Santa-Maria-di-Lota

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Santa-Maria-di-Lota
Santa-Maria-di-Lota
Vue du village de Figarella.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Collectivité territoriale unique Corse
Circonscription départementale Haute-Corse
Arrondissement Bastia
Canton Cap Corse
Intercommunalité Communauté d'agglomération de Bastia
Maire
Mandat
Guy Armanet
2014-2020
Code postal 20200
Code commune 2B309 (ex 20309)
Démographie
Gentilé Lutinchi (Mandrialinchi, Figarellesi, Partinacci, Miumai)
Population
municipale
1 717 hab. (2015 en diminution de 11,36 % par rapport à 2010)
Densité 130 hab./km2
Géographie
Coordonnées 42° 44′ 52″ nord, 9° 26′ 01″ est
Altitude 300 m
Min. 0 m
Max. 1 198 m
Superficie 13,20 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Corse

Voir sur la carte administrative de Corse
City locator 14.svg
Santa-Maria-di-Lota

Géolocalisation sur la carte : Corse

Voir sur la carte topographique de Corse
City locator 14.svg
Santa-Maria-di-Lota

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Santa-Maria-di-Lota

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Santa-Maria-di-Lota

Santa-Maria-di-Lota (Santa Maria di Lota en corse) est une commune française située dans le circonscription départementale de la Haute-Corse et le territoire de la collectivité de Corse. Le village appartient à la piève de Lota.

Ses habitants sont les Lutinchi (et selon les hameaux, les Mandrialinchi, Figarellesi, Partinacci et Miumesi).

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Santa-Maria-di-Lota est une commune de l'agglomération de Bastia, dans l'ancienne pieve de Lota. Comprise entre San-Martinu-di-Lota et Brandu, au sud de la façade orientale du Cap Corse.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Brando Brando Mer Tyrrhénienne Rose des vents
Olmeta-di-Capocorso,
Farinole
N Mer Tyrrhénienne
O    Santa-Maria-di-Lota    E
S
Farinole San-Martino-di-Lota Mer Tyrrhénienne

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Ruisseau de Poggiolo.

Commune de la façade orientale du Cap Corse, Santa-Maria-di-Lota est adossée à la Serra, la chaîne dorsale du Cap Corse qui est un bloc de schistes lustrés édifié au tertiaire lors de la surrection des Alpes sur un socle hercynien.

Santa-Maria-di-Lota occupe une grande partie d'un alvéole représenté par le bassin versant du ruisseau de Poggiolo et qui est aussi appelé « Vallée de Lota ». Son territoire s'étend sur la rive nord du fiume de Poggiolo qui le délimite de San-Martino-di-Lota, depuis la ligne de crête qui la sépare à l'ouest de Farrìngule et Olmeta di Capicorsu et comprenant le Monte Prunu (1 148 m) et le Monte Capra (1 266 m). Sur ces crêtes, on note la présence de roches vertes : serpentines, gabbros, diabases.

Son relief a été quelque peu modelé par l'homme. Sur les flancs montagneux au nord du village de Figarella, à l'adret de la vallée du Poggiolo, sont encore bien visibles les nombreuses terrasses de cultures (lenze) où existent plusieurs aires à blé (aghja).

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Ruisseau de Mandriale en amont du pont éponyme

La commune est dotée d'un dense réseau hydrographique. Le principal cours d'eau est le ruisseau de Poggiolo[1]. Le fiume di Poggiolu, dit aussi « fiume Miomo », a sa source à près de 1 000 m d'altitude, au sud du monte Foscu (1 102 m) de la serra di Guadalone, sur la commune de Santa-Maria-di-Lota. Il se jette dans la mer Tyrrhénienne et a son embouchure au sud de la plage de galets de Miomo.

Ses affluents sont :

  • le ruisseau de Mandriale[2],
  • le ruisseau de Cavalligna[3],[Note 1], et dans une moindre mesure,
  • le torrent de Figarella qui traverse le village de Figarella en séparant Giundi des quartiers voisins de Leccia et de Pollinacce.

