée impérial. Le 15 décembre 1806 sont nommés les 13 premiers professeurs et les 150 premiers élèves.
  • Le 2 mai 1807, a lieu l’inauguration officielle de l’établissement, avec l’ouverture aux premiers lycéens.
  • En 1809, par le décret impérial de Schönbrunn (Vienne), le lycée de Versailles devient l’un des huit lycées de première classe de l’Empire. Cette reconnaissance témoigne des premiers succès scolaires des élèves, deux d’entre eux étant entrés cette année-là à Polytechnique.

Le lycée compte plus de 500 élèves sous le provisorat de M. Théry, et est intégré aux Collèges Royaux de Paris qui développent des classes préparatoires aux grandes écoles en 1819.

En 1888, le lycée est appelé lycée Hoche, en mémoire du général révolutionnaire Lazare Hoche, né à Versailles.

En 2003, plusieurs hommes politiques et entrepreneurs du bâtiment furent condamnés par la cour d'appel de Versailles pour avoir truqué des marchés publics portant sur le lycée Hoche. Cette condamnation fut confirmée en 2004 par la Cour de Cassation[2]. En 2011, l'intendante du lycée fut condamnée pour harcèlement moral sur quatre des employées du lycée, ainsi qu'à 11 000€ d'amende[3].

Surnom populaire[modifier | modifier le code]

Le lycée était traditionnellement surnommé « Baz Hoche » par ses élèves de classes préparatoires. Ce nom figurait notamment sur le khâlot fièrement arboré par les élèves. Cette tradition tend à disparaître.

Le lycée aujourd'hui[modifier | modifier le code]

Le lycée accueille des élèves du collège aux classes préparatoires. Il offre à ses élèves du lycée deux filières générales : Scientifique ou Économique et Sociale. Il propose aussi à ses étudiants de classes préparatoires deux filières : Scientifique (spécialisation MP, PSI, PC ou BCPST) ou Économique et Commerciale (spécialisation ECE ou ECS).

Aujourd'hui le lycée Hoche de Versailles assure des cours pour les collégiens du secteur, les lycéens admis sur dossier et les prépas. Les locaux du lycée, entièrement rénovés, représentent la richesse culturelle de Versailles avec les bâtiments conventuels et la chapelle restitués dans la disposition voulue initialement par Richard Mique.

Classement du lycée[modifier | modifier le code]

En 2015, le lycée se classe 8e sur 52 au niveau départemental en termes de qualité d'enseignement, et 137e sur 2301 au niveau national[4]. Ces classements sont établis sur trois critères : le taux de réussite au bac, la proportion d'élèves de première qui obtiennent le baccalauréat en ayant fait les deux dernières années de leur scolarité dans l'établissement, et la valeur ajoutée (calculée à partir de l'origine sociale des élèves, de leur âge et de leurs résultats au diplôme national du brevet)[5].

Un autre classement datant de 2015 le place 1er sur 1501 au niveau national[6], ex-aequo avec le Lycée Henri-IV et le Lycée Louis-le-Grand. Ce classement est établi sur quatre critères : le taux de réussite au bac, la capacité à faire progresser les élèves, le taux d'accès de la première à la terminale, et la stabilité du lycée dans les classements des deux années précédentes. Tout lycée présentant moins de 60% d’élèves en série générale ou 50 élèves a été exclu de ce classement (soit 800 lycées au niveau national).

Bâtiments[modifier | modifier le code]

Ancien couvent de la Reine (aujourd'hui bâtiment C)

Il existe quatre bâtiments distincts :

  • Le bâtiment S (bâtiment des sciences) où se trouvent les salles de cours et de TP de sciences de la vie et de la Terre, de sciences physiques et de chimie pour les classes du collège, du lycée et des CPGE. Dans ce bâtiment, il y a aussi au sous-sol une salle de gymnastique, d'acrosport, de tennis de table et de danse ainsi qu'un grand gymnase multi-sport (volley, basket, badminton...).
  • La bâtiment C (ancien couvent de la Reine) loge les salles de français, de langues vivantes et de mathématiques du collège et du lycée. On y trouve aussi le CDI du collège et les permanences du collège et du lycée. Il y a les bureaux des vies scolaires du collège et lycée, le bureau de la CPE collège et de la CPE 1re S et terminale, ainsi que le secrétariat du Proviseur. Enfin on y trouve l'intendance, au sous-sol se trouvent une salle informatique, une salle de musculation ainsi que deux serveurs informatiques protégés.
  • Le bâtiment D qui loge les cours d'histoire, de géographie, d'éducation civique juridique et sociale, de sciences économiques et sociales, l'internat et les salles de classe des CPGE. Dans le bâtiment D, on trouve aussi le réfectoire du lycée Hoche, le CDI du lycée et des CPGE, l'infirmerie, le bureau des CPE de seconde, 1re ES et classe préparatoires ainsi que des salles d'examens.
  • Le bâtiment B (bâtiment des arts) qui renferme les salles d'arts plastiques et de musique.

