Marie de Brabant (1254-1322)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Marie de Brabant.

Marie de Brabant
Illustration.
Sceau de Marie de Brabant
Fonctions
Reine de France

(11 ans, 1 mois et 14 jours)
Prédécesseur Isabelle d'Aragon
Successeur Jeanne de Navarre
Biographie
Dynastie Famille de Brabant
Date de naissance [réf. nécessaire]
Lieu de naissance Louvain (Brabant)
Date de décès (à 67 ans)
Lieu de décès Mureaux (France)
Sépulture Couvent des Cordeliers de Paris
Père Henri III de Brabant
Mère Adélaïde de Bourgogne
Fratrie Henri IV (1251-1272), duc de Brabant
Jean Ier (1253-1294), duc de Brabant
Godefroy († 1302), seigneur d'Aerschot
Conjoint Philippe III le Hardi, roi de France
Enfants Louis d’Évreux
Marguerite, reine d'Angleterre
Blanche, duchesse d'Autriche

Marie de Brabant (1254-1322)

Marie de Brabant[1], née le 23 mai 1254[réf. nécessaire] à Louvain et morte aux Mureaux[2] tout près de Meulan, le [3], reine de France[4] , fille du duc de Brabant Henri III le Débonnaire et d'Adélaïde de Bourgogne. À 20 ans, elle devint, le 21 août 1274, la deuxième épouse du roi Philippe III le Hardi. Elle fut couronnée le 24 juin 1275 à la Sainte-Chapelle.

Biographie[modifier | modifier le code]

Philippe III lui constitua un douaire avec Anet, Bréval, Nogent-le-Roi, Montchauvet et Mantes, une des plus anciennes possessions du royaume de France. Ce douaire devait revenir à la couronne à son décès, mais Louis d’Évreux conserva Mantes à la demande de Louis X de France, contre une dette de 1700 livres qu'il avait sur le trésor royal, et le domaine d'Anet, Bréval, Nogent-le-Roi et Montchauvet échut à Louis d'Évreux.

Le prince Louis, héritier de la Couronne, décède brutalement en 1276. Marie de Brabant soupçonnée d'avoir voulu favoriser l’élévation de son propre fils au trône, accusa le grand chambellan du roi de France Pierre de La Brosse qui lui retourna l'accusation pour se défendre car elle avait l'appui de la cour. Le roi de France, Philippe III, accusa Pierre de La Brosse d'avoir des accointances à la cour de Castille et, à la demande de Marie de Brabant, il le fit condamner sans preuves et sans aveu de culpabilité par les seigneurs d'Artois et le duc de Bourgogne. Le peuple fut surpris de cette exécution sommaire car Pierre de La Brosse ne fut pas jugé par le Parlement.[réf. nécessaire]

De son mariage, Marie de Brabant a donné naissance à :

Marie de Brabant a engagé son mari à soutenir son oncle Charles Ier d'Anjou, chassé de Sicile par les Vêpres siciliennes en 1282. C'est ainsi que Philippe le Hardi prend la tête de la croisade d'Aragon.

Après la mort du roi, le 5 octobre 1285, Marie se retira dans son douaire aux Mureaux près de Meulan, où elle mourut trente-six ans plus tard, en 1321, alors qu'elle avait soixante-sept ans. Elle fut inhumée au couvent des Cordeliers de Paris.

Mariage de Marie de Brabant et du roi Philippe III de France . Manuscrit des Chroniques de France

Postérité[modifier | modifier le code]

Romans[modifier | modifier le code]

  • F.-P.-A. Maugenet [pseudonyme de A.-P.-F. Ménégault], Marie de Brabant, reine de France ou le calomniateur, roman historique, Paris, Léopold Collin, Libraire, 1808, 2 volumes.[5],[6]
  • Daniel Riche, Marie de Brabant, la royale magicienne, Paris, Baudinière, 1932

Théâtre[modifier | modifier le code]

  • Marie de Brabant, reine de France, tragédie versifiée en 5 actes de Barthélemy Imbert[7], créée par la Comédie-Française à Paris au théâtre de la Nation le 9 septembre 1789 avec Blanche Alziari de Roquefort, dite Mademoiselle Saint-Val cadette, dans le rôle-titre; la pièce a été représentée entre 8 et 11 fois de 1789 à 1790[8],[9]
  • Marie de Brabant, drame historique versifié en 5 actes de Jacques-François Ancelot, créé à l'Odéon le 18 novembre 1828 avec Henriette Charton dans le rôle-titre[10]. Il s'agit d'une adaptation d'une œuvre poétique parue en 1825 sous le même titre.
  • Philippe III, tragédie en 5 actes en vers d'Antoine Andraud[11], écrite vers 1824[12], créée par la Comédie-Française à Paris à la salle Richelieu le 13 juillet 1838 avec Alexandrine Noblet dans le rôle de Marie de Brabant[13].