Climat et végétation[modifier | modifier le code]

Tout le Cap Corse bénéficie d'un climat méditerranéen maritime aux écarts thermiques modérés. L'hiver est plus chaud et l'été plus tempéré que sur le reste du littoral de l'île. L'hiver sur la côte, il ne gèle qu'un seul jour par an. En montagne, la neige n'abonde que tous les 5 à 7 ans. Santa-Maria-di-Lota, comme les communes voisines, est parfois soumise au libeccio, vent violent d'ouest qui se renforce après avoir franchi la dorsale du Cap Corse et qui crée de remarquables nuages lenticulaires. Les fins d'automne sont souvent marquées par de fortes pluies orageuses méditerranéennes. Ces pluies diluviennes ont causé au cours des dernières décennies, de nombreuses inondations et coulées de boue.

Les hauteurs sont recouvertes de maquis, fruticées, pelouses et milieux rupestres. À l'étage inférieur, se trouvent des chaînaies, des bosquets de châtaigniers, puis un épais maquis. Au nord-est de Pollinacce, sur le flanc de montagne, sont de nombreuses terrasses de culture depuis longtemps abandonnées.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Accès routiers[modifier | modifier le code]

Nouveau pont de Miomo de la RD80

La pittoresque route littorale D80, traverse la marine de Miomu. Elle pénètre au sud la commune par le nouveau pont de Miomo qui a remplacé celui détruit par une crue en 1948. La RD80, qui longe la côte est du Cap Corse est doublée sur la commune, d'une route communale dite « route de la Corniche », entre Miomo et Voltojo.

La route D31 monte dans la vallée de Lota en direction des hameaux de Santa Maria et de San-Martino-di-Lota. Elle dessert, avec la RD431 et quelques routes communales.

Transports[modifier | modifier le code]

La commune est desservie par la ligne 4 « Mairie Bastia - Miomo Beausoleil » de la Société des autobus bastiais[4].

Santa-Maria-di-Lota est distant depuis Miomo, par route[5], de 5,5 km du port de commerce de Bastia, de 5,5 km de la gare des CFC de Bastia et de 26 km de l'aéroport de Bastia Poretta.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

La commune regroupe les trois anciennes communautés de Ficarella, Mandriale et Partine, d'anciens villages bâtis sur les hauteurs, éloignés des côtes, qui disposaient de la marine commune de Miomo de développement plus récent. À ces lieux habités, il faut ajouter les principaux hameaux de San Giacintu, Sorbinca et Voltojo.

Figarella[modifier | modifier le code]

Mairie annexe/école et monument aux morts

Ficarella est le chef-lieu communal. Son nom indique un lieu planté de figuiers. Le village est bâti à une altitude moyenne de 280 m au sud-est du Monte Niello 1 032 m, entre Mandriale (altitude 317 m) à l'ouest et Partine (altitude 280 m) à l'est.

  • La partie basse est formée du quartier de Giundi (ou Ghjundi, synonyme de Suttanu), où se trouve l'église Sant' Antone (Saint-Antoine) bâtie sur des grottes à la fin du XIXe siècle). À côté, se situe la chapelle de confrérie San Vincenziu (Saint-Vincent) dont elle a pris le vocable.

Il existait deux autres confréries à Figarella : celle de Santa Maria di Rusariu (Notre-Dame-du-Rosaire) et celle de Notre-Dame-du-Mont-Carmel, dont la fête le 16 juillet est toujours marquée par une distribution d'abitini (scapulaires).

Le quartier présente de nombreuses maisons dites « des Américains » (Corses émigrés au Venezuela), bâties entre le dernier quart du XIXe siècle et le début du XXe siècle d'architecture toscane, dont deux maisons de maître remarquables. L'ancien château des Cagninacci, du nom du comte Cagninacci qui possédait une mine d'or à Callao, a été transformé en Maison d'Enfants.

« On dit que la Duchesse de Choiseul habita le château Cagninacci de Ficarella. »

— Alerius Tardy in Fascinant Cap Corse

.

Plusieurs tombeaux, bâties à la même époque que l'église, sont à mettre à la contribution des « Américains ».

Au centre du village se trouvent la mairie annexe à la fois école, et en face, le monument aux morts.

  • Sundi, synonyme de Supranu, est le quartier au-dessus de Giundi, qui occupe les hauts de Figarella.

Le torrent de Figarella, tributaire du ruisseau de Poggiolo, sépare Giundi des quartiers voisins de Leccia et de Pollinacce. Depuis Pollinacce, un sentier mène aux ruines de la chapelle Sant' Andrea dont il ne reste que la base des murs.

Mandriale[modifier | modifier le code]

Mandriale

Mandriale est un village qui se situe à un kilomètre « à vol d'oiseau » à l'ouest de Figarella. Il est bâti à la base d'une ligne de crête partant du Monte Capra (1 203 m). Il est desservi par la route D431 qui s'y termine en « cul-de-sac ». Son accès en véhicule a été rendu possible avec la construction en 1899 d'un pont sur le ruisseau de Mandriale. Mandriale évoque la vie pastorale[Note 2],[6]. Le village aurait été fondé au XIVe siècle par des berges ulmetesi (d'Olmeta-di-Capocorso). Au cours du XVIIe siècle, un grand nombre de ses habitants ont été massacrés au cours de deux incursions des Ottomans, en 1657 et 1658.

Ce vieux village est composé de quatre quartiers :

  • Casarta, situé au nord, est le plus élevé à 360 m d'altitude. S'y trouve une ancienne tour transformée en habitation. À partir de Casarta, un rude sentier permet de grimper vers la ligne de crête séparant Santa-Maria-di-Lota d'Olmeta-di-Capocorso. Ce sentier passe par San Giovanni (881 m) où est la chapelle San Giovanni dans un petit col à 800 m d'altitude. Jadis, les lutinchi, gens de Santa-Maria-di-Lota, montaient nombreux en procession le 6 mai.
  • Cagnano, situé à l'ouest
  • Sundi au centre
  • Maistra à l'est. Ce quartier, qui est le plus important du village, possède l'église Santa Maria Assunta, un grand édifice baroque, de la fin du XVIe siècle. À son côté, se dresse l'ancienne chapelle de confrérie Santa Croce, datée du XVe siècle. Les confrères revêtaient à l'époque un costume composé d'une manteletta (camail) rouge sur càppa (aube) blanche. Il existait aussi à Mandriale deux autres confréries : celle du Saint-Sacrement et celle de Notre-Dame du Mont Carmel, cette dernière créée en août 1734.

Avant la construction en 1899 d'un pont sur le ruisseau de Mandriale, Maistra communiquait avec Figarella par le Ponte-Vecchiu, un pont en dos d'âne dit « génois », construit au début du XVIIe siècle 150 m en aval de l'actuel pont de Mandriale.

Partine[modifier | modifier le code]

Partine (que l'on trouvait autrefois écrit à tort Bartine) évoque des murs en ruines. Le village est formé de deux quartiers :

  • Vignali à l'ouest ;
  • Partine proprement dit à l'est. S'y trouve une ancienne église Santa Maria Annunziata renfermant un triptyque remarquable, classé MH[7]. Le triptyque était promené processionnellement dans le village tous les 25 mars.

À trois cents mètres au sud-est, était autrefois exploitée une carrière de pierres à chaux. Au lieu-dit San Bernardino se trouvent les ruines de quatre fours à chaux.

San Giacintu[modifier | modifier le code]

À près de 1 500 m de Favale, hameau situé à l'ouest de Figarella, autour de la jonction des routes D31 et D431, se situe San Giacintu (San Jacintu ou Saint-Hyacinthe), ancien couvent de Dominicains construit au XVIIe siècle, puis occupé en fin du XIXe siècle par des religieuses Franciscaines missionnaires de Marie. De l'église piévane puis conventuelle San Giovanni Battista du IXe siècle détruite, - l'abside a été abattue en 1948, il ne reste que quelques vestiges.

Du couvent un sentier descendait vers le ruisseau de Poggiolo qui était franchi à l'aide du Pont' A Pieve, construit, au XVIIe siècle dont il ne reste plus rien.

Sorbinca[modifier | modifier le code]

Sorbinca (Surbinca) est un hameau nouveau, situé à 1 400 m de Partine, à l'intérieur des terres.

Voltojo[modifier | modifier le code]

Voltojo est un hameau qui s'est récemment développé au nord du littoral communal.

Miomo[modifier | modifier le code]

Entrée sud de Miomo

Miomo, le « bien commun » ou « mitoyen », tire son nom du latin medianus, médiana. Au XVIIIe siècle Miomu n'était qu'une simple marine inhabitée, ne possédant que quelques magazini (entrepôts ou dépôts destinés au commerce maritime).

Cette bourgade, aujourd'hui résidentielle, est un faubourg de Bastia. S'y trouve la mairie. Elle abrite quelques maisons anciennes (anciens magazini) ainsi qu'une tour génoise du XVIe siècle au nord d'une étroite plage de galets schisteux où se trouve l'embouchure du Fiume Miomu. Cette tour, très bien conservée, est classée monument historique et se trouve accolée à une petite chapelle ancienne, Notre-Dame du Mont Carmel (ex-confrérie).

La D331, dite « route de la corniche », dessert de nouveaux quartiers résidentiels sur les hauteurs de Miomo, jusqu'à Voltojo.

Dans sa partie occidentale, Miomo possède l'église San Teofalu au toit de lauzes, desservie par les franciscains du couvent de Lavasina.

Au sud de Miomo, marquant les limites communales, se trouve le pont de Miomo sur le ruisseau de Poggiolo. Ce pont a remplacé un pont emporté par une crue en 1948.

Histoire[modifier | modifier le code]

Santa-Maria-di-Lota était autrefois nommée Santa Maria del Mandriale, ou encore Fiume-in-Là.

Antiquité[modifier | modifier le code]

Dans l'antiquité, le Lota était occupé, comme presque partout sur l'île, par le peuple des Uanakini, d'origine ligure[Note 3]. Ceux-ci commerçaient avec les Phocéens qui ont apporté vigne, oliviers et figuiers, avec les Étrusques puis avec les Carthaginois, jusqu'à l'arrivée des Romains qui fonde la colonie de Mariana. La christianisation est précoce ; Saint Paul nomme des évêques à Tomino, Mariana et Aléria.

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Avec la décadence de Rome, arrivent très vite sur l'île, Vandales, Byzantins, puis Lombards qui sont chassés par Pépin le Bref. Le Cap Corse se trouve dans l'empire de Charlemagne. Mais les Pisans ne pourront pas empêcher l'occupation sarrasine.

La féodalité apparaît avec la reconquête de l'île au IXe siècle. Alberto de Loreto qui y a participé, est nommé Giudice (juge de la région). Alberto est l'ancêtre des Loretesi qui sont dépouillés en 1052 du Lota-Sagro par les Delle Suere, chassés à leur tour par les Da Furiani en 1072.

Au XIIIe siècle, les De Bagnaria et les Cortinchi de la branche de Pietr'Ellerata se disputent le Lota. Giovaninello, un des seigneurs Cortinchi, fait fortifier la Cima di Pietr'Ellerata (877 m), construire un château à Pietrabugno, ainsi qu'un fortin avec chapelle à San-Martino-di-Lota.

Au XIVe siècle, le village de Mandriale aurait été fondé par des berges d'Olmeta-di-Capocorso.

