Le Tonnant (S614)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Page d'aide sur l'homonymie Pour les autres navires du même nom, voir Le Tonnant.

Le Tonnant
Image illustrative de l’article Le Tonnant (S614)
Le Redoutable , sister-ship du Tonnant.
Type SNLE
Classe Le Redoutable
Histoire
A servi dans Civil and Naval Ensign of France.svg Marine nationale
Chantier naval Cherbourg
Quille posée
Lancement
Armé
Statut désarmé le
en démantèlement depuis le
Caractéristiques techniques
Longueur 128,7 m
Déplacement 8 080 t en surface
9 000 t en plongée
Propulsion 1 réacteur à eau pressurisée
2 turbines à vapeur avec un groupe turboréducteur
1 hélice
2 diesels-alternateurs SEMT Pielstick 8PA4V185 de 450 kW
Puissance 16 000 ch
Vitesse 20 nœuds (37 km/h)
Caractéristiques militaires
Armement 16 missiles balistiques M20 nucléaires
Électronique 1 radar DRUA 33
1 sonar DMUX 21 multifonctions
1 antenne remorquée DSUV 61B à TBF
1 sonar passif DUUX 5
1 détecteur de radar ARUR 12
Carrière
Port d'attache Île Longue (Finistère)

Le Tonnant (S614) est un sous-marin nucléaire lanceur d'engins de la marine française de classe Le Redoutable en service entre 1980 et 1999.

Histoire[modifier | modifier le code]

Conception, construction[modifier | modifier le code]

Le Tonnant est mis sur cale le .
Lancé le , il entre en service le ce qui en fait le cinquième bâtiment de la classe Le Redoutable.

Le premier ministre, Pierre Mauroy y passe deux nuits et un jour du mercredi 11 au vendredi , lors d'une visite aux installations de la Force océanique stratégique (FOST) à l'Île Longue[1].

Il fera partie de la FOST durant 19 ans[2].

Refonte M4[modifier | modifier le code]

Du au , il subit une refonte, dite « refonte M4 », réalisée à Cherbourg-Octeville, qui consiste principalement à la mise en place d'un nouveau système d'armes, le missile M4[3].

Désarmement[modifier | modifier le code]

Ce sous-marin est désarmé le , à l’occasion du remplacement graduel des anciens sous-marins par ceux de nouvelle génération, de la classe Le Triomphant.
Il est alors ramené au simple état de coque débaptisée, attend une démolition à Cherbourg.

Déconstruction[modifier | modifier le code]

La Direction générale de l'Armement (DGA) initie en le programme de déconstruction de ce sous-marin, avec ceux de la classe Le Redoutable[4].

Après deux ans de préparation des installations à Cherbourg, le Tonnant est le premier sous-marin de la classe à être démantelé. L'opération a commencé le et devrait durer 18 mois. Elle est conduite par Naval Group, avec l’appui de Veolia (pour le recyclage) et de Neom, filiale de Vinci (pour le désamiantage).

Près de 87% de la masse du sous-marin sera recyclée, dont notamment 1 500 tonnes d’acier spécial, 2 000 tonnes d’acier ferreux, 1 000 tonnes d’aciers non ferreux, de cuivre et d’acier inoxydable, et 800 tonnes de plomb. La masse de déchets amiantés est estimée à 210 tonnes[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « M. Mauroy a passé un jour et deux nuits à bord du "Tonnant" », sur Le Monde.fr (consulté le 9 février 2018)
  2. Laird R.F (1984) French Nuclear Forces in the 1980s and the 1990s. Comparative Strategy, 4(4), 387-412.
  3. « Sous-marin nucléaire lanceur d'engins Le Tonnant », sur netmarine.net, (consulté le 11 février 2017).
  4. Laurent Lagneau, « La DGA a lancé la déconstruction des sous-marins de la classe « Le Redoutable » », opex360.com,‎ (lire en ligne).
  5. Benoît Merlet, « Cherbourg : La déconstruction des vieux SNLE débute », sur Mer et marine, (consulté le 12 septembre 2018).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]