Ghisonaccia

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Ghisonaccia
Ghisonaccia
Administration
Pays Drapeau de la France France
Collectivité territoriale unique Corse
Circonscription départementale Haute-Corse
Arrondissement Corte
Intercommunalité Communauté de communes de Fium'orbu Castellu
(siège)
Maire
Mandat
Francis Giudici
2020-2026
Code postal 20240
Code commune 2B123
Démographie
Gentilé Ghisonacciais
Population
municipale
4 215 hab. (2020 en augmentation de 4,1 % par rapport à 2014)
Densité 62 hab./km2
Géographie
Coordonnées 42° 01′ 03″ nord, 9° 24′ 20″ est
Altitude 16 m
Min. 0 m
Max. 329 m
Superficie 68,25 km2
Type Commune rurale et littorale
Unité urbaine Ghisonaccia
(ville isolée)
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Ghisonaccia
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
Ghisonaccia
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
Ghisonaccia
Géolocalisation sur la carte : Haute-Corse
Voir sur la carte topographique de la Haute-Corse
Ghisonaccia
Géolocalisation sur la carte : Haute-Corse
Voir sur la carte administrative de la Haute-Corse
Ghisonaccia
Liens
Site web ghisonaccia.fr

Ghisonaccia [ɡizonatʃ(a)] est une commune française située dans la circonscription départementale de la Haute-Corse et le territoire de la collectivité de Corse. Elle appartient à l'ancienne piève d'Aléria.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Ghisonaccia est située au sud de la plaine orientale corse, dans le bassin inférieur du fleuve Fiumorbo, qui borde la commune sur environ quinze kilomètres. Si on excepte une petite zone élevée au nord-ouest, la quasi-totalité du territoire de la commune est à moins de 100 mètres d'altitude, ce qui est exceptionnel en Corse. Le relief, légèrement modelé, s'incline du nord-ouest vers le sud-est.

Le village, qui regroupe la majorité de la population de la commune, est situé au sud de la commune, à la jonction de la grand-route Bastia - Bonifacio et de la route départementale 344 Ghisonaccia - Ghisoni. C'est ici que se trouvent la quasi-totalité des commerces et services : deux supermarchés (trois en été), la Gendarmerie, les Pompiers, un centre administratif départemental, plusieurs médecins, deux pharmacies, une dizaine de bars, hôtels et restaurants, et une trentaine de commerces.

Au nord-est de la commune se trouve l'étang d'Urbino, une lagune de 750 hectares, avec une île et une presqu'île très avancée, la plus importante de la plaine orientale et la seconde de Corse après l'étang de Biguglia ; le plan d'eau communique avec la mer par une passe de 10 mètres de large, entretenue régulièrement à cause de l'ensablement, où on pratique la conchyliculture et l'ostréiculture. Au sud de l'étang s'étend le domaine de Pinia, une zone marécageuse, dont la frange littorale est boisée, classée réserve naturelle, et gérée par le conservatoire du littoral. Plus au sud, entre la plage de Vignale et l'embouchure du Fiumorbo, le bord de mer est occupé par quelques petites installations touristiques.

Le nord-ouest de la commune est agricole, partiellement occupé par des vignobles. Deux hameaux jalonnent la route de Ghisoni :

  • Ghisonaccia-gare (a Gara en corse) : à cinq kilomètres du chef-lieu, là où fut installé en 1880 le terminus provisoire du chemin de fer de la côte orientale, quelques maisons peinent à avoir une vie de village autonome : un bar, un jeu de boules, une fromagerie industrielle, un groupement de taxis (A Nostra Gara).

Tous les ans, pour redonner vie à ce lieu de rencontres et de commerce, le dernier week-end de novembre se déroulent les rencontres du savoir-faire insulaire qui réunissent de nombreux artisans: I Scontri di u Sapè fa.

  • Saint-Antoine (Sant' Antone ou San Anto en corse), quatre kilomètres plus loin, au débouché des gorges du Fiumorbo ; on y trouve une importante cave coopérative vinicole.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

  • Aléria, sur 6 km au nord-est, rive nord de l'étang d'Urbino, ruisseau de Frassone et punta di Paldomo
  • Aghione, sur 5 km au nord, de Paldomo à Aristone et d'Aristone à Vergajola
  • Pietroso, sur 4 km au nord, de Vergajola à la pointe de Corbara
  • Ghisoni, sur 1,2 km au nord-ouest, de Corbara au fleuve Fiumorbo
  • Lugo-di-Nazza, sur 7 km à l'ouest, le long du Fiumorbo, jusqu'au ruisseau de Saltarucco
  • Poggio-di-Nazza, sur 2 km à l'ouest, le long du Fiumorbo, jusqu'au ruisseau de Varagno
  • Prunelli-di-Fiumorbo, sur 8,5 km au sud, le long du Fiumorbo, jusqu'à son embouchure.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Ghisonaccia est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[1],[2],[3]. Elle appartient à l'unité urbaine de Ghisonaccia, une unité urbaine monocommunale[4] de 4 215 habitants en 2020, constituant une ville isolée[5],[6]. La commune est en outre hors attraction des villes[7],[8].