  • 1358 - Le peuple en révolte ruine la plupart des châteaux et instaure un gouvernement populaire. Chaque village forme une communauté ; le Lota en a 13.
  • 1483 - Gênes s'impose mais ne peut empêcher la venue en 1553 des Français qui sont bien accueillis.

Temps modernes[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Lota et Pietrabugno.
  • 1556 - La pieve de Lota est coupée en deux. Génois et Français s'affrontent.
  • 1559 - À la suite du traité de Cateau-Cambresis, les Français quittent l'île.

Débutent alors les razzias des côtes par les barbaresques, conduisant les Génois à faire dresser des tours sur le littoral jusqu'à la fin du XVIe siècle, notamment à Miomo. Ceci n'empêcha pas qu'au XVIIIe siècle, un grand nombre de ses habitants ont été massacrés au cours de deux incursions des Ottomans, en 1657 et 1658.

« En effet, depuis la piève de Lota jusqu'à celle de Santo-Pietro dans le Nebbio, l'une située à l'est, l'autre à l'ouest, il n'y a guère de village qui n'ait été attaqué par les Turcs ; beaucoup de ces villages ont même été attaqués plusieurs fois. »

— Abbé Letteron in Histoire de la Corse[8], tome 3, p. 48

.

Dans les années 1700, des Partinesi (habitants de Partine) sont autorisés à retourner en Sia, sur la côte ouest de l'île, que les Génois avaient fait évacuer. Ils s'installent à Partinello.

Au début du XVIIIe siècle, Santa-Maria-di-Lota se trouvait dans la pieve de Lota et Pietrabugno, qui était à la fois une pieve religieuse de la province du Cap Corse, en pieve civile de Bastia et pieve judiciaire relevant de la juridiction de Bastia. Jusqu'en 1794, la commune est dans le ressort de la pieve judiciaire de Lota et Pietrabugno - Tribunal de Bastia. Selon Accinelli, la juridiction de Bastia couvrait « le ville di Guaitella, Casevechie, Estima e Alzate 400. Cardo 177. S.Martino di Lotta 413. S. Maria 320 ».

En 1762, le Cap Corse se rallie à Pascal Paoli, sauf Brando occupé par Gênes jusqu'en 1764 et le Lota que Paoli ne peut libérer et où les Génois sont remplacés en août 1764 par les Français à la suite du traité de Compiègne.

Le Lota est intégré à la France de Louis XV cinq ans avant le reste de l'île. Mais à l'école, le français ne remplacera l'italien qu'en 1833.

La pieve de Lota et Pietrabugno disparaitra, laissant la place au Préside de Bastia.

  • 1789 - La Corse fait partie du Royaume de France. Avec la Révolution française, est créé en 1790 le département de Corse, puis en 1793, celui de El Golo (l'actuelle Haute-Corse).
  • 1793 - (An II) la commune portait le nom de Santa Maria, dans le canton de Bastia-Rural nouvellement créé, dans le district de Bastia, dans le département de El Golo.
  • 1801 - La commune qui porte le nom de Santa Maria sur le Bulletin des lois, prend le nom de Santa-Maria-di-Lota, attachée au canton de Pietrabugno, dans l'arrondissement de Bastia, dans le département de El Golo.
  • 1811 - Les deux départements de l'île sont fusionnés pour faire le seul département de Corse.
  • 1828 - Le canton de Pietrabugno devient le canton de San-Martino-di-Lota[9], chef-lieu : San-Martino-di-Lota.
  • 1838 - Ouverture de la route Bastia - Macinaggio, tronçon jusqu'en 1972, de la section septentrionale de la Route nationale 198, Saint-Florent à Bastia par le tour du Cap Corse.

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

  • 1975 - Santa-Maria-di-Lota passe dans le département de la Haute-Corse nouvellement créé.

La route D80, nouveau nom donné à la section septentrionale de la route nationale 198, est modernisée, élargie et revêtue d'un bel enrobé.

Économie et vie locale[modifier | modifier le code]

Les ressources de la commune étaient essentiellement, par le passé, constituées de l'exploitation des carrières pour la fabrication de la chaux, du fer, de la fabrication de la chaux et de cultures, spécialement de la vigne, puisque le vin de Lota était réputé jusque sur les tables de Rome, tout comme ses cabris et ses haricots. Bien entendu, la commune assurait aussi sa subsistance, traditionnellement, grâce à un ensemble de cultures maraichères et fruitières. Aujourd'hui, la commune est résidentielle, en périphérie de Bastia.

La marine, outre le cabotage, servait jadis à l'exportation de minerai de fer, mais aussi à l'exportation des productions agricoles, spécialement du vin.

En 2003, les violents incendies qui ravagèrent le Cap corse touchèrent très largement la commune de Santa-Maria et plusieurs maisons furent détruites par les flammes, notamment à Miomo. Les habitants s'en émurent au point qu'une plainte fut déposée contre la préfecture par certains d'entre eux pour négligence[10].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Mars 1978 Mars 2008 Henri Sisco PRG Ancien commissaire de police, conseiller territorial
vice-président de la communauté d 'agglomération de Bastia
membre de la commission permanente à la collectivité territoriale de Corse.
Mars 2008 En cours Guy Armanet DVG Chef d'entreprise
Conseiller territorial de l'Assemblée de Corse
Vice-président de la Communauté d'Agglomération de Bastia
Vice-Président du SYVADEC
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1800. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[11]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[12].

En 2015, la commune comptait 1 717 habitants[Note 4], en diminution de 11,36 % par rapport à 2010 (France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851 1856
569290338342566424502503514
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
515524890572586627641617570
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
591605477672691692781549538
1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015 -
9871 5831 5661 8261 7911 9171 9371 717-
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[9] puis Insee à partir de 2006[13].)
Histogramme de l'évolution démographique

Cultes[modifier | modifier le code]

La paroisse (éÉglise Santa Maria Assunta) relève du diocèse d'Ajaccio.

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

  • La fête patronale a lieu le 15 août à Mandriale, pour l'Assomption (Santa Maria Assunta) ou jour de la Sainte-Marie.
  • Le 6 mai se déroule un pèlerinage à la bocca di San Ghjuvanni.

Settimana Santa[modifier | modifier le code]

Durant la Settimana Santa (Semaine sainte), au Lota et à Brando, les cérémonies commencent le dimanche des Rameaux, avec la bénédiction de branches d'oliviers et plus fréquemment, de crucette, petites croix tressées la veille avec des palmes[Note 5].

  • Le Mercredi saint, les cloches se taisent, en signe de deuil pour mieux évoquer la Passion.
  • Le Jeudi saint, l'après-midi, le rituel lavement des pieds rappelant le geste de Jésus envers ses apôtres, ne se fait plus depuis longtemps. Le soir, est célébré un office des ténèbres, chanté en latin. Il est annoncé par les enfants qui agitent des crécelles en souvenir des fidèles de Rome réfugiés dans les Catacombes. L'office s'achève dans l'obscurité en libérant les crécelles pour faire scappà l'abrei (traduire : se sauver les marchands juifs du Temple), simuler les tourments infligés à Jésus chez Pilate, et rappeler les scènes et prodiges qui ont accompagné Jésus au Calvaire. Il s'ensuit une procession dans le village illuminé de bougies, avec retour à l'église pour les stracinelle (les fidèles remontent la nef à genoux en signe de pénitence en chantant A Cara destra, hymne aux cinq plaies. La cérémonie s'achève par le chant d'adoration O Salutaria.
  • Le Vendredi saint, au matin, démarre A Pulezzula, une procession longue de quatre heures, pour un traditionnel chemin de croix et tour de commune, avec reliques, lampions et lourdes croix surmontées de pulezzula, objet d'art en palmes tressées. Les lodi sacrés d'U Venneri Santu sont chantés ; des haltes sont effectuées à chaque chapelle. Le soir, l'office des ténèbres est célébré.

