San-Nicolao

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

San-Nicolao
San-Nicolao
L'église paroissiale Saint-Nicolas.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Collectivité territoriale unique Corse
Circonscription départementale Haute-Corse
Arrondissement Corte
Intercommunalité Communauté de communes de la Costa Verde
Maire
Mandat
Marie-Thérèse Olivesi
2020-2026
Code postal 20230
Code commune 2B313
Démographie
Population
municipale
2 031 hab. (2018 en augmentation de 12,52 % par rapport à 2013)
Densité 263 hab./km2
Géographie
Coordonnées 42° 22′ 30″ nord, 9° 31′ 15″ est
Altitude 250 m
Min. 0 m
Max. 922 m
Superficie 7,73 km2
Type Commune rurale et littorale
Unité urbaine Penta-di-Casinca
(ville-centre)
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Castagniccia
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Corse
Voir sur la carte administrative de Corse
City locator 14.svg
San-Nicolao
Géolocalisation sur la carte : Corse
Voir sur la carte topographique de Corse
City locator 14.svg
San-Nicolao
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
San-Nicolao
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
San-Nicolao

San-Nicolao est une commune française située dans la circonscription départementale de la Haute-Corse et le territoire de la collectivité de Corse. Elle appartient à l'ancienne piève de Moriani dont elle était le chef-lieu.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

San-Nicolao est situé sur la façade nord-est de la Corse, à 37 kilomètres au sud de Bastia et à 28,9 kilomètres au nord d'Aléria.

San-Nicolao est limitrophe de trois communes : Santa-Maria-Poggio au sud, surplombé à l'ouest par San-Giovanni-di-Moriani et Santa-Lucia-di-Moriani au nord.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune de San-Nicolao est traversée par plusieurs cours d'eau :

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

La commune s'étend sur 7,73 km2. Elle présente une partie sur la plaine et une partie en montagne.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Voies routières[modifier | modifier le code]

Moriani-Plage est traversé par la RT 10 (ex-RN 198) qui relie Bonifacio et Casamozza par le littoral.

La partie haute de la commune est traversée par la D 330 appelée la route de la Corniche, elle relie Cervione à Taglio-Isolaccio par la montagne. Elle traverse Santa-Maria-Poggio, San-Nicolao, Santa-Lucia-di-Moriani, Poggio-Mezzana, Velone-Orneto, Talasani et Pero-Casevecchie.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

San-Nicolao est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[1],[2],[3].Elle appartient à l'unité urbaine de Penta-di-Casinca, une agglomération intra-départementale regroupant 7 communes[4] et 9 501 habitants en 2017, dont elle est ville-centre[5],[6]. La commune est en outre hors attraction des villes[7],[8].

La commune, bordée par la mer Méditerranée, est également une commune littorale au sens de la loi du , dite loi littoral[9]. Des dispositions spécifiques d’urbanisme s’y appliquent dès lors afin de préserver les espaces naturels, les sites, les paysages et l’équilibre écologique du littoral, comme par exemple le principe d'inconstructibilité, en dehors des espaces urbanisés, sur la bande littorale des 100 mètres, ou plus si le plan local d’urbanisme le prévoit[10],[11].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des forêts et milieux semi-naturels (59,1 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (59,2 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (51,9 %), zones agricoles hétérogènes (20,7 %), zones urbanisées (16,6 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (7,2 %), cultures permanentes (3,6 %)[12].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[13].

Hameaux constituant San-Nicolao[modifier | modifier le code]

San-Nicolao est historiquement constitué de huit hameaux qui forment la commune[14] :

  • le hameau de Castellana ;
  • le hameau de Fano ;
  • le hameau de Mucchio ;
  • le hameau de Moriani-Plage, partie de la commune sur la plaine ;
  • le hameau de Piedigrado ;
  • le hameau de Raggia, aujourd'hui à l'état de ruine ;
  • le hameau de Ribbiola ;
  • le hameau de Rusticaccia, aujourd'hui disparu.

Logements[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

La commune se nomme San-Nicolao en référence à saint Nicolas (San Nicola en italien, San Nicolaiu en corse).

En corse, la commune se nomme Santu Niculaiu di Moriani (prononcé [sɑ̃ŋ.tu ni.gu.ˌlaː.ju i mo.ˈrjɑ̃ː.ni]). Moriani-Plage est une station balnéaire de la commune.

