Pianottoli-Caldarello

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Pianottoli-Caldarello
Pianottoli-Caldarello
Vue de l'église de Caldarello.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Collectivité territoriale unique Corse
Circonscription départementale Corse-du-Sud
Arrondissement Sartène
Intercommunalité Sud Corse
Maire
Mandat
Charles Henri Bianconi
2020-2026
Code postal 20131
Code commune 2A215
Démographie
Gentilé Pianottolais
Population
municipale
904 hab. (2018 en diminution de 3,83 % par rapport à 2013)
Densité 21 hab./km2
Géographie
Coordonnées 41° 29′ 41″ nord, 9° 03′ 24″ est
Altitude Min. 0 m
Max. 1 321 m
Superficie 42,78 km2
Type Commune rurale et littorale
Aire d'attraction Porto-Vecchio
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Grand Sud
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Corse
Voir sur la carte administrative de Corse
City locator 14.svg
Pianottoli-Caldarello
Géolocalisation sur la carte : Corse
Voir sur la carte topographique de Corse
City locator 14.svg
Pianottoli-Caldarello
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Pianottoli-Caldarello
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Pianottoli-Caldarello

Pianottoli-Caldarello est une commune française située dans la circonscription départementale de la Corse-du-Sud et le territoire de la collectivité de Corse. Elle appartient à l'ancienne piève de Freto. La commune portait le nom de Caldarello jusqu'en 1921.

Géographie[modifier | modifier le code]

Anse de Chevanu.

Situation[modifier | modifier le code]

Pianottoli-Caldarello se situe dans le Freto. Le village est limitrophe de Monacia-d'Aullène et d'une infime partie de la commune de Sartène au nord et de Figari à l'est.

Relief[modifier | modifier le code]

La commune est dominée par la pointe de l'Omu di Cagna visible depuis l'extrême nord de la Sardaigne. Elle s'étend de Monacia-d'Aullène à la Punta di Ventilegne[1].

La réserve naturelle des Bruzzi se trouve aussi sur le territoire de Pianottoli.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Pianottoli-Caldarello est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[2],[3],[4].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Porto-Vecchio, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 10 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[5],[6].

La commune, bordée par la mer Méditerranée, est également une commune littorale au sens de la loi du , dite loi littoral[7]. Des dispositions spécifiques d’urbanisme s’y appliquent dès lors afin de préserver les espaces naturels, les sites, les paysages et l’équilibre écologique du littoral, comme par exemple le principe d'inconstructibilité, en dehors des espaces urbanisés, sur la bande littorale des 100 mètres, ou plus si le plan local d’urbanisme le prévoit[8],[9].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des forêts et milieux semi-naturels (73,6 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (76,5 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (62,2 %), zones agricoles hétérogènes (18 %), espaces ouverts, sans ou avec peu de végétation (6,6 %), prairies (6,2 %), forêts (4,8 %), zones urbanisées (1,8 %), eaux maritimes (0,4 %)[10].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[11].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom en corse de la commune est Caldareddu, principal lieu habité de la commune lors de sa création en 1864.

La commune de Caldarello a vu son nom officiel modifié en Pianottoli-Caldarello en 1921.

Histoire[modifier | modifier le code]

Temps modernes[modifier | modifier le code]

Caldarello était autrefois rattaché à la commune de Zérubia jusqu'en 1864. En 1864, la commune de Zérubia cède par un transfert de territoires communaux, des terres pour la création de la commune de Caldarello[12].

La nouvelle commune de Caldarello se trouve dans le canton de Serra-di-Scopamène, dans l'arrondissement de Sartène et dans le département de Corse.

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

  • 1921 - La commune prend le nom de Pianottoli-Caldarello qu'elle a toujours.
  • 1973 - Pianottoli-Caldarello passe dans le canton de Figari.
  • 1975 - L'île est à nouveau scindée en deux départements : Haute-Corse et Corse-du-Sud. Pianottoli-Caldarello se retrouve dans ce dernier.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1947 1953 Pierre Polverini    
1953 1974 Angelin Diani    
1974 En cours Jérôme-Marie Polverini UMP-LR Ancien conseiller général
Ancien conseiller exécutif de Corse
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1866. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[13]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[14].

En 2018, la commune comptait 904 habitants[Note 3], en diminution de 3,83 % par rapport à 2013 (Corse-du-Sud : +5,78 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
500620607617625650614702711
1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968
727635649613801603535313310
1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012 2017 2018
794889653729821834934912904
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[12] puis Insee à partir de 2006[15].)
Histogramme de l'évolution démographique

Tourisme[modifier | modifier le code]

Vue sur la baie de Figari.

Le territoire côtier de Pianottoli-Caldarello se découpe sur environ 8 km. Son petit port de plaisance en est probablement le premier attrait mais quelques plages de la marine, dont « Arbitro », « Chevanu », « Saint-Jean » ainsi que 2 campings, « Le Damier » et « le Kevano », semblent au fil des ans de plus en plus fréquentés.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Site archéologique de Saint-Jean[modifier | modifier le code]

Les vestiges de ce site ainsi que les terrains qui l'entourent aux lieudits Padula et Paccial di San Giovanni, sont inscrits Monument historique par arrêté du [16].

Architecture civile[modifier | modifier le code]

Tour de Figari[modifier | modifier le code]

Tour de Figari
Vue de la tour de Pianottoli depuis l'entrée du golfe

La tour de Figari ou de Caldarello est une tour génoise ronde, de la fin du XVIe siècle. Elle se situe au milieu de la côte occidentale de la baie de Figari, et est en excellent état. Elle joua un rôle stratégique au début du XVIIIe siècle en tant que poste avancé de la citadelle de Bonifacio.

Elle est inscrite au titre des monuments historiques par arrêté du [17].

Autres[modifier | modifier le code]

  • Monument aux morts avec la statue d'un poilu de la guerre 1914-1918[18].

Architecture sacrée[modifier | modifier le code]

  • Église paroissiale de l'Annonciation.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Hervé Chevreau, Maire d'Épinay-sur-Seine, Conseiller départemental de la Seine-Saint-Denis (président du groupe centriste) et vice-président de la Communauté d'agglomération Plaine Commune

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Le village de Pianottoli-Caldarello, sur le site annuaire-mairie.fr du 2 janvier 2009
  2. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  3. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  4. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  5. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Pleyben - Châteaulin », sur insee.fr (consulté le ).
  6. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  7. « Les communes soumises à la loi littoral. », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr, (consulté le ).
  8. « La loi littoral », sur www.collectivites-locales.gouv.fr (consulté le ).
  9. « Loi relative à l’aménagement, la protection et la mise en valeur du littoral. », sur www.cohesion-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  10. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  11. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  12. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  13. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  14. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  15. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  16. Notice no PA00132838, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  17. Notice no PA00135316, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  18. Notice no IVR94_022A2034ZA, base Mémoire, ministère français de la Culture.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]