Boulevard Malesherbes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Malesherbes.

8e,17e arrts
Boulevard Malesherbes
Image illustrative de l’article Boulevard Malesherbes
Le boulevard Malesherbes avec, en perspective, l’église Saint-Augustin.
Situation
Arrondissements 8e (nos 2 à 92 et 1 à 121)
17e
Quartiers Europe
Madeleine
Début Place de la Madeleine
Fin Boulevard Berthier
Morphologie
Longueur 2 650 m
Largeur 46 m
Historique
Création 1808
Géocodification
Ville de Paris 5878
DGI 5951

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Boulevard Malesherbes
Images sur Wikimedia Commons Images sur Wikimedia Commons

Le boulevard Malesherbes est une voie des 8e et 17e arrondissements de Paris.

Situation et accès[modifier | modifier le code]

Il commence place de la Madeleine, se dirige vers le nord-ouest dans le 8e arrondissement jusqu'au boulevard de Courcelles et se poursuit au-delà dans le 17e arrondissement pour finir porte d'Asnières à l'intersection avec le boulevard Berthier.

Origine du nom[modifier | modifier le code]

Chrétien-Guillaume de Lamoignon de Malesherbes.

Cette voie porte le nom de Chrétien-Guillaume de Lamoignon de Malesherbes (1721-1794), directeur de la Librairie sous Louis XV et Louis XVI et avocat de ce dernier lors de son procès.

Historique[modifier | modifier le code]

Plaque de rue du boulevard.

La création d’une voie allant de la place de la Madeleine à la barrière de Monceau fut décidée par un décret impérial du .

La première partie réalisée entre la place de la Madeleine et la rue d'Anjou prit la dénomination de la voie actuelle en 1824. Le projet fut complété en 1840, sur une largeur réduite, par l'ouverture de la rue Malesherbes, actuelle rue du Général-Foy, de la rue de la Bienfaisance à la rue de Monceau dans le cadre du lotissement du quartier de l'Europe. Cette rue fut prolongée en 1848 au sud de la rue de la Bienfaisance jusqu'à la rue de Laborde. Ce court tronçon qui longe l'église Saint-Augustin est l'actuelle avenue César Caire.

La poursuite du projet entre la rue d'Anjou et la rue de Laborde fut différé après l'ouverture des ces premiers tronçons. Le prolongement du boulevard au nord de la rue d'Anjou s’inscrivit dans la politique de grands travaux à Paris menée par le baron Haussmann sous le Second Empire de 1853 à 1870. La partie située entre la rue d'Anjou et la rue de Monceau fut ouverte en 1854 sur un tracé dévié à l'ouest du projet initial au nord de la place Saint-Augustin. Cette modification était liée au lotissement du pourtour du parc Monceau et de la plaine Monceau, le boulevard passant par la place Malesherbes créée à la même époque dans le cadre de cette opération d'urbanisme et non en ligne droite de la place de la Madeleine à la barrière de Monceau (actuelle place Prosper Goubaux) comme prévu à l'origine. La partie entre le boulevard de Courcelles et le boulevard Berthier fut ouverte en 1860, celle entre la rue de Monceau et le boulevard de Courcelles en 1861 par accord entre avec Émile Pereire et la ville de Paris.

L'intervention d'Émile Pereire, important propriétaire foncier et spéculateur immobilier, dans cette opération d'urbanisme est rappelée par Haussmann dans ses mémoires.

« J’obtins des trois propriétaires de la Plaine de Monceau M.M. Pereire, Deguingand, Jadin et d’Offémont, l’abandon gratuit de tous ls terrains leur appartenant, dont l’occupation était nécessaire à ces trois voies nouvelles [avenue de Wagram, avenue de Villiers et prolongement du boulevard Malesherbes jusqu'à la porte d'Asnières] [et à d'autres voies et places dans le quartier de la plaine Monceau…]. La contenance totale de ces terrains s’élevait à plus de 8 hectares […]. Les intéressés les cèdèrent sans indemnité, précisément en vue de l’énorme plus-value que la plaine Monceau doit aux percements dont il s’agit et à d’autres que les mêmes propriétaires eurent ensuite l’intelligence d’y faire. […]. Déduction faite des contributions des Communes des Batignolles et de Neuilly, montant à 250 000 francs, les trois voies nouvelles qui m’occupent coûtèrent au Département 3 200 000 francs environ, pour l’expropriation des parcelles n’appartenant pas aux cinq grands propriétaires ci-dessus nommés et pour les travaux de toutes nature que M. Émile Pereire, le négociateur de cette affaire laborieuse, entreprit à forfait moyennant un million[1]. »

Le boulevard Malesherbes fut inauguré par Napoléon III en 1863.

