Ornano

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Ornano est une ancienne piève de Corse. Située dans le sud-ouest de l'île, elle relevait de la province d'Ajaccio sur le plan civil et du diocèse d'Ajaccio sur le plan religieux.

Géographie[modifier | modifier le code]

La piève d'Ornano désigne l'ensemble des territoires en rive droite du Taravo à l'ouest du col de Granace, c'est-à-dire le canton de Santa-Maria-Siché. Les communes de Pietrosella et Coti-Chiavari et la partie littorale des communes de Grosseto-Prugna (Porticcio) et Albitreccia (Molini) sont les anciennes terres de transhumance hivernale des habitants de la piève et sont tournées vers le golfe d'Ajaccio. L'Ornano est limité à l'est par le col de Granace, accès vers la haute vallée du Taravo (microrégion du Talavo). Au nord et à l'ouest, il est séparé de la vallée du Prunelli par le massif de la Pointe de Mantelluccio qui perd de l'altitude au niveau du col Saint-Georges. Enfin il est limité au sud par la Mer Méditerranée et au sud-est par le cours du Taravo qui le sépare de la piève d'Istria. La toponymie de cette piève est probablement liée la présence d'ornes[1], ou frênes à fleurs, Fraxinus ornus. Ce petit arbre à feuilles caduques, qui pousse spontanément en Corse, supporte remarquablement la sécheresse. Il pousse sur des pentes arides, depuis le littoral jusqu'à des altitudes de 1400 m environ, ce qui correspond bien à la topographie de l'Ornano.

Au XVIe siècle vers 1520, la piève d'Ornano avait pour lieux habités[2] :

La piève d'Ornano désigne, en descendant vers la mer, les villages de :

Rose des vents Ajaccio Cauro Talavo Rose des vents
N Talavo
O    Ornano    E
S
Istria Istria

La piève religieuse[modifier | modifier le code]

L'église piévane, ou "pieve" d'Ornano était l'église Saint-Jean-Baptiste, située dans la commune d'Urbalacone[3].

Au XVIIIe siècle, la piève était encore divisée en 3 vicariats forains :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Petit dictionnaire des noms de lieux corses, Mgr Rodié, évéque d’Ajaccio 1937, édition Pubiroc. [1]
  2. CORSE : Éléments pour un dictionnaire des noms propres.
  3. Geneviève Moracchini-Mazel, Les Églises Romanes de Corse, Paris, Klincksieck, CNRS, , 451 p., p. 370

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]