La commune, bordée par la mer Méditerranée, est également une commune littorale au sens de la loi du , dite loi littoral[9]. Des dispositions spécifiques d’urbanisme s’y appliquent dès lors afin de préserver les espaces naturels, les sites, les paysages et l’équilibre écologique du littoral, comme par exemple le principe d'inconstructibilité, en dehors des espaces urbanisés, sur la bande littorale des 100 mètres, ou plus si le plan local d’urbanisme le prévoit[10],[11].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (68,7 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (70,9 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : zones agricoles hétérogènes (32,5 %), cultures permanentes (20,8 %), forêts (11,2 %), eaux maritimes (9,9 %), prairies (8,2 %), terres arables (7,2 %), zones urbanisées (3,3 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (2,6 %), espaces verts artificialisés, non agricoles (1,4 %), zones humides intérieures (1,1 %), espaces ouverts, sans ou avec peu de végétation (1 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (0,8 %)[12]. L'évolution de l’occupation des sols de la commune et de ses infrastructures peut être observée sur les différentes représentations cartographiques du territoire : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et les cartes ou photos aériennes de l'IGN pour la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Ghisonaccia est situé à l'intersection de la grande route de la côte orientale (Bastia - Bonifacio) et d'une pénétrante vers Ghisoni (D 343). Aucune autre route importante ne dessert la commune.

Aucun pont ne permet de traverser le Fiumorbo entre la sortie de l'Inzecca (Pinzalone) et le pont de la RT 10 (ex-RN 198), sur 15 kilomètres. Pour aller à Poggio-di-Nazza (à 2,5 km à vol d'oiseau), il faut faire un détour par Migliacciaro et Abbazia, soit un trajet de 17 kilomètres.

Pour aller à Corte, il faut passer par Aléria. Pour aller à Ajaccio, il faut passer par les gorges du Fiumorbo, Ghisoni et le col de Sorba (altitude 1 311 mètres).

Sur la côte elle-même, la circulation sur la RT 10 (ex-RN 198) est dense, et on joint difficilement Bastia ou Bonifacio (85 km) en moins de 1 heure 30, surtout en été ou le dimanche. La route est officiellement dangereuse : les accidents mortels sont nombreux, notamment dans le secteur de Moriani-plage. Les inondations ne sont pas rares : en , la route a été coupée entre Aléria et Solenzara pendant près de 20 heures à la suite d'un gros orage.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

La commune de Ghisonaccia a été créée en 1845 par démembrement de la commune de Lugo-di-Nazza. Autrefois, Ghisonaccia n'était qu'un simple lieu de transhumance pour les bergers. Dans les années 1960, le boom de l'agriculture permet à la commune de devenir une petite cité prospère. À partir des années 1980, plusieurs agriculteurs lancent le pari fou de créer une activité touristique à la belle saison avec la construction de différentes structures comme le Village de Vacances "Marina d'Oru" au bord de la plage ou encore de nombreux campings aménagés le long du bord de mer.

Au fil des années, l'afflux de milliers de touristes a permis à la commune de Ghisonaccia un essor important pour devenir le village que nous connaissons aujourd'hui.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1848 1860 Jean- Joseph Romani ?  
février 1861   Silvestre Risterucci ?  
mai 1863   Jules- Toussaint Micheli ?  
février 1867 avril 1875 Jacques- Baptiste Giannetti ?  
1875   Antoine- Paul Lusinchi ?  
février 1877 1883 Louis Romani ? Facteur-boitier

Facteur-receveur des postes

février 1885   Antoine- Paul Lusinchi ?  
avril 1894 mars 1899 Joseph Romani ?  
décembre 1902   Jules-François Micaëlli ? Maire de Ghisoni - 50 ans
? septembre 1941 Pierre-François Paolini Parti Pietri 45 ans Révoqué par le Gouvernement de Vichy[13]
Les données manquantes sont à compléter.
1962 juin 1995 Dominique Gambini DVD puis RPR Président de la Chambre d'agriculture de Haute Corse Conseiller général du canton de Ghisoni (1976 → 1994)
juin 1995 2003 Pierre-Jean Paolini UDF puis DVD Agriculteur
Conseiller général du canton de Ghisoni (1994 → 2003)
2003 mars 2008 Marie-Ange Paolini DVD  
mars 2008 en cours Francis Giudici DVD
(Giacobbiste)
Exploitant agricole
Conseiller territorial de l'Assemblée de Corse (2018 → )
Conseiller départemental du canton de Ghisonaccia (2015 → )
Conseiller général du canton de Ghisoni (2004 → 2015)
Maire de Poggio-di-Nazza (1995 → 2008)
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1846. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[14]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[15].

