Focke-Wulf Ta 152

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Focke-Wulf Ta 152
Focke-Wulf Ta-152 H
Focke-Wulf Ta-152 H

Constructeur Drapeau : Allemagne Focke-Wulf Flugzeugbau GmbH
Rôle Avion de chasse
Intercepteur
Statut retiré du service
Mise en service
Nombre construits 43 modèles de série
+ 6 prototypes
Équipage
1 pilote
Motorisation
Moteur Junkers Jumo 213E-1
Nombre 1
Type Moteur avec 12 cylindres en V inversés à refroidissement liquide
Puissance unitaire 1 750 ch (2 050 ch avec injection MW50)
Dimensions
Focke-Wulf Ta 152 H.svg
Envergure 14,44 m
Longueur 10,82 m
Hauteur 3,36 m
Surface alaire 23,5 m2
Masses
À vide 4 031 kg
Avec armement 4 727 kg
Maximale 5 217 kg
Performances
Vitesse maximale à 9 500 m (sans MW50) : 730 km/h
à 12 500 m en utilisant
le surpresseur GM−1 : 759 km/h
Plafond (avec GM−1) 15 100 m
Vitesse ascensionnelle 1 200 m/min
Rayon d'action 1 000 km
Endurance 2 000 km
Charge alaire 196,8 kg/m2
Rapport poids/puissance 0,276 kg/ch
Armement
Interne 1 canon de 30 mm MK 108 (moyeu de l'hélice) (85 coups)
2 canons de 20 mm MG 151/20 (ailes) (175 coups par arme)

Le Focke-Wulf Ta 152 était un chasseur-Intercepteur allemand de la Seconde Guerre mondiale créé par l'ingénieur Kurt Tank et produit dans l'usine Focke-Wulf de Cottbus.

Le Ta 152 était une évolution du Focke-Wulf Fw 190. Trois versions de l'appareil furent conçues : le Ta 152H Höhenjäger ("Chasseur de haute altitude"), le Ta 152C Zerstörer ("Destroyer") pour les missions à basse et moyenne altitude ainsi que pour les attaques au sol (avec des ailes plus courtes et un moteur différent par rapport à la version H) et enfin le Ta 152E, utilisant le moteur de la version H et les ailes de la version C pour des missions de reconnaissance et de chasse.

Développement[modifier | modifier le code]

Le Ta 152 était une évolution du Fw 190 équipé d'un moteur en étoile. Parce que le modèle d’origine (l'Anton) souffrait de mauvaises performances au-dessus de 6 000 m, et combattait face à des appareils alliés plus à leur aise grâce à leurs moteurs suralimentés, Kurt Tank essaya sans succès d'améliorer son chasseur. Après une âpre bataille avec le RLM qui lui imposa le Jumo 213, Kurt Tank redessina son avion autour d'un moteur à l'architecture fondamentalement différente : le nez du chasseur fut rallongé, ainsi que l'empennage pour aboutir au Fw 190D9. Un appareil déjà remarquable pour avoir conservé les excellentes qualités de vol de son prédécesseur. Mais avec la version Ta 152, la dernière avant la chute de l'Allemagne nazie, Kurt Tank et son équipe allaient signer un coup de maître.

Plusieurs variantes du monomoteur furent étudiées dont deux principales ayant fait l'objet de construction :

  • Ta 152C, appelée « Destroyer » (Zerstörer), un chasseur de basse et moyenne altitude. Cet appareil, considéré comme étant le remplaçant direct des Focke-Wulf Fw 190D, en différait essentiellement par son moteur, un DB 603 en lieu et place du Jumo 213. Seuls les prototypes et quelques exemplaires de présérie sortirent des chaînes de montages avant la fin de la seconde guerre mondiale. Aucune utilisation opérationnelle de cet appareil n'est connue.
  • Ta 152H, chasseur de haute altitude. La variante H possédait des ailes à grand allongement dans le but d'assurer une meilleure portance à haute altitude, un armement puissant et des performances en termes de vitesse et de plafond d'utilisation inégalées à cette époque. Son moteur se voyait doté de deux dispositifs visant à préserver tout son potentiel:
  1. Un dispositif d'injection eau/méthanol (MW50) permettant d'augmenter les performances pendant une courte durée (10 minutes environ)
  2. Un dispositif d'injection de protoxyde d'azote (dispositif GM-1 (en)) permettant de pallier le manque d'oxygène en altitude, comburant nécessaire au bon fonctionnement de tout moteur à piston, et permettant ainsi de préserver un rapport carburant/comburant optimal dans le moteur quelle que soit l'altitude.

Si les prototypes de cette variante furent essayés alternativement avec des moteurs DB 603 et Jumo 213E, la version de série Ta 152H1 sera dotée exclusivement du moteur Jumo. Avec une vitesse de près de 730 km/h à 9 000 m d'altitude, le Ta 152H comptait parmi les avions à moteur à pistons les plus rapides de la Seconde Guerre mondiale. Le Ta 152H1 fut brièvement engagé dans les derniers combats de la Luftwaffe, notamment lors de la bataille de Berlin, au sein de l'escadre de chasse JG 301. Bien qu'il fût conçu pour opérer à haute altitude, le Ta 152H1 servit surtout à la défense des bases de Me 262. Dans l'état actuel des connaissances, il n'existe encore qu'un seul exemplaire ayant survécu au conflit. Il se trouve au National Air and Space Museum de Washington D.C. Cet appareil a été emmené aux États-Unis en 1945 sur le porte-avions Reaper (en) avec de nombreux autres avions allemands capturés à la fin du conflit.

Un total de 150 appareils fut construit, toutes versions confondues et prototypes compris, la plupart étant des Ta 152H1.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Alfred Price, « La dernière année de la Luftwaffe » dans Le fana de l'Aviation, Hors série no 28, Éditions Larivière
  • Encyclopédie interne au jeu vidéo Il-2 Sturmovik, présentant les appareils de ce simulateur.
  • La série Le Grand Duc tome 3 : Wulf & Lilya en présente un bel exemplaire en couverture et en intérieur.

Liens externes[modifier | modifier le code]