Collège[modifier | modifier le code]

Le collège Hoche accueille cinq classes par niveau. Ouvert aux secteurs avoisinants, il n’y a plus de sélection pour y entrer. Le taux de réussite au diplôme national du brevet (DNB) y était de 91,5 % en 2009 avec 11 élèves refusés sur 130.

Lycée[modifier | modifier le code]

Le lycée Hoche recrute ses élèves sur dossier dès l'entrée en Seconde. Il propose en première les sections S, SI et ES.

Classes préparatoires aux grandes écoles[modifier | modifier le code]

Le lycée Hoche accueille des classes préparatoires scientifiques (MP, PC, PSI et BCPST), et économiques et commerciales (ECE et ECS). Un internat est disponible pour une partie des élèves.

Classements des CPGE

Le classement national des classes préparatoires aux grandes écoles (CPGE) se fait en fonction du taux d'admission des élèves dans les grandes écoles. En 2015, L'Étudiant donnait le classement suivant pour les concours de 2014 :

Filière Élèves admis dans
une grande école*
Taux
d'admission*
Taux moyen
sur 5 ans
Classement
national
Évolution
sur un an
ECE [7] 8 / 37 élèves 22 % 26 % 14e
sur 105
en diminution 1
ECS [8] 24 / 48 élèves 50 % 51 % 9eex-æquo
sur 95
en diminution 3
MP / MP* [9] 46 / 81 élèves 57 % 52 % 4e
sur 114
en augmentation 4
PC / PC* [10] 36 / 85 élèves 42 % 45 % 6e
sur 110
=
PSI / PSI* [11] 37 / 40 élèves 93 % 89 % 2e
sur 120
en augmentation 1
BCPST [12] 51 / 92 élèves 55 % 56 % 15e
sur 53
en diminution 6
Source : Classement 2015 des prépas - L'Étudiant (Concours de 2014).
* le taux d'admission dépend des grandes écoles retenues par l'étude. En filières ECE et ECS,
ce sont HEC, ESSEC, et l'ESCP. Pour les khâgnes, ce sont l'ENSAE, l'ENC, les 4 ENS, et 5 écoles
de commerce (HEC, ESSEC, ESCP, EM Lyon et EDHEC). En filières scientifiques, ce sont un panier
de 11 à 17 écoles d'ingénieurs qui ont été retenus selon la filière (MP, PC, PSI, PT ou BCPST).

Activités[modifier | modifier le code]

Foyer socio-éducatif[modifier | modifier le code]

Le foyer socio-éducatif est une association administrée par des élèves, des parents d'élèves et l'administration du lycée. Il donne lieu à de nombreuses activités scientifiques, culturelles et artistiques. Il favorise l'apprentissage de la vie civique et de la prise de responsabilité. On pourra noter par exemple la présence du club info qui a donné lieu à un projet de jeu « Virtual Hoche » qui reprend le concept de jeux comme Myst ou Versailles à l'intérieur du lycée Hoche.

Le foyer socio-éducatif du lycée Hoche donne lieu régulièrement à des réalisations remarquées, dont certaines sont primées au niveau national (voir infra le site du foyer socio-éducatif).

Association sportive, Hoche Athletic Club[modifier | modifier le code]

Comme la plupart des établissements secondaires, le lycée possède une association sportive pour les collégiens et lycéens, dans divers sports. Cette association sportive hérite du Hoche Athletic Club, créé dans les années 1950-1960, qui s'est rapidement hissé à un bon niveau académique dans plusieurs disciplines athlétiques.

Anciens élèves[modifier | modifier le code]

L'Association Amicale des Anciens Élèves du Collège et du Lycée de Versailles a été fondée au milieu du XIXe siècle et reconnue d'utilité publique par décret impérial du 1er février 1868. En plus de sa mission d'entretien de relations amicales et solidaires, de sa contribution à la prospérité du lycée, l'amicale entretient le souvenir de ses anciens les plus illustres.

Anciens élèves[modifier | modifier le code]

Voir la catégorie : Élève du lycée Hoche.

Anciens professeurs[modifier | modifier le code]

Voir la catégorie : Enseignant au lycée Hoche.