Histoire[modifier | modifier le code]

Lors de la conquête française la notion de commune n'existait pas, les villages étaient rassemblés en pievi. Les différents hameaux qui constituent aujourd'hui la commune de San-Nicolao faisaient partie de la pieve de Moriani qui elle-même appartenait à la province d'Aléria et au diocèse de Mariana[14].

La commune de San-Nicolao est créée en 1790[14].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1900 1905 Antoine Louis Marchetti    
1905 1908 Louis Philippe Marchetti    
1908 1914 Antoine Marchetti    
1914 1916 Joseph Mannoni   Conseiller délégué
1916 1919 Antoine Marchetti    
1919 1923 Mathieu David Gallucci    
1923 1925 Don Augustin Gigantei    
1925 1935 Louis Marchetti    
1935 1940 Eugène Sébastien Brocca    
1940 1943 Séraphin Brocca   Délégation spéciale
1943 1945 Louis Marchetti    
1945 1965 Jean Tafani    
1965 1984 Ange Simonpaoli    
1984 mars 2001 Jean-Claude Bonaccorsi RPR Avocat honoraire
Député de la 2e circonscription de la Haute-Corse (1995 → 1997)
Conseiller général du canton de Campoloro-di-Moriani (1985 → 1998)
Conseiller à l'Assemblée de Corse (1998 puis 1999 → 2001)
mars 2001 juin 2007[15]
(décès)
Claude Olivesi PS puis DVG Maître de conférences à l'université de Corte et politologue
Conseiller général du canton de Campoloro-di-Moriani (1998 → 2007)
Vice-président du conseil général (2004 → 2007)
Président de la CC de la Costa Verde
août 2007[16] En cours
(au 19 janvier 2021)
Marie-Thérèse Olivesi DVG Membre du conseil exécutif (2010 → 2015)
Conseillère à l'Assemblée de Corse (2010 puis 2015 → 2017)
Réélue en 2008, 2014 et 2020
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1800. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[17]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[18].

En 2018, la commune comptait 2 031 habitants[Note 2], en augmentation de 12,52 % par rapport à 2013 (Haute-Corse : +5,69 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851 1856
490543523618611606604256612
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
631588569599753688710715714
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
804816667912589750510519573
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008 2013
6827318671 0611 3161 4921 5181 5431 805
2018 - - - - - - - -
2 031--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[19] puis Insee à partir de 2006[20].)
Histogramme de l'évolution démographique
Pyramide des âges en 2012 en nombre d'individus[21]
HommesClasse d’âgeFemmes
86 
75 à plus
146 
162 
60 à 74
170 
147 
45 à 59
205 
159 
30 à 44
157 
119 
15 à 29
136 
148 
0 à 14
154 

Enseignement[modifier | modifier le code]

San-Nicolao est pourvu d'une école maternelle et d'une école élémentaire toutes les deux publiques qui se trouvent à Moriani-Plage près de la Mairie.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 9 avril 2021).
  2. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 9 avril 2021).
  3. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 9 avril 2021).
  4. « Unité urbaine 2020 de Penta-di-Casinca », sur https://www.insee.fr/ (consulté le 9 avril 2021).
  5. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le 9 avril 2021).
  6. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur insee.fr, (consulté le 9 avril 2021).
  7. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le 9 avril 2021).
  8. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 9 avril 2021).
  9. « Les communes soumises à la loi littoral. », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr, (consulté le 9 avril 2021).
  10. « La loi littoral », sur www.collectivites-locales.gouv.fr (consulté le 9 avril 2021).
  11. « Loi relative à l’aménagement, la protection et la mise en valeur du littoral. », sur www.cohesion-territoires.gouv.fr (consulté le 9 avril 2021).
  12. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le 28 mai 2021)
  13. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le 28 mai 2021). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  14. a b et c Pascal Marchetti, San Nicolao : Notes et documents, Ajaccio, Édition Piazzola, , 114 p. (ISBN 978-2-915410-97-6).
  15. Maria Lanfranchi, « Claude Olivesi est décédé, terrassé par une crise cardiaque hier », sur Alta Frequenza,
  16. Francescu Maria Antona, « Marie-Thérèse Olivesi élue maire de San Nicolao », sur Alta Frequenza,
  17. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  18. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  19. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  20. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  21. Pyramide des âges de San-Nicolao 2012 sur le site de l'Insee
  22. Commune de San Nicolao: Patrimoine historique
  23. Notice no PA00099243, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  24. Castagniccia Mare e Monti: Cascade de l’Ucelluline
  25. « U Nuvellaghju », Paesi di Corsica, no 8,‎ , p. 357 (lire en ligne).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :