Thibaud III de Blois

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Thibaud III de Blois
Titre de noblesse
Comte
Biographie
Naissance
Décès
Sépulture
Activité
NobleVoir et modifier les données sur Wikidata
Famille
Père
Mère
Ermengarde d'Auvergne (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Fratrie
Conjoints
Gersende du Maine (d)
Adélaïde de Valois
Adélaïde de Valois (après )Voir et modifier les données sur Wikidata
Enfants
Old Arms of Blois.svg
blason

Thibaud III de Blois (ou Thibaud Ier de Champagne)[1] (Thibault, Thibaud, Thibaut), né vers 1019, mort à Épernay le 29 ou , est le fils d'Eudes II de Blois et d'Ermengarde d'Auvergne. Puissant maître de maison féodale, le comte de Blois commence une longue carrière politique. D'abord rejeté au nord et à l'ouest de ses domaines, en contrées par trop turbulentes, il accroît finalement son emprise politique et guerrière à l'est en devenant comte de Champagne.

Un patron politique de l'époque féodale[modifier | modifier le code]

L'héritier de la maison de Blois devient comte de Blois, Tours, Châteaudun, Chartres, Sancerre, Provins, Saint-Florentin, Château-Thierry de 1037 à 1089 et de Troyes, Meaux, Vitry de 1066 à 1089.
Thibaud III perd Beauvais après 1037. En outre, battu à la bataille de Nouy, près de Tours assiégée en 1044, il abandonne le pouvoir concret sur la Touraine, saisie par la maison rivale d'Anjou menée par Geoffroy II Martel. Il a dû aussi en perdre le titre car le roi de France Henri Ier, à qui il a refusé de prêter hommage, l'en a dépossédé virtuellement pour le remettre tout aussi virtuellement à son vainqueur. Mais le traité qu'Angevins et Blésois signent à la fin de la bataille n'est qu'une passation de fief.

L'influence compromise à l'ouest, il reste à la maison de Blois de reprendre le chemin des conquêtes à l'est. En 1063-65, son neveu Eudes III de Champagne, dont il a la tutelle, se révolte contre lui. Thibaud en profite pour conquérir la Champagne et devient comte de Champagne (Thibaud Ier), instaurant ainsi la puissante maison de Blois-Champagne. Protecteur des abbayes, il favorise la réforme monastique.

Il a le rare privilège de voir un tout jeune parent accéder à la canonisation, Thibaut de Provins, son filleul germain[2].

L'un de ses petits-fils, Thibaut IV de Blois (ou II de Champagne), dit Thibaud le Grand, comte de Blois-Champagne († 1152), se fait inhumer à l'abbaye Saint-Pierre de Lagny-sur-Marne pour signifier son implantation en Champagne face au Capétien[3].

Un autre petit-fils, Étienne de Blois (puis d'Angleterre) († 1154), s'empare en 1135 du trône anglais aux dépens de sa cousine Mathilde, fille d'Henri Ier d'Angleterre, et de son frère aîné Thibaut IV.

Mariages[modifier | modifier le code]

Thibaud III de Blois épouse Gersende, fille du comte Herbert Ier du Maine, avant de la répudier en 1048. Une Gundrade, dont l'existence ne nous est connue que par un seul document, lui est ensuite citée comme épouse ; il est probable que Gundrade soit une transcription déformée du prénom Gersende, et que ces deux femmes n'en soient en réalité qu'une seule.

  • Cette Gersende/Gundrade est dite être la mère d'Étienne II de Blois, qui épouse Adèle de Normandie (Adèle de Blois), fille de Guillaume le Conquérant, d'où la succession des comtes de Champagne, de Blois et de Sancerre, ainsi que des seigneurs de Sully (et des rois d'Angleterre sous le règne d'Etienne). Cependant cette thèse est controversée, car la raison de la répudiation de Gersende en 1048 semble être le fait qu'elle n'a pas donné d'enfant à son mari[4]. Étienne II de Blois, selon cette hypothèse, serait donc plutôt issu du second mariage de Thibaud III.

En secondes noces, il épouse, avant 1061, Adèle (ou Alix) sœur d'Adélaïde de Valois († entre 1093 et 1100), fille de Raoul IV de Vexin. Ils ont pour enfants :

Source[modifier | modifier le code]

  • Larousse encyclopédique en couleurs, France Loisirs 1978.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Charles Cawley, « Thibaut [III] de Blois (-1089) », dans « Central France - Blois, Tours », ch. 1 : « Blois », section B : « Comtes de Blois [943]-1218 », sur MedLands – Foundation for Medieval Genealogy (consulté le 26 décembre 2017).
  2. Mabillon, Vita S.Theobaldi Eremitae, Acta Sanctorum Ord.S.B.Saec. VI, Pars II. Ann.MLXVI, Julii 1, paragr. 3
  3. Michel Bur, La formation du comté de Champagne (v. 950 - v. 1150), 1977, p. 306.
  4. « NORTHERN FRANCE - VALOIS, VERMANDOIS », sur fmg.ac (consulté le 22 août 2020)
  5. Stéphane Morin Trégor, Goëlo, Penthièvre. Le pouvoir des Comtes de Bretagne du XIIe au XIIIe siècle, Presses Universitaires de Rennes, 2010. (ISBN 9782753510128), p. 184.