Olmeto

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Olmeto
Olmeto
Administration
Pays Drapeau de la France France
Collectivité territoriale unique Corse
Circonscription départementale Corse-du-Sud
Arrondissement Sartène
Intercommunalité Communauté de communes du Sartenais-Valinco-Taravo
Maire
Mandat
José Pierre Mozziconacci
2020-2026
Code postal 20113
Code commune 2A189
Démographie
Gentilé Olmetain
Population
municipale
1 211 hab. (2018 en diminution de 0,41 % par rapport à 2013)
Densité 28 hab./km2
Géographie
Coordonnées 41° 43′ 06″ nord, 8° 55′ 08″ est
Altitude 360 m
Min. 0 m
Max. 1 055 m
Superficie 43,82 km2
Type Commune rurale et littorale
Aire d'attraction Propriano
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Sartenais-Valinco
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Corse
Voir sur la carte administrative de Corse
City locator 14.svg
Olmeto
Géolocalisation sur la carte : Corse
Voir sur la carte topographique de Corse
City locator 14.svg
Olmeto
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Olmeto
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Olmeto

Olmeto est une commune française située dans la circonscription départementale de la Corse-du-Sud et le territoire de la collectivité de Corse. Elle appartient à l'ancienne piève d'Istria dont elle était le chef-lieu.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Olmeto se situe entre Filitosa et Propriano.

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Olmeto culmine à 360 mètres d'altitude entre mer et montagne. Accroché à la montagne, Olmeto offre un panorama sur la piève de Viggiano, tant à partir de la route que du village. Le territoire de la commune s'étend jusqu'à la mer et dispose d'une plage qui touche Porto-Pollo.

Sismicité[modifier | modifier le code]

La commune se trouve dans une zone de sismicité très faible[1].

Hydrographie et les eaux souterraines[modifier | modifier le code]

  • La commune dispose de plusieurs sources : 5 sources captées dans la zone de Morellicia-Capanaccia et Occhiu Bianchu et de 3 sources captées dans le secteur Bugnoli à l'Ouest du village[2].
  • Stations d’épuration : sur la rive gauche du fleuve, la STEP d’Olmeto (population estivale estimée à environ 1000 à 1 500 personnes) rejette dans le fleuve avant l’embouchure[3]

Climat[modifier | modifier le code]

Climat classé Csb dans la classification de Köppen et Geiger[4].

Voies de communications et transports[modifier | modifier le code]

Voies routières[modifier | modifier le code]

  • Accès par la D 257, T 40.

Transports en commun[modifier | modifier le code]

  • Bus : Ajaccio - Bicchisano - Sartène - Zonza - Bavella[5].
  • Transports routiers interurbains[6].

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Commune membre de la Communauté de communes du Sartenais - Valinco.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Olmeto est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[7],[8],[9].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Propriano, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 13 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[10],[11].

La commune, bordée par la mer Méditerranée, est également une commune littorale au sens de la loi du , dite loi littoral[12]. Des dispositions spécifiques d’urbanisme s’y appliquent dès lors afin de préserver les espaces naturels, les sites, les paysages et l’équilibre écologique du littoral, comme par exemple le principe d'inconstructibilité, en dehors des espaces urbanisés, sur la bande littorale des 100 mètres, ou plus si le plan local d’urbanisme le prévoit[13],[14].

Le plan local d'urbanisme ayant été annulé[15], la gestion de l'urbanisme de la commune relève du règlement national d'urbanisme[16].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des forêts et milieux semi-naturels (75,3 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (74,6 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (40,1 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (32,6 %), zones agricoles hétérogènes (10,7 %), prairies (8,6 %), zones urbanisées (5,1 %), espaces ouverts, sans ou avec peu de végétation (2,6 %), cultures permanentes (0,3 %)[17].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[18].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le Castellu de Cuntorba est un habitat datant de l'âge de Bronze. Les vestiges ont fait l'objet d'une inscription sur l'inventaire supplémentaire des monuments historiques par arrêté du .

Face à la mairie, la maison où mourut à l'âge de 96 ans, Colomba Bartoli.

Olmeto fut aussi la patrie d’Arrigo della Rocca, fils de Guglielmu (mort en 1354), fils d'Arriguccio le fils aîné de Sinucello della Rocca.

C'est probablement à la suite de l'abandon du château de Rocca di Valle[19] que les villages d'Olmeto et de Pianello ont été créés[20].

Le couvent de capucins a été fondé en à la demande des habitants d'Olmeto. Il a fait l'objet d'une inscription sur l'inventaire supplémentaire des monuments historiques par arrêté du .