Ces cérémonies se déroulent simultanément dans les villages voisins de Brando : Pozzo, Poretto et Erbalunga, avec des noms divergents. À Brando, la procession s'appelle A Cerca et l'objet d'art en palmes tressées se dit palmu (pulezzula à Lota) ; à Erbalunga a lieu la mystérieuse Granitula, du nom d'un coquillage marin en forme de spirale.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Tour de Miomo[modifier | modifier le code]

Tour de Miomo

Cette tour génoise datant du XVIe siècle, est situé sur le bord de mer à Miomo. Elle était destinée à prévenir la population de l'approche des embarcations des Barbaresques.

Elle est inscrite Monuments historiques par arrêté du 14 février 1927[14].

Église Saint-Antoine de Padoue[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Antoine à Figarella.

L'église Saint-Antoine (Sant' Antone) se trouve à Figarella. Datée de 1876, cette église paroissiale est dédiée à Saint-Antoine de Padoue. Les marbres anciens de ses quatre chapelles (Sainte-Marie, Saint-Joseph, Saint-Sébastien et Saint-Jean), l'autel ainsi que le baptistère, ont été restaurés au début 2012, grâce au travail de l'Assunta, l'association de sauvegarde du patrimoine religieux de Santa Maria di Lota.

Église Santa Maria Assunta[modifier | modifier le code]

Santa Maria Assunta.

L'église Santa Maria Assunta se situe au hameau de Mandriale. Elle recèle un tableau Saint Jean-Baptiste prêchant du (XVIIe siècle), classé Monuments historiques[15].

San Ghjacintu[modifier | modifier le code]

Le site du couvent dominicain dédié à saint Hyacinthe (San Ghjacintu) (XVIIe siècle), englobe l'ancienne église pievane (de la pieve de Lota), d'architecture romane, dédiée à saint Jean-Baptiste.

En 1630, le couvent était la résidence du chef de l'Inquisition qui en était également le vicaire. Dans son enceinte, se trouvait l'église conventuelle San Giovanni Battista, église piévane de Lota édifiée au IXe siècle, rebâtie au XIe siècle en pierre de Brando, calschiste brun jaune veiné de vert clair et rose provenant d'une carrière voisine. Son abside a été abattue en 1948. La porte occidentale comporte un linteau orné d'une croix en relief, linteau supporté par deux consoles, un tympan et un arc de plein cintre.

Le couvent accueille aujourd'hui une communauté de nonnes polonaises.

Chapelle San Giovanni[modifier | modifier le code]

Chapelle Saint-Jean

La chapelle dédiée à saint Jean devant les Portes Latines est une chapelle rurale. Daté du XVIe siècle (?), l'édifice est restauré. De plan simple, la chapelle est construite avec de la pierre locale (schiste) ; l'appareillage est peu soigné. La couverture est faite de teghje (lauzes). Son chevet est accolé à un bâtiment construit avec de mêmes matériaux. La façade principale (ici orientale) est orientée vers Rome.

Elle se dresse à la Bocca di San Ghjuvanni (col Saint-Jean altitude 790 m), entre deux petits sommets sans nom de 881 m et 802 m. La chapelle est accessible par un sentier depuis Mandriale distant de 2,5 km (dénivelé de près de 500 m). Le 6 mai de chaque année s'y déroule un pèlerinage.

Chapelle de l'Annonciation de Partine[modifier | modifier le code]

La chapelle de l'Annonciation (Santa Maria Annunziata) se trouve au cœur du hameau de Partine, à l'est de Figarella le village principal de la commune. Une route en cul-de-sac y conduit. Elle renferme un triptyque (panneaux peints) L'Annonciation, Saint Jean-Baptiste, Saint André, Sainte Catherine, Saint Antoine de Padoue du milieu (XVIe siècle), classé Monuments historiques[7].