Opéras[modifier | modifier le code]

  • Maria di Brabante, reprise du livret de Gaetano Rossi, avec musique d'Alessandro Gandini (it); la première a lieu le 29 octobre 1833 à Modène, au Teatro di Corte, avec Sofia Dall'Occa Schoberlechner dans le rôle de Marie de Brabant[18],[19],[20]
  • Marie de Brabant (épisode de 1276), scène lyrique de Jules Denefve, paroles d'Adolphe Mathieu, créée le au théâtre de Mons[23],[24];

Poésie[modifier | modifier le code]

Peinture[modifier | modifier le code]

Contrairement à des personnalités historiques féminines qui ont marqué l'imaginaire comme Marie Stuart, la reine Marie de Brabant a très peu inspiré les artistes visuels: ainsi, parmi les œuvres exposées au Salon de peinture et de sculpture à Paris entre 1802 et 1850, 48 avaient pour sujet la reine d'Écosse, alors qu'une seule représentait la seconde épouse de Philippe III le Hardi[31].

Cette oeuvre unique, un tableau de Gillot Saint-Evre intitulé Marie de Brabant, reine de France, expliquant au poète Adenez les données sur lesquelles il composa depuis son roman de Cléomadès, exposé au Salon de 1839 et dont la localisation actuelle est inconnue, mettait en scène un épisode célèbre du patronage artistique de la reine, la commande du roman Cléomadès au trouvère Adenet le Roi[32].

Quelques peintres belges ont couché sur toile au XIXe siècle la version imaginaire de l'« affaire Pierre de la Brosse », telle qu'elle est rapportée notamment par les Brabantsche Yeesten (en) (Gestes de Brabant), mettant en valeur le rôle du duc Jean Ier de Brabant, qui serait accouru à Paris, à l'annonce de l'emprisonnement de sa sœur, pour défendre son honneur en duel judiciaire. Le texte accompagnant l'une de ses peintures résume ainsi l'épisode :

« Marie [de Brabant, épouse de Philippe le Hardi, roi de France] qui jouissait d'une haute faveur à la cour de France, devint tout-à-coup victime d'une lâche intrigue; elle fut injustement accusée par le favori du monarque, l'infâme Pierre Labrosse, d’avoir empoisonné l’héritier du trône, issu d'un premier lit. À cette nouvelle, Jean [Ier le Victorieux, duc de Brabant, frère de Marie] monte à cheval; suivi d'un seul écuyer, il pénètre sous l'habit d’un moine dans la prison où gémissait sa sœur, obtient la certitude de son innocence, et vole à la cour de Philippe pour réclamer le jugement de Dieu par les armes. Il étoit temps; car la Reine alloit être brûlée à petit feu comme empoisonneuse. Un mercenaire, qui avoit vendu son épée au lâche favori, ose descendre dans le champ clos; il fut vaincu par le Duc. (1277). Alors Marie de Brabant reprit sa place sur le trône, et Pierre Labrosse, convaincu de calomnie, fut traîné au gibet.[33] »

Adoptant cette version, le peintre Charles Spruyt (1769–1851) expose au Salon de Gand en 1826 Jean I, duc de Brabant, se déclare le chevalier de sa sœur Marie, seconde épouse de Philippe-le-hardi, roi de France[34], Jean-Jacques Bekkers (1814–1872) présente en 1844 à l'exposition de l'Académie royale de Gand Jean I, duc de Brabant, délivrant sa sœur Marie[35] et Liévin Vermote (1827-1869) expose au Salon de peinture d'Anvers, en 1855, Le Duc de Brabant, Jean le Victorieux, délivrant sa sœur[33].

