Sarrola-Carcopino

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Sarrola-Carcopino
Sarrola-Carcopino
L'aqueduc de Mezzana.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Collectivité territoriale unique Corse
Circonscription départementale Corse-du-Sud
Arrondissement d'Ajaccio
Intercommunalité Pays Ajaccien
Maire
Mandat
Alexandre Sarrola
2020-2026
Code postal 20167
Code commune 2A271
Démographie
Population
municipale
3 268 hab. (2018 en augmentation de 41,41 % par rapport à 2013)
Densité 121 hab./km2
Géographie
Coordonnées 42° 01′ 43″ nord, 8° 50′ 36″ est
Altitude Min. 15 m
Max. 1 133 m
Superficie 27,01 km2
Type Commune rurale
Unité urbaine Ajaccio
(banlieue)
Aire d'attraction Ajaccio
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Gravona-Prunelli
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Corse
Voir sur la carte administrative de Corse
City locator 14.svg
Sarrola-Carcopino
Géolocalisation sur la carte : Corse
Voir sur la carte topographique de Corse
City locator 14.svg
Sarrola-Carcopino
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Sarrola-Carcopino
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Sarrola-Carcopino
Liens
Site web https://www.sarrola-carcopino.com

Sarrola-Carcopino est une commune française située dans la circonscription départementale de la Corse-du-Sud et le territoire de la collectivité de Corse. Elle appartient à l'ancienne piève de Mezzana dont elle était le chef-lieu.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Sarrola Carcopino est une vaste commune qui s'étend du village jusqu'à la plaine de Mezzavia. Elle appartient à l'espace périurbain d'Ajaccio.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Sarrola-Carcopino est desservie par le chemin de fer à la gare de Mezzana et la halte d'Effrico sur la ligne de Bastia à Ajaccio.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Sarrola-Carcopino est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[1],[2],[3].Elle appartient à l'unité urbaine d'Ajaccio, une agglomération intra-départementale regroupant 5 communes[4] et 82 128 habitants en 2017, dont elle est une commune de la banlieue[5],[6].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction d'Ajaccio, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 79 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[7],[8].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom en corse de la commune est Sarrula.

Histoire[modifier | modifier le code]

Economie[modifier | modifier le code]

Sur le territoire de la commune est implanté le centre commercial Atrium, plus grand centre commercial de Corse avec notamment l'hypermarché Auchan.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1946 2006 Noël Sarrola MRG puis PRG Conseiller général (1957-2007)
Président du conseil général (2001-2004)
2007 En cours Alexandre Sarrola DVG puis DVD Fonctionnaire
Conseiller général (2007-2015)
Conseiller départemental "union de la droite" depuis 2015
Les données manquantes sont à compléter.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune fait partie de la communauté d'agglomération du Pays Ajaccien.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1800. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[9]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[10].

En 2018, la commune comptait 3 268 habitants[Note 3], en augmentation de 41,41 % par rapport à 2013 (Corse-du-Sud : +5,78 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851 1856
421443511550605643710930759
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
930949834927931974905900761
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
878756796816830876601698511
1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015 2018
5345088121 4241 8011 8302 0442 5883 268
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[11] puis Insee à partir de 2006[12].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Jérôme Carcopino (1881-1970), grand maître de l’Antiquité, universitaire demeurant une référence incontestée, un épigraphiste renommé et eu un rôle essentiel dans le domaine de l’archéologie (désormais intégrée dans la Code du Patrimoine). Il a favorisé la recherche à Aleria, intervenant autant pour les investigations de terrain que pour la conservation du mobilier exhumé que pour la préservation du site antique. Il fut ministre de Vichy, mais il sera absous par la Haute Cour en . Il entrera à l'Académie française en 1951.
  • Noël Sarrola (1919-2007), homme politique, maire de la commune de 1946 à 2006, président du conseil général de 2001 à 2004. Une place publique porte son nom[13]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 9 avril 2021).
  2. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 9 avril 2021).
  3. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 9 avril 2021).
  4. « Unité urbaine 2020 d'Ajaccio », sur https://www.insee.fr/ (consulté le 9 avril 2021).
  5. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le 9 avril 2021).
  6. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur insee.fr, (consulté le 9 avril 2021).
  7. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Pleyben - Châteaulin », sur insee.fr (consulté le 9 avril 2021).
  8. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 9 avril 2021).
  9. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  10. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  11. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  12. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  13. « Une place publique et une stèle pour rendre hommage à Noël Sarrola », Corse Matin, 7 septembre 2012

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :