Sari-Solenzara

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Solenzara.
image illustrant une commune de la Corse-du-Sud
Cet article est une ébauche concernant une commune de la Corse-du-Sud.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?). Le bandeau {{ébauche}} peut être enlevé et l’article évalué comme étant au stade « Bon début » quand il comporte assez de renseignements encyclopédiques concernant la commune.
Si vous avez un doute, l’atelier de lecture du projet Communes de France est à votre disposition pour vous aider. Consultez également la page d’aide à la rédaction d’un article de commune.

Consultez la liste des tâches à accomplir en page de discussion.

Sari-Solenzara
L'église de Sari
L'église de Sari
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Corse
Département Corse-du-Sud
Arrondissement Sartène
Canton Bavella
Intercommunalité Communauté de communes de la Côte des Nacres
Maire
Mandat
Jean Toma
2014-2020
Code postal 20145
Code commune 2A269
Démographie
Gentilé Sarais ou Solenzarais
Population
municipale
1 391 hab. (2013)
Densité 19 hab./km2
Géographie
Coordonnées 41° 50′ 09″ Nord 9° 22′ 26″ Est / 41.8358333333, 9.37388888889
Altitude Min. 0 m – Max. 1 085 m
Superficie 73,85 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Corse

Voir sur la carte administrative de Corse
City locator 14.svg
Sari-Solenzara

Géolocalisation sur la carte : Corse

Voir sur la carte topographique de Corse
City locator 14.svg
Sari-Solenzara

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Sari-Solenzara

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Sari-Solenzara

Sari-Solenzara est une commune française située dans le département de la Corse-du-Sud et la collectivité territoriale de Corse. La commune portait le nom de Sari-di-Porto-Vecchio jusqu'en 1985.

Située à l'extrémité septentrionale du Freto (région de Porto-Vecchio et Bonifacio), la commune littorale de Sari-Solenzara se trouve à mi-chemin entre Porto-Vecchio et Aléria, au pied du massif de Bavella.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

La commune de Sari-Solenzara est située à l'extrémité méridionale de la plaine orientale, entre Aléria et Porto-Vecchio. Arrosée par la Solenzara, elle constitue sur la côte orientale l'extrémité nord du territoire de la Corse-du-Sud.

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Sari-Solenzara occupe la rive gauche des basse et moyenne vallées de la Solenzara, qui limite le territoire communal au nord et au nord-ouest. La commune est principalement couverte de collines d'altitude inférieure à 600 mètres, avec les exceptions notables du massif des Ferriate (1 085 m) et des escarpements de la Punta Batarchione (976 m).

En dépit des frontières naturelles très marquées (massif de Bavella) qui délimitent le bassin versant de la Solenzara, le territoire communal est privé des terres situées en rive gauche des basse et moyenne vallées (dépendant de Solaro) ainsi que de la haute vallée de la Solenzara (dépendant de Quenza). Situé en haute vallée, l'ancien village presque déserté d'Argiavara, dont les habitants ont fondé Sari, est donc exclu de la commune.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Solaro Solaro Mer Tyrrhénienne Rose des vents
Quenza N Mer Tyrrhénienne
O    Sari-Solenzara    E
S
Conca Conca Mer Tyrrhénienne

Urbanisme[modifier | modifier le code]

L'habitat est majoritairement réparti en deux zones de peuplement qui donnent à la commune son nom actuel :

  • Solenzara, petit port de plaisance situé à l'embouchure du fleuve éponyme ;
  • le village de Sari, situé à 400 mètres d'altitude. Il est composé de deux quartiers : San Quilico et la Penna.

Les principales criques du littoral de la commune (Cala d'Oru, Cannella et Tanone) ainsi que le hameau de Togna (situé à quelques centaines de mètres au nord de Sari) sont caractérisés par l'implantation progressive de constructions récentes mais ne forment aucun noyau de peuplement notable à l'exception de Favone, agglomération principalement située sur la commune de Conca.

Voies d'accès et transports[modifier | modifier le code]

La commune comporte un carrefour entre deux axes routiers majeurs. La RT 10 (ex-RN 198) desservant l'axe Bastia-Bonifacio parcourt le littoral de la commune tandis que la RD 268, principal maillon de l'axe Sartène-Aléria, remonte la vallée vers le col de Bavella.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le 10 mars 1943 le sous-marin Casabianca récupère sur la commune, exactement à l'anse de Favone, deux agents de la mission secrète Pearl Harbour, Toussaint Griffi et Laurent Preziosi.

Ils ont rayonné sur toute l'île depuis leur arrivée le pour coordonner les réseaux de résistance et obtenir leurs accords en vue d'un débarquement rapide des troupes françaises. Repérés et activement recherchés par l'OVRA, leur présence en Corse devenait dangereuse pour les réseaux. La décision fut prise par les services spéciaux de la Défense Nationale établis à Alger, par échange radio avec Pierre Griffi, de leur ordonner de retourner à Alger.

Partis d'Ajaccio le 7 mars après une dernière réunion le 4 mars chez les Stefanaggi, ils séjournèrent dans un hôtel de Sari-Solenzara dans l'attente du sous-marin. Ils embarquèrent le 10 mars avec cinq sous mariniers qui n'avaient pu regagner le Casabianca lors de son précédent passage à cause d'une tempête. Ils furent escortés notamment jusqu'au rivage, la nuit tombée, par Jean Nicoli, André Giusti, François Carli et Pierre Griffi qui restera pour terminer sa mission de radio.

Le 2 janvier 1962, on enregistra dans la commune une température record pour une commune de France métropolitaine en cette période de l'année : 25.5°C. Il en est de même pour le mois de novembre avec 31,4° le 10 novembre 1985.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1989 mars 1994 Camille Poli    
mars 1994 février 2001 Augustin Bassi    
mars 2001 2008 Jean Toma DVD  
2008 en cours Jean-Toussaint Toma MoDem puis UDI Retraité
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2013, la commune comptait 1 391 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1800. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851 1856
366 257 220 209 225 249 312 330 384
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
446 665 606 807 713 741 721 724 717
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
710 820 660 673 484 719 505 509 611
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011 2013
915 1 141 1 399 1 178 1 102 1 169 1 227 1 382 1 391
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[2].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

La mairie annexe à Solenzara
Le monument aux morts de Sari
La croix qui se trouve sur le point de vue dominant la vallée et la mer
  • Le port de plaisance.
  • Le mont Santu (Monte Santu), accessible par Sari-village.
  • La via ferrata de "Buccarona", accessible en remontant la Solenzara par la D 268.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Bernard Poli, commandant de bataillon sous Napoléon et qui repoussa par deux fois le marquis de Rivière lors de deux batailles dans le Fiumorbo.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2011, 2013.