Ascendance[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie complémentaire[modifier | modifier le code]

L'affaire Pierre de la Brosse
  • Xavier Hélary, « La reine, le légat, et le chambellan : Un "péché contre nature" à la cour de Philippe III », dans Passions et pulsions à la cour (Moyen Âge - Temps modernes), Florence, SISMEL / Edizioni del Galluzzo, coll. « Micrologus' Library » (no 68), (ISBN 978-88-8450-653-5), p. 159-170.
  • Xavier Hélary, « Trahison et échec militaire : le cas Pierre de La Broce (1278) », dans Maïté Billoré et Myriam Soria (éd.), La trahison au Moyen Âge : De la monstruosité au crime politique (Ve-XVe siècle), Rennes, Presses universitaires de Rennes, (ISBN 978-2-7535-0950-4), p. 185-195.
  • (en) William C. Jordan, « The Struggle for Influence at the Court of Philip III : Pierre de la Broce and the French Aristocracy », French Historical Studies, vol. 24, no 3,‎ , p. 439-468


Mécénat
  • (en) Tracy C. Hamilton, Pleasure, politics, and piety : the artistic patronage of Marie de Brabant (Thèse d'histoire de l'art), Austin, The University of Texas at Austin, (lire en ligne)
    Version publiée : (en) Tracy Chapman Hamilton, Pleasure and Politics at the Court of France : The Artistic Patronage of Queen Marie de Brabant (1260-1321), New York, Harvey Miller, coll. « Studies in Medieval and Early Renaissance Art History » (no 64), (ISBN 9781905375684, OCLC 893647858, présentation en ligne)
  • Philippe Plagnieux, « Une fondation de la reine Marie de Brabant : la chapelle Saint-Paul Saint-Louis », dans Mantes médiévale, la collégiale au cœur de la ville (catalogue d'exposition), Paris, Somogy, (ISBN 2850564346), p. 110-116.


études avant 1900
  • Edward Van Even, Marie de Brabant, Louvain / Paris, Van Linthaut / Librairie archéologique Victor Didron, 1853 [lire en ligne]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bases de données

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Marie de Brabant sur le site de la Fondation pour la généalogie médiévale
  2. Page 83 dans Histoire de Mantes et des Mantois (1971) de Marcel Lachiver
  3. Page 86 dans Registres du trésor des chartes Archives nationales (France) 1958, de Robert Fawtier, historien médiéviste, membre de l’Académie des inscriptions et belles-lettres
  4. Son sceau la représente debout, couronnée, tenant un sceptre et entourée de onze fleurs de lys. Son contre-sceau porte : parti d'azur semé de fleurs de lys d'or, qui est de France, et de sable, au lion d'or, armé et lampassé de gueules, qui est de Brabant.
  5. notice BnF no FRBNF30925419
  6. Compte rendu critique de l'ouvrage : Louis-Simon Auger, « Marie de Brabant, reine de France, roman historique par F. P. A. Maugenet », Mercure de France, vol. 33, no CCCLXX (370),‎ , p. 366-571 (lire en ligne).
  7. Barthélemy Imbert, Marie de Brabant, reine de France : tragédie en cinq actes et en vers, Paris, Prault, 1790 [lire en ligne]
  8. Liste des représentations de Marie de Brabant sur CESAR - Calendrier électronique des spectacles sous l'Ancien régime et la Révolution (page consultée le 28 juillet 2016).
  9. Marie de Brabant, reine de France, notice de la base documentaire La Grange, sur le site de la Comédie-Française (page consultée le 31 janvier 2017).
  10. Jacques-François Ancelot, Marie de Brabant : drame historique en cinq actes et en vers, Paris, Bréauté, libraire-éditeur, 1828 [lire en ligne]
  11. Antoine Andraud, Philippe III: tragédie en cinq actes, Paris, Marchant, éditeur (coll. Magasin théâtral), 1838 [lire en ligne]
  12. J. B., « Théâtres de Paris - Premières représentations - Revue dramatique », Le monde dramatique, volume 7, 1838, p. 24 [lire en ligne]
  13. Philippe III, roi de France, notice de la base documentaire La Grange, sur le site de la Comédie-Française (page consultée le 31 janvier 2017).
  14. Denis Havard de la Montagne, Albert Guillon, musicien-sériciculteur, premier Français admis à La Fenice (1801 - 1854), sur Musica et Memoria, 2001-2017
  15. (it)Maria di Brabante, Stagione di Carnevale, notice de la base documentaire Archivio storico, sur le site Teatro La Fenice de Venezia (page consultée le 10 avril 2017).
  16. (it) Angelo Pompilio (responsable scientifique) et al., « Maria di Brabante », notice d'opéra, sur Corago : Repertorio e archivio di libretti del melodramma italiano dal 1600 al 1900, Bologne, Université de Bologne (consulté le 29 avril 2018).
  17. (it) Gaetano Rossi et al., Maria di Brabante : melo-dramma eroico in due atti, Venise, Tipografia Casali, 1830 (OCLC 82770988) [lire en ligne]
  18. (en) Maria di Brabante (1833), notice de la base de données Opening Night! Opera & Oratorio Premieres, Stanford University Libraries (page consultée le 10 avril 2017).
  19. (it) Angelo Pompilio (responsable scientifique) et al., « Maria di Brabante », notice d'opéra, sur Corago : Repertorio e archivio di libretti del melodramma italiano dal 1600 al 1900, Bologne, Université de Bologne (consulté le 29 avril 2018).
  20. (it) Alessandro Gandini et al., Maria di Brabante : melo-dramma eroico in due atti di Gaetano Rossi, da rappresentarsi nel Teatro R. di Corte in Modena, l'autunno del 1833, Modène, dalla R. tipografia Eredi Soliani, [1833] (OCLC 70232780)
  21. (it) Angelo Pompilio (responsable scientifique) et al., « Maria di Francia », notice d'opéra, sur Corago : Repertorio e archivio di libretti del melodramma italiano dal 1600 al 1900, Bologne, Université de Bologne (consulté le 29 avril 2018).
  22. Francesco Guidi, Maria di Francia, dramma tragico in tre atti con prologo, Florence, Tip. Galletti, 1846 [lire en ligne]
  23. (en) Maria de Brabant, notice de la base de données Opening Night! Opera & Oratorio Premieres, Stanford University Libraries (page consultée le 12 mai 2018).
  24. Charles Rousselle, « Pièces représentées, pendant le XIXe siècle, sur le théâtre de Mons, et composées par des auteurs nés ou ayant résidé en cette ville », Annales du Cercle archéologique de Mons, vol. 16,‎ , p. 756 (lire en ligne).
  25. (it) Angelo Pompilio (responsable scientifique) et al., « Maria di Brabante », notice d'opéra, sur Corago : Repertorio e archivio di libretti del melodramma italiano dal 1600 al 1900, Bologne, Université de Bologne (consulté le 29 avril 2018).
  26. Achille Graffigna, Maria di Brabante : dramma tragico in quattro atti, Trieste : Dalla tipografia Weis, 1852. (OCLC 73232154)
  27. (en) Maria de Brabant, notice de la base de données Opening Night! Opera & Oratorio Premieres, Stanford University Libraries (page consultée le 12 mai 2018).
  28. Charles Defrecheux, « Félix Chaumont », Annuaire de la Société liégeoise de littérature wallonne, vol. 12,‎ , p. 83 (lire en ligne).
  29. Jacques-François Ancelot, Marie de Brabant : poème en six chants, Paris : U. Canel, 1825 [lire en ligne (Internet Archive)] [lire en ligne (Google Livres)]
  30. Jan Frans Willems, Maria van Braband, Anvers, Weduwe J. S. Schoesetters, 1828, 41 pages [lire en ligne]
  31. Stéphane Paccoud, « Indexation des personnages historiques des Moyen Âge, XVIe et XVIIe siècles représentés dans les œuvres exposées au Salon parisien entre 1802 et 1850 », dans Stephen Bann et Stéphane Paccoud (dir.), L'invention du passé : Histoires de cœur et d'épée en Europe, 1802-1850, t. II (catalogue d'exposition), Hazan / Musée des Beaux-Arts de Lyon, , Annexe CD, p. 6 (Marie de Brabant) et 38 (Marie Stuart)
  32. Stéphane Paccoud, « Répertoire des peintures illustrant des sujets historiques des Moyen Âge, XVIe et XVIIe siècles exposées au Salon parisien entre 1802 et 1850 », dans Stephen Bann et Stéphane Paccoud (dir.), L'invention du passé : Histoires de cœur et d'épée en Europe, 1802-1850, t. II (catalogue d'exposition), Hazan / Musée des Beaux-Arts de Lyon, , Annexe CD, p. 301-302
  33. a et b Exposition nationale. Catalogue des ouvrages de peinture, sculpture, architecture, gravure et dessin, exécutés par des artistes vivants, et exposées au Salon d'Anvers, ouvert par la Société royale d'encouragement des beaux-arts, le 12 août 1855, Anvers, Henri Verberckt, (lire en ligne), p. 109, no 779.
  34. Salon de Gand. Explication des ouvrages de peinture, sculpture, gravure, architecture, etc., des artistes vivans, exposés au Musée de l'Académie, le 7 août 1826, Gand, P. F. De Goesin-Verhaeghe, (lire en ligne), p. 17, no 72.
  35. Académie royale de Gand, XIXe salon triennal. Notice des ouvrages de peinture, sculpture, architecture, dessin, gravure, lithographie etc. d'artistes vivants: exposés au nouveau Palais de Justice, le 30 juin 1844, Gand, Vanderhaeghen-Hulin, (Google Livres), p. 44, no 426.