Pietrosella

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Pietrosella
L'église Sainte-Monique.
L'église Sainte-Monique.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Corse
Département Corse-du-Sud
Arrondissement Ajaccio
Canton Taravo-Ornano
Intercommunalité Pieve de l'Ornano
Maire
Mandat
Jean-Baptiste Luccioni
2014-2020
Code postal 20166
Code commune 2A228
Démographie
Population
municipale
1 479 hab. (2014)
Densité 42 hab./km2
Géographie
Coordonnées 41° 50′ 15″ nord, 8° 50′ 48″ est
Altitude Min. 0 m – Max. 728 m
Superficie 35,23 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Corse

Voir sur la carte administrative de Corse
City locator 14.svg
Pietrosella

Géolocalisation sur la carte : Corse-du-Sud

Voir sur la carte topographique de Corse-du-Sud
City locator 14.svg
Pietrosella

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Pietrosella

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Pietrosella

Pietrosella est une commune française située dans le département de la Corse-du-Sud et la région Corse.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Ajaccio vu depuis l'Isolella

Créée en 1857 avec la cession de territoires par la commune de Coti-Chiavari, Pietrosella (Pitrusedda en corse) se situe dans l'Ornano (ancienne pieve d'Ornano). De nos jours elle fait partie du canton de Taravo-Ornano. Pietrosella est une commune du littoral ; sa façade maritime appartient à la rive sud du golfe d'Ajaccio, faisant face à la ville d'Ajaccio sur la rive nord.

Communes limitrophes
Rose des vents Golfe d'Ajaccio Albitreccia Albitreccia Rose des vents
Golfe d'Ajaccio N Cognocoli-Monticchi
O    Pietrosella    E
S
Coti-Chiavari Coti-Chiavari, Cognocoli-Monticchi Cognocoli-Monticchi

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

L'anse de Medea.

Pietrosella fait partie de la Corse hercynienne ancienne (ou Corse occidentale cristalline) couvrant les 2/3 SO de l’île. Son socle comprend des formations géologiques datées entre -320 et -270 Ma, constituées de granites monzonitiques porphyroïdes dans sa partie nord-ouest septentrionale, y compris la presqu'île de l'Isolella, et de granites leucocrates partout ailleurs.

Son territoire occupe les flancs nord-occidentaux de la terminaison à la mer d'un chaînon secondaire s'épaulant, dans le massif du Monte Renoso, sur la Punta Cappella (2 032 m) de la chaîne centrale de l'île. Il est bordé au nord, au sud et à l'est par des lignes de crête dont le culmen est la Punta di Rimonduli (altitude 729 m), « à cheval » sur Albitreccia et Pietrosella. Un chaînon de basse montagne orienté dans un axe nord-sud, sur lequel a été construit le village, partage la partie orientale de la commune. Dans ce vallon coule en direction du nord, le ruisseau de Pietrosella. De ce chaînon, le relief comportant deux petits chaînons centraux orientés à l'ouest, décline jusqu'au rivage du golfe d'Ajaccio. Il est une zone collinaire dont les parties donnant sur le golfe sont de nos jours urbanisées.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le principal cours d'eau communal est le ruisseau de Pietrosella. Il a sa source sur la commune, sous la Punta di Ballatoju (746 m). Il prend le nom de ruisseau d'Aja Piana au nord en entrant sur la commune d'Albitreccia, avant de se jeter dans le ruisseau d'Agosta[1]. Sur la fin de son cours, le ruisseau d'Agosta[2], tributaire du golfe d'Ajaccio, délimite Albitreccia et Pietrosella.

Climat et végétation[modifier | modifier le code]

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Accès routiers[modifier | modifier le code]

Transports[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Antiquité[modifier | modifier le code]

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Temps modernes[modifier | modifier le code]

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

Le , un commando de nationalistes corses (cinq individus encagoulés) plastique la gendarmerie de Pietrosella, prend deux militaires en otage et récupère leurs deux armes de service, des pistolets Beretta 9 mm dont l'un servira à exécuter le préfet Érignac[3].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
2001 en cours Jean-Baptiste Luccioni CSD Cadre
Président du groupe CSD à l'Assemblée de Corse (depuis 2010)[4]
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1861. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[5]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[6],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 1 479 habitants, en augmentation de 19,08 % par rapport à 2009 (Corse-du-Sud : 5,55 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
322 327 299 314 263 291 298 386 303
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
367 360 214 216 150 201 164 122 101
1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2014 -
118 350 738 864 1 028 1 209 1 251 1 479 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2006[8].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

L'école primaire publique se trouve au quartier du Rupione. Le lycée collège Saint Paul se situe à Ajaccio, distant de 25 km du village. L'Université de Corse Pascal-Paoli de Corte se situe à 91 km.

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Santé[modifier | modifier le code]

Culte[modifier | modifier le code]

La commune comporte trois lieux de culte catholiques : l'église paroissiale Saint-Pierre et Saint-Paul, l'église Sainte-Monique et l'église de l'Immaculée Conception, qui relèvent toutes trois du diocèse d'Ajaccio.

Économie[modifier | modifier le code]

Mouillage de Pietrosella

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Monument aux morts
  • Plages et criques du Ruppione

Tour d'Isolella ou des Sette Navi[modifier | modifier le code]

Tour de l'Isolella

La tour génoise a été construite en 1608, à la charge des habitants de la Piève d'Ornano. Elle est inscrite au titre des Monuments historiques[9].

