Université de Corse-Pascal-Paoli

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher


image illustrant une université
Cet article est une ébauche concernant une université.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Université de Corse-Pascal-Paoli
Image illustrative de l'article Université de Corse-Pascal-Paoli
Devise Studià hè Libertà
Informations
Fondation 1981
Type Université publique
Localisation
Coordonnées 42° 17′ 57″ nord, 9° 09′ 12″ est
Ville Corte
Pays Drapeau de la France France
Région Collectivité territoriale de Corse
Campus 4 sites : Corte, Ajaccio, Bastia, Cargèse
Direction
Président Paul-Marie Romani
Chiffres clés
Personnel 360
Étudiants Environ 4 000
Divers
Site web www.univ-corse.fr

Géolocalisation sur la carte : Corse

(Voir situation sur carte : Corse)
Université de Corse-Pascal-Paoli

L'université de Corse-Pascal-Paoli (UCPP) est un établissement français d'enseignement supérieur. Il s'agit de la seule université présente en Corse.

L'université de Corse accueille environ 4 000 étudiants. Son siège est à Corte, capitale historique de la Corse, dans le département de la Haute-Corse.

Histoire[modifier | modifier le code]

L'université de Corse à l'époque contemporaine[modifier | modifier le code]

L'actuelle université ouvre en 1981, à la suite d'une forte mobilisation populaire. Dans le domaine de la recherche, trois plates-formes de recherche et développement ont émergé, en partenariat avec de grands organismes de recherche et des groupes industriels : Myrte et Paglia Orba en matière d’énergies renouvelables ; Stella Mare en matière de ressources halieutiques.

Autonome depuis le 1er janvier 2009, l'université de Corse a créé sa fondation universitaire - « A Fundazione di l'Università di Corsica » -, présidée par Francine Demichel.

En 2011, elle a célébré ses trente ans d'activité.

Composantes[modifier | modifier le code]

Unités de formation et de recherche[modifier | modifier le code]

  • UFR Lettres, Langues, Arts, Sciences humaines et sociales
  • UFR Droit, Sciences économiques et Gestion
  • UFR Sciences et Techniques

Écoles et instituts[modifier | modifier le code]

Formation et recherche[modifier | modifier le code]

Domaines[modifier | modifier le code]

Son positionnement thématique s’appuyant sur une stratégie de niches, l’université de Corse a articulé son identité scientifique autour de huit projets pluridisciplinaires labellisés au plus haut niveau par le CNRS :

  • énergies renouvelables : étude et gestion des systèmes à source renouvelable d’énergie ;
  • les eaux en Méditerranée : étude et gestion de la disponibilité et de la qualité de cette ressource ;
  • feux de forêt : étude des risques, décisions et politiques publiques dans le domaine des feux de forêt ;
  • ressources naturelles : analyse et valorisation des ressources naturelles, notamment des agro-ressources ;
  • dynamiques des territoires et du développement durable : analyse des recompositions territoriales dues aux pressions des activités économiques sur l’environnement ;
  • identités, cultures : analyse des processus de patrimonialisation et valorisation des patrimoines ;
  • technologie de l’Information et de la Communication (TIC) : articulation de la recherche scientifique et technologique dans le cadre du Web 2.0.
  • champs ondes mathématiques et applications (COMPA)

Relations internationales[modifier | modifier le code]

L'université de Corse est membre du seul Pôle de recherche et d'enseignement supérieur transnational - le PRES euro-méditerranéen - qui regroupe les universités de Nice-Sophia Antipolis, Sud Toulon Var, Paris-VI, Gênes et Turin.

L'université de Corse a aussi impulsé en juillet 2010 la création du Réseau d’excellence des territoires insulaires (RETI) qui rassemble et engage 26 universités insulaires dans des collaborations aussi bien pédagogiques que scientifiques.

Vie étudiante[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

Évolution démographique de la population universitaire

2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007
3 509[1] 3 587[2] 3 507[3] 3 441[4] 3 572[5] 3 789[6] 3 932[7] 4 058[8]
2008 2009 2010 2011 - - - -
3 761[9] 3 714[10] 3 820[11] 3 732[12] - - - -

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jean-Richard Cytemann, Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2001, Imprimerie nationale, p. 161, (ISBN 2-11-092136-6), consulté sur www.education.gouv.fr le 10 août 2010
  2. Jean-Richard Cytemann, Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2002, Imprimerie nationale, p. 159, (ISBN 2-11-092152-8), consulté sur www.education.gouv.fr le 10 août 2010
  3. Claudine Peretti, Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2003, Imprimerie nationale, p. 155, (ISBN 2-11-093455-7), consulté sur www.education.gouv.fr le 10 août 2010
  4. Claudine Peretti, Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2004, Imprimerie nationale, p. 159, (ISBN 2-11-094345-9), consulté sur www.education.gouv.fr le 10 août 2010
  5. Claudine Peretti, Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2005, Imprimerie nationale, p. 175, (ISBN 2-11-095390 X), consulté sur www.education.gouv.fr le 10 août 2010
  6. Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2006, Imprimerie nationale, p. 179, consulté sur www.education.gouv.fr le 10 août 2010
  7. Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2007, Imprimerie nationale, p. 181, consulté sur www.education.gouv.fr le 10 août 2010
  8. Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2008, Imprimerie nationale, p. 173, consulté sur www.education.gouv.fr le 10 août 2010
  9. Daniel Vitry, Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2009, Imprimerie moderne de l’Est, p. 175, (ISBN 978-2-11-097805-9), consulté sur www.education.gouv.fr le 10 août 2010
  10. Michel Quéré, Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2010, Imprimerie moderne de l’Est, p. 173, (ISBN 978-2-11-097819-6), consulté sur www.education.gouv.fr le 17 septembre 2010
  11. Michel Quéré, Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2011, Imprimerie moderne de l’Est, p. 175, (ISBN 978-2-11-097810-3), consulté sur www.education.gouv.fr le 2 septembre 2011
  12. Michel Quéré, Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2012, Imprimerie moderne de l’Est, p. 177, (ISBN 978-2-11-099368-7), consulté sur www.education.gouv.fr le 30 août 2012

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Eugène F.-X. Gherardi, Aux origines de l’université de Corse, Histoire de l’école en Corse, sous la direction de Jacques Fusina, Ajaccio, Albiana, coll. Bibliothèque d’histoire de la Corse, 2003, p. 117-174.
  • Francis Pallenti, Pascal Paoli. La Leçon d'un citoyen du ciel, Ajaccio, Albiana, coll. Prova, 2004, 106 pages.
  • Antoine Laurent Serpentini, L'Université de Pascal Paoli, Pasquale de Paoli. La Corse au cœur de l'Europe des Lumières, Corte, musée de la Corse, Albiana, 2007, p. 163-171.
  • Jean-Baptiste Calendini, Vannina Bernard-Leoni (dir.), 'Studià in Corsica, Une histoire de notre université, Ajaccio, coédition Albiana-université de Corse, 2011.

Liens externes[modifier | modifier le code]