Liste des proviseurs[modifier | modifier le code]

  • 2008-2016 : Loïc Toussaint de Quiévrecourt
  • 2016-2017 : Isabelle Bourhis
  • Depuis 2017 : Stéphane François

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Notice no PA00087671, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  2. Cour de Cassation, 15 décembre 2004, 03-83474, Juricaf.org
  3. http://www.leparisien.fr/yvelines-78/l-intendante-du-lycee-hoche-condamnee-15-11-2011-1720583.php
  4. Classement Départemental et National des lycées français
  5. Méthodologie du classement national des lycées français
  6. Palmarès national des lycées Figaro 2015
  7. Classement 2015 des prépas ECE
  8. Classement 2015 des prépas ECS
  9. Classement 2015 des prépas MP
  10. Classement 2015 des prépas PC
  11. Classement 2015 des prépas PSI
  12. Classement 2015 des prépas BCPST
  13. Biographie de M. Said Aidi, 30 janvier 2011, Tunisie Focus.
  14. Fonds Charles Andler, Collège de France. Consulté le 1er février 2017.
  15. a, b, c et d Un livre sur le lycée Hoche, 13 septembre 2010, Le Parisien.
  16. Philippe-Georges Capelle, In Memoriam : Jean-Paul Béchat, 28 novembre 2014, site officiel des Anciens du lycée Hoche.
  17. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n et o Lycée Hoche, Le Parisien. Consulté le 26 janvier 2017.
  18. Toute la communauté de Hoche pleure la disparition de Cabu, un ancien du Lycée que nous n’oublierons pas, 8 janvier 2015, site officiel des Anciens de Hoche.
  19. Jacques Chevalier, Entretiens avec Bergson, 1959.
  20. a et b Le lycée Hoche célèbre son bicentenaire, 17 mars 2010, Le Parisien.
  21. Luc Le Vaillant , Corine Blue, 42 ans, « coach » d'acteurs. Fut l'amante de Cyril Collard, mort du sida, et l'accoucheuse des « Nuits fauves ». La fauvette, Libération, 11 mai 1999.
  22. Notice « Comolli, Jean-Dominique, Daniel » (né en 1948), page 584 in Who’s Who in France : Dictionnaire biographique de personnalités françaises vivant en France et à l’étranger, et de personnalités étrangères résidant en France, 44e édition pour 2013 éditée en 2012, 2371 p., 31 cm (ISBN 978-2-85784-053-4).
  23. Tanguy de Lamotte : “Je ne suis pas un skipper mais un architecte et un aventurier”, L'Étudiant, 21 mai 2007.
  24. Le Maire : François de Mazières, site officiel de la ville de Versailles. Consulté le 1er février 2017.
  25. Conférence de Michel de Rosen, directeur général d’Eutelsat, 31 mai 2012, site officiel des Anciens de Hoche.
  26. Christophe Ferré, Polars Pourpres. Consulté le 01/02/2017.
  27. La chapelle du lycée Hoche à Versailles, Église catholique des Yvelines. Consulté le 1er février 2017.
  28. [PDF] Jean-Yves Lallemand, Hommage à Marc Julia, 9 octobre 2012, Académie des Sciences.
  29. G. Lacombe, ancien élève de Hoche, site du Lycée Hoche - Académie de Versailles. Consulté le 1er février 2017.
  30. Sébastien Lapaque, Ariane Bavelier, Claire Bommelaer et Thierry Hilleriteau, Versailles, l'invitée surprise, 9 décembre 2009, Le Figaro.
  31. Jacques Leprette, Who’s Who in France.
  32. Sébastien Lapaque, Mort du peintre Georges Mathieu, 12 juin 2012, Le Figaro.
  33. Avant-propos , André Mazon Revue des études slaves, 1961
  34. Phoenix - Biographie, site d'Universal. Consulté le 1er février 2017.
  35. Expliquez-nous... le général Piquemal, France Info. Consulté le 1er février 2017.
  36. Une exposition consacrée au cinéaste, 26 juin 2009, Le Parisien
  37. Antoine Silber, Le Silence de ma mère, 2011, Éditions Denoël.
  38. Jean-Cyril Spinetta, chahuteur mais pas meneur, 7 janvier 2009, Journal du Net.
  39. Marie-Laure Delaporte, Maïthé Vallès-Bled et Itzhak Goldberg, Valtat, indépendant et précurseur, 2011, Beaux Arts Éditions.
  40. Martine Betti-Cusso, Wendelin Werner : la formule savante en toute simplicité, 10 août 2007, Le Figaro.
  41. (es) Galeria de Acaldes de Managua, Manfut. Consulté le 1er février 2017.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]