Le Foudroyant (S610)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Foudroyant.

Le Foudroyant
Type SNLE
Classe Le Redoutable
Histoire
A servi dans Ensign of France.svg Marine nationale
Chantier naval Cherbourg
Quille posée
Lancement
Armé
Statut désarmé le
Équipage
Équipage 135 hommes (dont 15 officiers)
Caractéristiques techniques
Longueur 128,70 m
Maître-bau 10,60 m
Déplacement 8 080 t. en surface, 9 000 t en plongée
Propulsion 1 réacteur à eau pressurisée - 2 turbines à vapeur avec un groupe turboréducteur - 1 hélice, 2 diesels-alternateurs SEMT Pielstick 8PA4V185 de 450 kW
Puissance 16 000 ch (11 700 kW)
Vitesse 20 nœuds
Caractéristiques militaires
Armement 16 missiles balistiques M4 à tête nucléaire TN 71, torpilles L5 et F17 filoguidées, Exocet SM 39
Électronique 1 Système Global de Navigation (SGN) ; 1 radar DRUA 33 ; 1 sonar DMUX 21 multifonctions ; 1 sonar DSUV 61B à très basse fréquence ; 1 sonar passif DUUX 5 ; 1 détecteur de radar ARUR 12
Carrière
Port d'attache Île Longue (Finistère)
Indicatif S610

Le Foudroyant (S610) est le troisième sous-marin nucléaire lanceur d'engins (SNLE) de classe Le Redoutable. Mis en chantier en 1969, il commence sa carrière en 1974 au sein de la Force océanique stratégique (FOST).

Équipé à l'origine de missiles M1/M2/M20, il subit une refonte de son système d'armes de dissuasion de 1990 à 1993, ce qui lui permet par la suite d'emporter des missiles M4.

Il est retiré du service actif et désarmé le 30 avril 1998.

À la suite du retrait de sa tranche nucléaire après son désarmement, il a attendu son démantèlement. Dès 2017, il sera démantelé à Cherbourg, par les sociétés DCNS, Veolia Propreté et NEOM filiale de Vinci, en compagnie de quatre autres sous-marins de la classe Le Redoutable[1].

Navigation[modifier | modifier le code]

Le Foudroyant est équipé d'un Système Global de Navigation (SGN) spécifiquement créé par la SAGEM pour les sous-marins de type SNLE.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Véronique Guillermard, « Les premiers sous-marins nucléaires démantelés », Le Figaro,‎ (lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]