En 2020, la commune comptait 4 215 habitants[Note 2], en augmentation de 4,1 % par rapport à 2014 (Haute-Corse : +5,98 %, France hors Mayotte : +1,9 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1846 1851 1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886
608633713889680777787818776
1891 1896 1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936
8641 0341 1571 1241 0881 0461 1771 2321 191
1946 1954 1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005
9831 0151 5402 4733 2403 2973 2703 1683 279
2006 2010 2015 2020 - - - - -
3 3313 8234 1284 215-----
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[16] puis Insee à partir de 2006[17].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'église Saint-Michel de Ghisonaccia, moderne, est remarquable par sa décoration intérieure d'inspiration byzantine (fresques de N. Giannakakis, 1980-1983), notamment sur toute la voûte de la nef.
  • La plage de Vignale, immense plage de sable fin auprès de laquelle se sont progressivement installées des « marinas », qui abritent en saison une population équivalente à celle du reste de la commune.
  • Le domaine de Pinia, vaste étendue partiellement marécageuse située entre le bourg de Ghisonaccia et la mer au nord de la route de la mer, est une zone de nature protégée, propriété du conservatoire du littoral. On y accède, à pied ou en véhicule tout-terrain, depuis Vignale.
  • L'étang d'Urbino, le plus grand de la plaine orientale et le second de l'île par son étendue, n'est malheureusement accessible que par une route en cul de sac aboutissant à un restaurant et une boutique de souvenirs. Les amateurs de nature peuvent parvenir au « grau » de communication entre l'étang et la mer en marchant le long de la plage de sable qui borde le domaine de Pinia sur environ cinq kilomètres depuis Vignale.

Les deux arbres remarquables de la commune :

  • Le pistachier lentisque, élu « arbre de l'année 2011 » par un jury présidé par l’écrivain Didier van Cauwelaert, auteur du Journal intime d’un arbre. Environ 1 000 ans. Certaines de ses branches atteignent 1,50 m de circonférence, presque autant que le tronc (1,90 m), et son houppier couvre une surface de près de 80 m2.
  • L'« Arburacellu » (littéralement « arbre-oiseau »), un chêne-liège d'un âge modeste (200 ans), sculpté par la nature : les excroissances de son tronc lui donnent selon l'angle de vue le profil d'un gigantesque oiseau. Il a été lauréat du concours de l'« arbre de l’année 2018 » en France[18] (3 053 votes sur 12 000 votes), et 4e finaliste du concours « Arbre européen de l'année 2019 »[19] ( 29 140 voix sur 311 772 ). Un arbre

L'aérodrome de Ghisonaccia Alzitone, peu fréquenté, est le siège d'une fête aérienne annuelle.

Le petit oratoire champêtre dédié à Saint Antoine, proche du hameau du même nom sur la route de Ghisoni, où se tient une cérémonie chaque année le .

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2023, millésimée 2020, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2022, date de référence statistique : 1er janvier 2020.

Cartes[modifier | modifier le code]

  1. IGN, « Évolution comparée de l'occupation des sols de la commune sur cartes anciennes », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ).

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Typologie urbain / rural », sur observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  2. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  3. « Comprendre la grille de densité », sur observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  4. « Unité urbaine 2020 de Ghisonaccia », sur insee.fr (consulté le ).
  5. « Base des unités urbaines 2020 », sur insee.fr, (consulté le ).
  6. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur insee.fr, (consulté le ).
  7. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  8. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  9. « Les communes soumises à la loi littoral. », sur observatoire-des-territoires.gouv.fr, (consulté le ).
  10. « La loi littoral »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur collectivites-locales.gouv.fr (consulté le ).
  11. « Loi relative à l’aménagement, la protection et la mise en valeur du littoral. », sur cohesion-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  12. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le ).
  13. « Journal officiel de la République française. Lois et décrets », sur Gallica, .
  14. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  15. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  16. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  17. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019 et 2020.
  18. « Concours de L’Arbre de l’Année 2018 », sur arbredelannee.com (consulté le ).
  19. « European Tree of the Year », sur treeoftheyear.org (consulté le ).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]