Heinkel He 119

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Heinkel He 119
Constructeur Drapeau : Allemagne Heinkel Flugzeugwerke GmbH
Rôle Avion de reconnaissance
Statut Prototype
Premier vol 1937
Date de retrait Retiré du service
Nombre construits 8
Motorisation
Moteur Daimler-Benz DB 606
Nombre 2
Type V-12 refroidi par eau
Puissance unitaire 2350 ch
Dimensions
vue en plan de l’avion
Envergure 15,89 m
Longueur 14,79 m
Hauteur 5,40 m
Masses
À vide 5 200 kg
Maximale 7 565 kg
Performances
Vitesse maximale 590 km/h
Rayon d'action 3 120 km
Armement
Interne 1 000 kg de bombes
Externe 2 mitrailleuses MG 15 de 7,92 mm

Le Heinkel He 116 est un prototype d'avion de reconnaissance à haute altitude allemand de la Seconde Guerre mondiale.

Conception[modifier | modifier le code]

Le Heinkel 119 naît d'une initiative personnelle de Ernst Heinkel, qui veut essayer les idées avant-gardistes des frères Günter (en), ingénieurs chef de Heinkel à cette époque. C'est un des appareils les plus évolués volant avant la Seconde Guerre mondiale. Sa conception, inhabituelle, consiste en deux puissants moteurs dissimulés sous un fuselage élancé, couplés à une boîte de vitesses commune et actionnant une hélice tractive au moyen d'un long arbre de transmission. Les deux membres d'équipage sont assis de part et d'autre de cet arbre dans l'avant entièrement vitré, comme sur les Heinkel He 111 versions P et H. Il n'y a pas de radiateur et les deux moteurs sont refroidis par un dispositif d'évaporation (solution également adoptée sur le chasseur Heinkel He 100) qui condense la vapeur entre les parois doubles de l'aile. Ses ailes elliptiques ressemblent beaucoup à celles du Heinkel 111, de conception plus classique. Comme le De Havilland DH.98 Mosquito britannique, le Heinkel 119 est conçu pour voler si haut qu'on ne peut pas l'intercepter, et en conséquence n'est pas armé.

Engagements[modifier | modifier le code]

Variantes[modifier | modifier le code]

Heinkel He 119 profiles.svg

  • Le Heinkel 119 V1 vole en 1937 et atteint 656 km/h. Sa vitesse sera réduite par la suite, le Ministère de l'Aviation du Reich (RLM) insistant pour qu'on l'équipe de mitrailleuses défensives MG 15 supérieure et inférieure.
  • Le V2 est doté d'un radiateur proéminent.
  • Le V3 est un hydravion qui, malgré la résistance à l'air des flotteurs, atteint 570 km/h.
  • Le V4 fait un atterrissage forcé après un vol à plus de 595 km/h qui devait constituer un record.
  • Les V5, V6, V7 et V8 sont des prototypes de versions de reconnaissance et de bombardier qui ne seront jamais fabriquées. Le bombardier est muni d'une soute à bombes pouvant contenir jusqu'à 1 000 kg. Les V7 et V8 sont envoyés au Japon pour démonstration. Ils ne feront pas l'objet d'une commande officielle, mais inspireront la réalisation en 1945 du Yokosuka R2Y-1 ''Keiun'' (en)[1] (beau nuage), avion de reconnaissance à moteurs couplés. Les autres serviront de banc d'essais volants pour la délicate mise au point des moteurs couplés Daimler-Benz DB 606 et DB 610 qui furent adoptés pour le Heinkel He 177.

Opérateurs[modifier | modifier le code]

Drapeau de l'Allemagne nazie Reich allemand
Drapeau du Japon Japon

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. micka2b, « Heinkel He 119 », sur Tous les avions militaires, (consulté le 10 août 2017).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Tony Wood et Bill Gunston, Hitler's Luftwaffe : a pictorial history and technical encyclopedia of Hitler's air power in World War II, Londres, Salamander Books Ltd., , 247 p. (ISBN 978-0-861-01005-9 et 978-0-517-22477-9), p. 187;

Voir aussi[modifier | modifier le code]