Dans les années 1950, le boulevard Malesherbes a été profondément transformé par l'élargissement de sa chaussée automobile, passée de 14 à 22 mètres de large, au détriment des trottoirs[2]

Bâtiments remarquables et lieux de mémoire[modifier | modifier le code]

Plaque commémorative en mémoire du FFI Marcel Faisy[3] au no 30 du boulevard.
  • Sur ce boulevard, le peintre, affichiste Paul Colin avait monté et dirigeait une école de dessin qui fonctionna de 1929 à 1970.
  • No 2 : en 1884, le célèbre violoniste et compositeur espagnol Pablo de Sarasate (1844-1908) loua un vaste appartement dans cet immeuble et le fit décorer par son ami le peintre Whistler.
  • No 9 : Marcel Proust et sa famille y vécurent du à 1900, dans un appartement de sept pièces du bâtiment en fond de cour dont les fenêtres donnaient sur la rue de Surène. « À droite, le cabinet du docteur Proust. À gauche du salon, la chambre de Proust, avec une fenêtre sur cour où l'on voit un arbre. Près du lit, une grande table pleine de livres et de papiers, ainsi que le matériel pour les fumigations d'eucalyptus. […] Vis-à-vis du salon, côté cour, la salle à manger. Au pied de l'immeuble, en face d'une colonne Morris (qui existe toujours devant le 8 sur le trottoir opposé) sur laquelle Marcel court chaque matin voir les spectacles annoncés, se trouvent des boutiques de tailleurs, les maisons Eppler et Sandt et Laborde, où l'on accède depuis la cour, à l'instar de la boutique du tailleur Jupien de la Recherche, dans la cour de l'hôtel des Guermantes où les parents du narrateur ont emménagé. On voit d'ailleurs aujourd'hui encore les emplacements, dans cette cour, des petites boutiques obscures du rez-de-chaussée. C'est dans cette cour que Proust transposera la rencontre de Charlus et de Jupien qui n'est pas encore nommé dans Swann, le giletier de Mme de Villeparisis qui le trouve “l'homme le plus distingué, le mieux fait qu'elle eût jamais vu” […] En face, au 8, se trouve la boulangerie Cerisier, qui n'existe plus[4]. » Fernand Gregh évoque « une belle grande maison » : « L'impression que j'en ai gardée, et que je retrouve en fermant les yeux, est celle d'un intérieur assez obscur, bondé de meubles lourds, calfeutré de rideaux, étouffé de tapis, le tout noir et rouge, l'appartement-type d'alors, qui n'était pas si éloigné que nous le croyons du sombre bric-à-brac balzacien[5]. »
No 32.
No 56 : l'hôtel Cail (actuellement mairie du 8e arrondissement).
  • No 29 : ici était le domicile de Balthazar Bance (1804-1862), célèbre graveur et éditeur d'art et d'architecture et de son épouse, née Louise Charlotte Tullié Joyant (1809-1887) qui y mourut. Leur fils, le peintre Albert Bance (1848-1899) y vécut dans sa jeunesse[6].
  • No 32 : immeuble construit vers 1860, remarquable notamment par ses jardins d’hiver à structure métallique[7].
  • No 33 : à cette adresse mourut James Combier (1842-1917), premier maire élu de Saumur (49). Très anticlérical, il avait interdit les processions religieuses.
  • No 56 : hôtel Cail, ayant appartenu à Mme Hébert[Qui ?] en 1910[8]. Aujourd'hui mairie du 8e arrondissement.
  • No 60 : galerie de tableaux Van Ryck (1925-1962) (Jean Van der Vinck).
  • No 64 : quartier général de Marine Le Pen pour l’élection présidentielle française de 2012[9].
  • No 84 : le compositeur autrichien Rodolphe Berger (1864-1916) a été domicilié à cette adresse[10]. Ayant négligé de se faire naturaliser, il est contraint de s'exiler en 1914 au moment de la mobilisation pour la Grande Guerre et se suicidera deux ans plus tard à Barcelone. Le compositeur Jacques Thiérac (1896-1972) a habité cet immeuble de 1936 à sa mort en 1972 (plaque commémorative).
  • No 98 : immeuble construit en 1904 par les architectes Le Nevé et D'Hont, à l'emplacement de l'ancien hôtel Valtesse de La Bigne (voir bâtiments détruits, ci-dessous). Henri Goublier, compositeur a habité dans cet immeuble de 1931 à 1951 (plaque commémorative).
No 108.
Plaque du 154, boulevard Malesherbes, Paris.
  • No 154 : ici résida Gabriel Fauré de 1886 à 1911.
  • No 160 : en 1909, Coco Chanel y a fait ses débuts à Paris comme modiste, dans une garçonnière en rez-de-chaussée prêtée par son ami Étienne Balsan.
  • No 165 : consulat général d'Espagne.
  • No 167 : ici vécut Françoise Sagan dans sa jeunesse ; elle y écrivit Bonjour tristesse durant l'été 1953[15].
  • No 189 : immeuble construit pour la MAF par Henri Pottier (1964).
  • No 190 (angle de la rue Juliette-Lamber) : Juliette Adam (1836-1936), écrivaine et salonnière féministe auparavant installée au 23, boulevard Poissonnière inaugura ici le avec un bal costumé son nouveau logis[16] qui accueillit désormais son célèbre salon littéraire fréquenté par des hommes influents notamment dans les milieux de la politique et de la littérature.
Le boulevard au niveau de la place du Guatemala.

