Groupe Rassemblement-Union pour un mouvement populaire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ne doit pas être confondu avec Le Rassemblement-UMP.
RUMP
Image illustrative de l'article Groupe Rassemblement-Union pour un mouvement populaire
Chambre Assemblée nationale
Législature(s) XIVe
Partis membres UMP
Divers droite
Président François Fillon
Député de Paris (2e)
Représentation
73 / 577

Le groupe Rassemblement-Union pour un mouvement populaire (abrégé en RUMP) est un groupe parlementaire français, issu d'une scission éphémère du groupe UMP, créé le 27 novembre 2012, dans le contexte de la contestation des résultats de l'élection du président de l'UMP et dissous le 16 janvier 2013.

Histoire[modifier | modifier le code]

L'Assemblée nationale du 28 novembre 2012 au 15 janvier 2013.

Formé à l'initiative de François Fillon, qui conteste les résultats du congrès de l'UMP de 2012 donnant Jean-François Copé vainqueur face à lui-même, le groupe parlementaire compte, lors du dépôt de sa constitution, 67 membres et un apparenté[1],[2]. Il est ensuite rejoint par d'autres députés et comporte 70 membres et 3 apparentés[3]. Il est ainsi le troisième groupe le plus important de l'Assemblée, après le groupe socialiste (296 députés) et le groupe UMP (121 députés).

Le groupe est dissous le 16 janvier 2013[4], à la suite d'un accord sur la tenue d'un nouveau vote et de la formation d'une équipe dirigeante paritaire du parti[5].

Membres[modifier | modifier le code]

Liste des membres initiaux du groupe parlementaire[2] :

Liste des autres membres :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « RUMP : un nouveau groupe parlementaire », Le Figaro, 27 novembre 2012.
  2. a et b Journal officiel de la République française du 28 novembre 2012, texte 101 sur 138 intitulé « Groupes politiques » : voir le fichier PDF accessible depuis cette section.
  3. a et b « 3 députés rejoignent le groupe filloniste », Le Figaro, 29 novembre 2012.
  4. « Le groupe RUMP dissous à l'Assemblée nationale », Le Figaro, 15 janvier 2013.
  5. « UMP : Copé et Fillon se partagent les postes », Le Figaro, 14 janvier 2013.
  6. http://www.lefigaro.fr/assets/pdf/grouperump.pdf
  7. a et b Rodolphe Geisler, « La stratégie “ouverte mais ferme” de Fillon », Le Figaro, 28 novembre 2012.
  8. « Le groupe filloniste compte un membre de plus », Le Figaro, 30 novembre 2012.

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]