Patrimoine culturel[modifier | modifier le code]

Tour génoise de l'Isolella[modifier | modifier le code]

Cette tour de guet dite tour génoise de l'Isolella, dite tour di i sette navi, inscrite MH, est à l'Inventaire général du patrimoine culturel[10].

Présentation de la commune de Pietrosella[modifier | modifier le code]

La commune de Pietrosella (maisons, tour de guet, four à pain) est reprise à l'Inventaire général du patrimoine culturel[11].

Maisons de Pietrosella[modifier | modifier le code]

Sur les 44 repérées d'un bâti de 1 172 maisons (INSEE), 14 ont été datées du XVIIIe siècle au XXe siècle et étudiées. Elles sont reprises à l'inventaire préliminaire[12].

Église paroissiale Saint-Pierre et Saint-Paul[modifier | modifier le code]

L'église se situe au cœur du village au milieu d"habitations éparpillées. Elle a été construite en 1862, remaniée en 1863, 1867 et 1891. C'est un édifice de plan allongé, à nef unique, voûtée en berceau à lunettes et prolongée d'un chœur par une abside voûtée en cul-de-four. Le campanile à baie libre cintrée, est doté de trois cloches. L'église est reprise à l'Inventaire général du patrimoine culturel[13].

Église Sainte-Monique[modifier | modifier le code]

Intérieur de l'église Sainte-Monique

L'église Sainte-Monique, située au lieu-dit Ghiatone, est la propriété d'une association diocésaine. Elle a été construite en 1976 et comprend des vitraux oeuvres du maître verrier Alain Makaraviez. Elle est reprise à l'Inventaire général du patrimoine culturel[14].

Église de l'Immaculée Conception[modifier | modifier le code]

Construite en 1891, c'est un édifice de plan allongé à chevet plat, formé d'une nef unique voûtée en berceau à lunettes et d'un chœur voûté en berceau plein-cintre. Son campanile à baie libre cintrée, est doté d'une cloche, couronne le mur nord de l'abside. Elle se trouve au lieu-dit Cruciata, et est à l'Inventaire général du patrimoine culturel[15].

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

ZNIEFF[modifier | modifier le code]

La commune est concernée par trois zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique de 2e génération :

Forêt de Coti-Chiavari

D'une superficie de 2 809 ha sur Coti-Chiavari et Pietrosella, le site est composé d’une vaste forêt située à l’est du village de Pietrosella ; il regroupe un nombre important d’espèces animales et végétales déterminantes; notamment plusieurs espèces d’oiseaux forestiers telles que Coccothraustes coccothraustes ou Jynx torquilla. La zone fait l'objet de la fiche ZNIEFF 940030365 - Forêt de Coti-Chiavari[16].

Punta di Sette Nave

La zone a une superficie de 13 ha sur la seule commune de Pietrosella. Elle couvre la presqu'île rocheuse de l'Isolella, sur la rive sud du golfe d'Ajaccio. Très urbanisé avec de nombreuses villas, le site est très fréquenté en été pour ses plages, sa tour génoise et pour ses nombreuses résidences secondaires. La zone recèle deux espèces très rares : Serapias neglecta (que l'on ne trouve en Corse que dans la région ajaccienne) et Gennaria diphylla (uniquement localisée sur Punta di Sette Nave pour la Corse)[17].

Dune de Pascialella - Pinède de Verghia

La zone couvre une superficie de 14 ha des communes de Coti-Chiavari et de Pietrosella. Elle se situe au sud de la presqu’île de l’Isollela, à l’est de l’ancien port de Chiavari. Elle est très fréquentée en été (piétinement et de circulation d’engins motorisés tout terrain), ce qui cause un réelproblème pour les 8 espèces végétales déterminantes et rares recensées, dont : Serapias neglecta, Ranunculus ophioglossifolius et Pseudorlaya pulmina[18].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Sandre, « Fiche cours d'eau - Ruisseau d'Aja Piana (Y8511060) » (consulté le 18 février 2017)
  2. Sandre, « Fiche cours d'eau - Ruisseau d'Agosta (Y8510520) » (consulté le 18 février 2017)
  3. Philippe Valode, Les énigmes de la Ve République, Éditions Générales First, , p. 219
  4. Corse : 2 mois avec sursis pour un maire, Le Figaro, 19 décembre 2012.
  5. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  6. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  9. Notice no PA00099144, base Mérimée, ministère français de la Culture
  10. Notice no IA2A000912, base Mérimée, ministère français de la Culture
  11. Notice no IA2A000908, base Mérimée, ministère français de la Culture
  12. Notice no IA2A000909, base Mérimée, ministère français de la Culture
  13. Notice no IA2A000900, base Mérimée, ministère français de la Culture
  14. Notice no IA2A002556, base Mérimée, ministère français de la Culture
  15. Notice no IA2A001246, base Mérimée, ministère français de la Culture
  16. ZNIEFF 940030365 - Forêt de Coti-Chiavari sur le site de l’INPN.
  17. ZNIEFF 940030567 - Punta di Sette Nave sur le site de l’INPN.
  18. ZNIEFF 940030578 - Dune de Pascialella - Pinède de Verghia sur le site de l’INPN.