Union des artistes modernes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir UAM et Union des artistes.
Union des artistes modernes
Logo de l’association
Cadre
But Arts décoratifs
Surnom UAM
Fondation
Fondation 1929
Fondateur Robert Mallet-Stevens
Identité
Secrétaire Raymond Templier
Dissolution
Dissolution 1958
Fusionnée dans Centre de création industrielle

L'Union des artistes modernes, abrégé par le sigle UAM, est un mouvement d'artistes décorateurs et d'architectes fondé en France en 1929 par Robert Mallet-Stevens. Stoppée par la Seconde Guerre mondiale, l'UAM reprend ses activités avec les expositions Formes utiles à partir de 1949. L'UAM s'arrête définitivement en 1958 mais les expositions « Formes utiles » se prolongent et sont à l'initiative du Centre de création industrielle en 1969.

Histoire[modifier | modifier le code]

Fondation de l'UAM[modifier | modifier le code]

L'UAM a été fondée après une négociation manquée pour l'organisation du Salon des artistes décorateurs de 1929 : les futurs membres, pour la plupart proches de l'architecture et unis depuis 1925, trouvent l'espace qui leur est accordé inadapté et insuffisant et décident de s'émanciper de la Société des artistes décorateurs en organisant une structure et des événements indépendants.

Ils fondent un Comité directeur avec Hélène Henry, René Herbst, Francis Jourdain, Robert Mallet-Stevens (président) et Raymond Templier (secrétaire). Parmi les membres fondateurs de ce projet se trouvent les frères Jean et Joël Martel, Charlotte Perriand et Gustave Miklos[1].

Les membres de ce mouvement s'émancipent des notions décoratives pour se concentrer sur la fonction, la structure et exploiter les nouveaux matériaux et les nouvelles techniques afin de les adapter à une vision moderne et revalorisée des arts décoratifs.

Formes utiles[modifier | modifier le code]

En 1945, après la mort de Robert Mallet-Stevens en février et la signature de l'Armistice en mai, l'UAM ne retrouve pas son activité initiale et perd sens alors que ses membres sont autorisés à participer au Salon des artistes décorateurs. La priorité est alors la Reconstruction. Les membres éprouvent des difficultés à se réunir pour organiser des événements. Georges-Henri Pingusson tente d'y remédier en publiant le « Manifeste 49 » qui reste sans écho. Quant au nouveau président, René Herbst, il organise l'événement "Formes Utiles" où l'UAM sélectionne des objets industriels pour une présentation au Salon des arts ménagers (SAM) avec une thématique annuelle[2]  :

  • Pavillon de Marsan, 1949-1950 : « Formes utiles - objets de notre temps »
  • SAM 1951 : les appareils sanitaires
  • SAM 1952 : le siège
  • SAM 1953 : les appareils portatifs d'éclairage, le petit outillage électrique, le verre à boire
  • SAM 1954 : le fer à repasser
  • SAM 1955 : la casserole
  • SAM 1956 : la table de repas et son service
  • SAM 1957 : le fauteuil relax

De plus en plus spécialisée dans le design industriel, l'UAM ne séduit plus, la dispute avec les décorateurs est très lointaine. D'autre part, les idées du moment en architecture se découvrent plus largement dans les congrès internationaux d'architecture moderne. Quant aux jeunes talents attirés par le domaine prestigieux du design des meubles, ils se rassemblent désormais dans l'Association des créateurs de modèles de série (ACMS).

Liste des membres de l'UAM[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Arlette Barré-Despond, UAM : Union des artistes modernes, Paris, éd. du Regard, coll. « Artistes méconnus à reconnaître », , 573 p. (ISBN 2-903370-25-7)
  • Chantal Bizot, Yvonne Brunhammer et Suzanne Tise, Les Années UAM : 1929-1958, Paris, Union des arts décoratifs, , 268 p. (ISBN 2-901422-11-X) : catalogue de l'exposition organisée au musée des arts décoratifs de Paris du 27 septembre 1988 au 29 janvier 1989
  • Patrick Favardin, Les décorateurs des années 50, Paris, éd. Norma, , 336 p. (ISBN 2-909283-61-5)
  • D. Cichocka, E. Bastin, C. Patkai, J. Renoux, Gustave Miklos, Un grand œuvre caché, vol. 1. Paris, Fata Libelli, 2013, 224 pp. (ISBN 978-2954480107)
  • D. Cichocka, M.-H. Christatos, C. Patkaï et J. Renoux, Gustave Miklos : le moderniste byzantin vol. 2. Paris, Fata Libelli, 2014, 256 p. (ISBN 978-2-9544801-2-1)

Références[modifier | modifier le code]

  1. Charlotte Perriand, Une vie de création, Odile Jacob, 1998, 430 pages, p. 36.
  2. Louis Brulliard, « Formes Utiles », Meubles et décors, novembre 1956, pp. 8 et 30.
  3. Sœur de Tamara de Lempicka qui a habité un studio parisien de la rue Méchain réalisé par Mallet-Stevens.