Autres patrimoines religieux[modifier | modifier le code]

Notre-Dame-du-Mont-Carmel de Miomo
  • Chapelle Notre-Dame-du-Mont-Carmel (ex-confrérie) à côté de la tour génoise de Miomo.
  • Oratoire de Ponte-Vecchiu à Mandriale
  • Église San Teofalu de Miomo

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

ZNIEFF[modifier | modifier le code]

Santa-Maria-di-Lota est concernée par deux ZNIEFF de 2e génération :

Crêtes asylvatiques du Cap Corse (940004076)

La zone d'une superficie de 6 387 ha, englobe la quasi-totalité de la crête centrale du Cap Corse[16].

Chênaies vertes du Cap Corse (940004078)

La zone concerne les chênaies vertes s'étendant sur une superficie de 4 563 ha de 15 communes du Cap Corse, depuis la commune de Farinole, à la base du cap, jusqu'à la commune de Rogliano au nord-est et à la commune de Morsiglia au nord-ouest. Sur les communes de Santa-Maria-di-Lota, ainsi que celle de San-Martino-di-Lota, s'étend une chênaie verte qui poursuit les ruisseaux de Fornelli et de Milaja ainsi que celui de Grisgione. Au nord, elle ondule le long du ruisseau de Poggiolo et de ses affluents. Elle s'accompagne ainsi dans ce paysage vallonné d'une ripisylve à frênes-ornes, aulnes glutineux, charmes houblons et de châtaigniers. L'altitude y atteint 200 à 700 mètres. Un socle schisteux y est recouvert de pillow lavas et prasinites[17].

Espèces protégées[modifier | modifier le code]

Les espèces protégées sont : le balbuzard pêcheur, l'Orchis à fleurs peu nombreuses (Orchis pauciflora), la Cardamine fausse-chélidoine (Cardamine chelidonia), la Morisie (Morisia monanthos), la Canche de Provence (Aira provincialis) et la Ptéris de Crète, Fougère de Crète (Pteris cretica)[18].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Cavalligna signifie "entouré de chevaux"
  2. Le mot Mandria en langue corse signifie bergerie
  3. Vanacini est porté sur les cartes de Ptolémée
  4. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.
  5. Quand Jésus entre à Jérusalem, la foule vint au-devant de lui avec des branches de palmiers.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Sandre, « Fiche cours d'eau - Ruisseau de Fornelli (Y7400500) » (consulté le 20 juin 2013)
  2. Sandre, « Fiche cours d'eau - Ruisseau de Mandriale (Y7401000) » (consulté le 20 juin 2013)
  3. Sandre, « Fiche cours d'eau - Ruisseau de Cavalligna (Y7401020) » (consulté le 20 juin 2013)
  4. http://www.bastiabus.com/L4.htm
  5. ViaMichelin.fr
  6. Mandria sur INFCOR - Banque de données de la langue corse
  7. a et b Notice no PM2B000424, base Palissy, ministère français de la Culture
  8. Bulletin de la Societé des Sciences Historiques et Naturelles de la Corse, Histoire de la Corse Tome III, Chronique d'Anton Pietro Filippini, 1890 - Imprimerie Veuve Ollagnier - Bastia
  9. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  10. Maire-Info, 9 septembre 2003, Incendies : les habitants d’un village corse portent plainte contre le préfet tandis que le conseil municipal réclame une enquête administrative
  11. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  12. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  13. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  14. Notice no PA00099244, base Mérimée, ministère français de la Culture
  15. Notice no PM2B000426, base Palissy, ministère français de la Culture
  16. ZNIEFF 940004076 - Crêtes asylvatiques du Cap Corse sur le site de l’INPN et sa carte sur le site de la DIREN.
  17. ZNIEFF 940004078 - Chênaies vertes du Cap Corse sur le site de l’INPN.
  18. Espèces protégées sur le site de l'INPN