C’est à Olmeto que se trouve la maison où mourut Colomba Carabelli, qui inspira son roman[21] à Prosper Mérimée[22].

Olmeto est rattaché au département le [23].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom corse de la commune est Ulmetu /ulˈmetu/, signifiant ormaie, lieu planté d'ormes.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
avant 1988 ? Pierre Mozziconacci PS  
avril 2003 mars 2014 Valère Secondi PCF Enseignant retraité
mars 2014 en cours José-Pierre Mozziconacci PRG-LREM Pharmacien, ancien conseiller général puis départemental, Président de la Communauté de communes
Les données manquantes sont à compléter.

Budget et fiscalité 2017[modifier | modifier le code]

En 2017, le budget de la commune était constitué ainsi[24] :

  • total des produits de fonctionnement : 1 944 000 , soit 1 562  par habitant ;
  • total des charges de fonctionnement : 1 381 000 , soit 1 110  par habitant ;
  • total des ressources d'investissement : 936 000 , soit 751  par habitant ;
  • total des emplois d'investissement : 782 000 , soit 628  par habitant ;
  • endettement : 631 000 , soit 507  par habitant.

Avec les taux de fiscalité suivants :

  • taxe d'habitation : 11,90 % ;
  • taxe foncière sur les propriétés bâties : 8,38 % ;
  • taxe foncière sur les propriétés non bâties : 44,26 % ;
  • taxe additionnelle à la taxe foncière sur les propriétés non bâties : 0,00 % ;
  • cotisation foncière des entreprises : 0,00 %.

Chiffres clés Revenus et pauvreté des ménages en 2016 : médiane en 2016 du revenu disponible, par unité de consommation : 20 907 [25].

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Dans ce petit village corse, les visiteurs peuvent découvrir : Patrimoine religieux :

  • L'église Santa-Maria[26] et son orgue de 1850[27],[28].
  • Un sentier de randonnée part du village et mène à une chapelle nommée le Saint-Esprit[29].
  • La chapelle Saint-Roch[30].
  • À l'entrée nord, se trouvent les ruines d'un ancien couvent. Le couvent de capucins Saint-Antoine abbé[31].
  • L'ancien couvent de religieuses Sainte-Marie, actuellement maison de la famille Galloni d'Istria[32].

Autres lieux et patrimoines :

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1800. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[42]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[43].

En 2018, la commune comptait 1 211 habitants[Note 3], en diminution de 0,41 % par rapport à 2013 (Corse-du-Sud : +5,78 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851 1856
1 5881 8921 4381 3791 9681 9862 0402 0871 813
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
1 8311 7171 7401 6471 8772 1361 7552 0681 614
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
1 7101 9081 8661 9161 9021 9471 4551 297619
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012 2017
6857306761 0191 1151 1891 1991 2131 216
2018 - - - - - - - -
1 211--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[44] puis Insee à partir de 2006[45].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Établissements d'enseignements[46] :

  • École maternelle,
  • École primaire[47],
  • Collèges à Propriano, Petreto-Bicchisano, Sartène,
  • Lycées à Sartène.

Santé[modifier | modifier le code]

Professionnels et établissements de santé :

Activités[modifier | modifier le code]

  • Terrains de tennis Baracci.

Cultes[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Entreprises et commerces[modifier | modifier le code]

Agriculture[modifier | modifier le code]

  • AOP « Vin de Corse ou Corse Sartène (blanc, rosé rouge), partie du site Natura 2000 comprise dans les communes d’Olmeto et Sollacaro[52].
  • Oliviers[53].

Tourisme[modifier | modifier le code]

  • Hôtel de voyageurs[54].
  • Capacités d’accueil en période touristiques des communes de Serra di Ferro et d’Olmeto : hôtel[55], campings[56].

Commerces et services[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Giuseppe Maria Balisoni (Olmeto, 1690 ? - Olmeto, apr. 1745)
  • Adolphe Dominique Galloni D'Istria (Olmeto, 1808 - Porto, Portugal, 1853)
  • Jérôme Galloni d'Istria (Olmeto, 1815 - Olmeto, 1890)
  • Candido Pianelli (Olmeto, 1785 - Marseille, 1855)
  • Ignazio Pianelli (Olmeto, 1754 - Ajaccio, 1825)
  • Jules Pianelli (Olmeto, 1803 - Ajaccio, 1866)
  • Michele Antonu Pianelli (Olmeto, 1747 - Ajaccio, 1833)
  • Maria Colomba Tomasi Carabelli Bartoli (Fozzano, 1775 - Olmeto, 1861), héroïne du célèbre roman de Prosper Mérimée, "Colomba"

