Junkers Ju 86

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Junkers Ju 86
Vue de l'avion.
Vue de l'avion.

Constructeur Drapeau : Allemagne Junkers
Rôle bombardier moyen
Premier vol
Mise en service Printemps 1936
Nombre construits 900
Équipage
2
Motorisation
Moteur Junkers Jumo 205 C-4
Nombre 2
Type 6 cylindres opposés
Puissance unitaire 600 ch
Dimensions
vue en plan de l’avion
Envergure 22,50 m
Longueur 17,57 m
Hauteur 5,06 m
Surface alaire 82,90 m2
Masses
À vide 5 800 kg
Avec armement 7 450 kg
Maximale 8 200 kg
Performances
Vitesse maximale 325 km/h
Plafond 5 900 m
Rayon d'action 1 140 km
Armement
Interne 3 mitrailleuses MG 15 de 7,92 mm (1 dans le nez, 1 dorsale et 1 ventrale)
Externe 1000 kg de bombes

Le Junkers Ju 86 est un monoplan bimoteur à aile basse utilisé notamment par la Lufthansa et l'armée de l'air allemande dans les années 1930-1940. Environ 900 exemplaires de l'appareil seront livrés entre 1936 et 1942, toutes versions civiles et militaires confondues.

Développement[modifier | modifier le code]

Le Ju 86 a été développé en 1933-1934 pour répondre à la fois à une commande de la Luftwaffe et à la demande de la Lufthansa qui souhaitait disposer d'un bimoteur pour le transport de passagers. Le premier vol d'essai du prototype Ju 86V-1, équipé de moteurs Siemens SAM 22B a lieu le 4 novembre 1934.

Version militaire[modifier | modifier le code]

La première série militaire est le bombardier Ju 86 A-1, livré au printemps 1936. Une version modifiée (Ju 86 D-1) pour tenter d'améliorer la stabilité de l'appareil est utilisée par la Légion Condor durant la Guerre civile espagnole. Le Ju 86 apparaît cependant inférieur au Heinkel He 111 et sera désormais utilisé essentiellement comme avion de reconnaissance ou comme bombardier de très haute altitude. Différentes variantes atteignent des altitudes de plus en plus hautes jusqu'au Ju 86 R-1 qui peut voler à 15 000 m d'altitude.

En 1942, Adolf Hitler ordonna à la Luftwaffe de reprendre les raids aériens sur la Grande-Bretagne. Une unité expérimentale (le Höhenkampfkommando de Versuchstelle) fut donc créée sur la base de Beauvais, avec deux des quatre Ju 86 R construits. Dotés d'une cabine pressurisée, ces avions pouvaient voler bien au-dessus du plafond maximal des chasseurs de la Royal Air Force. Cependant, ils rencontraient beaucoup de difficultés avec leurs moteurs Diesel Junkers Jumo 207 à turbocompresseur avec injection de protoxyde d'azote. De nombreuses missions furent avortées pour cause de panne moteur. Et chaque avion ne pouvait emporter qu'une bombe de 250 kg, ce qui rendait les raids purement symboliques. En compensation, afin d'obtenir un effet optimal, les pilotes allemands zigzaguaient longtemps au-dessus de la Grande-Bretagne, afin de donner l'alarme dans un maximum de secteurs. Mais les chasseurs Spitfire qui décollaient étaient toujours impuissants à rejoindre les Ju 86. La première mission eut lieu le 24 août 1942. Les raids se révèlent efficaces, et de nombreux civils britanniques furent tués. L'expérience s'arrêta le 10 septembre 1942, après qu'un Spitfire allégé et spécialement modifié pour le vol en haute altitude eut réussi à intercepter un Ju 86 R. Les résultats de l'attaque furent minimes (un seul impact de canon de 20 mm dans l'aile gauche) mais il était clair pour les Allemands que ce n'était plus qu'une question de temps avant qu'un de leurs « intrus solitaires » soit abattu. Le Höhenkampfkommando a donc cessé ses opérations au-dessus de la Grande-Bretagne[1].

Pour le contrer à haute altitude, les Britanniques développent entre autres le Westland Welkin.

Version civile[modifier | modifier le code]

Les premiers exemplaires de la version civile du Ju 86 sont livrés en 1936 à la Lufthansa. En tout la compagnie exploitera douze appareils des séries Ju 86 B-1 (six exemplaires livrés en 1936) et Ju 86 C-1 (six exemplaires livrés en 1937) comme long-courriers avec dix passagers et trois membres d'équipage. D'autres Ju 86 ont été utilisés notamment par Swissair, par les lignes aériennes de la Mandchourie occupée par le Japon, en Afrique du Sud et au Chili.

Export[modifier | modifier le code]

En plus des quelques dizaines de machines civiles, plusieurs séries de Ju 86 ont été fabriquées sous licence pour un usage militaire. Des Ju 86 ont notamment été livrés en Hongrie, en Suède, en Bolivie, au Chili et en Autriche (les Ju 86 autrichiens seront intégrés à la Luftwaffe à la suite de l'Anschluss).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Chris Goss et Alexis Rocher, « Zigzag dans le ciel de l'Angleterre », Le Fana de l'Aviation, no 594,‎ , p. 68-75.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Enzo Angelucci et Paolo Matricardi, Les avions, t. 3 : La Seconde Guerre mondiale - France, Allemagne, Angleterre, etc..., Elsevier Sequoia, coll. « Multiguide aviation », (ISBN 2-8003-0387-5), p. 104.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :