Georges Dambier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Georges Dambier
Georges dambier.jpg
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 86 ans)
Nationalité
Activité
Autres informations
A travaillé pour
Site web

Georges Dambier, né le à Paris et mort en , est un photographe portraitiste et photographe de mode français.

Prolifique photographe de mode publié dans plusieurs magazines, il est fidèle à Elle qui lui accorde nombre de commandes et lui permettra de travailler avec les plus grands modèles des années 1950.

Fondateur de l'éphémère magazine Twenty dans les années 1960, il participe à la création de VSD la décennie suivante.

Biographie[modifier | modifier le code]

Georges Dambier apprend à dessiner auprès de Paul Colin[1]. Il devient ensuite assistant de Willy Rizzo[2] et découvre la photographie.

Il fréquente Le Bœuf sur le toit, Le Lido, la Rose Rouge, Le Lorientais, Le Tabou, les clubs et cabarets de Saint-Germain-des-Prés. À la fin de la Guerre, il s'arrange un soir pour prendre une photo de Rita Hayworth venue incognito dans un club de jazz[2]. Il vend les clichés à France Dimanche et se fait embaucher dans ce journal[3], comme photographe de reportages ; il parcourt alors le monde. Georges Dambier devient ami avec les mannequins Capucine, Bettina, Ivy Nicholson, Brigitte Bardot[n 1] et le couturier Jacques Fath. Logiquement, il se tourne alors vers la photographie de mode, soutenu et encouragé par Pierre[3], puis Hélène Lazareff qui lui donne ses premières commandes[1],[2]. Comme Richard Avedon, il fait sortir les mannequins des studios et les photographie dans les rues de Paris[4].

En 1954, il est sollicité par Robert Capa pour prendre la tête du département « Mode » de l'agence Magnum ; la mort de ce dernier fait que le projet n’aboutit pas. Il monte alors son propre studio photo Rue de la Bienfaisance et continue sa carrière comme photographe indépendant.

Il collabore avec le magazine Elle toujours, mais également Vogue, Le Jardin des Modes, Marie France, L'Express, Virginie Couture, Nouveau Femina, ou Jours de France, réalisant photographies de mode ou campagnes publicitaires. En parallèle de ces activités, il réalise des couvertures de disques[2] et posters pour le compte d'Eddie Barclay et Jacques Canetti, ainsi que de nombreux portraits de personnalités comme Sacha Distel, Zizi Jeanmaire, Dalida, ou Jeanne Moreau[3].

Les plus importants modèles de l'époque passent sous son objectif : Maxime de la Falaise (en)[n 2], Capucine[n 3], Sophie Litvak[n 4], Fiona Campbell-Walter[n 5], Suzy Parker[n 6], sa sœur Dorian Leigh[n 7], Ivy Nicholson[n 8], Bettina[n 9] le mannequin vedette de Fath, Jill Howard[n 10] Barbara Mullen[n 11], Marie-Hélène Arnaud[n 12],[4], Simone D'Aillencourt[n 13], Lucinda Hollingsworth[n 14].

En 1964, il fonde et prend la direction artistique du magazine Twenty, mélange de culture et de mode. Il s'accorde les services de Just Jaeckin, Jean Paul Goude, ou Philippe Labro[3]. Le magazine durera deux ans, et il retourne à la photo pour les magazines ou la publicité[3].

Avec Maurice Siegel, il participe à la création du magazine VSD à la fin des années 1970 pour la partie artistique et photographique ; il sera à l'origine du logo de toutes les couleurs[3].

Il prend sa retraite de photographe à Sourzac dans les années 1980. Georges Dambier meurt en mai 2011[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Avant d'être actrice, Brigitte Bardot se fait connaitre par ses premières photos publiées dans Elle. Georges Dambier signe une série pour ce magazine au début des années 1950, ainsi qu'en 1954 une publicité regroupant Bardot et Bettina au sein de l'image.
  2. Maxime de la Falaise : par exemple en 1951.
  3. Capucine : par exemple plusieurs fois en 1952.
  4. Sophie Litvak : pour Elle en 1952 puis janvier de l'année suivante.
  5. Fiona Campbell-Walter : en 1953 habillée en Marc Bohan pour Elle, puis 1954.
  6. Suzy Parker : en 1952, puis 1953 pour Elle
  7. Dorian Leigh : en 1953, 1954 et 1957.
  8. Ivy Nicholson : en 1952, 1954 et 1956.
  9. Bettina : plusieurs fois en 1953, puis en 1954 et 1955.
  10. Jill Howard : en 1956, 1957 et 1958.
  11. Barbara Mullen : en 1957, puis l'année suivante pour le numéro de septembre de Elle.
  12. Marie-Hélène Arnaud : pour le numéro de juin 1952 de Elle, 1957 de nombreuses fois dont le numéro de février, mars, puis juin de Elle, ainsi que pour le numéro de mars 1958 de Elle.
  13. Simone D’Aillencourt : 1957 et 1959
  14. Lucinda Hollingsworth : 1958 et 1959.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b François Julien, « Georges Dambier : l'homme qui aimait ses modèles », sur vsd.fr, VSD (consulté le 28 mars 2014)
  2. a, b, c, d et e « Disparition de Georges Dambier, photographe des stars », Sud Ouest,
  3. a, b, c, d, e et f François Julien, « Georges Barbier : de BB à "VSD" », VSD, no 1765,‎ , p. 52 à 54 (ISSN 1278-916X, lire en ligne)
  4. a et b (en) Cathy Horyn, « Curious about Georges », On The Runway, sur runway.blogs.nytimes.com, The New York Times, (consulté le 28 mars 2014)

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Danièle Bott et Georges Dambier, Regards de mode : Paris Fifties, Ramsay, coll. « Beaux Livres », , 173 p. (ISBN 978-2841149568)
  • Paris Mode : 100 photos de légende, Parigramme, , 128 p. (ISBN 978-2-84096-880-1, présentation en ligne), p. 37 à 77
    Ouvrage collectif comportant plusieurs photographies de Dambier.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Filmographie[modifier | modifier le code]

  • Georges Dambier photographe Who's that guy?, 2016, 52 minutes, film documentaire de Miguel Sanchez-Martin, coproduction Amo Films/ France 3, diffusé sur France 3 le 14 novembre 2016.