Germaine Sablon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Sablon.
Germaine Sablon
Biographie
Naissance
Décès
Sépulture
Nationalité
Activités
Père
Fratrie
André Sablon
Jean Sablon
Marcel Sablon (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Conflit
Distinctions

Germaine Berthe Sablon, née le au Perreux-sur-Marne et morte le à Saint-Raphaël, est une chanteuse et une actrice française.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fille de Charles Sablon (compositeur né en 1871), sœur d'André Sablon (compositeur), de Jean Sablon (chanteur) et de Marcel Sablon, directeur des Ballets de Monte-Carlo, Germaine Sablon commence une carrière de chanteuse d'opérettes en 1915. À partir de 1919, elle joue dans des films muets.

Elle interrompt sa carrière dans les années 1920 pour mettre au monde deux fils.

Dès 1932, elle commence à enregistrer ses chansons. Parallèlement, sa carrière d'actrice subit un tournant considérable avec l'avènement du parlant.

En 1940, elle quitte Paris pour Saint-Raphaël. Elle héberge alors Joseph Kessel (avec qui elle aura une longue relation) et Maurice Druon, neveu de celui-ci. Avec André Girard et André Gillois, elle lutte contre l'occupant.

En 1941, elle se réfugie en Suisse, puis à Londres en 1943.

Le 30 mai 1943, elle chante pour la première fois Le Chant des partisans et l'enregistre pour le film de propagande Three Songs about Resistance (d'Alberto Cavalcanti)[1].

Engagée dans la France libre, elle poursuit la guerre en tant qu'infirmière dans l'ambulance Hadfield-Spears et suit la 1re division française libre en Italie et en France[2].

De 1945 à 1955, elle enregistre une trentaine de chansons.

Mariée deux fois, en 1918 à Maurice Bloch, puis en 1921 à Charles Legrand, elle fut pendant de longues années la compagne de l'écrivain Joseph Kessel.

Germaine Sablon est chevalier de la Légion d'Honneur, et titulaire de la croix de guerre 39-45.

Ses chansons[modifier | modifier le code]

  • Vous ne savez pas (duo avec Jean Sablon)
  • Mon légionnaire
  • Mon homme
  • La petite île
  • Partance
  • Le Chant des partisans
  • Paris est à nous

Filmographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Guillaume Piketty, Français en résistance : carnets de guerre, correspondances, journaux personnels, Robert Laffont, (lire en ligne), p. 309
  2. Le 22e BMNA au Garigliano, par Germaine Sablon, sur le site de la Fondation de la France libre.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Yvan Foucart: Dictionnaire des comédiens français disparus, Mormoiron : Éditions cinéma, 2008, 1185 p. (ISBN 978-2-9531-1390-7)
  • Jacques Richard, Dictionnaire des acteurs du cinéma muet en France, éd. de Fallois, 2011, 909 p. (ISBN 978-2-87706-747-8)

Liens externes[modifier | modifier le code]