Mariette Lydis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Mariette Lydis
Mariette Lydis (1936).jpg

Mariette Lydis (1936)

Naissance
Décès
Nom de naissance
Marietta Ronsperger
Nationalité
Activité
Peintre

Mariette Lydis (Vienne 1887-Buenos Aires 1970) est une artiste peintre et une illustratrice autrichienne qui a connu le succès à Paris, dans les années 1930, à Montparnasse, puis en Argentine où elle s'expatrie en 1940.

Biographie[modifier | modifier le code]

Mariette Lydis nait à Vienne en Autriche, le 24 août 1887, sous le nom de Marietta Ronsperger, fille de Franz Ronsperger et de Eugenia Fischer. Sa sœur Edith Ronsperger, née le 12 février 1880, créatrice de livrets d'Opéra, se suicide à Florence en 1921, et son frère Richard, né le 14 mars 1881, et mort le 15 février 1932, aurait été interné.

De 1919 à 1922, elle signe ses œuvres des initiales MPK pour Marietta Pachoffer Karñy, nom issu de son premier mariage en 1910.

Mariée ensuite à Jean Lydis, elle vit à Castella près d'Athènes. Le couple se sépare en 1925.

Elle vit ensuite près de Florence Villa Ruspoli, San Domenico di Fiesole en Italie.

En 1925, elle fait la connaissance de Massimo Bontempelli qui l'emmène à Paris. Elle s'installe en France de 1926 à 1939. Elle se lie au comte Giuseppe Govone, éditeur d'art, en 1928 et l'épouse le 1er août 1934. Pour lui elle illustre les livres de beaucoup d'auteurs et entretient une grande amitié avec Henry de Montherlant.

Elle part pour l'Angleterre avec son amie éditrice Erica Marx ; après Cobham elle s'installe à Winchcombe, en 1939, jusqu'à son départ pour Buenos Aires en juillet 1940.

En 1949 elle publie ses peintures et dessins récents dans Mariette Lydis (Paris: Nouvelles Editions Françaises, 1949), avec une préface de Henry de Montherlant. Cette collection de seize œuvres contient, par exemple, Legato (dessin, 1943) ; Pietà (dessin, 1943) ; I am the Mother of Our Lord (dessin) ; et surtout son chef-d'œuvre Doña Gregoria (dessin, 1944).

Une donation au musée de Buenos Aires (Museo Eduardo Sivori) en 1969 lui assure la postérité comme artiste argentine[1].

Décédée le , elle repose au cimetière du quartier de la Recoleta à Buenos Aires.

Style[modifier | modifier le code]

Mariette Lydis est notamment connue par ses estampes en couleurs et par ses illustrations (Les Fleurs du mal, par exemple) aux nuances délicates. Sa gravure est comparable dans sa finesse au travail de Foujita[2].

Liste des œuvres[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. (es) Œuvres de Lydis sur le site du ministère de la culture argentine.
  2. Dans le Bénézit VII/31.
  3. Catalogue : « Un Enfer Privé : Collection Sieglinde et Karl Ludwig Leonhardt », Pierre Bergé & associés, 2009.
  • Correspondances Bontempelli (Paul Getty), Montherlant (GB), Marie Bonaparte, Genia Schwarzwald, Marie Stiazny, Elisabeth Janstein, Erica Marx (Hermann Marx, Ernest Maggs), Julia Saint (Clara, Edmond),Jacques Vialetay, Carmen Jaubert-Guillard, John J O'Driscoll, Joseph Delteil, Mac Orlan, Margarethe Wallman, ...