Cognocoli-Monticchi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cognocoli-Monticchi
Image illustrative de l'article Cognocoli-Monticchi
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Corse
Département Corse-du-Sud
Arrondissement Ajaccio
Canton Taravo-Ornano
Intercommunalité Pieve de l'Ornano
Maire
Mandat
Ange-Marie Aliotti
2014-2020
Code postal 20123
Code commune 2A091
Démographie
Gentilé Cognocolais
Population
municipale
165 hab. (2014)
Densité 4,6 hab./km2
Géographie
Coordonnées 41° 49′ 45″ nord, 8° 54′ 22″ est
Altitude 335 m (min. : 9 m) (max. : 857 m)
Superficie 35,77 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Corse

Voir sur la carte administrative de Corse
City locator 14.svg
Cognocoli-Monticchi

Géolocalisation sur la carte : Corse-du-Sud

Voir sur la carte topographique de Corse-du-Sud
City locator 14.svg
Cognocoli-Monticchi

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Cognocoli-Monticchi

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Cognocoli-Monticchi

Cognocoli-Monticchi est une commune française située dans le département de la Corse-du-Sud et la région Corse. Située dans le canton de Santa Maria Sicchè, elle regroupe trois hameaux : Cognocoli qui en est le chef-lieu, le village de Marato et celui de Pratavone, connu pour ses vignes. L'ancien hameau de Monticchi est aujourd'hui abandonné.

Géographie[modifier | modifier le code]

Accès[modifier | modifier le code]

Lieux-dits[modifier | modifier le code]

Marato, Monticchi (ruines), Pratavone.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Pietrosella Albitreccia,
Bisinao
Albitreccia Rose des vents
Coti-Chiavari,
Bocca di Gradello
N Guargualé
O    Cognocoli-Monticchi    E
S
Serra-di-Ferro,
Stiliccione
Sollacaro,
au-delà du Taravo
Pila-Canale

Relief[modifier | modifier le code]

Géologie[modifier | modifier le code]

Hydrographie[modifier | modifier le code]

L'ensemble des cours d'eau de la commune appartiennent au bassin du Taravo, fleuve délimitant l'extrémité sud du territoire de la commune sur 500 mètres.

Le plus important affluent du Taravo est L'Impennatu, ruisseau qui coule au fond de la vallée de Cognocoli.

Les autres ruisseaux répertoriés sont[1] :

  • Les affluents du Taravo : le ruisseau de Favale (sous-affluents : ruisseau de Ciucciaja, ruisseau de Vignone et ruisseau de Vangone);
  • Les affluents de l'Impennatu : le ruisseau de Terminelli (sous-affluent : ruisseau de Catarelli), le suisseau de Codalbello (sous-affluents : ruisseau de Finosa et ruisseau de Fica Bianca), le ruisseau de Vetriciccia, le ruisseau de Porcareccia, le ruisseau de Macinelli et le ruisseau de Carne (sous-affluent : ruisseau de Bragaleto).

La fontaine à la sortie du village sur la route de Pila-Canale possède une réputation qui la rend très fréquentée l'été.

Climat[modifier | modifier le code]

Ville Ensoleillement
(h/an)
Pluie
(mm/an)
Moyenne nationale 1 973 770
Cognocoli-Monticchi ' '
Paris 1 661 637
Nice 2 724 733
Strasbourg 1 693 665
Brest 1 605 1 211

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom corse de la commune, Cugnòculu viendrait de cunicolo qui signifie petit lapin. Muntichji pourrait venir de monticule[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Cognocoli dans la pieve d'Ornano

Dix moulins étaient implantés sur la commune, huit étaient pour la farine et deux pour l'huile :

  • "Molinello" : moulin à farine fermé en 1883, pressoir actif en 1892 ;
  • "Valdo" : moulin à farine avant 1881, usine à huile de 1881-1893 ;
  • "Minaguccio" : moulin à farine créé en 1857 ;
  • "Pollaja" : moulin à huile créé en 1824, puis moulin à farine ;
  • "Topa vecchia" : moulin à farine fermé avant 1883 ;
  • "Molino del nuovo" : créé en 1633, agrandi en 1881 et désaffecté en 1898 ;
  • "Noce" : moulin à farine actif en 1883 ;
  • "Giambarone" : ancien moulin devenu bâtiment rural en 1883 ;
  • "Impennato" : fermé avant 1883 ;
  • "Zuognarello" : fermé avant 1883.

C'est à Ciorfoli, lieu-dit de Cognocoli-Monticchi, que s'établit en 1906 une colonie libertaire, initiée par Maurice Fournié[3] et qui compta jusqu'à six participants. Elle fut créée grâce au soutien de Louis Costa, notaire à Cognocoli, secrétaire de la fédération socialiste corse et sympathisant du mouvement anarchiste.

Article détaillé : Colonie libertaire de Ciorfoli.

Le 11 juin 2014, le ministre de l’intérieur Bernard Cazeneuve, à l'occasion de son premier déplacement officiel en Corse, vient en "visite privée" à Cognocoli et parcourt les ruelles du village, faisant un discours devant la maison en ruines ayant appartenu à son arrière grand-mère paternelle[4].

