Harry Stack Sullivan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant la psychanalyse image illustrant la psychologie
image illustrant un médecin image illustrant américain
Cet article est une ébauche concernant la psychanalyse, la psychologie et un médecin américain.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Consultez la liste des tâches à accomplir en page de discussion.

Harry Stack Sullivan
Biographie
Naissance Voir et modifier les données sur Wikidata
à New YorkVoir et modifier les données sur Wikidata
Décès Voir et modifier les données sur Wikidata
à ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité(s) États-UnisVoir et modifier les données sur Wikidata
Thématique
Profession(s) Psychiatre, psychothérapeute (d) et psychologueVoir et modifier les données sur Wikidata

Harry Stack Sullivan, né le à New York et mort le ) à Paris, est un psychiatre et psychanalyste américain. Il est connu pour avoir défini la psychiatrie comme « l'étude du comportement interpersonnel ».

Biographie[modifier | modifier le code]

Sullivan commence ses études à l'université Cornell, puis s'oriente vers la médecine, obtenantt son doctorat à la faculté de médecine de Chicago en 1917. En 1921, commence à travailler avec des patients schizophrènes au St Elisabeth Hospital à Washington, sous la direction de William Alanson White, puis au Sheppard-Pratt Hospital (Maryland ), où il met au point un suivi thérapeutique des jeunes schizophrène, qui allie suivi individuel et approche par le milieu[1]. En 1923, il rencontre Clara Thompson, avec qui il commence une analyse didactique en 1933[2].

Il est ami d'Abraham Brill et membre fondateur de la Whashington Psychoanalytic Society (1930), puis prend ses distances avec la psychalyse freudienne, et se rapproche de la Whashington School of Psychiatry, qu'il dirige de 1936 à 1947, et de la revue Psychiatry ((1938).

Thompson avait été l'élève d'Adolf Meyer et avait elle-même suivi une analyse didactique avec Sandor Ferenczi. Dans les années 1930, reconnaissant l'influence des sciences sociales en psychiatrie, Sullivan travaille avec les ethnologues Ruth Benedict, Margaret Mead et Bronislaw Malinowski et le linguiste Edward Sapir. En 1936, avec Clara Thompson, Frieda Fromm-Reichmann et Erich Fromm, il crée le William Alanson White Institute. Il dirige, avec Frieda Fromm-Reichmann, la clinique Chesnut Lodge où, avec notamment Harold Searles et Donald D. Jackson, ils développent les principes d'une psychothérapie institutionnelle destinée notamment aux psychotiques et aux schizophrènes[3].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • La schizophrénie, un processus humain, Érès, 1998 (ISBN 2865865746)
  • Marco Conci, « Sullivan, Harry Stack », p. 1667, in Alain de Mijolla (dir.), Dictionnaire international de la psychanalyse 2. M/Z. Calmann-Lévy, 2002, (ISBN 2-7021-2530-1).

Références[modifier | modifier le code]

  1. Marco Conci, « Sullivan, Harry Stack », cf. bibliographie.
  2. Jacques Hochmann :Une histoire de l'empathie : Connaissance d'autrui, souci du prochain, Editeur : Odile Jacob, 2012, ISBN 2738127924
  3. Marco Conci, cf. bibliographie.