Bâtiments détruits[modifier | modifier le code]

Habitants célèbres[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Notes, sources et références[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  1. Baron Haussmann, Mémoires tome II, Victor Havard, , p. 499.
  2. Frédéric Héran, Le Retour de la bicyclette. Une histoire des déplacements urbains en Europe, de 1817 à 2050, Paris, La Découverte, 2015, 255 p. (ISBN 9782707186812), p. 74.
  3. « Marcel Eugène Faisy », maitron-fusilles-40-44.univ-paris1.fr.
  4. Henri Raczymow, Le Paris retrouvé de Marcel Proust, Paris, Parigramme, 2005, 199 p. (ISBN 978-2840964162), p. 44-47.
  5. Fernand Gregh, Mon amitié avec Marcel Proust, cité dans Henri Raczymow, op. cit., p. 48-49.
  6. Hervé Bernard, Albi, patrie de Rieunier, un homme illustre de la marine française, éd. de l'auteur, juillet 2013.
  7. Protections patrimoniales, 8e arrondissement, Ville de Paris, Règlement du PLU, tome 2, annexe VI, p. 237 à 432.
  8. Félix de Rochegude, Promenades dans toutes les rues de Paris. VIIIe arrondissement, Paris, Hachette, 1910, p. 57.
  9. « […] Marine Le Pen est installée rive droite, dans 160 m2 loués 10 500 euros. […] », avec une carte indiquant le « 64, boulevard Malesherbes » comme adresse du QG. « Des lieux stratégiques pour la présidentielle : un QG pour partir au combat », quotidien gratuit Direct Matin, no 1028, jeudi 9 février 2012, p. 7.
  10. Jacques Hillairet : Dictionnaire Historique des rues de Paris, Éditions de Minuit, Paris, 1963, (ISBN 2-7073-0092-6), p. 93.
  11. Pyra Wise, Sur une note de régie elliptique de Proust : les Saint-Marceaux et les nymphéas de Monet, Institut des textes et manuscrits modernes (ITEM), (en ligne).
  12. Agathe Aparicio, arbre généalogique de Jacques Baugnies de Saint-Marceaux, annotations (en ligne sur geneanet.org.
  13. Alphonse Louis Pierre Trimolet, Maison de Detaille, 129 boulevard Malesherbes, mars 1882, dessin, Paris, Musée Carnavalet
  14. Cadastre 129 boulevard Malesherbes (en ligne sur le site bercail.com
  15. Loïc Sellin et Denis Taranto, « Sagan : l'album retrouvé », Vanity Fair, no 26, août 2015, p. 140-149.
  16. Alain Quella-Villéger, Pierre Loti, Aubéron, 1998, p. 187.
  17. Rochegude, op. cit., p. 56.
  18. Rochegude, op. cit., p. 57. Selon d'autres sources, il résidait à cette date no 6, rue Arsène-Houssaye.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Félix de Rochegude, Promenades dans toutes les rues de Paris. VIIIe arrondissement, Paris, Hachette, 1910Document utilisé pour la rédaction de l’article.