Siebel Si 202

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Siebel Si 202
Prototype V18 du Siebel 202 en vol
Prototype V18 du Siebel 202 en vol

Constructeur Drapeau : Allemagne Siebel
Statut Retiré du service
Premier vol
Mise en service 1938
Date de retrait 1945
Nombre construits 66
Équipage
2
Motorisation
Moteur Zündapp Z 9-92
Nombre 1
Puissance unitaire 50 ch
Dimensions
Envergure 10,50 m
Longueur 6,40 m
Surface alaire 14 m2
Masses
À vide 290 kg
Maximale 550 kg
Performances
Vitesse de croisière 140 km/h
Vitesse maximale 160 km/h
Vitesse de décrochage 72 km/h
Plafond 3 000 m
Vitesse ascensionnelle 2 m/s m/min
Rayon d'action 500 km
Endurance h 36

Le Siebel Si 202, surnommé Hummel (bourdon), est un avion allemand d'entraînement et de tourisme de l'entre-deux-guerres, qui a servi comme avion de liaison pour la Luftwaffe pendant la Seconde Guerre mondiale.

Conception[modifier | modifier le code]

Friedrich Wilhelm Siebel (1891-1954) était un pilote sportif qui militait pour l'expansion la plus large possible des sports aériens. Son entreprise avait été créée le sous le nom de Klemm Flugzeugwerke Halle GmbH (usine d'aviation de Halle SA). C'était à l'origine une filiale des avions Klemm de Böblingen. Hanns Klemm montrant peu d'intérêt pour cette usine délocalisée à Halle, Siebel, qui était son associé et représentant à Berlin, en acquit la pleine propriété le et la renomma Siebel Flugzeugwerke Halle. Siebel produisait surtout des avions sous licence. Avec le chef de son bureau d'études, Friedrich Fecher (1904-1986), Friedrich Siebel avait conçu un avion biplace à ailes basses et cabine fermée, simple, léger et économique. Il était conçu dans la lignée des avions Klemm autour du nouveau moteur Zündapp de 50 ch, et était vendu environ 6000 Reichsmark (RM).

Or cet avion correspondait parfaitement à ce que recherchait le Nationalsozialistisches Fliegerkorps (NSFK). Cette organisation paramilitaire distincte juridiquement du parti nazi (NSDAP) avait été créée le pour succéder au Deutscher Luftsportverband (de) (DVL) (Association allemande du sport aérien), qui avait servi à masquer la reconstitution clandestine de la Luftwaffe. L'existence de celle-ci étant devenue officielle, avec ses écoles et ses unités militaires, le DVL était devenu sans objet et fut dissout. Le rôle du NSFK était de former la jeunesse au pilotage avant le service militaire, afin d'attirer les meilleurs éléments vers la Luftwaffe. Le NSFK était commandé par un Korpsführer, le général aviateur Friedrich Christiansen (1879-1972), as de l'aéronavale durant la Première Guerre mondiale, titulaire de la croix « Pour le Mérite ». Les avions étaient payés par le Ministère de l'Aviation du Reich (RLM) mais le NSFK était libre de les choisir. Christiansen adressa donc une circulaire n° 2320/38 aux constructeurs d'avions sans lien avec l'industrie d'armement pour « un avion léger biplace, à moteur à quatre temps de 40 à 50 ch ».

Le premier prototype (V1) du Siebel Si 202 Hummel (immatriculé D-ESFH) fut achevé début avril 1938 et fit son premier vol le avec le chef pilote de Siebel, le commandant Wolfgang Ziese. Comme le moteur Zündapp n'était pas encore disponible, il fut remplacé par un Salmson Ad9 de 45 ch. Plusieurs autres prototypes (V2 à V4) furent réalisés avec différentes motorisations, suivis par une présérie (A-0) sur laquelle diverses améliorations aboutirent au Siebel Si 202 A-1 de série.

Engagements[modifier | modifier le code]

Dès sa sortie, le Siebel Si 202 s'illustra dans le sport aérien. Le , Wolfgang Ziese accompagné d'un passager atteignit l'altitude de 5 382 m avec un avion allégé immatriculé "D-ECDS", pulvérisant le record pour un avion léger précédemment détenu par un avion tchèque avec 1 100 m. Le , cette fois seul à bord, Ziese atteignit 7 043 m. Ces deux records du monde furent homologués par la Fédération aéronautique internationale (FAI). C'est à bord d'un Siebel 202 (immatriculé D-EDFQ) que Helmut Wellerhaus, Obertruppenführer (adjudant-chef) du NSFK, remporta avec son navigateur Keller le rallye international des journalistes en juin 1939 sur 7 000 km entre Memel (Lituanie) et Rome.

Il était prévu de construire 200 Siebel 202 en 1939, dont la moitié pour le Reichsluftfahrtministerium et l'autre moitié pour des pilotes privés, mais le déclenchement de la Seconde Guerre mondiale mit un terme à ces plans. Seuls 46 avions furent acquis par le RLM, et 38 livrés jusqu'en mai 1941. Le Siebel 202 A-1 fut employé comme avion estafette par les unités de la Luftwaffe, et très apprécié dans ce rôle malgré sa sous-motorisation. Il volait encore en mai 1944.

Après la Seconde Guerre mondiale, il fut envisagé de relancer la fabrication du Siebel 202 avec un moteur Continental Motors de 90 ch, mais cette idée fut abandonnée, car le souvenir du Siebel 202 était trop lié au national-socialisme[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Kenz 2009, p. 43

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Karlheinz Kenz, « Siebel Si 202 "Hummel", un avion pour le peuple », Le Fana de l'Aviation, no 475,‎ , p. 43-49.