Le Feu sur la terre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Le Feu sur la terre
Auteur François Mauriac
Pays Drapeau de la France France
Éditeur Bernard Grasset
Lieu de parution Paris
Date de parution
Nombre de pages 190
Date de création
Metteur en scène Jean Vernier
Lieu de création Théâtre des Célestins

Le Feu sur la terre, sous-titré Le Pays sans chemin, est une pièce de théâtre en quatre actes de François Mauriac créée le au Théâtre des Célestins à Lyon dans une mise en scène de Jean Vernier.

Écriture de la pièce[modifier | modifier le code]

À l'été 1949, François Mauriac prend ses quartiers d'été à Malagar afin de se remettre, dans la solitude, à écrire un roman alors qu'il éprouve à cette époque de grandes difficultés créatrices. L'avancement de L'Agneau étant laborieux — le roman ne sera publié qu'en 1954 — il décide de se rabattre sur l'écriture de cette pièce de théâtre dont le titre lui sera inspiré par les incendies fréquents de pinède qu'il observe depuis son enfance sur la terrasse de Malagar[1].

La pièce est créée le au théâtre des Célestins de Lyon, à la demande de Jacques Hébertot, dans une mise en scène de Jean Vernier, des décors de Paul Colin, et des costumes de Tristan Maurice[1],[2]. Elle est ensuite montée à Paris au Théâtre Hébertot[3] le puis diffusée à la fin du mois de décembre 1950 sur la Radiodiffusion-Télévision française avec une présentation de Georges Duhamel[4].

Le texte du Feu sur la terre paraît en 1951 aux éditions Bernard Grasset.

Argument[modifier | modifier le code]

Distribution des rôles à la création[modifier | modifier le code]

Réception critique[modifier | modifier le code]

Après le difficile et douloureux échec pour Mauriac de Passage du malin (1947), sa précédente pièce éreintée par la critique, la réception journalistique du Feu sur la terre est correcte, voire polie, avec un bon accueil du public[1]. Cette pièce, la dernière de Mauriac, marque également pour son auteur une prise de conscience du décalage qui existe désormais entre son théâtre et son écriture « académique » avec les nouveaux auteurs dramatiques tels que Samuel Beckett ou Eugène Ionesco[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d Jean-Luc Barré, François Mauriac, biographie intime, t. 2 - 1940-1970, éditions Fayard, 2010 (ISBN 978-2-213-65577-2), p.192-194.
  2. Le Feu sur la terre sur le site du Patrimoine des bibliothèques d'Aquitaine
  3. Le Feu sur la terre sur le site de l'Association de la Régie théâtrale.
  4. Correspondance François Mauriac - Georges Duhamel (1919-1966), Jean-Jacques Hueber, éditions Klincksieck, Paris, 1997, (ISBN 9782252031315), p.214-216