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Didacticiel de la règlementation parasismique
  2. Étude hydrogéologique préliminaire réalisée par le BRGM
  3. « Embouchure du Taravo, plage de Tenutella, étangs de Tanchiccia et de Canniccia ». Communes de Serra di Ferro, Olmeto et Sollacaro (Corse du Sud)
  4. Table climatique
  5. Corsica Bus
  6. Transports routiers interurbains
  7. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 9 avril 2021).
  8. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 9 avril 2021).
  9. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 9 avril 2021).
  10. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Pleyben - Châteaulin », sur insee.fr (consulté le 9 avril 2021).
  11. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 9 avril 2021).
  12. « Les communes soumises à la loi littoral. », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr, (consulté le 9 avril 2021).
  13. « La loi littoral », sur www.collectivites-locales.gouv.fr (consulté le 9 avril 2021).
  14. « Loi relative à l’aménagement, la protection et la mise en valeur du littoral. », sur www.cohesion-territoires.gouv.fr (consulté le 9 avril 2021).
  15. L’application de la loi littoral aux PLU en Corse
  16. La gestion de l'urbanisme de la commune relève du règlement national d'urbanisme
  17. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le 28 mai 2021)
  18. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le 28 mai 2021). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  19. Sartenais et Valinco. Des seigneurs della Rocca à la domination génoise
  20. « présentation de la commune d'Olmeto », notice no IA2A000834, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  21. Colomba della Rebbia
  22. Un témoignage sur Colomba Carabelli
  23. Rapport fait au nom de la commission des lois constitutionnelles, de la législation et de l'administration générale de la république sur le projet de loi constitutionnelle, pour une démocratie plus représentative, responsable et efficace D’abord rattachée à la région Provence-Côte d’Azur-Corse lors de la création des circonscriptions d’action régionale en 1960, la Corse en est détachée en 1970 pour former un ensemble autonome, lequel devient un établissement public régional en 1972. Le 1er janvier 1976, elle est scindée de nouveau en deux départements, la Haute-Corse et la Corse-du-Sud, qui retrouvent approximativement les limites du Golo et du Liamone. Cette division avait pour but de conformer l’île au modèle métropolitain dans lequel une région devait regrouper plusieurs départements
  24. Les comptes de la commune
  25. Chiffres clés Évolution et structure de la population. Dossier complet
  26. « église paroissiale de l'Assomption », notice no IA2A000812, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  27. Notice no PM2A000330, base Palissy, ministère français de la Culture orgue de tribune
  28. Notice no PM2A000103, base Palissy, ministère français de la Culture orgue de tribune : partie instrumentale de l'orgue
  29. « chapelle du Saint-Esprit », notice no IA2A000814, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  30. « chapelle Saint-Roch », notice no IA2A000813, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  31. « couvent de capucins Saint-Antoine abbé », notice no IA2A000815, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  32. « ancien couvent de religieuses Sainte-Marie, actuellement maison de la famille Galloni d'Istria », notice no IA2A000817, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  33. Castello di Cuntorba
  34. « Vestiges du " Castello de Contorba " », notice no PA2A000007, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  35. La statue-menhir de Santa-Naria (Olmeto, Corse), par Roger Grosjean, Bulletin de la Société préhistorique française Année 1974 71-2 pp. 53-57
  36. Conflits commémorés : Guerre 1914-1918 - 1939-1945
  37. « monument aux morts des guerres 1914-1918 et 1939-1945 », notice no IA2A000818, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  38. « poste d'observation dit tour génoise de Calanca », notice no IA2A000840, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  39. « poste d'observation, tour génoise de Micalona », notice no IA2A000839, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  40. Lavoir, fontaine
  41. « Olmeto : le feu rouge super-star », sur www.corsematin.com (consulté le 6 novembre 2019).
  42. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  43. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  44. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  45. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  46. Établissements d'enseignements
  47. École maternelle et élémentaire
  48. Professionnels de santé
  49. Pharmacie
  50. Hôpital à Sartène
  51. Ensemble interparoissial de Propriano et Olmeto
  52. Les Appellations d’Origine Protégées (AOP) et Indications géographiques protégées (IGP) contenues dans le périmètre du site Natura 2000 « Embouchure du Taravo »
  53. La culture de l'olivier : un état des lieux qui tourmente Olmeto, Corse matin
  54. « ancienne maison de notable de la famille Pianelli, actuellement hôtel de voyageurs », notice no IA2A000735, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  55. Hôtel Villa les orangers
  56. Campings
  57. « ancien établissement thermal dit Bains de Baraci », notice no IA2A000821, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  58. Ancien établissement thermal, Bains de Baraci
  59. Les Bains de Baraci