Le 2 septembre 2014, un incendie brûle deux à trois hectares de maquis au lieu-dit Pedilonga, necessitant l'intervention de trois canadairs et d'un hélicoptère bombardier d'eau[5].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Municipalité[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
  1821 Jean-Baptiste Colonna d'Ornano    
1821 1822 Pierre Antoine Costa    
1822 1825 Napoléon Santini    
1825 1831 Jean-François Casanova    
1831 1843 Jean-Baptiste Passano    
1843 1848 Casanova    
1848 1859 Jean-Baptiste Passano    
1860 1866 Jean-Louis Passano    
1866 1876 Santini    
1876 1878 Jacques Sébastien Casanova    
1878 1888 Amédée Costa    
1888 1891 Jules Casanova    
1891 1893      
1893 1895 Dominique Antoine Cotoni    
1895 1896 Dieudonné Santini    
1896 1908 Ange Costa    
1908   Pierre André Passano    
  1983 Georges Moret    
1983 2001 Laurent Costa PS Ingénieur nucléaire
2001 en cours Ange Aliotti UMP-LR Retraité
Les données manquantes sont à compléter.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Cognocoli fait partie de la Communauté de communes de la Pieve de l'Ornano, créée en 2012, dont le siège est à la mairie annexe de Grosseto-Prugna, à Porticcio. La commune est représentée par un délégué élu sur un total de 33 délégués.

Budget et fiscalité[modifier | modifier le code]

Le budget municipal principal 2014 totalisait 179 000 euros d'investissement et 241 000 euros de fonctionnement[6].

La taxe d'habitation prélevée par la commune était en 2010 de 17,73 %, la taxe foncière sur les propriétés bâties était de 22,34 % et la cotisation foncière des entreprises de 16,14 %[7].

Internet[modifier | modifier le code]

Trois répartiteurs téléphoniques concernent le territoire de la commune : un implanté à Marato, et deux autres en dehors de la commune : à Pila-Canale et à Stiliccione.

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1800. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[8]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[9],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 165 habitants, en diminution de -10,33 % par rapport à 2009 (Corse-du-Sud : 5,55 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851 1856
203 200 227 209 189 209 215 260 384
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
334 306 318 435 534 683 529 609 616
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
605 640 568 573 532 517 516 436 148
1968 1975 1982 1990 1999 2008 2013 2014 -
131 143 143 173 164 186 168 165 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[10] puis Insee à partir de 2006[11].)
Histogramme de l'évolution démographique

La chute démographique observée en 1962 provient du nouveau mode de calcul de population de l'INSEE à partir de cette année-là. Les chiffres sont en effet désormais retenus sans doubles comptes : comme dans de nombreux villages corses, le différentiel important observé est dû à ce que de nombreuses personnes étaient auparavant recensées dans deux lieux de résidence différents (village et continent ou village et Ajaccio).

Économie[modifier | modifier le code]

Énergie[modifier | modifier le code]

La société Aérowatt installe en 2011 une centrale solaire d'une capacité de 1050 kWc sur le territoire de la commune, au lieu-dit Terminelli[12]. La surface installée est de 8500 m² de panneaux photovoltaïques et la puissance attendue est de 1,5 GWh par an (soit environ la consommation annuelle énergétique d'une ville de 2 500 habitants).

Autres[modifier | modifier le code]

  • Agriculture, viticulture (domaine de Pratavone, appellation Ajaccio contrôlée).
  • Gites ruraux à Pratavone et Marato, et Cognocoli.

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Patrimoine civil[modifier | modifier le code]

  • Village de Monticchi (ruines).
  • Œuvre d'art contemporaine de l’artiste Alexandre Périgot, visible depuis 2004 sur la place de l’ancienne école de Marato.

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Nicolas de Bari dont la chapelle sud porte la date de 1763 (anciennement Oratoire de l'Annunziata signalé par Mgr Mascardi en 1586) dans laquelle on peut voir un Christ en bois classé en 1984, ainsi que trois tableaux de la collection du cardinal Fesch[13] : l'Allégorie de l'Espérance (daté du 18e siècle), l'Annonciation et Saint Nicolas (daté fin 18e - début 19e) et la Remise du Scapulaire à St Dominique par la Vierge à l'Enfant en présence de Saint Joseph (daté fin 18e - début 19e).
  • Église San Vincenti (ruines) au lieu-dit « U Poghju » où se trouvait le village à l'époque (1500 - 1600).
  • Église San Vincenti de Monticchi, réhabilité par la commune et l’association San Vincenti en 2014[14]. Une célébration religieuse y a lieu chaque année à l'occasion de la fête patronale.
  • Chapelle Santa Degna, non loin de Pratavone (vestiges, muraille).
  • Chapelle San Cumentu, dans la vallée de I’Impennatu (vestiges).

Patrimoine environnemental[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Louis Costa, dit le « notaire rouge », créateur de la section corse du parti communiste français en 1920.
  • Bernard Cazeneuve a des origines dans ce village où résidait son arrière-grand-mère jusqu'en 1976.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :