Bachem Ba 349

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Pour la localité allemande, voir Bachem.
Bachem Ba 349 V1-16, A et B
Une reconstitution du Bachem Natter exposée au Deutsches Museum de Munich.
Une reconstitution du Bachem Natter exposée au Deutsches Museum de Munich.

Constructeur Drapeau : Allemagne Eugene Natter
Erich Bachem
Rôle Intercepteur de défense d'objectif semi-récupérable
Statut Retiré du service
Premier vol
Mise en service 1945
Nombre construits 36
Équipage
1 pilote
Motorisation
Moteur • Principal : HWK 109-509C-1
• Lancement vertical : 4 ou 2 moteurs-fusées monoblocs à poudre Schmidding SG 34
Nombre 1 moteur principal
Type Moteur-fusée
Poussée unitaire • HWK 109-509C-1 : 23,5 kN
• Accélérateurs : 4 x 5 kN ou 2 x 10 kN
Dimensions
Envergure 3,60 m
Longueur 6,02 m
Hauteur 2,25 m
Masses
À vide 880 kg
Maximale 2 232 kg
Performances
Vitesse maximale ~1 000 km/h (Mach 0,82)
Plafond 11 100 m
Rayon d'action 32 à 48 km
Armement
Interne 24 fusées Föhn de 73 mm à empennage, ou 33 roquettes R4M de 55 mm identiques, ou en option 2 canons MK 108 de 30 mm approvisionnés chacun à 30 coups

Le Bachem Ba 349 Natter (« vipère » en allemand) est un intercepteur monoplace de la Luftwaffe, qui fut développé à la fin de la Seconde Guerre mondiale par l'ingénieur Erich Bachem, ancien employé de Fieseler, constructeur du V1 et Eugene Natter. En 1944, à la suite des bombardements alliés de jour sur l'Allemagne, la Luftwaffe choisit le projet d'Erich Bachem pour construire un intercepteur piloté, doté d'une très grande puissance de feu et pouvant atteindre les bombardiers lourds très rapidement.

Conception[modifier | modifier le code]

La construction du Natter était simple : entièrement en bois excepté le cockpit blindé en métal.

Au repos, l'appareil est installé sur un chariot. Pour un lancement imminent, il est alors placé sur une rampe de lancement d'une inclinaison d'environ 87°. Des moteurs-fusées Schmidding SG 34 à combustible solide sont utilisés pour le décollage. Au moment où les appareils ennemis survolent la zone de lancement, l'intercepteur est lancé grâce aux moteurs-fusées, puis poursuit son ascension grâce à un moteur-fusée interne (Walter HWK 109-509). Le pilote active son armement, consistant en une batterie de 24 roquettes HS 217 Föhn (« tempête »), lorsqu'il se trouve à proximité des bombardiers ennemis.

Grâce à l'énergie cinétique emmagasinée, le Natter grimpe encore plus haut, et pique ensuite en vue d'effectuer une passe de tir de ses roquettes. L'appareil ne pouvant se poser, le pilote s'éjecte alors en activant un système désolidarisant la partie avant de la partie arrière comportant le moteur. La partie arrière retombe en parachute et est récupérée pour une utilisation ultérieure. Aucun autre système d'éjection ne put être mis en œuvre.

Engagements[modifier | modifier le code]

Bachem Ba 349 Natter lors de l'exposition montrant les prises de guerre en 1946 à Farnborough (Angleterre). Les croix gammées rajoutées par les Britanniques ne sont pas conformes.

Des essais sans pilote furent effectués depuis la rampe de lancement, et quelques vols furent réalisés en vol plané à partir d'un Heinkel He 111 à 6 000 m environ.

Le premier tir avec pilote se déroula le . Cinq secondes après l'allumage, la verrière se détacha, l'Oberleutnant Lothar Sieber (en) fut tué et le Natter s'écrasa.

En avril 1945, 36 appareils volent, dont sept avec pilote, mais aucune mission de combat ne fut jamais effectuée avant que les troupes alliées ne s'emparent de l'usine et de la base de lancement.

Une reconstitution du Bachem Natter est exposée au Deutsches Museum de Munich.

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Brian Ford, Les armes secrètes allemandes : l'arsenal de la dernière chance, Marabout, coll. « Histoire illustrée de la Seconde Guerre mondiale, série armes » (no 18),
  • (en) Tony Wood et Bill Gunston, Hitler's Luftwaffe : a pictorial history and technical encyclopedia of Hitler's air power in World War II, Londres, Salamander Books Ltd., , 247 p. (ISBN 978-0-861-01005-9 et 978-0-517-22477-9)

Appareils comparables[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]