Missile mer-sol balistique stratégique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant les armes
Cet article est une ébauche concernant les armes.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (août 2016).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Un missile mer-sol balistique stratégique (MSBS) - en anglais SLBM : Submarine Launched Ballistic Missile - est un missile balistique dont l'ogive contient une ou plusieurs têtes nucléaires, et qui est lancé depuis un sous-marin nucléaire lanceur d'engins (SNLE) en plongée. Ce type de missiles arme les forces nucléaires stratégiques ; il constitue, dans les doctrines de dissuasion nucléaire, l'arme de seconde frappe ou de rétorsion.

Missiles par pays[modifier | modifier le code]

France[modifier | modifier le code]

Missiles M45 et M51 dans des coques de SNLE (classe Le Redoutable, à gauche) et de SNLE-NG (classe Le Triomphant, à droite)

Plusieurs générations de missiles stratégiques se sont depuis succédé, ils équipent les sous-marin nucléaires lanceurs d’engins (classe Le Redoutable puis classe Le Triomphant) de la Force océanique stratégique :

  • Le M-1 est le premier missile de ce type construit en France. Sa réalisation est décidée par le gouvernement français en 1963; il entre en service en 1971.
  • le M-2 de portée accrue à partir de 1974
  • le M-20 doté d'une charge mégatonnique entre 1976 et 1985
  • le M-4 plus volumineux, à trois étages au lieu de deux et porteur de têtes multiples, en service entre 1987 et 2005[1].
  • le M-45 en service depuis 1997[1]
  • Le M-51, opérationnel depuis 2010[1]

États-Unis et Grande-Bretagne[modifier | modifier le code]

Départ d’un Trident.

URSS puis Russie[modifier | modifier le code]

L'URSS eu un maximum de 940 de ces missiles en service dans la marine soviétique durant la guerre froide. En 2011, la marine russe en déploie 160.

République populaire de Chine[modifier | modifier le code]

Article connexe : Arsenal nucléaire de la Chine.

Inde[modifier | modifier le code]

Corée du Nord[modifier | modifier le code]

Liste des missiles[modifier | modifier le code]

nom local nom O.T.A.N. pays dépl. ogives charge masse propulsion portée Précision tir
UGM-27 Polaris USA et G.-B. 1960 1 600 kt 13 t sol. et sol. 1 850 km 1 800 m submergé
R-13 (en) SS-N-4 Sark URSS 1961 1 1 Mt 14 t hyp. 600 km 1 800 m surface
R-21 (en) SS-N-5 Sark URSS 1963 1 1 Mt 19 t hyp. 1 400 km 1 800 m surface
R-27 SS-N-6 Serb URSS 1969 1 1 Mt 14 t hyp. 2 400 km 1 100 m submergé
M-1 France 1971 1 1 Mt 20 t sol. et sol. 3 000 km n/d submergé
UGM-73 Poseidon USA 1972 10 50 kt 30 t sol. et sol. 4 600 km 550 m submergé
R-29 SS-N-8 Sawfly URSS 1974 1 1–1.5 Mt 33 t hyp. et hyp. 7 800 km 900 m submergé
M-20 France 1977 1 1.2 Mt 20 t sol. et sol. 3 000 km 1 000 m submergé
UGM-96 Trident I USA 1979 8 100 kt 33 t sol., sol. et sol. 7 400 km 380 m submergé
R-29R SS-N-18 Stingray URSS 1979 7 100 kt 35 t hyp. et hyp. 6 500 km 900 m submergé
R-39 SS-N-20 Sturgeon URSS 1983 10 100 kt 90 t hyp., hyp. et hyp. 8 250 km 500 m submergé
M-4 France 1985 6 150 kt 35 t sol., sol. et sol. 4 000 km 500 m submergé
R-29RM SS-N-23 Skiff URSS 1986 4 100 kt 40 t hyp. et hyp. 8 300 km 500 m submergé
JL-1 CSS-N-3 Chine 1988 1 200–300 kt 15 t sol. et sol. 1 700 km 300 m submergé
UGM-133 Trident II USA et G.-B. 1990 6 300475 kt 59 t sol., sol. et sol. 11 000 km 120 m submergé
M-45 France 1997 6 110 kt 35 t sol., sol. et sol. 6 000 km 350 m submergé
M-51 France 2010 10 100 kt 56 t sol., sol. et sol. 10 000 km 200 m submergé

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c « Missiles balistiques stratégiques (MSBS) », sur www.defense.gouv.fr/marine,‎ (consulté le 16 août 2016)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Shirley Compard, « Des "Pierres précieuses" au M5 : l'optimisation des vecteurs », dans Revue aerospatiale, N° hors série 20 ans d'Aerospatiale, janvier 1990
  • Roger Chevalier, « À bord du Gymnote », dans Revue aérospatiale, N° hors série 20 ans d'Aérospatiale, janvier 1990
  • Jean-Rémy Hugues, « Tout inventer... », dans Revue aérospatiale, N° hors série 20 ans d'Aérospatiale, janvier 1990